DE | FR

Voici les 8 médicaments les plus prometteurs contre le Covid

Bild

Image: Keystone

Alors que le thème de la vaccination occupe le discours public, on parle peu des traitements censés soigner les personnes qui ont déjà été infectées. Pourtant, la recherche avance, des médicaments prometteurs existent et d'autres sont déjà utilisés. Le point de la situation.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story


La vaccination est au premier plan des mesures médicales contre le Covid-19. En revanche, on entend peu parler des traitements médicamenteux qui aident à soigner la maladie. Leur importance ne doit pas être sous-estimée, car ils peuvent sauver des vies en cas de maladies graves. De plus, si utilisés à un stade précoce, les médicaments peuvent avoir un effet préventif.

Les progrès dans le développement de médicaments efficaces sont peut-être lents par rapport aux vaccins, mais ils existent. Alors qu'au début de la pandémie, environ la moitié des patients des unités de soins intensifs mouraient, aujourd'hui – aussi grâce à l'expérience croissante du personnel infirmier – ce chiffre est d'environ un quart.

Deux phases différentes

L'évolution de la maladie du Covid comprend deux phases. Tout d'abord, la charge virale augmente et le patient peut être contagieux, mais sans nécessairement présenter de symptômes. Dans cette phase, les médicaments antiviraux peuvent inhiber la multiplication du virus.

Dans la deuxième phase, les symptômes apparaissent alors que la charge virale a diminué. Le virus a déjà causé des dommages et le système immunitaire devient actif. Dans les cas graves, la réponse immunitaire peut être si forte qu'il se produit ce qu'on appelle un «choc cytokinique»: les cellules immunitaires commencent à attaquer les propres cellules de l'organisme. Dans le pire des cas, cela peut entraîner une défaillance des organes et la mort. Les traitements immunomodulateurs utilisés dans cette phase sont destinés à amortir la réponse immunitaire de l'organisme.

La différence entre ces phases est très importante. Les médicaments qui peuvent être utilisés dans les premiers stades de la maladie, c'est-à-dire en cas d'infection légère sans problèmes respiratoires, peuvent être inefficaces ou même nocifs à un stade ultérieur, comme lors d’une pneumonie grave. Les immunomodulateurs sont quant à eux appropriés chez les patients souffrant de détresse respiratoire, mais pas dans les premiers stades de la maladie.

Les médicaments antiviraux

Comme les virus ne se multiplient que dans les cellules, les médicaments antiviraux peuvent empêcher ce processus de plusieurs façons: ils peuvent attraper les virus avant qu'ils ne pénètrent dans les cellules, ou inhiber leur multiplication à l’intérieur des cellules. Ils servent aussi à renforcer les défenses de l’organisme contre les virus.

La plupart des médicaments conçus pour attraper les virus avant qu'ils ne pénètrent dans les cellules font appel à des anticorps antiviraux. Les anticorps sont des molécules de défense que l'organisme produit lorsqu'il est attaqué par un agent pathogène. Ils se fixent spécifiquement sur certaines molécules de l’agent pathogène et ainsi l'empêchent de se reproduire. En outre, les anticorps marquent l'agent pathogène comme «étranger» et ce dernier peut donc être éliminé par les phagocytes.

Les anticorps contenus dans les médicaments sont pour la plupart issus du génie génétique, sur le modèle des anticorps du plasma sanguin de patients guéris du Covid. Ils présentent ainsi certains parallèles avec les vaccins – on parle aussi «d’immunisation passive». Jusqu'à présent, les études cliniques ont montré que ces anticorps ne sont efficaces que lorsqu'ils sont utilisés relativement tôt dans l’évolution de la maladie et qu'ils ne peuvent guère aider les patients qui sont déjà ventilés dans l'unité de soins intensifs.

Le médicament Regn-Cov2

Regn-Cov2, qui est également commercialisé sous le nom de «Regen-Cov» aux États-Unis et de «Ronapreve» en Europe, a été mis au point par la société de biotechnologie américaine Regeneron Pharmaceuticals et par Roche. Il se compose de deux anticorps monoclonaux, le casirivimab et l'imdevimab, qui se lient tous deux à la protéine spike du virus. «Monoclonal» signifie que les anticorps sont tous identiques et attaquent le virus sur une cible bien définie.

Le traitement est censé entraîner une réduction de la charge virale et une disparition plus rapide des symptômes, ainsi que réduire la probabilité d'une évolution grave. Dans une étude de phase II/III de la société Regeneron sur des patients ambulatoires, le médicament a permis de réduire de 70% les hospitalisations et la mortalité. Les patients hospitalisés ou ceux qui ont besoin d'oxygène ne peuvent pas recevoir le médicament. Selon Regeneron, les patients qui n'ont pas encore formé leurs propres anticorps contre le Sars-Cov-2 devraient en bénéficier le plus.

Regn-Cov2 est administré en perfusion intraveineuse. Il a reçu une autorisation d'urgence de la FDA, l’agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux des États-Unis. L’ex-président américain Donald Trump, a été, entre autres, traité avec ce médicament lorsqu'il est tombé malade du Covid-19. Regn-Cov2 a également reçu une approbation officielle au Royaume-Uni et au Japon. Dans l'Union européenne, le médicament est toujours en cours d'approbation par l'EMA, l’agence européenne des médicaments. En Suisse, il n'est pas officiellement approuvé, mais peut être administré.

Le médicament Bamlanivimab/Etesevimab

La combinaison d'anticorps développée par la société pharmaceutique américaine Eli Lilly en coopération avec la société canadienne AbCellera et la société chinoise Shanghai Junshi Biosciences a également reçu une autorisation d'urgence aux États-Unis. Dans l'UE, elle est dans le processus de révision en continu. Les anticorps monoclonaux Bamlanivimab et Etesevimab se lient à différentes régions de la protéine spike du Sars-Cov-2.

Ce médicament est également administré en perfusion intraveineuse et est utilisé pour traiter les patients atteints du Covid-19 à haut risque de maladie grave. Dans une étude de phase III, le médicament a permis de réduire le développement de symptômes graves à 0,5%, contre 1,95% dans le groupe placebo, selon la société. La préparation combinée a réduit jusqu'à 80% le risque de maladie chez les résidents des maisons de retraite qui l'ont reçue à titre préventif.

Le médicament Sotrovimab

Sotrovimab, également connu sous le nom de VIR-7831, est également un anticorps monoclonal qui se lie à la protéine spike du coronavirus. Cependant, il est modelé sur un anticorps provenant du sang d'une personne ayant contracté le SRAS en 2003 – ce qui présente l'avantage de cibler un site du Sars-CoV-2 qui n'a pas changé depuis le Sars-CoV et qui est donc vraisemblablement moins susceptible de subir des mutations. Les résultats préliminaires montrent que le Sotrovimab réduit les hospitalisations et les décès de 85%.

Cette préparation est également administrée en perfusion intraveineuse. Le Sotrovimab a été essentiellement développé par la société tessinoise Humabs BioMed, qui appartient à la société américaine Vir Biotechnology, en collaboration avec le groupe GlaxoSmithKline. L'entreprise américaine Biogen et l'entreprise chinoise WuXi Biologics participent également à la production.

Le Sotrovimab a reçu une autorisation d'urgence de l'EMA en Europe. Il a également reçu une autorisation d'urgence de la FDA américaine pour le traitement de la maladie légère à modérée chez les adultes et les patients pédiatriques à haut risque. Le médicament n'a pas encore été officiellement approuvé en Suisse, mais la Confédération a signé un contrat avec GlaxoSmithKline en juillet pour la réservation de 3000 doses.

Le médicament Remdesivir

Contrairement aux médicaments antiviraux mentionnés précédemment, qui sont basés sur des anticorps, le Remdesivir est un agent antiviral appartenant au groupe des inhibiteurs de l'ARN polymérase. Ce médicament bloque une enzyme virale essentielle à la synthèse du génome viral, empêchant ainsi l'agent pathogène de se reproduire. Le médicament a été initialement mis au point par la société pharmaceutique américaine Gilead Sciences pour lutter contre le virus Ebola, mais les essais cliniques n'ont pas été concluants.

Le Remdesivir a reçu une autorisation de mise sur le marché conditionnelle de l'EMA en juillet 2020 en tant que premier médicament pour traiter certains patients atteints du Covid-19 âgés de 12 ans et plus, et est actuellement autorisé dans une cinquantaine de pays, dont la Suisse. Selon les résultats d'un essai clinique, le médicament peut raccourcir le temps de récupération, ralentir la progression de la maladie et réduire la mortalité. D'autres études n'ont trouvé que des effets très faibles, voire aucun effet.

Les immunomodulateurs

Dans les formes graves de la maladie du Covid-19, on observe souvent une réaction de défense excessive de l'organisme. Le système immunitaire ne s'attaque plus seulement aux virus, mais endommage les organes du corps plus que les virus eux-mêmes. Les médicaments qui sont censés atténuer ces réactions inflammatoires dangereuses au stade avancé de la maladie sont appelés modulateurs immunosuppresseurs ou anti-inflammatoires. Ils ne sont donc pas dirigés contre les virus, mais contre les réactions du système immunitaire.

Les réactions excessives du système immunitaire constituent un danger pour les patients Covid, mais sont également à la base de maladies immunologiques telles que la polyarthrite rhumatoïde ou le psoriasis. Pour le traitement des formes graves de la maladie, on utilise donc souvent des médicaments qui sont déjà utilisés contre les maladies immunologiques. Lorsque les réactions immunitaires sont atténuées, la réactivité du système immunitaire n'est pas sensiblement altérée.

La dexaméthasone

Ce corticostéroïde est structurellement apparenté à l'hormone cortisone et a longtemps été utilisé comme médicament contre la polyarthrite rhumatoïde ou l'asthme. Dans le cas du Covid-19, la dexaméthasone réduirait la mortalité d'un cinquième voire d'un tiers, chez les patients qui sont malades pendant plus de sept jours, qui ont besoin d'oxygène ou qui sont même ventilés, selon une étude britannique.

Toutefois, le médicament ne doit pas être utilisé chez les patients présentant des symptômes légers et pas trop tôt. Un avantage est que la préparation est bon marché, car la protection par brevet des comprimés et des perfusions a expiré depuis longtemps.

Le médicament Tocilizumab

La dexaméthasone est parfois administrée en même temps que l'anticorps monoclonal tocilizumab de Roche, qui possède également des propriétés immunosuppressives et anti-inflammatoires. Les hématologues utilisent également le Tocilizumab, autorisé en Suisse depuis 2008, en thérapie cellulaire, par exemple pour le cancer du sang.

Les résultats des différentes études sont contradictoires. L'étude EMPACTA portant sur des patients hospitalisés qui n'avaient pas besoin d'oxygène a enregistré une réduction du risque de décès et une diminution du besoin de ventilation. Cependant, dans l'essai COVACTA mené précédemment, aucune différence n'a été constatée par rapport au groupe placebo. Le Tocilizumab a reçu une autorisation d'urgence de la FDA américaine en juin 2021.

Le médicament Infliximab

L'Infliximab est un médicament qui est utilisé, entre autres, contre la maladie de Crohn, le psoriasis et la polyarthrite rhumatoïde. Il fait partie des inhibiteurs du TNF-alpha, ce qui signifie qu'il se lie au messager pro-inflammatoire TNF-alpha (facteur de nécrose tumorale alpha), qui contrôle la formation et le développement d'autres cellules immunitaires. Il est reconnu depuis un certain temps que l'Infliximab augmente le risque d'infections.

En fait, il a été démontré que les patients dont le test PCR était positif et qui prenaient de l’Infliximab produisaient moins d'anticorps. Le médicament a donc entravé la réponse immunitaire. Néanmoins, il a été prouvé que le traitement avec ce médicament empêchait une évolution grave de la maladie. Les patients prenant de l'Infliximab pour des rhumatismes ont plus souvent souffert d'une infection au Covid plutôt inoffensive. La substance active fait donc l'objet de tests supplémentaires par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le médicament Imatinib

Ce médicament anticancéreux, autorisé depuis 2001, fait partie des inhibiteurs de kinase et est utilisé pour traiter la leucémie myéloïde chronique. Pour d'autres maladies, l'Imatinib a empêché un dysfonctionnement des capillaires sanguins dans les poumons. Lors d'un essai clinique contrôlé aux Pays-Bas, le médicament n'a pas réduit la durée de l'oxygénothérapie et de la ventilation, mais il a permis de réduire considérablement la mortalité.

Il est possible que le médicament empêche l'apparition de fuites capillaires dans les poumons et améliore le transport de l'oxygène des poumons vers les vaisseaux sanguins. De telles fuites sont une complication dangereuse en cas de maladie grave. Cependant, l'étude néerlandaise n'était pas très étendue; des recherches supplémentaires semblent donc nécessaires.

Article traduit de l'allemand par Charlotte Donzallaz

Après ce long sujet, détendez-vous avec les images du premier café à chats de Suisse:

1 / 9
Le premier café à chats de Suisse a ouvert à Zurich 😍
source: sda / ennio leanza
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le Covid

L'appel des scientifiques pour un assouplissement des mesures anti-Covid

Link zum Artikel

Peut-on faire un Covid long tout en étant vacciné?

Link zum Artikel

Ils sont UDC, ministres de la santé et soutiennent la loi Covid

Link zum Artikel

Le deuxième référendum contre la loi Covid a abouti

Link zum Artikel

La ruse de 22 employés de La Poste pour éviter de trop travailler

Des employés du service à la clientèle profitaient d'être en home office pour bloquer leurs lignes téléphoniques. Malgré l'affaire, La Poste maintient le télétravail pour ses collaborateurs.

Vingt-deux des 319 employés du service clientèle de La Poste ont abusé du télétravail. Ils ont ainsi temporairement paralysé leur ligne téléphonique, alors qu'ils télétravaillaient. La direction du service client l'a remarqué il y a plusieurs semaines.

Ils l'auraient fait, par exemple, en appelant un numéro externe sur leur ligne téléphonique, afin que leur ligne soit occupée. La Poste a confirmé l'information dans les pages du SonntagsZeitung.

Sur la base de ces faits, La Poste n'émettra aucun …

Lire l’article
Link zum Artikel