DE | FR
Granit Xhaka en communion avec les fans de la Nati, lundi soir, après la victoire contre la France.
Granit Xhaka en communion avec les fans de la Nati, lundi soir, après la victoire contre la France. Image: keystone
Nati

Remplacer Xhaka, le casse-tête de Petkovic

La Nati sera privée de Granit Xhaka vendredi face à l'Espagne, la faute au deuxième carton jaune pris durant cet Euro contre la France par le capitaine suisse. Et il ne sera pas facile de remplacer le Bâlois.
01.07.2021, 10:2702.07.2021, 15:31

Qui pour remplacer Granit Xhaka pour le quart de finale de la Suisse à l'Euro contre l'Espagne? La question est sur toutes les lèvres après la suspension du vaillant capitaine.

Face à la France, Granit Xhaka a parfaitement joué son rôle de capitaine, en y mettant beaucoup de cœur.
Face à la France, Granit Xhaka a parfaitement joué son rôle de capitaine, en y mettant beaucoup de cœur. image: capture d'écran twitter

Vendredi à Saint-Pétersbourg, la sélection de Vladimir Petkovic sera privée de son pilier du milieu de terrain, après que Xhaka s'est vu infliger un deuxième carton jaune à l'Euro, lors de la bataille victorieuse contre la France en 8e de finale (3-3, 5-4 tab).

Les deux papables pour prendre sa place, l'espace d'un match, sont Denis Zakaria et Djibril Sow. Une troisième option reste envisageable, mais est peu probable.

Denis Zakaria (à gauche) et Djibril Sow sont les deux joueurs les plus à même de remplacer Granit Xhaka.
Denis Zakaria (à gauche) et Djibril Sow sont les deux joueurs les plus à même de remplacer Granit Xhaka. image: keystone

Zakaria et Sow en bref

Denis Zakaria, 24 ans, milieu du Borussia Mönchengladbach (Allemagne). Le Genevois compte 33 sélections avec la Nati pour 3 buts. La saison passée, il a disputé 25 matchs de Bundesliga.

Djibril Sow, 24 ans, milieu de l'Eintracht Francfort (Allemagne). Il a 16 sélections à son actif. Le Zurichois a joué 28 matchs de Bundesliga lors de l'exercice écoulé.

Toujours au rendez-vous

Remplacer Granit Xhaka s'avère d'autant plus délicat que l'homme ne manque jamais un rendez-vous. En 98 parties avec l'équipe de Suisse, il a été titulaire 93 fois. Sa dernière absence en match officiel remonte à environ cinq ans, pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2018, contre la Hongrie.

Dans les grands tournois, Granit Xhaka a passé 1140 minutes sur le terrain sous l'ère Petkovic, un carton plein. Lors de l'absence du joueur d'Arsenal contre la Hongrie, la Suisse s'était tout de même imposée 3-2. Mais l'importance de l'ancien champion du monde M17 est apparue crûment il y a deux ans contre le Danemark à Bâle, pour les qualifications de cet Euro. La Suisse menait 3-0, avant d'encaisser trois buts en fin de match, après la sortie de Xhaka.

Outre Zakaria et Sow, le sélectionneur a sous la main Edimilson Fernandes. Mais le coach bosno-suisse n'a jamais misé sur lui jusqu'à présent, encore moins pour le poste de milieu central. Il est très peu vraisemblable également qu'il fasse appel aux anciennes qualités de Fabian Schär comme milieu défensif pour le relancer à un poste stratégique.

Edimilson Fernandes, milieu de Mayence, ne devrait pas être le premier choix de Petkovic pour remplacer Xhaka.
Edimilson Fernandes, milieu de Mayence, ne devrait pas être le premier choix de Petkovic pour remplacer Xhaka. Image: keystone

Un style unique

Option numéro un, Zakaria a joué 24 minutes contre le Pays de Galles (1-1) dans cet Euro. Sow a dû se contenter de 6' contre l'Italie (0-3). Le hic est que tous les deux ont un style de jeu très différent de celui de Xhaka. Ils sont des éléments dynamiques, couvrant beaucoup de terrain entre les deux surfaces de réparation, tandis que Xhaka excelle comme maître à jouer, stratège et métronome au centre du terrain.

Son poste est quasiment le seul où il n'existe pas de numéro 2 avec des qualités se rapprochant de celles du titulaire. Et le numéro 10 helvétique a aussi des qualités de leader, comme le relève le gardien de la Nati Yann Sommer:

«Granit est le coeur et le cerveau de l'équipe»
Yann Sommer, gardien de l'équipe de Suisse

Sans lui, Petkovic devra adapter le style de jeu, peut-être même modifier son système. Note optimiste, le coach a toujours su élargir son cadre au cours des trois dernières années, avec des alternatives valables. Davantage de joueurs que par le passé sont prêts aujourd'hui à endosser des responsabilités, à afficher le tempérament sans lequel cette sélection ne pourra pas entrevoir de nouvel exploit.

Depuis le grand chambardement il y a trois ans, Petkovic a permis à seize nouveaux joueurs de faire leurs débuts en équipe nationale. Contre la France, les remplaçants ont tenu un rôle décisif. Kevin Mbabu a centré pour le 2-3, Mario Gavranovic a égalisé à 3-3 et Christian Fassnacht a récupéré le ballon à mi-terrain sur ces deux buts.

Un antécédent qui s'est bien terminé

En outre, en prolongation, Fabian Schär s'est révélé un patron efficace au centre de la défense. Enfin, Ruben Vargas et Admir Mehmedi ont brillé lors des tirs au but, leurs nerfs ne flanchant pas à l'heure de transformer les deux derniers, les plus difficiles.

Pierluigi Tami, le directeur de l'équipe nationale, souligne le rôle essentiel des remplaçants dans cette équipe: ils doivent être à la hauteur techniquement, mais aussi dans la mentalité, sans jamais se cacher. A ces conditions-là, la Suisse a encore toutes ses chances.

Et Tami se souvient que lors de la phase finale de l'Euro 2011 des M21, alors qu'il était à la tête de la sélection suisse, Xhaka avait manqué la demi-finale contre la République tchèque. La Suisse avait quand même passé l'obstacle. (yog/ats)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Rassemblement à Genève pour le mariage pour tous

1 / 9
Rassemblement à Genève pour le mariage pour tous
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Peut-on en vouloir aux clubs qui n'apportent pas de points UEFA à leur pays?
En Suisse et ailleurs, les critiques pleuvent dès qu'une équipe se fait éliminer de manière précoce sur la scène européenne, au motif qu'elle ne permet pas à son pays de progresser dans le classement des nations au coefficient UEFA.

L'élimination de l'AS Monaco au tour préliminaire de la Ligue des champions, mardi contre le PSV Eindhoven (4-3 sur l'ensemble des deux rencontres), n'est pas très bien passé auprès des supporters de football français, et on ne parle pas seulement des Monégasques. Car quand un club perd sur la scène européenne, il affecte le coefficient UEFA de son pays, qui peut au final avoir moins d'équipes qualifiées, ou voir ces équipes contraintes d'entrer plus tôt dans la compétition. Or l'ASM a beaucoup perdu ces dernières saisons.

L’article