Suisse
Interview

Licenciements chez Migros: «C'est très décevant»

Interview

Licenciements: «Migros voulait acheter la moitié du monde»

Ce mardi, Migros a annoncé supprimer 150 postes à son siège principal de Zurich. C'est «très décevant», s'insurge la conseillère nationale verte Katharina Prelicz-Huber. Interview.
22.05.2024, 11:5524.05.2024, 16:31
Salome Woerlen
Salome Woerlen
Salome Woerlen
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

La nouvelle société Migros Supermarché SA procède, comme elle l'avait annoncé, à des licenciements massifs. Ce mardi, elle a fait savoir que 150 postes à plein temps seront supprimés. Ce sont les collaborateurs de son siège principal, basé à Zurich, qui sont concernés. Au total, quelque 1500 emplois devraient passer à la trappe en Suisse.

La conseillère nationale des Verts, Katharina Prelicz-Huber – qui a été membre du comité présidentiel de l'USS pendant de nombreuses années –, s'en prend durement à Migros.

Ce mardi, Migros a annoncé la suppression de 150 postes à plein temps à son siège de Zurich. Qu'est-ce que cela a provoqué en vous?
Katharina Prelicz-Huber: Cela m'a beaucoup dérangée, et j'ai de la peine à comprendre, sachant que Migros fait des bénéfices. D'ailleurs, elle n'offre pas les meilleures conditions de travail, ce qui est un problème fondamental dans le commerce de détail.

«J'ai tout simplement été bouleversée de voir que Migros – qui devrait être une entreprise coopérative – est désormais prise dans la spirale de la maximisation des profits, comme toutes les autres»
Katharina Prelicz-Huber critique les choix de Migros.
Katharina Prelicz-Huber.Image: keystone

Comment en est-on arrivé là?
Pour moi, Migros se détourne de plus en plus de la vision que son fondateur avait autrefois. Elle est devenue une entreprise tout à fait normale, orientée vers le profit et la maximisation des bénéfices, qui se base toujours sur les chiffres de l'année précédente. Les chiffres doivent toujours être plus élevés et quand ils ne le sont pas, on parle de difficultés.

Qu'est-ce qui a mal tourné?
Migros s'est développée en pensant qu'elle devait acheter la moitié du monde, mais elle a réalisé que ce n'était pas si simple. Ces fantasmes de toute-puissance, «nous serons les meilleurs et les plus grands et sinon nous réduirons simplement et rapidement nos effectifs», nous éloignent de la conscience sociale. C'est donc tout simplement une grande déception.

Qu'aurait dit le fondateur de Migros, Gottlieb Duttweiler?
Gottlieb Duttweiler se retourne certainement dans sa tombe. Je ne peux pas imaginer qu'il ait jamais cru que Migros deviendrait ce qu'elle est aujourd'hui. Elle ne se distingue plus par les idées de l'époque.

Par exemple?
Ce n'est pas comme si Migros était le magasin le moins cher. Il ne s'agit pas non plus que tout soit bon marché – je suis Verte, je voudrais de la qualité, je voudrais du bio. Mais cela implique que l'on s'occupe des gens et que l'on ne les licencie pas simplement parce que la marge n'est pas très bonne.

«Je trouve cela décevant»

Que souhaitez-vous pour les collaborateurs de Migros?
J'espère qu'il y aura au moins un bon plan social. Mais ce n'est pas une solution durable pour les gens qui perdent ainsi leur poste – ils ont besoin d'un emploi, ils doivent pouvoir survivre. Et si l'on a les moyens, il faut payer à tous des salaires décents. Le patron gagne extrêmement bien sa vie. Avec ce qu'il touche, il pourrait garder quelques employés au lieu de les licencier. Ce n'est tout simplement pas juste.

Qu'aurait dû faire Migros selon vous?
S'asseoir ensemble, regarder et réfléchir à la manière de préserver les emplois. Ce serait une bonne chose pour moi. Mais pour cela, ils devraient jouer cartes sur table et être transparents. Je ne sais pas, peut-être qu'ils ont vraiment un problème. Dans ce cas, cela m'aurait aussi moins dérangée.

«Jusqu'à présent, je n'ai entendu parler que de bénéfices. Je ne vois donc pas ce qu'il y a de si génial à cette restructuration»

Traduit et adapté de l'allemand par Léa Krejci

Cette Migros flotte sur l'eau
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Le Tarmed sera remplacé en 2026
La structure tarifaire Tarmed a été introduite en 2004, et est désormais obsolète. Elle sera remplacée par un nouveau tarif médical, appelé Tardoc, en 2026, a décidé le Conseil fédéral.

La structure tarifaire Tarmed, obsolète, sera remplacée en 2026. Le Conseil fédéral a approuvé mercredi le Tardoc et les premiers forfaits ambulatoires. Des adaptations seront encore nécessaires afin de coordonner les deux structures.

L’article