International
En direct

++Guerre Ukraine-Russie EN DIRECT++

En direct

Cinq civils tués dans des frappes en Ukraine

Suivez en direct les dernières infos sur la guerre de la Russie contre l'Ukraine et ses implications en Suisse ainsi que dans le monde.
12.07.2024, 20:0421.07.2024, 21:23
Team watson
Team watson
Suivez-moi
Plus de «International»
  • La contre-offensive lancée par l'Ukraine en juin 2023 s'est soldée par un échec. La Russie a repris l'initiative sur toute la ligne de front.
  • Kiev est en très mauvaise posture. Alors que les Russes poussent vers plusieurs directions, les Ukrainiens doivent rationner leurs munitions.
Envoyez-nous votre contribution
avatar
21:22
Cinq civils tués dans des frappes en Ukraine
Au moins cinq civils ont été tués dimanche dans des frappes dans le sud, l'est et le nord de l'Ukraine sur le territoire tenu par Kiev et sur la zone occupée par la Russie. C'est ce qu'ont annoncé les autorités des deux camps.
epa11486988 People walk at the site of Russian rocket strike in the city of Chuhuiv in the Kharkiv region, northeastern Ukraine, 19 July 2024. At least nine people were injured, including one child, a ...
Bild: sda
Le parquet ukrainien a déclaré qu'un homme de 37 ans avait perdu la vie et qu'un autre avait été blessé au cours d'une attaque russe contre un engin agricole en pleine récolte, dans un champ près de Bilopillia, dans la région de Soumy (nord).

Dans la partie de la région de Kherson (sud) aux mains de l'armée russe, le dirigeant local a affirmé sur Telegram que des bombardements ukrainiens avaient provoqué la mort d'une femme dans sa maison du village de Tchornomorské et fait deux blessés.

Un couple a péri dans un tir d'artillerie contre sa voiture dans la ville de Gorlivka et une femme a été tuée par un drone dans le village de Verkhnetortskoïe, dans la partie occupée de la région ukrainienne de Donetsk (est), pouvait-on encore lire sur Telegram.
13:11
Moscou revendique la prise de deux villages dans l'Est de l'Ukraine
L'armée russe a revendiqué dimanche la prise de deux petites localités dans l'Est de l'Ukraine, poursuivant son grignotage de terrain dans cette partie du front malgré de lourdes pertes, face à des forces ukrainiennes moins nombreuses.

«Les unités du groupe +Ouest+ ont libéré les localités de Rozovka (Andriïevka en ukrainien) et Pestchanoïe Nijnee (Pichtchané en ukrainien)», situées dans respectivement dans les régions de Lougansk et Kharkiv, a indiqué le ministère russe de la Défense dans son compte-rendu quotidien.
11:40
Arctique: des avions russes pour repousser des bombardiers US
La Russie a déclaré dimanche avoir dépêché des avions de combat pour empêcher deux bombardiers stratégiques américains de franchir sa frontière au-dessus de la mer de Barents, dans l'Arctique.

L'armée américaine effectue régulièrement des vols au-dessus des eaux internationales, opérations qui, selon elle, sont menées dans un espace aérien neutre et conformément au droit international.

Mais Moscou a réagi de manière plus agressive aux exercices ces derniers mois, avertissant en juin que les vols de drones américains au-dessus de la mer Noire risquaient de conduire à un affrontement militaire «direct».

Le ministère russe de la Défense a déclaré avoir dépêché des avions de combat pour intercepter une «cible aérienne s'approchant de la frontière de la Fédération de Russie».

«Les équipages des chasseurs russes ont identifié la cible aérienne comme étant deux bombardiers stratégiques B-52H de l'US Air Force», a-t-il ajouté.

Les bombardiers américains ont corrigé leur trajectoire
«Alors que les chasseurs russes approchaient, les bombardiers stratégiques américains ont corrigé leur trajectoire de vol, s'éloignant puis se détournant de la frontière russe», a-t-il ajouté.

En juin, Moscou a accusé les États-Unis d'utiliser leurs vols de drones de reconnaissance au-dessus des eaux neutres de la mer Noire pour aider l'Ukraine à frapper la péninsule de Crimée annexée par la Russie.

Il a déclaré que ces vols augmentaient le risque d'une «confrontation directe» entre l'OTAN et la Russie, et que son armée avait reçu pour instruction de préparer une « réponse opérationnelle».
14:32
Une ex-députée et défenseuse de la langue ukrainienne assassinée
Une ex-députée nationaliste et ardente défenseuse de l'usage de la langue ukrainienne face au russe, Irina Farion, est morte après avoir été victime d'une attaque par balles à Lviv, dans l'Ouest de l'Ukraine, ont annoncé vendredi soir les autorités.

Dans un message sur Telegram, la police nationale ukrainienne a indiqué qu'elle avait succombé à ses blessures à l'hôpital après avoir été la cible d'une tentative d'assassinat.

«Je dis toujours qu'aucun endroit n'est sûr en Ukraine», a déploré le maire de Lviv, Andriï Sadovy, en dénonçant un «odieux assassinat» et présentant ses condoléances aux proches de la victime.

Selon le parquet ukrainien, l'attaque a eu lieu vendredi soir, vers 19h30, lorsqu'un individu non identifié a tiré en direction d'Irina Farion, la blessant gravement à la tête.

«Toutes les caméras de surveillance sont vérifiées, les témoins sont interrogés et plusieurs quartiers (de Lviv) sont examinés. Toutes les pistes sont étudiées y compris celle menant à la Russie»
, a réagi samedi sur X le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Igor Klimenko, le ministre de l'Intérieur, a affirmé lors d'un briefing vendredi soir à Lviv que le tueur présumé pourrait avoir rodé plusieurs jours autour du domicile d'Irina Farion.

Selon lui, les enquêteurs se concentrent actuellement sur la piste d'un meurtre motivé par une «rancune personnelle» liée aux activités de la victime, mais n'exclut pas non plus un «assassinat commandité».

Âgée de 60 ans, cette professeur de langue et linguiste avait été entre 2012 et 2014 députée pour le parti nationaliste Svoboda.
13:05
Ukraine: deux morts dans des frappes russes nocturnes
Des bombardements russes ont tué au moins deux civils et fait quatre blessés dans la nuit de vendredi à samedi dans la région ukrainienne de Kharkiv (nord-est), a indiqué le parquet régional.

«Vers 3h15 du matin, l'ennemi a lancé une attaque de missiles sur la ville de Barvinkove, dans le district d'Izioum», a indiqué le parquet dans un communiqué.
epa11486991 Ukrainian policemen and local people check the site of Russian rocket strike in the city of Chuhuiv in the Kharkiv region, northeastern Ukraine, 19 July 2024. At least nine people were inj ...
Bild: sda
Selon cette source, la frappe a tué deux hommes de 48 et 69 ans, blessé quatre autres personnes, endommagé une cinquantaine de bâtiments, et, selon des informations préliminaires, a été menée avec trois missiles russes Iskander.

Le parquet ajoute qu'un missile russe a également frappé, vendredi peu avant minuit, une entreprise agricole dans le village d'Oleksiïvka, sans faire de victimes.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, réclame inlassablement à ses alliés occidentaux davantage de systèmes de défense antiaériens pour permettre d'intercepter les nombreux missiles et les drones russes qui frappent tous les jours les villes du pays.
8:24
Trump promet à Zelensky de «mettre fin à la guerre» en Ukraine
L'ex-président américain Donald Trump, qui a parlé au téléphone avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, a promis de «mettre fin à la guerre» entre l'Ukraine et la Russie en cas de retour à la présidence. «Je vais apporter la paix dans le monde», a-t-il assuré.

«En tant que votre prochain président des Etats-Unis, je vais [...] mettre fin à la guerre qui a coûté tant de vies» en Ukraine, a déclaré le candidat républicain à la présidentielle américaine de novembre sur sa plateforme Truth Social.
epaselect epa11486820 Republican presidential nominee Donald J. Trump looks on after speaking on the final day of the Republican National Convention (RNC) at Fiserv Forum in Milwaukee, Wisconsin, USA, ...
Bild: sda
Donald Trump affirme fréquemment qu'il serait capable de mettre un terme au conflit en Ukraine très rapidement à son retour au pouvoir, mais sans jamais fournir de détails, comment il y parviendrait.

Zelensky a confirmé l'appel téléphonique, au cours duquel il a félicité le milliardaire pour son investiture officielle la veille en tant que candidat du parti républicain à la présidentielle.

«J'ai souligné le soutien vital des deux partis et des deux chambres du congrès américain pour protéger la liberté et l'indépendance de notre nation», a-t-il dit.
19:06
Frappe russe sur une aire de jeu: au moins 3 morts, dont un enfant
Au moins trois personnes, dont un enfant, ont péri et cinq autres ont été blessées vendredi dans une frappe russe sur une aire de jeux dans la ville méridionale de Mykolaïv, a annoncé le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

La frappe russe «a touché un terrain de jeu près d'un immeuble d'habitation. À ce stade, on dénombre cinq blessés. Trois personnes ont été tuées (...), dont un enfant», a-t-il déploré sur Telegram.
Des policiers ukrainiens enquêtent sur le site d'un tir de roquette russe dans la ville de Chuhuiv dans la région de Kharkiv, au nord-est de l'Ukraine, vendredi. Au moins 9 personnes ont été ...
Bild: sda
Le président ukrainien, qui a une nouvelle fois dénoncé «la terreur» russe, a accompagné son communiqué de plusieurs clichés montrant un immeuble aux vitres soufflées sur plusieurs étages. Au moins une personne était évacuée sur un brancard et deux autres individus gisaient au sol, selon ces images.

«De nouvelles solutions sont nécessaires pour soutenir notre défense», a insisté Zelensky, qui se trouve actuellement en déplacement au Royaume-Uni.

Le président ukrainien réclame inlassablement à ses alliés occidentaux davantage de systèmes de défense antiaériens pour permettre d'intercepter en plus grand nombre les nombreux missiles et les drones russes qui frappent tous les jours les villes du pays.
16:45
Moscou revendique la prise d'un nouveau village dans l'est
La Russie a revendiqué vendredi la prise d'un nouveau village dans l'est de l'Ukraine, poursuivant sa poussée en direction de la localité de New York, cible d'intenses bombardements de la part des forces russes qui cherchent à progresser.

«Le village de Iourivka (...) a été libéré», a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.
A local man hauls his bicycle in front of an apartment building that was destroyed by a Russian airstrike in Toretsk, Donetsk region, Ukraine, Friday, June 28, 2024. (AP Photo/Evgeniy Maloletka)
Bild: sda
Iourivka, un tout petit village du Donbass, se trouve à 2 km au sud de New York, et non loin de Toretsk, deux localités qui subissent depuis la mi-juin de nombreuses frappes de la part des Russes qui cherchent à s'en emparer et progresser dans la région de Donetsk (est).

L'armée ukrainienne, en manque d'hommes et de munitions, fait face à des assauts russes le long de la ligne de front, qui s'étend sur près de 1000 km, notamment dans l'Est, où l'armée russe a conquis plusieurs petites localités ces dernières semaines, malgré d'importantes pertes.
14:21
Un journaliste américain condamné à 16 ans de prison en Russie
Un tribunal russe a déclaré le journaliste américain Evan Gershkovich coupable d'espionnage et l'a condamné à 16 ans de prison, à l'issue d'un procès largement qualifié de simulacre.

L'accusation avait demandé une peine de 18 ans de prison pour le correspondant du Wall Street Journal. Evan Gershkovich, 32 ans, a nié les accusations et a plaidé non coupable lors d'une séance à huis clos.
FILE - Wall Street Journal reporter Evan Gershkovich stands in a glass cage in a courtroom in Yekaterinburg, Russia, Wednesday, June 26, 2024. Court officials say closing arguments in the espionage tr ...
Bild: sda
Gershkovich a été arrêté en mars dernier alors qu'il effectuait un reportage dans la ville d'Ekaterinbourg, devenant ainsi le premier journaliste américain depuis la guerre froide à être accusé d'espionnage en Russie. Il a été détenu dans la célèbre prison moscovite de Lefortovo, mais a été renvoyé à Ekaterinbourg pour y être jugé.
11:46
Zelensky au Royaume-Uni pour un sommet européen
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé jeudi être arrivé au Royaume-Uni pour un sommet européen. Il rencontrera également le nouveau premier ministre britannique Keir Starmer ainsi que le roi Charles III.
Ukrainian President Volodymyr Zelenskyy arrives to attend the European Political Community summit at Blenheim Palace in Woodstock, Oxfordshire, England, Thursday July 18, 2024. (Jacob King/Pool Photo  ...
Bild: sda
«Je signerai un accord intergouvernemental sur le soutien au complexe industriel et de défense ukrainien», a précisé le dirigeant sur les réseaux sociaux. Selon des journalistes de l'AFP, il est arrivé au palais de Blenheim, où se tiendra le quatrième sommet de la Communauté politique européenne.
6:49
La Russie dit avoir abattu 33 drones ukrainiens en Crimée
Le ministère russe de la Défense a affirmé jeudi avoir abattu 33 drones aériens ukrainiens dans la nuit au-dessus de la Crimée ainsi que dix drones navals qui se dirigeaient vers la péninsule annexée par Moscou en 2014.

«Les systèmes de défense aérienne en service ont détruit et intercepté 33 drones aériens au-dessus (du territoire) de la république de Crimée», a rapporté le ministère dans un communiqué publié sur le réseau social Telegram, ajoutant que des armes «en service en mer Noire ont détruit dix drones navals qui se dirigeaient vers la péninsule de Crimée».
Explosions et alertes aériennes entendues à Kiev
Des explosions et des alertes aériennes ont retenti mercredi soir à Kiev, selon des journalistes de l'AFP sur place. Elles surviennent 10 jours après des frappes russes massives ayant ensanglanté la capitale ukrainienne.

Sur Telegram, le maire de Kiev, Vitali Klitschko, a indiqué que les défenses antiaériennes avaient été activées et qu'un incendie avait été signalé, «entre un immeuble d'habitation et un établissement scolaire», dans le quartier Darnytsky (sud-est).

Pour sa part, l'armée de l'air ukrainienne, sur Telegram, a indiqué à 21h51 heure Suisse que des drones se dirigeaient vers la capitale depuis l'Est. D'autres drones ont été signalés dans les régions de Kharkiv et Dnipropetrovsk, selon la même source.

A Kiev, sur leurs canaux officiels, les autorités ont enjoint les habitants à rejoindre les abris antiaériens les plus proches. Deux alertes aériennes ont retenti dans la capitale à quelques minutes d'intervalle, la dernière a pris fin vers 22h25, selon un correspondant de l'AFP.
15:06
Deux morts dans une frappe ukrainienne près de Belgorod
Deux civils ont été tués mercredi dans une attaque ukrainienne de drone dans la région frontalière de Belgorod, a indiqué le gouverneur Viatcheslav Gladkov. Cela au lendemain de l'annonce de restrictions d'accès dans plusieurs localités de cette région russe à cause de bombardements persistants.

«Un drone (explosif) a attaqué une voiture dans laquelle se trouvait un jeune couple marié», a déploré le responsable sur Telegram. Mardi, il avait annoncé des «mesures de sécurité maximales», restreignant l'accès à 14 localités frontalières à compter du 23 juillet, pour faire face aux frappes ukrainiennes menées en représailles des bombardements russes
14:21
La Russie annonce un nouvel échange de prisonniers de guerre
La Russie a annoncé un nouvel échange de prisonniers de guerre avec l'Ukraine. Chaque camp a libéré 95 soldats, moins d'un mois après un précédent échange.

«À l'issue d'un processus de négociation, 95 militaires russes, qui étaient en danger de mort en détention, sont revenus du territoire contrôlé par le régime de Kiev. En contrepartie, 95 prisonniers de guerre des forces armées de l'Ukraine ont été restitués», a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.
14:12
Le Kremlin nie l'échec de l'offensive conte la région de Kharkiv
Le Kremlin a nié mercredi que son assaut contre la région ukrainienne de Kharkiv avait échoué. Cela même si l'objectif de Vladimir Poutine d'y créer une zone tampon pour empêcher les tirs en direction de la Russie n'a pas été atteint.

Mardi, la Russie avait annoncé restreindre l'accès à partir du 23 juillet à 14 localités de la région de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, en raison de bombardements ukrainiens, malgré l'offensive russe en cours depuis mai pour les faire cesser.

«Non, cela ne veut pas dire» que l'offensive russe a échoué, s'est défendu le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, lors de son briefing quotidien. «L'opération se poursuit et se poursuivra jusqu'à ce qu'elle soit menée à bien», a-t-il assuré.
7:26
Ignazio Cassis à rencontré Sergueï Lavrov
Le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis, de passage à New York, a rencontré son homologue russe Sergueï Lavrov. Il a également plaidé pour un renouveau de l'ordre mondial devant le Conseil de sécurité de l'ONU.

«J'ai rencontré le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov dans le contexte de la présidence russe au Conseil de sécurité», a écrit le Tessinois sur X mardi soir. Il a indiqué avoir informé son homologue sur le sommet pour la paix en Ukraine organisé en juin au Bürgenstock (NW).

Le conseiller fédéral avait déclaré lors de cette réunion que la Suisse allait «débriefer» avec les pays qui n'y ont pas participé. La Russie, qui n'avait pas été invitée, compte parmi ces pays.
20:07
La Russie va restreindre l'accès à des zones frontalières
La Russie a annoncé mardi restreindre à partir du 23 juillet l'accès à des localités frontalières de l'Ukraine, en raison des bombardements ukrainiens. Un aveu d'échec pour Vladimir Poutine qui avait justement lancé une offensive en mai pour faire cesser ces frappes.Le président russe avait ordonné le 10 mai un assaut surprise de ses forces dans la région ukrainienne de Kharkiv pour créer une zone tampon à même de limiter les tirs ukrainiens en direction de la région russe de Belgorod.
epa11482039 Russian President Vladimir Putin during his meeting with Tver Region Governor Igor Rudenya in Tver region, Russian, Russia, 16 July 2024. EPA/EVGENY BIYATOV / SPUTNIK / KREMLIN POOL
Bild: sda
Si les forces russes ont conquis quelques localités ukrainiennes, elles n'ont jamais pu créer cette «zone de sécurité» ni percer les défenses adverses. Selon Kiev, Moscou a enregistré de très lourdes pertes dans cet assaut qui est toujours en cours.

«Nous allons restreindre l'accès à 14 localités où la situation opérationnelle est extrêmement difficile», a annoncé sur Telegram le gouverneur russe de la région de Belgorod, Viatcheslav Gladkov.

La décision est inédite mais nécessaire selon le responsable, qui a semble-t-il acté que l'établissement d'une zone tampon avait échoué: «Nous avons déjà perdu de nombreux civils, nous avons beaucoup de blessés, et notre tâche est bien sûr de prendre des mesures de sécurité maximales». Dans les faits, dans la région de Belgorod, «des points de contrôle seront installés à l'entrée» des 14 localités concernées, et les transports publics, «y compris les taxis, seront interdits». Seuls «les hommes adultes» pourront entrer dans ces secteurs contrôlés par les forces de l'ordre, et ce, uniquement «selon des règles strictes», comme le port obligatoire d'un gilet pare-balles et d'un casque, ou bien encore le fait d'être accompagné par des militaires dans un véhicule blindé. Les femmes et les enfants ont interdiction d'entrer dans la zone.
17:48
Accord Kiev-Prague pour produire fusils d'assaut et munitions
L'Ukraine et des entreprises d'armement tchèques ont signé des accords en vue de produire des fusils d'assaut et des munitions en territoire ukrainien. C'est ce qu'a annoncé mardi à Prague le Premier ministre ukrainien, Denys Chmygal. «C'est important pour approvisionner notre armée maintenant», a indiqué Chmygal, au sujet de l'accord avec le groupe Sellier & Bellot qui doit construire «une usine de munitions en Ukraine».

«Le second accord concerne la production en Ukraine de fusils d'assaut par Colt CZ Group», a-t-il ajouté aux côtés de son homologue tchèque, Petr Fiala. Aucun calendrier précis n'a été annoncé dans l'immédiat. «Pour nous, il est important de continuer à soutenir l'Ukraine qui se bat pour sa souveraineté, son indépendance et son intégrité territoriale. Mais nous sommes bien conscients qu'elle se bat également pour la sécurité de l'Europe.»
"Nous commençons à reconstruire l'Ukraine cette année, nous n'attendons pas la fin de la guerre", a déclaré le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal en remerciant les alliés de  ...
Bild: sda
L'Ukraine, dont l'effort de guerre dépend très largement de l'aide occidentale, veut développer son industrie militaire pour produire elle-même ses munitions et armements pour pouvoir compter aussi sur ses propres forces face à l'envahisseur russe.

Autre exemple de cette ambition, le groupe d'armement franco-allemand KNDS, qui fabrique notamment les canons Caesar, a officialisé début juin la création d'une filiale en Ukraine pour y produire à terme des équipements et des pièces détachées.

D'autant que l'aide occidentale a connu bien des ratés fin 2023 et début 2024 en raison de différends politiques au sein de ces pays ou de problèmes logistiques.
Il reste cependant à résoudre un problème de taille pour le développement d'une industrie militaire car l'ensemble du territoire ukrainien est à portée des missiles et drones russes.

L'Ukraine réclame depuis des mois que les Occidentaux lui livrent quantité de moyens de défense antiaérienne afin de pouvoir se défendre des attaques et protéger ses sites stratégiques, son infrastructure civile ainsi que ses villes.

Prague est un des partenaires-clés pour Kiev. Le gouvernement tchèque est ainsi à l'origine d'une initiative internationale visant à acheter des obus d'artillerie pour l'Ukraine en dehors de l'Europe, l'UE ayant échoué à livrer le million de munitions qu'elle avait promise avant la fin mars. L'initiative, à laquelle participent 18 pays, dont le Canada, le Danemark, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Portugal, a permis de récolter quelque 1,8 milliard de dollars pour acheter au total 500'000 obus cette année. Mais Prague espère pouvoir porter le total à 800 000.
10:28
Le Kremlin veut d'abord comprendre ce que signifie un sommet pour la paix
Le Kremlin a dit mardi vouloir «comprendre» les propos du président ukrainien Volodymyr Zelensky. Le président ukrainien a ouvert la veille la porte à des pourparlers avec la Russie en assurant être favorable à la présence de Moscou à un prochain sommet de paix.

«Le premier sommet pour la paix n'était pas du tout un sommet pour la paix. Donc, visiblement, il faut d'abord comprendre ce qu'il (réd: Zelensky) entend par là», a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, dans une interview à la chaîne Zvezda, diffusée mardi sur Telegram. Ce sommet a réuni près de 100 pays en juin au Bürgenstock (NW). La Russie n'y avait pas été conviée.
14:56
Zelensky favorable à un prochain sommet de la paix avec la Russie
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est dit lundi pour la première fois favorable à ce que la Russie participe à un prochain sommet pour la paix organisé par Kiev, après de premières discussions mi-juin en Suisse sans Moscou. «Je pense que des représentants russes devraient participer à ce deuxième sommet», a déclaré le président ukrainien lors d'une conférence de presse à Kiev, espérant qu'un «plan» en vue d'une telle rencontre puisse être prêt en novembre.

Il n'a pas évoqué l'arrêt des hostilités, mais l'établissement «d'un plan» sur trois sujets: la sécurité énergétique de l'Ukraine, dont l'infrastructure a été ravagée par les bombardements russes, la libre navigation en mer Noire et les échanges de prisonniers.
epa11471047 Ukraine President Volodymyr Zelensky during a meeting with US House Speaker Mike Johnson (not pictured), on Capitol Hill, Washington, DC, USA, 10 July 2024. The 75th Anniversary NATO Summi ...
Bild: sda
La Russie occupe toujours près de 20% du territoire ukrainien et les perspectives d'un cessez-le-feu, voire d'une paix durable, entre Kiev et Moscou sont minimales à ce stade, après près de deux ans et demi d'attaque à grande échelle russe.

C'est la première fois toutefois que Volodymyr Zelensky émet l'idée de discussions avec la Russie sans retrait russe préalable de son territoire. Par le passé, il avait aussi juré ne pas vouloir discuter avec Moscou tant que Vladimir Poutine serait au pouvoir et même signé un décret rendant illégales des négociations avec Moscou.

L'Ukraine, Volodymyr Zelensky en tête, affirme régulièrement vouloir reprendre l'ensemble des territoires occupés par son voisin russe, dont la péninsule de Crimée, annexée par Moscou en 2014. Condition sine qua non pour Kiev avant toute discussion de paix donc: le retrait total des forces russes présentes actuellement sur le sol ukrainien, soit près de 700 000 militaires, selon les chiffres présentés par Vladimir Poutine.

De son côté, le président russe a répété à maintes reprises ses «conditions»: l'abandon des quatre régions dont Moscou revendique l'annexion en plus de la Crimée, et l'assurance que Kiev renonce à rejoindre l'Otan. Ces exigences ont été balayées par Kiev et ses soutiens occidentaux.
11:55
Un déserteur ukrainien abattu à la frontière moldave
Les autorités ukrainiennes ont annoncé lundi qu'un déserteur qui tentait de fuir l'Ukraine vers la Moldavie avait été tué par les gardes-frontières.

Le 14 juillet, «quatre soldats se sont échappés de leur unité d'entraînement pour tenter de traverser à pied la frontière avec la Moldavie», a indiqué le Bureau d'enquête d'Etat dans un communiqué.

L'un d'eux, «tentant de s'échapper, a attaqué un garde-frontière. Celui-ci a en réponse utilisé son arme de service pour tirer sur l'assaillant», a indiqué la même source.

Manquant d'hommes sur le front, l'Ukraine a engagé depuis plusieurs semaines une campagne de mobilisation pour regarnir les rangs de l'armée.

Les hommes en âge de combattre n'ayant pas le droit de quitter le pays, certains tentent de fuir l'Ukraine dans la clandestinité pour échapper à l'armée.

Les incidents armés comme celui de dimanche sont cependant rares, mais des dizaines de ces candidats au départ ont été arrêtés cette année
7:36
La Russie aurait détruit 22 drones ukrainiens
La Russie a abattu 22 drones ukrainiens dans l'ouest du pays et en Crimée, durant la nuit de dimanche à lundi, a annoncé le ministère de la Défense à Moscou.

«Au cours de la nuit passée... les systèmes de défense aérienne en service ont détruit et intercepté 22 drones», a déclaré lundi le ministère sur Telegram.

Quinze engins ont été abattus dans la région frontalière russe de Briansk, un dans celle de Lipetsk et six au-dessus de la Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie.

Par ailleurs, le gouverneur de la région frontalière de Koursk a déclaré que trois autres drones ukrainiens y avaient été abattus.
16:28
La Russie revendique la prise d'un nouveau village
La Russie a revendiqué dimanche la prise d'un nouveau village dans l'est de l'Ukraine. Elle poursuit sa poussée dans les lignes défensives ukrainiennes sans pour autant réaliser de percée majeure à ce stade.

«Des unités du groupe de troupes Vostok ont capturé le village d'Ourojaïnoïe», dans la région de Donetsk, a annoncé le ministère russe de la Défense dans son rapport quotidien.
La ville de Zaporijjia
Bild: sda
Ce village, situé sur le front Sud, est proche de la région de Zaporijjia et avait été reconquis par l'armée ukrainienne lors de sa contre-offensive en 2023. Les troupes russes y ont progressé sur un axe Sud-Nord, le long de la rivière Mokri Yaly.

La Russie grignote du terrain dans l'est de l'Ukraine depuis l'échec de la grande contre-offensive ukrainienne de l'été dernier et la chute de la forteresse d'Avdiïvka en février. Elle combat des forces ukrainiennes en manque de munitions et de nouvelles recrues.

Les troupes russes ont aussi lancé en mai une offensive dans la région de Kharkiv (nord-est), qui a été rapidement freinée par l'envoi de renforts par l'Ukraine, contrainte ainsi d'étirer son dispositif.
22:06
Appel entre les ministres de la Défense russe et américain
Les ministres de la Défense russe et américain ont évoqué «la réduction du risque d'une escalade» lors d'une conversation téléphonique, a annoncé vendredi Moscou. Cet échange intervient deux jours après l'annonce par Washington du déploiement ponctuel de missiles de longue portée en Allemagne.

Lors de cet appel entre Andreï Belooussov et Lloyd Austin, «la question de la prévention de menaces à la sécurité et de la réduction du risque d'une possible escalade a été évoquée», a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

La conversation a eu lieu à initiative de la Russie, a-t-il précisé. Une porte-parole du Pentagon, Sabrina Singh, a affirmé à la presse que lors de cet appel Lloyd Austin avait lui souligné «l'importance de maintenir des lignes de communication» avec Moscou en plein conflit en Ukraine, et juste après le sommet de l'Otan à Washington.
Defense Secretary Lloyd Austin arrives before President Joe Biden speaks at a news conference following the NATO Summit in Washington, Thursday, July 11, 2024. (AP Photo/Susan Walsh)
Joe Biden
Bild: sda
20:04
Poutine augmente certains impôts pour financer son assaut
Le président russe Vladimir Poutine a signé vendredi plusieurs décrets pour augmenter les impôts pour les hauts revenus et les entreprises. Cette décision a été prise pour financer l'explosion des dépenses liées au coûteux conflit en Ukraine.

Les décrets présidentiels ont été publiés sur le portail officiel du gouvernement russe, après les votes de la Douma et du Conseil de la Fédération, les deux chambres du Parlement, en faveur de ce projet de loi.

En Russie, les dépenses publiques ont excédé les recettes de plusieurs dizaines de milliards d'euros depuis le début de l'offensive en Ukraine en février 2022. Le déficit fédéral a atteint 0,5% du PIB sur les six premiers mois de 2024, selon le ministère des Finances, et prévoit un déficit de 1,1% cette année, un niveau qui reste malgré tout bien inférieur à la plupart des principales économies mondiales.
Russian President Vladimir Putin listens to Moscow-appointed head of Russian-controlled Zaporizhzhia region of Ukraine, Yevgeny Balitsky during their meeting at the Novo-Ogaryovo residence outside Mos ...
Bild: sda
17:01
Trois morts présumés dans le crash d'un avion de transport régional
Un avion de transport régional Soukhoï Superjet 100 s'est écrasé vendredi au sud-est de Moscou, lors d'un vol-test sans passagers. Les trois membres d'équipage sont présumés morts, selon les agences russes.

«L'avion est tombé dans un massif forestier et a explosé en arrivant au sol. Selon des données préliminaires, l'équipage est mort», ont indiqué les services d'urgence, cités par l'agence Ria Novosti. L'avion, qui effectuait un vol-test, appartenait au géant gazier Gazprom, a précisé l'agence d'Etat Tass, citant les services de secours.
FILE - A Russian passenger Sukhoi Superjet 100 plane performs during the MAKS-2019 International Aviation and Space Show in Zhukovsky, outside Moscow, Russia, Tuesday, Aug. 27, 2019. A Russian passeng ...
Bild: sda
12:58
Moscou dément avoir voulu assassiner un fabricant d'armes allemand
Le Kremlin a rejeté vendredi les informations de presse faisant état d'un projet russe d'assassinat du patron d'un grand fabricant d'armes allemand, déjoué par les Etats-Unis et l'Allemagne. Il a estimé qu'elles n'étaient basées sur «aucune argumentation sérieuse».

«Tout cela est présenté dans le style des 'fake news', et nous ne pouvons donc pas prendre ces informations au sérieux», a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. «Il nous est très difficile de commenter les informations de divers médias qui ne contiennent aucune argumentation sérieuse et se fondent sur des sources anonymes», a-t-il encore appuyé.

Jeudi, la chaîne américaine CNN avait rapporté que les Etats-Unis et l'Allemagne avaient déjoué, plus tôt dans l'année, un projet d'assassinat attribué à la Russie contre le directeur général d'un grand fabricant d'armes allemand fournissant de l'armement à l'Ukraine. Citant cinq responsables américains et occidentaux non identifiés, CNN a indiqué que Washington avait informé Berlin de ce projet d'assassinat contre Armin Papperger, le patron du groupe industriel allemand Rheinmetall, et qu'une protection lui a été fournie par les services de sécurité allemands. Toujours selon la chaîne, ce plan fait partie d'une série de projets russes découverts par le renseignement américain pour tuer des cadres de l'industrie de défense européenne soutenant l'effort de guerre ukrainien face à la Russie.

Rheinmetall produit des obus d'artillerie de 155 mm et prévoit de commencer à fabriquer des véhicules blindés en Ukraine, selon CNN. Le porte-parole de Rheinmetall, Oliver Hoffmann, a de son côté déclaré que la société n'était «pas en mesure de commenter les questions relatives à la sécurité de l'entreprise».

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a accusé jeudi la Russie de mener «une guerre d'agression hybride» contre l'Occident, notamment «avec du sabotage, des cyberattaques», mais aussi «des attaques contre des personnes» et «des usines». «Cela montre une fois de plus que nous devons, en tant qu'Européens, nous protéger au mieux et ne pas être naïfs».
6:51
L'Otan inquiète du rôle de la Chine dans la guerre en Ukraine
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé jeudi aux pays de l'Otan qu'ils lèvent leurs restrictions sur l'usage de leurs armes sur le sol russe, au dernier jour d'un sommet de l'Otan où la Chine a été mise en accusation pour son soutien à la Russie. «Si nous voulons gagner, si nous voulons l'emporter, si nous voulons sauver notre pays et le défendre, nous devons lever toutes les restrictions», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, au côté du secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg.

Plusieurs pays de l'Otan imposent des restrictions à l'usage des armes qu'ils fournissent à l'Ukraine, ce qui l'empêche de frapper des positions russes d'où partent régulièrement des attaques contre ses villes et ses infrastructures. Ces pays, comme l'Allemagne, redoutent une escalade du conflit avec la Russie.
epa11473123 President of Ukraine Volodymyr Zelensky (L) and NATO Secretary General Jens Stoltenberg (R) speak at a press conference at the 2024 North Atlantic Treaty Organization (NATO) conference in  ...
Bild: sda
Zelensky s'est toutefois félicité de l'ensemble des mesures d'aide militaire à son pays, décidées par les 32 pays de l'Otan réunis en sommet depuis mardi à Washington. Il s'agit de «décisions très importantes», a-t-il souligné. Les Alliés ont annoncé le transfert imminent de F-16 de fabrication américaine, de nouveaux systèmes de défense antiaérienne, un engagement financier d'au moins 40 milliards d'euros en aide militaire, et le caractère «irréversible» de la trajectoire d'adhésion de l'Ukraine à l'Otan. Zelensky a dit espérer que les cinq systèmes de défense antiaérienne promis par l'Otan arrivent en Ukraine «le plus vite possible», rappelant les frappes russes meurtrières en début de semaine, qui ont dévasté un hôpital pour enfants à Kiev et fait 43 morts dans tout le pays.

Le président ukrainien s'est, par ailleurs, dit confiant que son pays rejoindra un jour l'Otan, alors que les pays alliés ne lui ont pas lancé d'invitation.

Lors de ce sommet marquant les 75 ans d'existence de l'Alliance atlantique, les dirigeants de l'Otan se sont également dits inquiets de l'aide apportée par la Chine à la Russie dans sa guerre contre l'Ukraine. Ils ont évoqué ce sujet lors d'une réunion jeudi avec leurs partenaires d'Asie-Pacifique. Pékin voit dans cette invitation de l'Otan à l'Australie, au Japon, à la Corée du Sud et à la Nouvelle-Zélande, un prétexte de l'Otan pour étendre son influence en Asie. Dans une déclaration inhabituelle, les dirigeants de l'Alliance atlantique ont fait part mercredi de leurs «profondes préoccupations», dénonçant le «rôle décisif» de la Chine au côté de la Russie, depuis l'invasion de l'Ukraine en février 2022. L'Otan accuse la Chine de fournir des équipements à double usage, civil et militaire, à la Russie, comme des micro-processeurs. Tous ces équipements permettent à Moscou de «produire des missiles, des bombes, des avions et des armes», a affirmé Jens Stoltenberg.
22:42
Zelensky demande à l'Otan de lever les restrictions aux frappes
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé jeudi aux pays de l'Otan de lever «toutes les restrictions» pesant sur les frappes menées avec des armes occidentales sur le sol russe, en marge d'un sommet de l'Alliance à Washington.

«Si nous voulons gagner, si nous voulons l'emporter, si nous voulons sauver notre pays et le défendre, nous devons lever toutes les restrictions», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Le président ukrainien s'est par ailleurs dit confiant que son pays rejoindra un jour l'Otan, alors que les pays alliés réunis à Washington ne lui ont pas lancé d'invitation.
epa11473123 President of Ukraine Volodymyr Zelensky (L) and NATO Secretary General Jens Stoltenberg (R) speak at a press conference at the 2024 North Atlantic Treaty Organization (NATO) conference in  ...
Bild: sda
20:27
Centaines d'Ukrainiens à Genève après l'attaque contre Okhmadyt
Environ 300 Ukrainiens ont protesté sur la Place des Nations à Genève contre l'attaque russe lundi contre l'hôpital pour enfants à Okhmadyt. «L'ONU est une aide redoutable pour les assassins russes d'enfants ukrainiens», affichait jeudi soir une pancarte.

«Nous ne pouvons permettre un autre Okhmadyt», a affirmé l'une des organisatrices, quelques jours après le décès de deux personnes. L'ONU avait estimé mardi qu'«il y a une probabilité importante» que l'hôpital ait été ciblé «directement» par un missile russe, s'appuyant sur des témoignages, des analyses de ses experts militaires et des vidéos.

Les manifestants ont demandé davantage d'armement pour l'Ukraine, en plus d'une assistance humanitaire. «Poutine est un criminel», scandaient-ils, certaines banderoles accusant le président russe d'être un «tueur d'enfants» et son pays d'être un «Etat terroriste». «Ils ne combattent pas notre pays, ils veulent perpétrer un génocide dans notre pays», a ajouté l'organisatrice.
People take part in a rally in support of Ukraine, against the Russian invasion of Ukraine in front of the European headquarters of the United Nations in Geneva, Switzerland, Thursday, July 11, 2024.  ...
Bild: sda
16:00
Russie: l'opposante Ioulia Navalnaïa inscrite comme «terroriste»
La Russie a inscrit l'opposante en exil Ioulia Navalnaïa, veuve d'Alexeï Navalny mort en prison en février, sur la liste des «terroristes et extrémistes», deux jours après avoir émis à son encontre un mandat d'arrêt.

Le nom d'Ioulia Navalnaïa apparaît sur cette liste tenue par Rosfinmonitoring, le service russe des renseignements financiers, a constaté l'AFP jeudi. Elle a été accusée mardi par la justice russe de «participation à un groupe extrémiste»
FILE - Russian opposition leader Alexei Navalny, left, and his wife Yulia after his last rally in rain-soaked Moscow, Russia, Sept. 6, 2013. The opposition leader rose to prominence in 2011 with his i ...
Bild: sda
14:19
Erdogan préoccupé par un conflit direct entre l'Otan et la Russie
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a jugé jeudi la perspective d'un «conflit direct entre l'Otan et la Russie préoccupante», selon des propos rapportés par l'agence officielle turque Anadolu. «La perspective d'un conflit direct entre l'Otan et la Russie est préoccupante», a déclaré le chef de l'Etat turc, qui participe au sommet de l'Organisation de l'Alliance atlantique à Washington.

L'Otan, réunie jusqu'à jeudi soir dans la capitale américaine en présence du président ukrainien Volodymyr Zelensky, a décidé de renforcer son aide à Kiev par l'envoi d'avions de chasse et de batteries de défense anti-aérienne. Le Kremlin a estimé en réponse que l'Otan était «pleinement impliquée» dans le conflit en Ukraine, ajoutant prévoir des «mesures» pour «contrer» cette «menace sérieuse».
President Joe Biden, left, greets Recep Tayyip Erdogan, President of Turkey, as he arrives for a welcome ceremony at the NATO summit in Washington, Wednesday, July 10, 2024. (AP Photo/Mark Schiefelbei ...
Bild: sda
Ankara, qui dispose de l'une des principales armées de l'Otan, située sur son front oriental, s'est tenu jusqu'à présent à équidistance de Moscou et de Kiev depuis le début de l'invasion russe en février 2022.

Erdogan avait cependant estimé l'an dernier que l'Ukraine «mérite pleinement» d'intégrer l'Otan dont il a souligné jeudi l'importance en tant qu'organisation internationale. «Nous ne pensons pas que l'Organisation de coopération de Shanghai soit une alternative à l'Otan» a-t-il indiqué. «De même, nous ne considérons pas les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) comme une alternative à toute autre structure», a-t-il également prévenu.
12:56
La Russie revendique la prise d'un nouveau village
La Russie a revendiqué jeudi la prise d'un nouveau village dans l'est de l'Ukraine, poursuivant sa poussée dans les lignes défensives ukrainiennes sans pour autant réaliser de percée majeure à ce stade.

«Les unités du groupement de troupes Centre ont amélioré leur position tactique et libéré le village de Voskhod», dans la région de Donetsk, a indiqué le ministère russe de la Défense dans son rapport quotidien.
12:37
Le Kremlin prévoit des «mesures» pour contrer la «menace» de l'Otan
La Russie prévoit des «mesures» pour «contrer la menace sérieuse» posée par l'Otan, a déclaré jeudi le porte-parole du Kremlin Dimitri Peskov, cité par les agences russes. L'organisation est jugée «de facto pleinement impliquée dans le conflit autour de l'Ukraine».

«Nous sommes obligés d'analyser très profondément les décisions qui ont été prises (au sommet de Washington mercredi, ndlr), les discussions qui ont eu lieu, d'analyser très attentivement le texte de la déclaration qui a été adopté. Il s'agit d'une menace très sérieuse pour la sécurité nationale» qui «nous obligera à prendre des mesures réfléchies, coordonnées et efficaces pour contenir l'Otan».
Kremlin spokesman Dmitry Peskov looks on prior to Russian President Vladimir Putin's visit to his campaign headquarters after a presidential election in Moscow in Moscow, Russia, Sunday, March 17 ...
Bild: sda
Le porte-parole de la présidence russe n'a toutefois pas précisé quand ces «mesures» seront prises et de quelle nature elles seront. «Nous constatons que nos adversaires en Europe et aux Etats-Unis ne sont pas des partisans du dialogue. Et à en juger par les documents adoptés lors du sommet de l'Otan, ils ne sont pas des partisans de la paix», a asséné Peskov à la presse. «L'Alliance est un instrument de confrontation et non de paix et de sécurité», a-t-il encore fustigé.

«Dès le début, nous avons dit que l'expansion de l'Otan en Ukraine constituait une menace inacceptable pour nous (...) Nous observons là que l'Otan adopte un document qui dit que l'Ukraine rejoindra définitivement l'Otan», a déploré le porte-parole.
12:35
Oleg Orlov compare le système judiciaire russe à l'Allemagne nazie
Le dissident emprisonné Oleg Orlov a comparé jeudi le système judiciaire russe actuel à l'Allemagne nazie, dans une prise de parole en visioconférence lors de son procès en appel de sa condamnation à deux ans et demi de prison pour son opposition au conflit en Ukraine. Vétéran de Memorial, l'ONG co-lauréate du prix Nobel de la Paix 2022 et dissoute par la justice russe, ce militant réputé de 71 ans avait fait le choix, contrairement à de nombreux autres critiques du Kremlin, de rester en Russie pour «continuer le combat» face à Vladimir Poutine.

Fin février, il a été condamné à deux ans et demi de prison pour des dénonciations répétées de l'offensive militaire lancée par les troupes russes en Ukraine en février 2022.
The co-chair of the Nobel Peace Prize winning Memorial Human Rights Centre Oleg Orlov is taken into custody in the courtroom during court session for a new trial on charges of repeated discrediting Ru ...
Bild: sda
«Ils ont déformé, perverti et finalement réalisé la destruction totale de la justice et de la loi», a déclaré Oleg Orlov, selon une journaliste de l'AFP présente au tribunal à Moscou, citant des mots prononcés par l'avocat américain Telford Taylor lors du procès de Nuremberg qui jugeait les principaux responsables nazis après la Deuxième Guerre mondiale. «Ces mots sont remarquablement adaptés pour caractériser l'état actuel du système judiciaire russe», a-t-il dénoncé en fin d'audience, qu'il suit à distance depuis sa cellule à Syzran, à environ 900 km au sud-est de Moscou.

Actif depuis les années 1970 sous l'URSS, Oleg Orlov est l'un des piliers de Memorial, la principale organisation luttant en Russie pour préserver la mémoire des répressions soviétiques et documentant celles actuelles. L'ONG a été dissoute fin 2021 par la justice russe, mais elle s'est ensuite vu décerner le prix Nobel de la Paix 2022, quelques mois après le déclenchement de l'offensive russe en Ukraine.

Sans surprise, la justice russe a confirmé jeudi sa condamnation. Le symbole d'une répression dont la quasi-totalité des opposants ont fait les frais.
7:04
L'OTAN s'engage sur une aide de 40 milliards d'euros à l'Ukraine
Avions F-16, batteries de défense antiaérienne, une «trajectoire irréversible» vers l'adhésion: les pays de l'OTAN ont multiplié mercredi les gages d'un soutien renforcé à l'Ukraine, au premier jour d'un sommet historique marqué par les incertitudes politiques. «La Russie est sur le pied de guerre», avec l'aide de la Chine, de la Corée du Nord et de l'Iran pour son industrie d'armement, a averti le président américain Joe Biden, lors de ce sommet marquant les 75 ans d'existence de l'alliance militaire.

Plus de deux ans après l'invasion russe de l'Ukraine, les alliés s'engagent à développer leur industrie de défense, a indiqué mercredi le secrétaire général sortant de l'OTAN, Jens Stoltenberg. «Ce nouvel engagement envoie au monde un message sans ambiguïté», a souligné sur ce point Joe Biden, se félicitant que 23 pays sur les 32 que comptent l'alliance allaient désormais consacrer 2% de leur produit intérieur brut aux dépenses militaires.

Les alliés ont également décidé que leur aide militaire à l'Ukraine atteindrait au minimum 40 milliards d'euros sur l'année à venir, selon leur déclaration commune.
6:50
La Chine accuse l'OTAN «d'inciter à la confrontation»
La Chine a exhorté jeudi l'OTAN à arrêter «d'inciter à la confrontation» entre blocs après les critiques de l'alliance accusant Pékin d'apporter une aide cruciale à Moscou dans son invasion de l'Ukraine. Elle a dénoncé une mentalité digne de la guerre froide. Les dirigeants de l'OTAN, réunis mercredi en sommet à Washington, ont exprimé leurs «profondes préoccupations» face au rapprochement entre la Russie et la Chine. Ils ont dénoncé le soutien de Pékin à l'effort de guerre russe en Ukraine, selon un communiqué final.

«Le resserrement du partenariat stratégique entre la Russie et la Chine, ainsi que leurs tentatives, se conjuguant entre elles, qui visent à déstabiliser l'ordre international fondé sur des règles et à le remodeler, suscitent de profondes préoccupations», ont-ils affirmé. La Chine «joue désormais un rôle déterminant dans la guerre menée par la Russie contre l'Ukraine», ont-ils ajouté, appelant Pékin, «en sa qualité de membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU [...] à cesser de soutenir matériellement et politiquement l'effort de guerre russe».

La Chine a exprimé jeudi son «vif mécontentement» et dénoncé un communiqué de l'OTAN «empreint d'une mentalité digne de la guerre froide et d'une rhétorique belliqueuse», selon un communiqué du porte-parole de la mission chinoise auprès de l'Union européenne (UE). «L'OTAN devrait cesser de faire du tapage sur une soi-disant menace chinoise, cesser d'inciter à la confrontation et à la rivalité et contribuer davantage à la paix et à la stabilité dans le monde», a-t-il souligné, dénonçant des propos «remplis» de «calomnies».

La Chine appelle à des pourparlers de paix
, s'est engagée à ne pas fournir d'armes à la Russie et appelle au respect de l'intégrité territoriale de tous les pays. Mais elle n'a jamais condamné Moscou pour son invasion.

L'Ukraine a eu la peau du «char tortue» russe

Vidéo: watson

La guerre en Ukraine dans l'œil d'Alexander Chekmenev:

1 / 25
La guerre en Ukraine dans l'œil d'Alexander Chekmenev
Faces of war pour le New York Times.
source: alexander chekmenev
partager sur Facebookpartager sur X
L'appartement des Zelensky en Crimée, vendu par la Russie
1 / 13
L'appartement des Zelensky en Crimée, vendu par la Russie
source: www.imago-images.de / imago images
partager sur Facebookpartager sur X
Le «super char» de Poutine est définitivement un échec
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
5 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
5
Biden out, voici ceux qui pourraient le remplacer
Le président américain sortant a déclaré qu'il se retirait de la course à la présidentielle américaine. Ces alternatives sont désormais considérées comme les plus grands espoirs des démocrates de battre Donald Trump le 5 novembre. Petit tour d'horizon, alors que Joe Biden soutient à 100% la candidature de sa vice-présidente, Kamala Harris.

C'est désormais chose faite: Joe Biden se retire de la campagne électorale américaine. Il a annoncé sur X: « Je pense qu'il est préférable pour mon parti et pour les États-Unis que je me retire de ma candidature et que je me concentre sur mes responsabilités en tant que président des États-Unis pour le reste de mon mandat».

L’article