Sport
Paris 2024

À Teahupoo, une tour pour les Jeux de Paris 2024 fait polémique

Une tour métallique, construite pour accueillir les juges, a détruit le récif corallien.
Une tour métallique, construite pour accueillir les juges, a détruit le récif corallien.Image: watson

Une tour high-tech oppose deux visions du surf aux JO de Paris

L'installation d'une structure pour les épreuves olympiques de surf, prévues sur la mythique vague de Teahupoo, en Polynésie française, a détruit une partie du récif corallien. Les locaux s'insurgent et rejettent cette construction. À quelques mois de Paris 2024, y a-t-il un plan B?
08.12.2023, 05:5708.12.2023, 08:28
Margaux Habert
Suivez-moi
Plus de «Sport»

La débâcle des épreuves de surf aux Jeux olympiques de Paris 2024, épisode 657. Sur le papier, l'histoire avait de quoi donner des frissons à n'importe quel téléspectateur lambda. Le cadre naturel préservé de la Polynésie française, ses montagnes verdoyantes, ses lagons bleus à couper le souffle, sa mythique vague de Teahupoo (qui signifie «montagne de crânes» en tahitien) qui fait rêver plus d'un surfeur et qui, parfois, tue. En somme, le spot parfait pour accueillir les épreuves de surf de Paris 2024. Mais à plus de 15 000 kilomètres de la capitale française, à Tahiti, la colère monte.

Tahiti, un cadre qui fait rêver les surfeurs du monde entier.
Tahiti, un cadre qui fait rêver les surfeurs du monde entier.Image: Shutterstock

Car le rêve tourne désormais au cauchemar. Les problèmes liés au logement - la petite île a peu de capacités d'accueil, et près de la vague, on ne trouve que quelques lodges et petites pensions familiales - avaient déjà défrayé la chronique. Aujourd'hui, c'est la dégradation de sites naturels, dernières crise en date, qui rend les locaux furieux. Au point, à quelques mois des Jeux, où on peut se demander si les surfeurs et l'organisation ne vont pas se retrouver bec dans l'eau.

Deux tours, zéro solution

Pour accueillir les juges des épreuves, il faut une tour. Posée en plein milieu du lagon et des coraux, sur le récif. Il en existe déjà une, en bois, que la World Surf League installe chaque année pour l'épreuve du circuit pro, et qu'elle démonte une fois la compétition terminée. Mais cette tour n'est pas assez grande et sophistiquée pour accueillir tout le fatras olympique: une salle climatisée pour les serveurs informatiques, des toilettes, et de la place pour une équipe bien plus conséquente. Et qui dit toilettes et serveurs informatiques dit aussi câbles et tuyaux, à dérouler dans le lagon sur 750 mètres. Et de toute façon, selon L'Équipe, qui cite le président de la Polynésie, la tour en bois n'est pas aux normes de sécurité depuis... 2008.

La tour en bois, amovible, mesure douze mètre de hauteur.
La tour en bois, amovible, mesure douze mètre de hauteur.la dépêche de tahiti

Quand bien même des travaux seraient effectués sur cette tour en bois, à moins de 230 jours du lancement des Jeux, ils seraient coûteux, et il faudrait faire des choix. Restreindre le nombre de personnes admises, cloisonner les serveurs dans une pièce à part, qu'il faudrait tout de même climatiser et, pour ne pas avoir à poser des tuyaux, évacuer les eaux usées dans le lagon (ce qui ne pose d'habitude pas de souci). Mais reste le problème des câbles pour faire passer la fibre.

Exit donc la vieille tour en bois, le comité d'organisation des Jeux olympiques construit sa propre structure. Plus grande. Métallique. À l'image du gigantisme des Jeux olympiques. Il faut que ça claque, que les juges soient bien assis, qu'ils puissent uriner proprement, que les images des caméras soient spectaculaires, que les serveurs soient bien ventilés. Avant même qu'elle ne soit installée, son coût avait déjà fait bondir la population locale: 4,4 millions d'euros.

Image de synthèse de la nouvelle tour.
Image de synthèse de la nouvelle tour. Image: dr

Des coraux qui souffrent, des locaux qui s'insurgent

Paris 2024 s'était vanté de vouloir faire «de la responsabilité environnementale un axe clé de sa candidature et de son organisation». Le dossier initial prévoyait aussi la gratuité des transports publics, il n'en sera rien: le ticket de métro parisien, qui coûte aujourd'hui 2,10 euros, grimpera à 4 euros pendant l'événement. La «responsabilité environnementale» du comité en Polynésie française s'apparente à cette gratuité envolée: une jolie promesse non tenue.

Des locaux manifestent contre la destruction de leur «Terre des Dieux».
Des locaux manifestent contre la destruction de leur «Terre des Dieux».Image: instagram

Car les derniers tests effectués pour implanter cette nouvelle tour ont tourné au désastre. Vendredi 1er décembre, la barge, qui devait permettre l'installation de cette nouvelle structure, a brisé le corail. C'en est trop pour la population locale: les associations ont appelé à déplacer les compétitions olympiques, tandis que le président de la Polynésie française, Moetai Brotherson, a décidé d'annuler les prochains tests, suspendu les travaux et exclu d'utiliser l'ancienne tour en bois, remettant carrément en question l'accueil des épreuves de surf à Teahupoo. Il l'a fait savoir sur TNTV, la chaîne de télévision locale:

«Aujourd'hui, on a cassé du corail, demain, si on utilise ces anciens dispositifs, ce sont des vies qu'on met potentiellement en danger. Je ne prendrai pas cette responsabilité. Si, au final, il n'y a pas de solution, puisqu'on ne pourra de toute façon plus réutiliser les anciennes fondations, ni l'ancienne tour, il faudra se poser la question de la pérennité des épreuves de surf à Teahupoo.»
Moetai Brotherson, président de la Polynésie française.

La légende du surf Kelly Slater a également pris position dans cette affaire. Pour l'Américain de 51 ans, la démesure des Jeux pour la construction de cette nouvelle structure ne se justifie aucunement:

«Cela n'a aucun sens d'avoir besoin d'une tour géante pour deux jours de compétition»
Kelly Slater, surfeur américain.
Kelly Slater, considéré comme le GOAT du surf.
Kelly Slater, considéré comme le GOAT du surf.instagram

Restée discrète durant des semaines, lorsque la dangerosité pour les coraux n'était encore qu'une «simple crainte» des locaux, l'international surfing association (ISA) a elle aussi fini par réagir par voie de communiqué. Mercredi 6 décembre, elle a salué la décision du gouvernement polynésien:

«Depuis le début du processus d'organisation des épreuves olympiques de surf en Polynésie française, l'ISA a toujours insisté sur le fait que la protection du site naturel de Teahupoo était une priorité.»
La fédération internationale de surf, dans un communiqué.

Responsable de l'organisation des épreuves de surf pour Paris 2024, l'ISA a rejeté la responsabilité du désastre:

«Les installations et infrastructures relevaient de la responsabilité du comité d'organisation de Paris 2024, en coordination avec le gouvernement polynésien»
L'international surfing association, dans un communiqué.

Le comité olympique dans sa tour d'ivoire?

La justice a d'ailleurs ouvert une enquête, confiée à l'office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique. Cet échec a par ailleurs été reconnu par Barbara Martins-Nio, la directrice du site de Tahiti pour Paris 2024. Auprès de l'AFP, elle a dit œuvrer à trouver une solution:

«Les associations ont raison, l'accessibilité du site est complexe. Nous souhaitons leur tendre la main en leur suggérant une collaboration technique étroite afin de retrouver la sérénité. Je suis confiante sur le fait qu'une solution technique existe. L'enjeu aujourd'hui est de trouver un canal de communication qui convienne à tous et qui prenne en compte le postulat de base, à savoir qu'une nouvelle tour et de nouvelles fondations sont la seule solution. Si nous n'y arrivons pas, alors il faudra se poser collectivement la question de la suite.»
Barbara Martins-Nio, directrice du site de Tahiti pour Paris 2024.

L'ISA a par ailleurs déclaré «intensifier les discussions pour examiner toutes les options possibles». Mais à quelques mois des Jeux, quelles sont-elles?

Plusieurs spots de surf, dont Lacanau, en Gironde, et La Torche, dans le Finistère, s'étaient portés candidats pour accueillir les compétitions olympiques, mais en 2020, c'est Tahiti qui avait été retenue. Aujourd'hui, les deux sites métropolitains ont rappelé leur intérêt au cas où les épreuves ne pourraient finalement pas se dérouler en Polynésie.

Verra-t-on les épreuves olympiques de surf se dérouler à Teahupoo?
Verra-t-on les épreuves olympiques de surf se dérouler à Teahupoo?Image: Shutterstock

Le Breton Stéphane Le Doaré, maire de Pont-l'Abbé et président de la communauté de communes du Pays Bigouden Sud, en charge du site de La Torche, a rappelé que sa région avait l'habitude de recevoir des compétitions et d'installer des infrastructures temporaires.

«Si on nous sollicite, on ne dira pas non [...]. On a des vagues moyennes en été, mais surfables par tout le monde. Il faut qu'on le sache rapidement, avant la fin de l'année. Car ça suppose un minimum de gestion, d'organisation»
Stéphane Le Doaré, maire de Pont-l'Abbé.

Même son de cloche chez le Canaulais Laurent Peyrondet. Le maire du spot girondins a dit suivre avec attention les couacs relatifs à Teahupoo:

«On a continué à travailler tranquillement et aujourd'hui, si on fait appel à nous, on sera bien sûr heureux d'accueillir les épreuves de surf des JO. Depuis l'été dernier, il y a eu quelques articles de presse faisant état de difficultés, en particulier des difficultés à intervenir sur le site. On est donc restés en veille.»
Laurent Peyrondet, maire de Lacanau.
Lacanau fait des appels du pied au comité olympique pour récupérer les épreuves de surf.
Lacanau fait des appels du pied au comité olympique pour récupérer les épreuves de surf.Image: Shutterstock

Pour l'heure, aucune décision n'a été prise, mais la pression ne cesse de monter, et les habitants proches de Teahupoo peuvent compter sur un soutien qui dépasse leur région. Une pétition, lancée le 17 octobre dernier par l'association Vai Ara O TEAHUPO'O, demande au comité de Paris 2024 de «renoncer à la nouvelle tour, aux forages, aux canalisations sous-marines, et d'utiliser la tour en bois habituelle». Elle a pour l'heure récolté quelque 191 000 signatures. Taiarapu-Ouest, la commune où se situe la fameuse vague de Teahupoo, compte seulement 8000 habitants.

Et pour rester dans le surf:

Vidéo: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Urs Meier: «Je suis content de ne pas avoir été arbitre avec la VAR»
L'un des meilleurs arbitres de l'histoire du foot suisse revient sur la nomination de Sandro Schärer à l'Euro et sur l'assistance vidéo qui ne cesse de faire débat.

Urs Meier, l'arbitrage suisse sera présent à l'Euro 2024 grâce à Sandro Schärer et ses assistants Stéphane De Almeida et Bekim Zogaj, ainsi que Fedayi San à la VAR. C'est une première dans un grand tournoi depuis 2010. Que représente cette nomination?
C'est très important. Nous sortons d'une longue traversée du désert. Jusqu'à 2010, la Suisse avait toujours eu un arbitre en Coupe du monde depuis 1934. Le fait que Sandro et son équipe participent à l'Euro est un signal extrêmement important. Nous avons repris notre
marche en avant. J'espère que nous ne renoncerons plus aux grandes compétitions.

L’article