faible pluie
DE | FR
Sport
Nati

Coupe du monde 2022: Shaqiri était en colère contre Yakin

Switzerland's head coach Murat Yakin, left, and Switzerland's midfielder Xherdan Shaqiri, right, during a press conference of the Swiss national soccer team on the eve of the FIFA World Cup  ...
Murat Yakin et Xherdan Shaqiri en conférence de presse lors de la Coupe du monde au Qatar.Image: KEYSTONE

Xherdan Shaqiri l'avoue: «J'étais en colère contre Murat Yakin»

Même avec deux jours de recul, le milieu offensif n'a pas apprécié la décision de Murat Yakin de le remplacer vendredi à la 68e minute contre la Serbie.
04.12.2022, 12:3404.12.2022, 12:51
Plus de «Sport»

Xherdan Shaqiri est revenu dimanche sur sa sortie du terrain lors de la deuxième mi-temps du match face aux Serbes. «Il faut demander à l'entraîneur les raisons de ce choix. J'étais en colère, avoue Xherdan Shaqiri. Je voulais encore jouer. Surtout lorsque l'on a su que la première place du groupe était tout à coup en jeu...»

Mais le Bâlois sait que cette décision avait son sens. Murat Yakin entendait le préserver pour le 8e de finale de mardi contre le Portugal. Un soir où il se doit, une fois plus, d'être grand. «Oui, il n'est pas faux de dire que je suis l'homme des grands matches», souligne Xherdan Shaqiri qui se défend toutefois de les choisir. «Les statistiques le démontrent.» Elles sont effectivement frappantes: cinq buts - sans aucun penalty - désormais sur trois Coupes du monde, un tour de force que seuls Lionel Messi et Cristiano Ronaldo ont également réussi lors des éditions 2014, 2018 et 2022.

«Je crois avoir le mental qui m'aide à être présent lors des grands rendez-vous» ajoute Xherdan Shaqiri. Avec son temps de jeu parfois limité en club, son exil à Chicago, son âge désormais - 31 ans - et cette étiquette d'un joueur qui ignore tout du repli défensif, le Bâlois a dû faire face ces dernières années à bien des clichés.

Celui du joueur qui ne défend pas est bien celui qu'il abhorre. «Je suis en premier lieu au service de l'équipe. Je ne vais pas aller voir Murat Yakin pour lui dire que je veux jouer dans l'axe et non sur le flanc droit, dit-il. Il a décidé de me placer à droite. Je me plie à ce choix. Je sais qu'il exige un travail défensif de ma part. Je m'y soumets. Affirmer que je ne défends pas est une aberration.» Mardi, il devra ainsi soulager Silvan Widmer sur son flanc droit.

Ce 8e de finale, son troisième dans une Coupe du monde après l'Argentine en 2014 et la Suède en 2018, s'annonce très indécis pour Xherdan Shaqiri. «Tout est ouvert dans un tel match, annonce-t-il. Tout peut se produire. Nous savons ce qui nous attend. Nous devrons élever le curseur pour passer.»

Face au Portugal, Xherdan Shaqiri apportera à la fois son génie et son expérience. Avec ses 111 sélections, il a été l'un des trois leaders encensés vendredi soir par Murat Yakin avec Granit Xhaka (110) et Ricardo Rodriguez (103). «Avoir trois joueurs à plus de 100 sélections dans une équipe n'a pas de prix, souligne Xherdan Shaqiri. Vendredi à 2-1 contre les Serbes, Granit, Ricardo et moi n'avons pas paniqué. On savait que nous pourrions revenir.» (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La terrible chute d'Adam Yates soulève des questions
Le Britannique est lourdement tombé mercredi lors de la troisième étape du Tour des Emirats arabes unis, remportée par Ben O'Connor au sommet de Jabel Jais. Le leader de l'équipe UAE Emirates est d'abord reparti, mais il aurait dû en être empêché.

Les images font froid dans le dos. Lorsqu'Adam Yates est tombé à 46 kilomètres de l'arrivée, mercredi en milieu de peloton, le choc a été terrible. Sa tête a violemment heurté la route, rappelant une nouvelle fois à quel point le port du casque à vélo peut sauver des vies.

L’article