Sport
Ski Alpin

Odermatt a 3 bonnes raisons de ne pas solder la fin de saison

Marco Odermatt a trois bonnes raisons de ne pas solder la fin de saison

Le Nidwaldien a remporté le classement général de la Coupe du monde ce week-end. Mais il peut encore marquer les esprits.
26.02.2024, 10:5926.02.2024, 13:05
Plus de «Sport»
«Marco Odermatt gagnera le classement général de la Coupe du monde même s’il décide de partir en vacances aux Maldives à la fin janvier!»

Lâchée sous forme de plaisanterie il y a deux mois après la chute de Marco Schwarz (blessé au genou), cette phrase de Marc Girardelli sonne finalement très juste. Elle traduit tout simplement l’écrasante supériorité du Nidwaldien. Même s’il n’est pas parti aux Maldives comme l’ancien champion luxembourgeois pouvait le suggérer, Marco Odermatt a marqué bien des esprits samedi lors de la conquête de sa troisième Coupe du monde. Et ce n'est peut-être pas fini.

«Odi» ne soldera en aucun cas cette fin de saison. Tout simplement parce qu'il a encore trois records dans le viseur:

  1. Il veut creuser le plus large écart entre le premier et son dauphin que détient depuis 23 ans Hermann Maier avec 743 points. Aujourd’hui, Marco Odermatt devance Manuel Feller de 901 points.
  2. Un autre record lui tient à cœur, celui des 13 victoires en une saison qu’il détient conjointement depuis l’hiver dernier avec Ingemar Stenmark, Hermann Maier et Marcel Hirscher. Il doit gagner trois des six courses – 4 géants, 1 descente et 1 Super-G – qui figurent encore à son programme cette saison pour le battre.
  3. Il veut, enfin, améliorer son record de points sur une saison qu’il a porté à 2042 l’hiver dernier. Il lui en manque 321 pour le surpasser.

Sous contrat avec...21 sponsors!

Rien n’est donc impossible pour un homme capable de gagner un slalom géant après n’avoir signé que le onzième chrono de la première manche comme il l’a fait à Schladming. Plus les hivers passent, plus l’impression que le ciel est sa seule limite se renforce. Sur ses skis, Marco Odermatt semble vraiment capable de rendre possible l’impossible.

Sa réussite a suscité, bien sûr, l’intérêt des différentes marques qui souhaitent s’associer à son nom. Aujourd’hui, Marco Odermatt est sous contrat avec... 21 sponsors. Il s’efforce toutefois de reporter ses obligations auprès de ses partenaires une fois sa saison achevée. Il a toutefois fait une exception cet hiver avec le tournage du clip de «Sunrise» aux côtés de Roger Federer. Il a été réalisé en décembre au lendemain de sa victoire au géant de Val d'Isère dans un palace à Andermatt juste avant de se rendre aux Sport Awards, cette émission si prisée par le public alémanique à défaut de privilégier le trilinguisme.

«Nous nous efforçons de rester le plus raisonnable possible devant l’afflux des demandes», souligne Michael Schiendorfer, son manager depuis huit ans déjà. «Il est crucial que Marco bénéficie toujours de suffisamment de temps pour s’entraîner et pour se reposer.»

Pour l'instant, l'équilibre n'est pas rompu. A 26 ans, Marco Odermatt a compris depuis longtemps comment cibler ses priorités pour rester l'incontestable no 1 de son sport. (ats/jcz)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant
1 / 22
19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant
source: facebook
partager sur Facebookpartager sur X
Il arrête des dealers déguisés en ours en peluche
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Nino Schurter: «La qualification olympique n'est pas actée»
Avant la première étape de Coupe du monde de la saison, ce week-end au Brésil, le vététiste de 37 ans nous parle de sa préparation. Mais aussi de l'importance des premières courses de l'année, en vue des Jeux olympiques, un événement auquel il rêve de participer pour la cinquième fois. Interview.

Nino Schurter, vous débutez ce week-end au Brésil votre 15e saison de Coupe du Monde. Ressentez-vous toujours cette étincelle qu'il y avait à vos débuts?
Oui, c'est effectivement la même chose. Avant chaque début de saison, je ressens une nervosité supplémentaire. La dernière course remonte déjà à un certain temps. On ne sait pas vraiment où l'on en est.

L’article