DE | FR
Entretien avec Fiorenza Gamba, socio-anthropologue à l'Université de Genève (Unige).
Entretien avec Fiorenza Gamba, socio-anthropologue à l'Université de Genève (Unige).Image: Shutterstock
Interview

Les vaccinés à bout envers les non-vaccinés? «Il y a un grand malaise»

Vaccinés, non-vaccinés, 2G, certificats, tests: la socio-anthropologue Fiorenza Gamba observe un ras-le-bol général dans la société vis-à-vis du Covid et s'inquiète pour le désir de sociabilité inhérent à tout individu. Entretien.
21.12.2021, 18:2522.12.2021, 08:25
Suivez-moi

Noël approche et la société semble ne jamais avoir été aussi désunie depuis le début de la crise. Un sondage publié ce 19 décembre par le Sonntagsblick indique notamment que deux tiers des Suisses sondés par le journal approuvent la règle dite des 2G et que deux tiers, également des seniors, sont favorables à un confinement des non-vaccinés.

Comment faut-il interpréter ces faits? Les vaccinés ont-ils perdu toute patience envers les personnes qui refusent encore la piqûre? Entretien avec Fiorenza Gamba, socio-anthropologue à l'Université de Genève.

Le sondage publié ce 19 décembre par le Sonntagsblick n'est guère rassurant pour l'état de la cohésion sociale en Suisse. N'y a-t-il quasi plus de patience possible de la part des vaccinés envers les non-vaccinés?
Fiorenza Gamba: Plutôt qu’un manque de patience, je vois une grande fatigue et du stress pour une situation qui change sans cesse et qui ne s’améliore pas, ce qui fait perdre de la compréhension et de la patience envers tout et tout le monde. Les non-vaccinés sont destinés malgré eux à devenir de moins en moins nombreux en relation à l’augmentation des mesures restrictives. On l’a vu dans d'autres pays:

«Pour s’approcher d'une vie normale et éviter des situations de pénalisation, une grande partie des personnes accepte le vaccin»

De manière plus large, la tolérance des uns envers les autres qu'on a connue au début de la crise semble loin derrière. Est-ce le cas?
C'est mon diagnostic, oui. Nous sommes en train de vivre un malaise général. Notre société connaît un niveau de frustration et de fatigue rarement atteint. Nous pouvons tous l'observer autour de nous, dans la rue, dans le bus... Ce constat vaut pour les non-vaccinés comme pour les vaccinés: typiquement, un certificat Covid plus un test négatif, ça commence à devenir lourd. Pour une part de la population qui s'est fait vacciner jusqu'à présent, il y a aujourd'hui ce sentiment du type «on nous fait marcher». L'espoir d'une sortie de crise ne prend plus vraiment:

«C'est la logique des mesures qui est au cœur du malaise, pour les vaccinés comme pour les non-vaccinés»

Les signes d'incohérences, les changements de ligne, les maladresses au niveau de la communication, tout cela explique donc cette impression généralisée de ras-le-bol?
Oui. Nous nous trouvons globalement dans une situation d'incertitude. Et l'incertitude amène souvent de la souffrance. D'ailleurs, celle-ci n'a pas forcément besoin de s'extérioriser sous forme de revendications, de manifestations: elle est la plupart du temps intériorisée. Ce désarroi très présent actuellement et souvent enfoui a pris une telle mesure qu'on peut le qualifier d'inédit, en tout cas dans cette configuration-là.

Quel genre d'incertitudes nous fait-il le plus de mal selon vous en cette période?
Celles qui concernent notre santé, individuelle ou collective: arriverons-nous à sortir de la crise sanitaire et à vivre avec le virus? Et, si oui, comment? Mais il ne faut pas s'arrêter à l'aspect épidémiologique: tout le monde cherche évidemment à être en bonne santé, mais aussi à être avec les autres. Il y a donc aussi une incertitude qui plane quant à la vie sociale, aux sorties, aux réunions de famille et au monde professionnel. Un exemple:

«Quand je fais mon travail d’observatrice dans un café ou un magasin, je note que les gens essaient de respecter les règles d'hygiène, mais la joie de se retrouver, de faire partie d'un tout social, est plus forte que tout»

Bien sûr, il y avait déjà de l'incertitude avant. Beaucoup d'auteurs ont même écrit que c'est la condition de l'individu contemporain. Le champ des possibles a aussi ouvert celui des incertitudes: incertitude quant au travail et au lieu de domicile, perte de repères...

Quel degré de risque voyez-vous dans la situation actuelle pour la paix sociale, l'harmonie de nos rapports humains? Typiquement pendant les fêtes...
La polarisation des réseaux sociaux, consistant dans cette tendance des internautes à s'enfermer de plus en plus dans un point de vue marqué et à attaquer le point de vue opposé, se remarque aussi dans les cadres familiaux, amicaux, etc. Or, c'est différent de gérer ça «en vrai» plutôt que derrière un écran: on ne peut pas virer le contact. La crise débouche pourtant sur des situations qui se rapprochent de ce miroir des réseaux sociaux. Je reçois des témoignages de personnes de la même famille qui ne se parlent plus parce qu'ils sont trop opposés sur le vaccin ou les mesures sanitaires.

Avez-vous une piste à nous suggérer pour résister du mieux possible à la tentation du désespoir face à la crise?
Ce qui est important, c'est de trouver un sens à ce que l'on fait, à ce que l'on vit. Je le vois en travaillant en ce moment sur les rituels pendant la crise: ces aspects symboliques sont révélateurs de la manière dont les gens se comportent et se sentent. Sans possibilité d'accompagner un proche défunt ou malade, c'est un peu de sens qui disparaît. Il faut que la société, y compris les politiques, prenne conscience de cela. Pendant mes recherches, j'ai reçu des témoignages de personnes auxquelles le virus avait permis de prendre conscience de la valeur de l'existence et donc de changer radicalement de travail, de vie:

«La situation très lourde du Covid-19 nous amène à nous poser beaucoup de questions profondes»

En fait, les crises révèlent souvent des choses. Elles auraient donc des aspects positifs?
Oui, on ne peut le nier. Le malaise apparu avec le Covid renvoie partiellement à des réalités tragiques qui étaient déjà présentes avant: le suicide chez les jeunes, la solitude, la peur de la mort. La crise met au moins en lumière ce sur quoi nous pouvons travailler. Au final, le virus est une métaphore des effets qu'il produit et des choses qu'il divulgue: il touche à tous les domaines.

L'éruption du Semeru

1 / 19
L'éruption du Semeru
source: sda / trisnadi
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

La situation des femmes en Afghanistan est toujours aussi grave

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
«Pour la Russie, cette guerre est un suicide économique»
La Russie risque de revenir aux sombres temps soviétiques à cause des sanctions occidentales. Elles n'ont toutefois aucune influence sur le déroulement actuel de la guerre. L'économiste militaire Marcus Keupp explique pourquoi dans un entretien.

L'Occident a imposé à la Russie des sanctions draconiennes et inédites depuis le début de la guerre. Mais Poutine ne semble pas s'en soucier outre mesure. Les sanctions ne servent donc à rien?
Marcus Keupp: Si. Les sanctions ont un effet. Regardez l'économie réelle en Russie. La construction automobile, la construction mécanique, le commerce de marchandises. Ou les vagues d'émigration: au cours des quatre dernières semaines, 30 000 informaticiens ont quitté la Russie. Si cela continue, la Russie retombera dans l'ancienne et sinistre époque soviétique où il n'y a plus d'économie réelle, mais seulement une économie énergétique, militaire et des denrées alimentaires subventionnées.

L’article