DE | FR
La ministre de la Défense, Viola Amherd.
La ministre de la Défense, Viola Amherd.Image: shutterstock

Le Conseil fédéral demande une (petite) rallonge pour ses F-35A

Ça aurait pu passer inaperçu: Viola Amherd, la ministre de la Défense, est venue présenter le plan du Conseil fédéral pour ses nouveaux avions de combat, juste après l’annonce de la fin des mesures Covid par son collègue Alain Berset.
16.02.2022, 17:4917.02.2022, 08:39
Suivez-moi

Aujourd'hui, à Berne, une annonce en a presque éclipsé une autre. La ministre de la Défense, Viola Amherd, est venue présenter son plan de bataille pour l'achat de ses nouveaux jets de combat, alors que toute l'attention du jour portait sur les annonces d'Alain Berset et Ignazio Cassis au sujet de la levée des mesures Covid. Voici, en huit points, le résumé de ce que le Conseil fédéral demande au parlement pour ses F35-A.

A quoi sert l'armée de l'air, selon le Conseil fédéral?

Commençons par le commencement, le Conseil fédéral rappelle:

«L’armée doit protéger la population de la Suisse contre toute menace venant du ciel»

Soit, mais dans le détail, cela signifie quoi en termes de mission pour les militaires de l'air? Dans sa communication officielle, le gouvernement précise que l'armée de l'air est chargée...

  • De sauvegarder la souveraineté sur notre espace aérien;
  • De protéger celui-ci lors de conférences et en cas de tension accrue;
  • D’être en mesure de le défendre lors de conflits armés.

Les Suisses avaient voté oui à l'achat des avions, alors pourquoi cette demande?

En réalité, les Suisses avaient voté un plafond: six milliards de francs. Aujourd'hui, la ministre de la Défense demande 6,035 milliards pour se payer ses nouveaux appareils. C'est donc plus que prévu, mais il y a une subtilité.

En effet, le montant accepté par le peuple le 27 septembre 2020 «se référait à l’indice national des prix à la consommation de janvier 2018», précise le gouvernement qui complète:

«Compte tenu des prévisions actuelles sur l’inflation et des paiements prévus, ce volume se monte désormais à quelque 6,3 milliards au plus»

Mais... pourquoi doit-on acheter de nouveaux avions déjà?

En 2030, les avions de combat actuels auront atteint la fin de leur durée d’utilisation et devront donc être remplacés. Par ailleurs, la Suisse ne dispose pas d’un système de défense sol-air de longue portée. Le Conseil fédéral demande donc au Parlement des crédits d’engagement permettant d’acquérir ces nouveaux engins de protection.

«Les 36 nouveaux avions de combat remplaceront nos 25 F-5 Tiger et nos 30 F/A-18 Hornet. Concernant les F-5-Tiger, le Conseil fédéral propose au Parlement leur mise hors service. Ces avions ne peuvent plus servir qu’à des fins d’entraînement et, par beau temps, pour le service de police aérienne. En combat aérien, ils n’auraient aucune chance face à un adversaire contemporain. Quant aux F/A-18 Hornet, ils seront remplacés successivement dès 2030 par les nouveaux avions»
Le Conseil fédéral

Le nouvel avion F35-A

source: sp

Qu'est-ce que demande le Conseil fédéral au Parlement?

Il lui propose d’acquérir 36 avions de combat de type F-35A du constructeur américain Lockheed Martin. Parmi les quatre avions qui ont été évalués, celui-ci a de loin obtenu les meilleurs résultats. Pour le Conseil fédéral:

«Il est le plus performant et c'est largement le meilleur marché à la fois à l’acquisition et à l’utilisation»

On vous expliquait tout sur les coulisses de ce choix ici 👇.

Le gouvernement avance d'autres arguments 👇

  • Il est le plus simple à piloter.
  • Il demande le moins d’heures d’entraînement en vol et donc moins de décollages bruyants.

Bon, en termes de gros sous, dans le détail, on parle de quoi?

  • Le Conseil fédéral demande au Parlement un crédit d’engagement de 6,035 milliards de francs pour ces avions.
  • 120 millions pour les mesures de construction.

Les installations actuelles des bases aériennes de Payerne (VD), Meiringen (BE) et Emmen (LU) peuvent être utilisées moyennant des adaptations. Un nouveau centre d’entraînement doit être construit à Payerne.

Pourquoi il faut aussi des sous pour la défense sol-air?

Le Conseil fédéral a opté pour cinq unités de feu du système Patriot, du constructeur américain Raytheon. Ses arguments:

«Par rapport à l’autre système évalué, celui-ci est efficace sur une très longue distance. Ses capteurs à longue portée améliorent aussi l’image de la situation aérienne. De plus, il engendre des coûts moins élevés sur toute sa durée d’utilisation»

Pour combien?

Le crédit d’engagement se monte à 1,987 milliard de francs, auquel s’ajoutent 66 millions pour trois nouveaux bâtiments d’instruction et pour l’adaptation de l’infrastructure de stockage.

Si on a des avions, pourquoi il faut des missiles sol-air?

Ce n'est pas incompatible, selon le Conseil fédéral, «ce système allégera la tâche des avions de combat. Les deux systèmes se complètent». En effet, le gouvernement assure que:

  • Les avions ont une grande souplesse d’engagement.
  • La défense sol-air fournit une protection durable et peut combattre des avions, des missiles de croisière ainsi que des engins guidés de faible portée.

Le système sol-air patriot 👇

source: sp

Est-ce que de l'argent va rester dans le pays?

Oui, selon le Conseil fédéral: «Les fabricants étrangers du nouvel avion de combat et du système de défense sol-air de longue portée sont tenus de mandater des entreprises suisses». C'est ce que l'on appelle les affaires compensatoires, dont voici les chiffres:

  • 60% de la valeur contractuelle pour l’avion, soit 2,9 milliards (dont un milliard en affaires compensatoires directes).
  • 100% pour la défense sol-air, soit 1,3 milliard (dont 260 millions en affaires compensatoires directes).
  • En outre, la Confédération passera elle-même des commandes à l’industrie suisse pour 321 millions de francs.

«Tous ces mandats, dont le montant total se chiffre à 4,5 milliards», selon les autorités, «généreront de nombreux emplois en Suisse dans les prochaines décennies».

Le Parlement devra se prononcer, mais y a-t-il des oppositions?

Oui et elles sont plutôt féroces. Elles viennent, pour l'essentiel, du camp rose-vert. Pour rappel, une initiative populaire contre l'acquisition de l'avion de chasse américain F-35 avait été lancée, en juin 2021, par le Groupe pour une Suisse sans armée et ses alliés de gauche. Une initiative qui a dépassé les 100 000 signatures nécessaires.

Les Suisses voteront donc sur le choix de cet avion.

A noter aussi qu'une enquête est en cours. Une commission parlementaire se penche en ce moment sur la légitimité du choix de l'appareil en question. La méthode appliquée pour évaluer les quatre appareils en lice fera l'objet de clarifications approfondies.

Le débat promet d'être fourni aux Chambres fédérales et dans les urnes. Surtout parce que l'avion choisi fait face à un certain nombre de couacs ces derniers temps.

Le plus grand avion-cargo au monde balaie le brouillard à son atterrissage

Et pour tout savoir de l'actu chaude en Suisse en ce moment...

Voici les sextoys préférés des Suisses (les Fribourgeois sont des coquins)

Link zum Artikel

Pas de Conseil fédéral aux JO: «C'est la solution de facilité»

Link zum Artikel

Bannir la pub pour le tabac: et pourquoi pas le sucre et la viande aussi?

Link zum Artikel

Votations du 13 février: le point sur l'initiative «enfants sans tabac»

Link zum Artikel

Votations sur les médias: d'où vient la méfiance envers les journalistes?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
5 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
5
Radovan Vitek va faire le ménage à Crans-Montana
La station valaisanne s'apprête à subir de gros changements, annonce son propriétaire Radovan Vitek. Des licenciements sont prévus.

Actionnaire majoritaire des remontées mécaniques de Crans-Montana (CMA) et propriétaire d'une dizaine de sociétés dans la station, le milliardaire tchèque Radovan Vitek souhaite remettre de l'ordre dans ses entreprises valaisannes. Des licenciements sont prévus, mais leur ampleur n'est pas encore connue.

L’article