International
Charles III

Charles en fait trop

En convalescence à Sandringham, le roi Charles s'apprête à passer sur le billard cette semaine pour une hypertrophie de la prostate.
En convalescence à Sandringham, le roi s'apprête à passer sur le billard cette semaine pour une hypertrophie de la prostate.watson

Charles en fait trop

A quelques heures de son opération de la prostate, il se murmure que Sa Majesté a du mal à lever le pied. Pendant ce temps, les médias britanniques tentent toujours de combler l'absence de leurs royals préférés... comme ils peuvent.
24.01.2024, 18:4724.01.2024, 19:07
Suivez-moi
Plus de «International»

Seize mois de règne au rythme frénétique, ponctués d'engagements (516, pour être exact), autant de cakes coupés, de tasses de thé sifflées, de fromages dégustés, de sourires forcés, de coucous et de courbettes exécutées, forcément, ça marque. Si bien que, depuis qu'il est mis sur la touche, Charles III aurait toutes les peines du monde à lâcher du leste. Il faudra bien, à quelques heures de passer sur le billard pour une hypertrophie de la prostate.

«Aucun moyen qu'il ralentisse»

Ses rendez-vous annulés pour les prochains jours, le roi s'attèle à diverses tâches administratives et au traitement quotidien de sa correspondance, sa fameuse boîte rouge. Le palais assure que «tout est sous contrôle» et que le roi pourra reprendre très rapidement le fil de ses activités. Un initié susurre d'ailleurs au Sun que le bon roi a du mal à se laisser aller - au point que sa femme, Camilla, doit l'enjoindre à «ralentir un peu». Ce ne serait pas la première fois. Il y a dix ans déjà, la reine confiait que son époux, bourreau de travail acharné, qui ne compte ni ses heures ni le manque de sommeil (il lui arriverait de se coucher à «4 heures du matin»), n’est pas «du genre à se détendre».

«Il n'arrête jamais de travailler. Il est épuisant. Je sautille de haut en bas et je dis: 'Chéri, tu penses que nous pourrions avoir un peu de paix et de tranquillité, et nous amuser ensemble?'. Mais il doit toujours finir quelque chose»
La reine Camilla, en 2013, au Daily Telegraph.

Quelques années plus tard, à l'occasion des 70 ans de son homme, quand on insistait pour savoir si elle ne pourrait pas, cette fois, le persuader de lever le pied, la réponse de Camilla n'a rien eu d'encourageant: «Vous plaisantez! Il n'y a aucun moyen qu'il ralentisse».

Cela dit, tout le monde ne semble pas persuadé que le souverain pourra reprendre le job, avec la niaque qui le caractérise, sitôt passée son opération. Comme le rappelle un ami de longue date de la famille au Daily Beast: «Charles est un homme plus âgé. Il avait 73 ans lorsque sa mère est décédée, donc même s'il vit jusqu'à 100 ans, il n'est même pas proche de la moitié du règne de sa mère». You don't say.

«Je crains que les problèmes de prostate ne soient un rappel importun de cette simple réalité»
Un ami de la famille, au Daily Beast.

En voilà un qui, en d'autres temps, ne serait pas passé loin de la décapitation.

Un rappel de la réalité

En attendant, le roi hyperactif de 75 ans se trouve toujours sur le domaine de Sandringham, dans le Norfolk, «en convalescence». Il a été aperçu lundi au volant de son Audi électrique, ses gants verts flamboyants dans l'habitacle. Le palais de Buckingham a confirmé qu'il serait admis cette semaine dans un hôpital tenu secret, pour une «procédure corrective», et qu'il devrait être libéré après une nuit, sans fournir plus de précisions.

Image
source: getty

Pendant ce temps, Camilla, projetée dans le job de royal la plus haut placée de l'organigramme, a fait une brève halte dans une bijouterie de Swindon, dans le Wiltshire, pour y déposer la montre vintage de son fils, Tom Parker Bowles. Son Altesse aurait expliqué au personnel avoir trouvé la Breitling vintage par hasard, dans un placard. Quelle vie, l'aristocratie.

Un vide toujours immense

Pendant ce temps, les correspondants royaux comblent le vide et l'ennui comme ils peuvent. Plus tôt cette semaine, votre dévouée chroniqueuse royale vous rappelait l'existence du duc d'Edimbourg, à savoir le prince Edward, le plus jeune frère du roi. A défaut de pouvoir nous raconter les nouvelles aventures de Kate et William, toujours hors course, le Telegraph a donc bien été obligé de nous raconter sa rencontre avec Jonathan, une tortue de 192 ans, en tournée sur l'île lointaine de Saint-Hélène.

Pour vous donner un ordre de grandeur, à l'époque de sa naissance, la reine Victoria n'était même pas encore montée sur le trône.

Le prince Edward et Jonathan, ce mercredi, à Saint-Hélène.
Le prince Edward et Jonathan, ce mercredi, à Saint-Hélène.

Cette vieille tortue, considérée comme le plus ancien animal terrestre vivant au monde, a rencontré pas mal de nobles et défunts parents du duc: la reine Elizabeth II et le prince Philip, mais aussi son grand-père, George VI, sa grand-mère, Queen Mum, ainsi que sa tante, la princesse Margaret. L'histoire ne nous dit pas, en revanche, avec quel membre de la famille royale Jonathan a eu le plus d'accointances.

Allez, juste pour le plaisir... un jeune Jonathan qui aime les tortues.

Les gardes de Charles III ont du mal avec la chaleur
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Nouvel incident à la frontière entre la Corée du Nord et du Sud
Des dizaines de soldats nord-coréens ont franchi la frontière avec la Corée du Sud, avant de battre en retraite sous les tirs de sommation sud-coréens.

Cette nouvelle incursion survient alors que plusieurs soldats nord-coréens ont été blessés au cours d'un autre incident. Les hommes ont été touchés par l'explosion de mines alors qu'ils travaillaient près de la frontière. Selon un responsable de l'état-major sud-coréen, ces soldats effectuaient des travaux de déblayage et posaient des mines le long de la frontière, mais ont «subi de nombreuses pertes à la suite d'explosions répétées de mines terrestres au cours de leur travail». Malgré cela, les militaires du Nord «semblent imprudemment poursuivre leurs opérations», a ajouté ce responsable.

L’article