Sport
Ski Alpin

Mondiaux de ski: Lara Gut-Behrami n'entend plus des voix

Ski racer Lara Gut-Behrami from Switzerland, poses during the Swiss-Ski federation press conference at the FIS Alpine Ski World Cup, in St. Moritz, Switzerland, Wednesday, December 14, 2022. (KEYSTONE ...
Lara Gut-Behrami semble aborder les Championnats du monde de ski avec sérénité.Image: KEYSTONE

Lara Gut-Behrami n'entend plus des voix

A quelques jours des championnats du monde, une période où elle est généralement fuyante et mal lunée, Lara Gut-Behrami promène une sérénité resplendissante. Tentative d'explications.
04.02.2023, 08:0616.02.2023, 13:30
Plus de «Sport»

Inutile de la chercher sur les réseaux sociaux. Sa dernière apparition remonte à deux ans et à une communication urgente sur Instagram: «Right at the moment I‘m HAPPY😊» Depuis, plus rien. Lara Gut-Behrami n'a que des comptes dormants.

Ses interviews sont à peine moins rares, réservées à une élite choisie. Lara Gut-Behrami a pris ses distances, selon ses propres mots en français, et ce recul l'emmène dans des stratosphères très privées, accessibles d'elle seule. Huis clos familial avec un père entraîneur, une mère protectrice et un frère skieur; mais aussi huis clos conjugal avec un mari footballeur.

La championne a souvent pensé qu'elle était incomprise, avec de tels malentendus que c'en devenait une hantise. Auprès de Valon Behrami, elle a entériné le principe que seul un sportif pouvait la comprendre, comme elle l'insinuait déjà quatre ans avant leur rencontre, lorsque nous l'interviewions un jour d'été à New York: «Il existe une connexion entre nous, les athlètes. D’une certaine manière, nous nous connaissons tous. Au bout de deux minutes, nous parlons le même langage, nous discutons des mêmes problèmes, des sensations, des relations… Tout ce que les gens normaux ne peuvent pas comprendre.»

Leur couple en est la preuve vivante: ils se sont rencontrés chez le physio et ont sympathisé au cours d'une discussion sur les ligaments croisés. Lara Gut de conclure (quand elle ne s'appelait pas encore Behrami): «Les échanges profonds, je les ai toujours eu avec des athlètes.»

Est-ce pour cette raison, cet état de symbiose, qu'elle semble si posée, si sereine, à quelques jours des Championnats du monde, une période où elle est généralement fuyante et mal lunée? Ou est-ce seulement la conséquence de ses «supers sensations à ski» et des résultats qui, en plus de lui donner confiance, lui offrent un totem d'immunité?

Toujours est-il que Lara Gut-Behrami n'écarquille plus des yeux de lémuriens, et ne toise plus comme le chien des Bakersville, lorsque des journalistes obtus et monomaniaques lui demandent combien de médailles elle pense rapporter à la Suisse (parce que, comme disent les paysans vaudois, faut que ça rapporte).

Dans une excellente interview à Gaëlle Cajeux, dimanche dernier, sur la RTS, la jeune femme décrit un sentiment de paisible ambivalence. «A 30 ans, je reste très émotive, très sensible aux résultats. Si une course ne fonctionne pas, je ne suis pas moins énervée qu'à 17 ans. Mais j'ai réussi à prendre une certaine distance. J'ai appris à dire non et à trouver un équilibre entre le ski et la vie.»

Elle avait 16 ans lorsqu'elle a débarqué en Coupe du monde, petit chrysalide brûlée à la lumière des projecteurs. «Toute cette attention est arrivée brusquement. C'était un choc: je n'y étais pas du tout préparée. Moi, je pensais naïvement que skieuse de compétition, c'était enchaîner des courses. Pas donner des interviews, faire des photos, rencontrer des sponsors. Soudain, je n'ai presque plus eu le temps de skier. Mes deux seules minutes de liberté, c'était pendant la course.»

16 ans et déjà des critiques plein les dents: elle a dû assumer une part de jeunesse frondeuse, une structure privée, un père, des idées carrées et un esprit libertaire. «J'ai passé toutes ces années à me justifier.»

Eviter l'espace public lui permet aujourd'hui de ne rien dire... mais surtout de ne rien entendre. Donc de ne pas perdre son calme et son influx. Elle le glisse délicatement dans presque toutes ses interviews: ne pas être au courant, branchée, représente une grosse économie d'énergie.

Lara Gut, ski racer from Switzerland, speaks to journalists after a training session prior the World Alpine Ski Championships in Val d'Isere, France, Monday, February 2, 2009. The Alpine World Sk ...
Lara Gut à ses débuts: une attention parfois étouffante.Image: KEYSTONE

Comment ne pas la comprendre? Si elle a pu se montrer désagréable et avoir des réactions de chipie, Lara Gut est rompue depuis toute jeune aux reproches et aux remarques désobligeantes (outre ce surnom malencontreux dont l'affuble les ménestrels du cirque blanc, «La bombe de Comano»).

On lui a dit quelle devait porter une tenue adéquate (Swiss-Ski), qu'elle devait faire la bise aux vieux messieurs quand elle reçoit une médaille (Marius Robyr), qu’il faut faire le singe sur une tyrolienne en saluant le public et en criant «yahou» quand on est une gentille fille (Crans-Montana), qu'il faut pleurer à la télé quand on a gagné un titre mondial (Cortina), qu’il ne faut pas bouder sur un podium olympique quand on est troisième et qu'une copine a gagné, même si on pensait occuper sa place (Sotchi).

«J'ai passé mon temps à le répéter: je n'étais pas énervée parce que Dominique (Gisin) avait gagné mais parce que moi, j'aurais dû faire beaucoup mieux. Et je savais qu'il faudrait attendre quatre ans pour recommencer. Je l'ai dit cent fois.» Incomprise ou mal entendue?

Ceux qui, aujourd'hui, la côtoient de plus ou moins près, ne se hasardent pas à évaluer son apparente sérénité. Trop de distance. Mais tous sont d'accord sur un point: si des voix continuent de s'élever contre sa façon de faire, Lara Gut-Behrami, dans sa stratosphère privée, ne les entend presque plus. (Right at the moment she's VERY HAPPY 🤗 ).

Ses résultats

Aux derniers Championnats du monde de Cortina en 2021, Lara Gut-Behrami a remporté deux médailles d'or (super-G et géant) et une de bronze (descente).
Cette saison, ses meilleurs résultats sont une victoire en géant à Killington et une autre en super-G, deux deuxième places en géant et deux troisième places en super-G et géant. Sans oublier une quatrième et une cinquième place en descente, preuve qu'elle aura ses chances dans quatre disciplines.

Ça bouchonne sur les pistes autrichiennes

Vidéo: watson

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«On se sent seul au monde»: ils ont marqué un autogoal et témoignent
Six buts contre son camp ont déjà été recensés depuis le début de l'Euro. Que ressent-on quand on trompe son propre gardien? Deux ex-défenseurs suisses racontent ce grand moment de solitude.

Il y avait déjà eu cinq autogoals depuis le début de l'Euro, quand on a envoyé un SMS aux anciens défenseurs Stéphane Grichting (45 ans) et Daniel Puce (54 ans), pour leur demander de nous raconter ce que l'on ressent quand on marque contre sa propre équipe. Quelques minutes après notre message, l'Italien Riccardo Calafiori devenait le sixième joueur du tournoi à inscrire un «csc» (but «contre son camp»), lors de la défaite 1-0 des Transalpins face à l'Espagne.

L’article