en partie ensoleillé
DE | FR
Sport
Football

Coupe du monde 2022: la France bat le Maroc

epa10077150 Paris Saint-Germain (PSG) F.C. players Kylian Mbappe (R) and Lionel Messi (L) chat during the PSG kids soccer clinic in Tokyo, Japan, 18 July 2022. Paris Saint-Germain will play three matc ...
Les deux coéquipiers du PSG se retrouveront dimanche pour l'ultime explication.Image: EPA

Mbappé contre Messi en finale de la Coupe du monde

La France affrontera l'Argentine pour le titre mondial, dimanche à 16h. Elle a battu le Maroc mercredi (2-0) grâce à des réussites d'Hernandez et de Kolo Muani.
14.12.2022, 21:5115.12.2022, 07:44

Kylian Mbappé sera bien présent dimanche à Doha au rendez-vous proposé par Lionel Messi. La finale de la Coupe du monde dont rêvait sans doute l'Emir du Qatar opposera la France à l'Argentine. Après 1998, 2006 et 2018, la France a remporté une quatrième demi-finale de Coupe du monde de rang. Elle a battu le Maroc 2-0 sur des réussites de Lucas Hernandez (5e) et de Randal Kolo Muani (79e).

Comme en quart de finale contre l'Angleterre, le tenant du titre a témoigné d'un réalisme extrême. La France est (re)devenue au Qatar une formidable machine à gagner malgré le poids des absences et une jouerie qui ne convainc pas vraiment.

La feuille de match

France - Maroc 2-0 (1-0)
68'294 spectateurs.
Arbitre Ramos (MEX).
Buts: 5e Théo Hernandez 1-0. 79e Kolo Muani 2-0.
France: Lloris; Koundé, Varane, Konaté, Théo Hernandez; Tchouaméni, Fofana; Dembélé (79e Kolo Muani), Griezmann, Mbappé; Giroud (65e Thuram).
Maroc: Bounou; Hakimi, El Yamiq, Saïss (21e Amallah/78e Ezzalzouli), Dari, Mazraoui (46e Attiyat-Allah); Ziyech, Amrabat, Ounahi, Boufal (66e Aboukhlal); En-Nesyri (66e Hamdallah).
Avertissements: 27e Boufal.

Première équipe africaine à se hisser dans le dernier carré d'une Coupe du monde, le Maroc est tombé avec les honneurs. Portés par leur public - ils jouaient vraiment à domicile -, Walid Regragui et ses joueurs ont payé au prix fort leur laxisme sur le but de Théo Hernandez à la 5e minute. La défense de fer des Marocains a cédé d'entrée de jeu pour basculer dans le scénario qu'ils redoutaient justement.

Malgré leur bravoure, leur allant et le talent de leurs individualités, les Lions de l'Atlas n'ont pas trouvé l'ouverture. A leur décharge, il faut rappeler le passé italien de Didier Deschamps qui sait, lorsque les conditions l'exigent, convertir ses joueurs aux vertus d'un bon vieux catenaccio.

L'ouverture du score du cadet des Hernandez aurait dû placer la France sur une voie royale. Face à une défense marocaine toujours privée de son meilleur élément Naif Aguerd, les Français n'ont pas su enfoncer le clou. Avec une frappe sur le poteau d'Olivier Giroud (17e) et une occasion en or pour Mbappé et Giroud sur une rupture à la 36e, les joueurs de Didier Deschamps ont eu toutefois l'opportunité d'inscrire ce 2-0 qui aurait sans doute scellé très tôt l'issue de cette demi-finale.

Au fil des minutes, les Marocains ont compris que revenir au score n'avait rien d'impossible face à une équipe qui évoluait sans Dayot Upamecano et Adrian Rabiot, victimes à leur tour des méfaits de la climatisation «made in Qatar». Seulement, Hugo Lloris était toujours aussi vaillant. Il a fait les deux arrêts qu'il fallait faire lors de cette première période. Considéré à tort par la presse anglaise comme le maillon faible des champions du monde, le portier de Tottenham est, comme il y a quatre ans, littéralement sublimé par l'événement.

Hugo Lloris était bien «le» joueur clé d'une équipe de France qui connaissait une entame de seconde période fort éprouvante. Il n'y avait, en effet, plus qu'une seule équipe sur le terrain et c'était le Maroc. Sur le côté droit, Achram Hakimi et Hakim Ziyech ne cessaient ainsi de mettre au supplice Hernandez.

Mais malgré leur insolente supériorité, les Marocains peinaient à se créer des occasions. La faute sans doute à l'absence dans leur rang d'un grand centre-avant et aussi à la formidable résilience des Français, plus que jamais capables de faire le dos rond pour attendre de porter le coup fatal. Il a été donné à la 79e minute sur une action qui a vu Kylian Mbappé faire la différence. Déjà impliqué sur l'ouverture du score, le Parisien a encore été décisif un soir qu'il doit qualifier sans doute d'ordinaire. L'extraordinaire, il le réserve pour dimanche. (ats)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les jeunes ont trop de respect pour Djokovic
La réaction de Stefanos Tsitsipas après sa défaite en finale de l'Open d'Australie suggère une vive admiration. Voire une capitulation. Novak Djokovic est tranquille pour un moment.

Pour quelqu'un qui a la réputation de mal vivre ses défaites, Stefanos Tsitsipas s'est plutôt vite remis. Nous étions encore à partager sa peine, à partager ce petit sentiment d'humiliation qui accompagne le perdant vers les poignées de main charitables et les rictus navrés, que le Grec gazouillait déjà aux oreilles du vainqueur. Pis: le désignait comme le meilleur bipède à avoir jamais tenu une raquette.

L’article