Sport
Témoignage watson

Il revend sa place pour Genève-Bienne 250 francs: «J'arnaque personne»

Image d'illustration.
Image d'illustration.Image: Shutterstock
Témoignage watson

Il revend sa place pour Genève-Bienne 250 francs: «Je n'arnaque personne»

Stéphane (prénom d'emprunt) explique pourquoi il n'a aucun scrupule à revendre deux fois plus cher son billet pour l'acte V de la finale du championnat de hockey, samedi aux Vernets.
18.04.2023, 06:0918.04.2023, 07:21
Suivez-moi
Plus de «Sport»

La patinoire des Vernets est bien trop petite pour permettre à tous les supporters de Genève-Servette d'assister à un match de la finale du championnat contre Bienne. Certains l'ont bien compris et ont décidé de se faire un peu d'argent en achetant des places dans le seul but de les revendre plus cher aussitôt. C'est ce qu'a fait celui que nous appellerons Stéphane. Il a accepté de nous expliquer pourquoi.

Il convient de préciser que cet employé administratif n'a pas de problème d'argent. «J'ai un revenu correct», dit ce quarantenaire. Son business de billet a été motivé par une autre raison. La voici:

«J'ai acheté deux places à 110 francs pièce. J'ai revendu la seconde 250 francs dans le seul but de rembourser mon billet»

En revendant son ticket à ce prix exorbitant, ce fan de Genève-Servette a fait même mieux que rembourser sa place. Il a dégagé un bénéfice de 30 francs. Ils lui permettront de s'acheter une bière et un sandwich aux buvettes de la patinoire le soir du match.

Une vue generale avec les deux equipes en action lors du premier match de la finale des play-off du Championnat de Suisse de hockey sur glace de National league entre le Geneve-Servette HC et le EHC B ...
L'antre du club grenat.Image: KEYSTONE

Quand on lui demande s'il n'a pas l'impression d'arnaquer ceux qui soutiennent la même équipe que lui et qui pourraient être ses amis, Stéphane dément aussitôt:

«Arnaquer, c'est faire croire qu'on vend quelque chose, et finalement vendre autre chose. Moi, je n'oblige personne à acheter mon billet. Le client qui paiera se retrouvera avec ce que je lui ai promis: une place pour le match»

Notre interlocuteur estime que ceux qui auraient voulu avoir un billet pour le match contre Bienne n'avaient qu'à mieux se débrouiller.

«Il suffisait d'être ponctuel sur le site de Genève-Servette et d'avoir un peu de chance dans la file d'attente»

Stéphane a eu cette chance. Il a fait partie des rares supporters à avoir obtenu un billet au prix normal: tous les sésames pour le rendez-vous de samedi se sont écoulés en huit minutes.

A-t-il raison de vendre sa place plus cher?

Détail piquant: s'il n'avait pas obtenu ses deux places, il n'est même pas certain que notre revendeur en aurait acheté un seul pour lui-même, parce qu'il trouve que 110 francs pour un match, c'est beaucoup trop cher. En se remboursant, il ne fait ainsi que contrer la politique du club.

«Vu l'état de la patinoire et des buvettes, je trouve que c'est scandaleux, de la part du club, de faire payer 110 francs pour un billet. Du coup, je fais en sorte de pouvoir m'offrir la soirée»

Il estime que certains sont bien moins honnêtes que lui, et pas très loin de Genève.

«Regardez ce qu'il se passe à Paléo chaque été, c'est 100 fois pire: les gens achètent des places par centaines juste pour se faire du fric. Moi au moins, je vais au match»

De nombreux fans du GSHC sont tout de même remontés contre tous ceux qui ont sauté sur la billetterie en espérant faire un bénéfice à la revente. Stéphane a-t-il reçu des messages d'insultes?

«Non, aucun. Mais si j'avais acheté 30 places dans le seul but d'en tirer profit, je pourrais comprendre les attaques. Là, j'ai juste eu la chance d'en avoir deux. C'est l'offre et la demande, tout simplement»
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ce club de foot allemand a réussi «une Xamax»
Bochum a sauvé sa place en Bundesliga après une folle remontada en barrage contre Düsseldorf. Un exploit qui rappelle celui de Neuchâtel Xamax face à Aarau en 2019.

Il y a cinq ans, le 2 juin 2019, Neuchâtel Xamax écrivait l'une des pages les plus folles de l'histoire du football suisse. Ce jour-là, les Xamaxiens sauvaient leur place en Super League lors du match retour du barrage à Aarau après un scénario que même Alfred Hitchcock n'aurait pas pu inventer: une victoire aux tirs au but, après avoir dû combler un déficit de... quatre buts. Vainqueurs 4-0 dans le temps réglementaire au Brügglifeld, les «rouge et noir» avaient été fessés par le FC Aarau – 2e de Challenge League – sur le même score trois jours plus tôt à la Maladière.

L’article