DE | FR
Image: DR

Faut-il montrer la femme ainsi pour vendre du matériel de gym?

Un site suisse promouvant des produits de sport met en scène une jeune athlète au short court et moulant dans une position suggestive. Plusieurs Romands ont dénoncé la publicité auprès des autorités et de l'association féministe DécadréE. Mais le canton de Vaud ne la retirera pas.
23.11.2021, 06:5923.11.2021, 08:23
Julien Caloz
Julien Caloz
Suivez-moi

C'est une affiche que vous avez peut-être aperçue, dans les rues de Lausanne ou Genève. Elle montre une jeune femme en petit short moulant se cambrer pour soulever ce qu'on devine être une kettlebell, un appareil d'entraînement souvent utilisé lors des séances de musculation. Le tissu est rare, la pose suggestive. Deux mots en caractères gras entourent un logo velu, symbole de Gorilla Sports, une enseigne d'équipements sportifs disponibles en ligne dans plusieurs pays (dont la Suisse).

Image: DR

La publicité est-elle de mauvais goût? Porte-t-elle atteinte à l'image de la femme? Oui, selon des Romands qui ont décidé d'agir.

À Genève, une habitante a alerté l'association féministe DécadréE alors que dans le canton de Vaud, des citoyens remontés ont interpellé les autorités afin de faire retirer cette publicité qu'ils jugent sexiste.

«Nous avons reçu plusieurs signalements concernant la présence de cette publicité dans les rues de Lausanne. Les personnes nous ayant interpellés ont considéré que cette affiche, de par la nature de la photo et la position de la jeune femme, contrevenait à la loi vaudoise sur les procédés de réclame (ndlr: introduite en 2018). Nous avons pour notre part estimé que cette publicité n'était pas contraire à la loi»
Laurent Tribolet, chef de la division Entretien au sein de la Direction générale de la mobilité et des routes du canton de Vaud.

Directrice de DécadréE, Valérie Vuille estime elle aussi que l'affiche est «juridiquement inattaquable». «Il faut tenir compte du produit. Il s'agit ici de matériel de sport. Il semble légitime que la personne sur l'affiche soit montrée en plein exercice», appuie-t-elle, sans pour autant encourager la diffusion de telles images. «Cette publicité est problématique parce qu'elle représente, une fois de plus, le même type de corps de femme blanche, mince et lisse, qu'on considère comme étant légitime à être montré dans l'espace public.»

Quand il a découvert l'affiche pour la première fois, le Valaisan Patrick Flaction pensait qu'il s'agissait d'une réclame pour une salle de fitness. «Je n'ai jamais imaginé que le but était de vendre des appareils de gym. Pour moi, Gorilla Sports a vraiment utilisé le corps de la femme sur cette image», trouve l'ancien préparateur physique de Lara Gut, dont l'oeil d'expert du mouvement décèle certaines incohérences dans la posture de l'actrice.

«Sa position aurait été juste si elle avait soulevé une barre d'altère, quand bien même elle aurait dû avoir les reins un peu moins cambrés pour ce type d'exercice. Sauf qu'elle tient une kettlebell dans les mains. Or on n'utilise pas vraiment cet objet pour le soulever ainsi, mais plutôt pour faire un mouvement de balancier en le passant entre ses jambes»

La marque s'est un peu arrangée avec la vérité, et pas seulement dans la posture. «On voit bien qu'il manque un bras à la jeune femme et que sa main ne serre pas la kettlebell, pointe Flaction. Or c'est impossible de soulever une charge aussi lourde sans l'empoigner fermement.»

Cette pub vous choque-t-elle?

«Il est possible qu'elle ait tenu à l'origine un sac à mains, ou quelque chose de plus léger», songe Pedro Simko, publicitaire et fondateur de l'agence Saatchi & Saatchi Simko à Genève.

Lui observe la campagne publicitaire avec une légèreté teintée d'indifférence. «Si vous devez vendre du matériel de sport, vous n'allez pas mettre un mec comme moi sur l'affiche. Ça serait drôle, mais ce n'est pas le but recherché par la marque! Montrer une jolie fille, c'est plus raisonnable. Bon, c'est vrai qu'on voit un peu trop son derrière, mais sans exagération non plus. Au final, c'est une pub qui manque de créativité. Elle n'est pas méchante, ni idiote. Plutôt gentille.»

«Pour qu'une pub soit sexiste, il faut aller plus loin. N'exagérons pas! Montrer une jolie femme dans la pub n'est pas sexiste»
Pedro Simko

Ce n'est pas la première fois que Gorilla Sports, qui n'a pas répondu à nos sollicitations, diffuse une image dont la mise en scène laisse pour le moins songeur. Sur leurs affiches, les hommes y sont souvent représentés comme des dieux grecs aux muscles gonflés d'orgueil.

Les femmes comme des objets de désir, caricaturées dans des poses parfois érotiques.

Image: Gorillasports
Toujours important de bien se cambrer quand on se réhydrate.
Toujours important de bien se cambrer quand on se réhydrate.Image: Gorilla sports

Le genre de clichés qui exaspèrent Valérie Vuille. «Ce sont les mêmes parties du corps qui sont sans cesse mises en avant et qui sont sexualisées, souligne-t-elle. Il faudrait des morphologies plus réalistes en termes d'esthétique, de posture et de diversité.» Montrer un peu plus d'humains, et un peu moins de comédiennes surphotoshopées.

En parlant de sports 👇

Une étude réalisée avec des fans pourrait chambouler la Premier League
Raphaël Crettol, champion suisse de Fantasy Premier League (FPL) 2020, décrypte chaque semaine l'actualité du football britannique et vous donne ses bons plans FPL. Présentation de la treizième journée.

La Premier League et le foot anglais en général ont été passablement chahutés au cours des derniers mois. Création avortée d'une Super Ligue, sommes de transferts démesurées, reprise controversée de Newcastle par l'Arabie Saoudite, les fondations de la ligue de football la plus suivie au monde ont tremblé sur fond de pandémie.

L’article