averses éparses
DE | FR
Sport
Reportage

Roger Federer en larmes pour ses adieux: «Je suis heureux, pas triste»

An emotional Roger Federer, left, of Team Europe sits alongside his playing partner Rafael Nadal after their Laver Cup doubles match against Team World's Jack Sock and Frances Tiafoe at the O2 arena i ...
Roger Federer et Rafael Nadal en larmes.Image: AP
Reportage

Federer fond en larmes pour ses adieux: «Je suis heureux, pas triste»

La carrière de Roger Federer s'est terminée à 1 h 25, heure de Londres. Dans les bras de Rafael Nadal, puis de Mirka et des enfants. L'émotion était lourde. Reportage.
24.09.2022, 08:1124.09.2022, 13:18
simon häring, londres

Lorsque le rideau final tombe à 1 h 25, heure de Londres, les larmes coulent. «Je suis heureux, pas triste. C'était une soirée fantastique et j'en avais envie. Je ne voulais pas partir seul dans mon coin», a déclaré Roger Federer.

Les larmes coulent. Les siennes, d'abord, mais elles sont contagieuses. Roger Federer les partage avec Nadal. Avec Mirka. Avec les enfants. Tous le réconfortent comme ils peuvent mais ils ont beaucoup à faire avec leur propre émotion.

An emotional Roger Federer of Team Europe is embraced by his wife Mirka after playing with Rafael Nadal in a Laver Cup doubles match against Team World's Jack Sock and Frances Tiafoe at the O2 arena i ...
Avec Mirka.Image: AP

Tout le monde est venu pour le dernier match de sa carrière. Les quatre enfants, Myla et Charlene, Leo et Lenny. Les parents, Robert et Lynette. Alors que Federer les remercie une dernière fois, sa femme lui envoie des baisers aériens. Et il dit: «Sans vous... Sans vous rien de tout cela n'aurait été possible.»

Robert Federer, Lynette and Mirka, the father, mother and wife of Team Europe's Roger Federer applaud after he played with Rafael Nadal in a Laver Cup doubles match against Team World's Jack Sock and  ...
Les parents, Robert et Lynette, les enfants, Mirka, la physiothérapeute, le médecin, les entraîneurs.Image: AP

Avantage, service, revers, faute, break. Amour, victoire et défaite: le tennis parle le langage de la vie. Chaque jeu en est le déroulé à sa petite échelle. Chaque match offre son lot de hauts et de bas. Un condensé de la vie. Roger Federer a joué 1526 matchs en simple et 224 matchs en double.

«Les 24 dernières années me semblent comme si elles avaient duré 24 heures. J'ai ri et pleuré, ressenti de la joie et de la douleur, et surtout je me suis sentie incroyablement vivant. Dans ma tête, j'ai l'impression d'avoir vécu toute ma vie»
Roger Federer

Roger Federer était sur le court pour la première et la dernière fois depuis son élimination en quart de finale de Wimbledon l'an dernier. Le fait qu'il se soit incliné aux côtés de son ami Rafael Nadal 4-6 7-6 (7/2) 11/9, devant Jack Sock/Frances Tiafoe, après avoir raté une balle de match, restera anecdotique.

Team Europe's Roger Federer playing with Rafael Nadal reacts after winning a point during their Laver Cup doubles match against Team World's Jack Sock and Frances Tiafoe at the O2 arena in London, Fri ...
Il a quand même tout tenté.Image: AP

L'adieu le bouleverse, c'est difficile pour lui. Parce qu'il n'est pas prêt à ça. «Mais les signaux de mon corps étaient clairs à la fin. Je dois réaliser que c'est fini. Le moment est venu, même si ça fait mal.»

Le tennis est un sport individuel, il n'y a qu'un seul gagnant et de nombreux perdants dont personne ne se soucie. Vous sortez généralement par la porte de derrière. Les adieux sont solitaires. Pas pour Federer. Il est accompagné de sa famille de tennis.

Team Europe's Roger Federer is lifted by fellow players after playing with Rafael Nadal in a Laver Cup doubles match against Team World's Jack Sock and Frances Tiafoe at the O2 arena in London, Friday ...
Accompagné vers la sortie avec beaucoup d'admiration.Image: AP

Pour son dernier match, il est avec un rival devenu ami. Toutes les légendes du tennis sont là. Rod Laver, Björn Borg et John McEnroe pour le passé. Rafael Nadal et Novak Djokovic pour le présent, plus Andy Murray. Et Félix Auger-Aliassime, qui a exactement 19 ans de moins que lui, ou Frances Tiafoe, pour le futur.

Et tout cela à la Laver Cup. Un tournoi où les adversaires deviennent des alliés. Une compétition que Federer a fondée. C'est son héritage au tennis, une déclaration d'amour. À Londres. Dans la ville de ses plus grands succès.

Lorsqu'il a été le dernier joueur de l'équipe européenne à entrer sur le terrain à 13 h 10, heure locale, c'était comme si un ouragan balayait l'O2 Arena. Comme toujours ces vingt dernières années. Comme partout. Une dernière fois.

Il a suivi les premiers matchs avec enthousiasme, à l'écart, parfois depuis le vestiaire - en retrait et uniquement suivi par des caméras. Jusqu'à 23 heures, heure locale, lorsqu'il est entré en scène pour la dernière fois en tant que professionnel du tennis, dans la lumière des projecteurs, les yeux et les caméras braqués sur lui, au centre du public mondial.

Rafael Nadal, l'O2 en ébullition, c'était clair: il s'est trompé. Sa carrière se termine d'une manière qu'il n'aurait jamais cru possible: par un petit match entre amis. Après 20 titres du Grand Chelem, 310 semaines en tant que numéro 1 mondial, avec l'or olympique en double et l'argent en simple, avec 103 victoires en tournois.

Federer craignait les larmes et les émotions, le moment où le dernier rideau tombe. «Parce que je ne veux pas que ce soit comme un enterrement. Ce doit être joyeux, puissant, une grande fête.» Malgré la mélancolie, malgré les larmes, pour lui et ses fans. Malgré les craintes sur son état physique.

«C'était une merveilleuse journée. J'ai encore aimé lacer mes chaussures. Je ne me suis pas du tout senti stressé. Je suis content d'avoir traversé le match sans me blesser. Jouer avec Rafa et avoir toutes les autres légendes dans mon équipe ou en tant que spectateurs, cela signifie tellement pour moi.»

Il redoutait une fin un peu plombée. La crainte n'était pas fondée. C'est devenu une fête. C'est devenu ce que c'était censé être: pas un adieu, mais un au revoir de sa famille de tennis – devant ses proches.

«Mirka n'aimait plus me regarder. C'est un grand soulagement pour eux que ce soit fini»
Roger Federer

Il y avait aussi Severin Lüthi, qui a toujours été plus que «juste» son entraîneur. Il y avait encore son ami d'enfance Marco Chiudinelli. Sans doute qu'il y avait d'autres personnes dans la foule qui comptent beaucoup pour Federer, mais qui ont préféré rester discrets. Le fait qu'ils étaient à ses côtés ce soir-là, des décennies après l'ascension au sommet du monde, n'a peut-être pas rendu l'adieu plus facile, ni moins touchant. Mais moins solitaire.

An emotional Roger Federer of Team Europe is interviewed after playing with Rafael Nadal in a Laver Cup doubles match against Team World's Jack Sock and Frances Tiafoe at the O2 arena in London, Frida ...
La preuve...Image: AP

De tous les cadeaux que le tennis lui a offerts, les personnes qu'il a rencontrées au fil du temps sont les plus grands: «Mes amis, mes rivaux et surtout les fans qui insufflent la vie à ce sport.»

Pour Roger Federer, le tennis ne parle pas seulement le langage de la vie. Il est sa vie. «On m'a donné un talent particulier pour le tennis et je l'ai joué à un niveau que je n'aurais jamais pu imaginer, bien plus longtemps que je ne l'aurais cru possible», a conclu le joueur de 41 ans. «Je me considère comme l'une des personnes les plus heureuses au monde». C'était la dernière danse de Roger Federer.
(adaptation française: chd)

Modèle ou héros: voici ce que les célébrités pensent de Roger Federer

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici les deux adversaires possibles de la Suisse si elle se qualifie
Si elle valide son billet pour les 8es de finale ce vendredi contre la Serbie (coup d'envoi à 20h), la Nati affrontera le Portugal ou la Corée du Sud.

La Suisse ne sait pas encore si elle sera au rendez-vous des 8es de finale, mais elle sait déjà ce qui l'y attendrait:

L’article