Sport
Football

Face au Lausanne-Sport, Xamax doit stopper l'hémorragie

Derniers du classement, Raphaël Nuzzolo et Neuchâtel Xamax connaissent un début de saison de Challenge League très compliqué.
Derniers du classement, Raphaël Nuzzolo et Neuchâtel Xamax connaissent un début de saison de Challenge League très compliqué.image: keystone

«Battre Lausanne serait un fantastique déclic pour Xamax»

Dernier de Challenge League avec 0 point, Neuchâtel Xamax vit un début de crise. Les jambes sont lourdes, le public fâché, l'entraîneur tendu et les nouvelles recrues peu performantes. Mais une victoire ce vendredi soir à domicile contre Lausanne (19h30) pourrait tout changer.
12.08.2022, 17:0712.08.2022, 18:34
Suivez-moi
Plus de «Sport»

«Comme vous, encore en vacances». C'est le message qui figurait sur la banderole bleu mer déployée par les ultras de Neuchâtel Xamax vendredi passé à la Maladière. Eux-mêmes se sont mis en scène en amenant dans la tribune costumes de bain et palmiers en plastique. Une manière subtile et drôle de faire comprendre aux joueurs qu'ils devaient se réveiller, après une entame de championnat ratée (trois défaites de suite). La scène a créé un petit buzz sur Twitter, et elle a même fait rire le président xamaxien Jean-François Collet:

«Il y avait de l'humour, ce n'était pas du tout agressif. Et je trouve le message assez intelligent»
Jean-François Collet, président de Neuchâtel Xamax

Hélas pour les «Rouge et Noir», les palmiers gonflables n'ont pas porté leurs fruits. Ce soir-là, Xamax a subi sa quatrième défaite, d'autant plus douloureuse qu'elle a eu lieu lors du derby contre Yverdon (2-3), que les Neuchâtelois abordaient comme favoris. «Il faut stopper l'hémorragie dès ce vendredi soir contre Lausanne», prévient Jean-François Collet.

«Il nous faut absolument des points pour reprendre confiance et lancer une dynamique positive. Peu importe la manière, on doit faire des résultats. Battre le LS serait un fantastique déclencheur»
Jean-François Collet

Assurément, un succès contre les Vaudois offrirait un sacré bol d'air aux pensionnaires de la Maladière en faisant retomber la pression. Celle du public, d'abord, pour l'instant plutôt bon enfant mais qui pourrait vite se transformer si la série négative se poursuit. Celle que les joueurs et le staff se mettent eux-mêmes, ensuite.

Liridon Berisha, capitaine de Neuchâtel Xamax.
Liridon Berisha, capitaine de Neuchâtel Xamax. image: keystone

Parce qu'à Neuchâtel, le souci actuel semble d'abord être d'ordre mental. «Avec le contingent qu'il a, je ne vois pas Xamax finir dernier», (se) rassure Emanuele Saraceno, journaliste pour ArcInfo et grand connaisseur du club rouge et noir. «Mais actuellement, à force ne pas gagner ou marquer, les joueurs cogitent et ratent le dernier geste, par exemple, même quand ils sont bien placés.»

Melons et coups de sang

Avant même le coup d'envoi du championnat, Emanuele Saraceno avait quelques craintes sur la manière avec laquelle Xamax abordait celui-ci. D'abord par rapport au planning des matchs amicaux:

«Xamax a affronté uniquement des équipes de Super League, avec donc l'obligation de beaucoup défendre. Or, en championnat, il est censé faire le jeu»
Emanuele Saraceno, journaliste à ArcInfo

Ensuite, il y a l'attitude. «J'ai senti une euphorie presque exagérée durant la préparation», rembobine-t-il. «L'entraîneur, Andrea Binotto, d'habitude prudent dans ses déclarations, a affirmé que c'était la meilleure équipe qu'il ait entraînée. Les dirigeants et le staff pensaient détenir un effectif très fort.»

De quoi faire prendre le melon aux Neuchâtelois? C'est bien possible, à en croire le journaliste d'ArcInfo. «Lors du premier match à Wil, les joueurs ont semblé mépriser leurs adversaires et n'ont pas donné l'impression de se donner à fond.» Résultat: Xamax s'est incliné 2-0, «au terme d'une prestation catastrophique», rejoue Emanuele Saraceno. Il enchaîne:

«Je pense que ça a été un gros choc de perdre comme ça. La défaite suivante contre Aarau a amené encore plus de doutes dans les têtes des joueurs. A Schaffhouse, l'équipe a fait une très bonne première mi-temps mais, comme elle ne marquait pas, elle s'est liquéfiée après le thé. Et finalement, contre Yverdon, les Xamaxiens mènent mais encaissent ensuite deux buts comme des juniors.»
Emanuele Saraceno

Oui, il suffit de peu pour qu'une spirale négative s'enclenche. Et actuellement, Andrea Binotto ne donne pas toutes les garanties d'être l'homme qui permettra à Xamax d'en sortir en amenant de la sérénité. Plus que ses choix tactiques, c'est son attitude qui légitime les doutes.

Après le revers contre Yverdon, le coach xamaxien s'est muré dans un silence que personne au club ne lui a imposé. Et puis il y a les coups de sang et le manque de lucidité inhabituels d'un homme pourtant réputé calme et posé. «A Wil, il a consacré la plus grosse partie de son analyse à critiquer l'arbitrage, en n'étant pas forcément de bonne foi», se souvient Emanuele Saraceno.

«Et après la défaite contre Aarau, il est entré furieux dans le bureau des arbitres, au point que sa voix rendait inaudible les interviews que les journalistes menaient avec les joueurs à côté de la pièce»
Emanuele Saraceno, sur Andrea Binotto
Andrea Binotto paraît nettement plus nerveux que la saison dernière.
Andrea Binotto paraît nettement plus nerveux que la saison dernière. image: keystone

Pourquoi Andrea Binotto semblait-il déjà à cran après deux matchs? «Il se dit certainement que c'est l'année où il peut prouver que c'est un grand entraîneur», s'avance Emanuele Saraceno. Pourtant, l'objectif avoué de Xamax et de son président n'est pas la promotion – et ce bien que la Super League passera à 12 équipes la saison prochaine – mais une place dans le top 5.

Un départ douloureux et un rire jaune

L'atteindre aurait certainement été plus facile si les «Rouge et Noir» avaient conservé quelques éléments, notamment leur milieu de terrain Nicky Beloko, parti à Lucerne. «C'était le meilleur joueur de l'équipe», tranche Emanuele Saraceno.

«Il manque désormais un joueur comme lui capable de donner de l'impulsion. Il faudrait aussi un attaquant expérimenté, histoire de renforcer l'attaque. Sur les côtés, Xamax s'est aussi affaibli, notamment à cause du départ de Mike Gomes, qui aurait pu encore être utile mais que le club n'a pas souhaité garder.»
Emanuele Saraceno
Raphaël Nuzzolo sera-t-il encore une fois le sauveur de Xamax?
Raphaël Nuzzolo sera-t-il encore une fois le sauveur de Xamax? image; keystone

Avec huit arrivées, dont les deux Schaffhousois Del Toro et Mujcic ainsi que le Thounois Fatkic (tous trois des joueurs confirmés de Challenge League), le club de la Maladière n'a pas réalisé un mauvais mercato. Il devrait en tout cas amplement suffire pour ne pas rester coincé à la dernière place du classement. «On a essayé de combler nos failles de la saison passée, mais jusqu'à maintenant, on n'a pas prouvé qu'on a fait un super mercato», rit, jaune, Jean-François Collet. Mais le boss xamaxien ne veut pas pointer du doigt ses nouvelles recrues:

«Après quatre matchs, c'est encore trop tôt pour faire un bilan. Il faut encore trouver des automatismes»
Jean-François Collet

Une victoire neuchâteloise ce vendredi soir contre Lausanne aurait assurément la faculté d'accélérer le processus.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Ces trucs drôles que vous pourriez croiser à l'aéroport
1 / 25
Ces trucs drôles que vous pourriez croiser à l'aéroport
partager sur Facebookpartager sur X
Une athlète fait un plongeon de 20 mètres avec une caméra sur la tête
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Nati a tout pour éviter d'être le Gottéron du hockey mondial
La Suisse a livré une excellente prestation lundi au Mondial face à la République tchèque (victoire 2-1 après les tirs au but). Elle a le talent et l'état d'esprit pour gagner les matchs qui comptent vraiment.

La différence entre une très bonne et une grande équipe tient souvent à une pincée de talent. Par exemple Kevin Fiala. Le Saint-Gallois a été lundi le héros d'une belle histoire hollywoodienne.

L’article