International
Belgique

Des écoles brûlées en Belgique à cause de l'éducation sexuelle

Ecoles brûlées, masturbation et complotisme: il se passe quoi en Belgique?

Des fake news circulent et des écoles sont incendiées en Belgique suite à la décision de rendre obligatoires des cours d'éducation sexuelle. D'où vient la polémique, qui sont les détracteurs du programme, que craignent ceux qui clament que les enfants vont «apprendre la masturbation» à l'école? On vous explique tout.
22.09.2023, 06:0622.09.2023, 11:19
Margaux Habert
Suivez-moi
Plus de «International»

Depuis deux semaines, la Belgique fait face à une montée de la violence. En cause, des cours d'«éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle», appelés Evras, dispensés à raison de deux heures par année. L'Evras existe déjà depuis 2012, mais la nouveauté concerne la systématisation du programme dans la Wallonie, la partie francophone du pays.

Rembobinons. Le 7 septembre, le Parlement de Wallonie Bruxelles vote un décret rendant obligatoires ces cours pour les élèves de 11-12 ans, et pour les jeunes de 15-16 ans. Un programme qui a pour but de «rassurer les élèves sur les questions qu'ils peuvent se poser à la puberté et les protéger contre des situations potentiellement dangereuses ou problématiques». Sauf que des groupuscules partagent des fake news à ce sujet.

Selon une circulaire du ministère de l'Education envoyée aux écoles, les professionnels en charge de l’Evras «devront travailler au départ des questions des enfants, c’est-à-dire sans poser des questions à leur place et en tenant compte de leur âge et de leur développement psychoaffectif».

La mesure, accompagnée d'un guide à l'usage des professionnels (et non des élèves comme le clament certains opposants), a suscité de vives polémiques auprès de groupuscules divers. Comme le relèvent des médias belges, certains groupes affiliés aux complotistes, à l'ultradroite et à des cercles religieux intégristes ont uni leurs forces pour faire circuler de fausses informations sur les réseaux sociaux. Parmi elles, certaines affirment qu'il sera désormais obligatoire de parler de masturbation aux élèves de maternelle, d'autres avancent qu'il fera la promotion de la pornographie et «encouragera à la perversion et à la banalisation de la pédophilie».

Graffitis, tracts et incendies dans les écoles

Des fake news qui vont bon train, à coups de pétitions pour «supprimer la loi Evras», de posts viraux sur les réseaux sociaux et de distributions de tracts à la sortie des écoles. Des messages relayés notamment par le rappeur Rhoff, épinglé par des médias belges.

Des propos et de la désinformation qui trouvent un écho auprès d'un certain public, au point de convaincre les plus véhéments de recourir à la violence. Ainsi, dans la nuit du 12 au 13 septembre, cinq écoles maternelles ont été incendiées à Charleroi, tandis que des tags recouvraient quatre d'entre elles avec l'inscription «non à l'Evras». Liège aussi a vu plusieurs de ses écoles être incendiées. En tout, ce sont huit écoles de Wallonie qui ont été attaquées.

Le 17 septembre, une manifestation d'environ 1500 personnes s'est tenue à Bruxelles. L'événement était organisé sur Facebook par le président de «Bon Sens», Nicolas Lefèvre, à l'origine de campagnes de désinformation durant la pandémie. Selon le média belge Moustique, on a vu dans ce rassemblement des «complotistes purs et durs, des associations conservatrices, d’autres liées à l’ultradroite et aux cercles religieux». Aux discours et slogans anti-Evras, la RTBF a noté aussi des propos homophobes, transphobes et anti-IVG. Parmi les complotistes identifiés par les médias belges, on retrouve notamment des figures antivax, des adeptes de théories pédocriminelles ou encore des associations religieuses radicales, aussi bien catholiques que musulmanes.

Interventions des ministres

Une crise qui prend de l'ampleur, au point de pousser les politiques à prendre la parole pour démonter ces campagnes de désinformation. Sur X (ex-Twitter) et dans les médias, Caroline Désir, la ministre de l'Éducation de la Fédération Wallonie-Bruxelles, s'est exprimée à plusieurs reprises sur le sujet.

«Je comprends l'inquiétude des parents face à un tel niveau d'intoxication. On assiste vraiment à une campagne de désinformation assez organisée. Ce qui rend les choses compliquées, c'est qu'il y a différents groupes: des conservateurs religieux, des complotistes et, venues de France, des opérations d'envergure avec des centaines de milliers de tracts, des courriers-type, des vidéos, etc... Les incendies d'écoles, ce sont bien des actes terroristes puisqu’avec une intention politique en terrorisant la population (...). Le Parlement de la Communauté Française a adopté l'Evras par 80 voix pour, zéro contre et 3 abstentions. Les écoles ont déjà l'habitude de mettre ces animations en place: la différence, c'est que les animateurs seront désormais agréés pour répondre aux questionnements des jeunes.»
Caroline Désir, la ministre de l'Éducation de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur RTBF.

La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden a annoncé que les personnes à l'origine des incendies étaient actuellement recherchées, tandis que la police fédérale a été appelée à renforcer la sécurité des écoles dans les zones concernées par les attaques.

«Nous avons des images de surveillance qui n’ont pas encore permis d’identifier les auteurs de ces actes criminels»
Annelies Verlinden, la ministre de l'Intérieur.

Le Premier ministre Alexander De Croo a quant à lui rappelé que l’éducation sexuelle existe «depuis cinquante ans» en Belgique.

Pétition adressée à un ministre français

Une pétition réclamant la «suppression de la loi Evras» a été lancée par une certaine «Mme Bonnin, une citoyenne qui réagit». Elle avait récolté jeudi 21 septembre plus de 18000 signatures. D'autres textes, de la même teneur, avaient, eux aussi, convaincu quelques milliers de personnes. Précisons toutefois que l'intitulé des pétitions contre Evras est faux puisqu'il ne s'agit pas d'une loi. Par ailleurs, la première pétition était initialement adressée à Gabriel Attal, ministre de l'Education... en France, avant d'être modifiée et destinée à son homologue belge, Caroline Désir.

Une capture d'écran de la pétition, lorsque celle-ci était adressée au ministre français.
Une capture d'écran de la pétition, lorsque celle-ci était adressée au ministre français. Image: x (ex-twitter)

La France a toutefois déjà eu droit à son lot de polémiques similaires. Il y a cinq ans, une fake news annonçait que Marlène Schiappa voulait qu'on enseigne la masturbation aux écoliers, dès le plus jeune âge.

En 2019, une autre fake news concernait cette fois un manuel scolaire pour les classes de primaire, dans lequel il était question de pénétrations vaginales, anales et orales, notamment avec des sextoys. Il s'agissait en fait d'une brochure émise par Santé Publique France sur la sexualité et destinée non pas à de jeunes écoliers, mais à des adolescents.

«Je ne vous réponds pas»

Si la pétition belge s'adressait d'abord au ministre français, l’intérêt pour le sujet fonctionne aussi dans l'autre sens. CNews, chaîne de télévision française, a voulu s'emparer de la thématique et a envoyé une équipe de journalistes interviewer le bourgmestre (le maire) de Charleroi, qui leur a opposé un refus net.

«Je ne vous réponds pas [...]. Votre chaîne a été condamnée pour incitation à la haine, pour incitation à la violence. Nous, ce qu’on vit ici, c’est exactement ça. C’est-à-dire des médias comme les vôtres, des réseaux instrumentalisés sur les réseaux sociaux qui diffusent des fake news.»
Paul Magnette, bourgmestre de Charleroi aux journalistes de CNews.

Un refus qui a soulevé des réactions en plateau. «Manifestement, ce monsieur est plein d’intelligence», a réagi, plein d'ironie, Pascal Praud, l’animateur de CNews.

Pour l'heure, si aucun autre incendie contre une école n'a été signalé, la polémique ne redescend pas pour autant. Selon le Centre national de crise belge, «les services de l’antiterrorisme et du renseignement suivent de près les rassemblements anti-Evras».

Du porno diffusé sur l'écran d'un parcmètre:

Vidéo: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Russie dit avoir pris un autre village: le point sur le front
La Russie a revendiqué mercredi la prise de Klichtchiïvka, une localité reconquise par l'Ukraine en 2023. Plusieurs batailles font rage sur le front.

La Russie a revendiqué mercredi la prise de Klichtchiïvka, dans l'est de l'Ukraine. Il s'agissait de l'une des rares localités que l'armée ukrainienne avait reconquises au cours de son offensive de l'été 2023, qui avait finalement échoué.

L’article