Sport
Cyclisme

Pour les cyclistes, la marque du vélo est plus importante que le salaire

La monture de Wout van Aert.
La monture de Wout van Aert.

Pour les cyclistes, la marque du vélo est plus importante que le salaire

Il y a de tels écarts entre la qualité des vélos que les cyclistes choisissent désormais leur nouvelle équipe en fonction du matériel plutôt que des chiffres sur le contrat.
09.04.2023, 07:5809.04.2023, 11:16
Suivez-moi
Plus de «Sport»

On pourrait croire que rien ne ressemble plus à un vélo qu'un autre vélo. Après tout, ils ont chacun un guidon, une selle et deux roues.

Pourtant, les différences entre deux marques peuvent être énormes. «Le cadre, les roues, les pneumatiques... Tout additionné, tu peux passer d'un truc de coiffeur à une fusée. En fait, le vélo, c'est devenu de la Formule 1», lâche le coureur Anthony Perez (Cofidis) à l'Agence France-presse (AFP). Comme en F1, où les pilotes choisissent leur écurie en fonction de la monoplace, les cyclistes regardent désormais la marque du vélo avant la proposition de salaire quand ils cherchent une nouvelle équipe. Et si le fournisseur ne leur convient pas, alors ils ne viennent pas.

Peter Sagan, lui, est venu chez Total Direct Energie en 2022. Mais à la condition que l'équipe change de vélo et signe un partenariat avec son sponsor de longue date, Specialized. C'est ce qui a été fait, au grand bonheur du Slovaque et des coureurs de la formation française, qui étaient jusque-là équipés de montures moins performantes.

Peter Sagan from Slovakia of Total Energies, left, and Daniell Oss from Italy of Total Energies in action during the fourth stage, a 190.8 km race from Grenchen to Brunnen, at the 85th Tour de Suisse  ...
Sagan à l'entraînement.Image: KEYSTONE

Lors de tests réalisés au Vélodrome National de Saint-Quentin en Yvelines, Pierre Latour s'est aussitôt rendu compte que son nouveau vélo de chrono lui permettait de gagner quinze watts de puissance moyenne.

«Quinze watts, ça n’est pas négligeable, ça commence à représenter de gros gains. A force égale sur le vélo, on va plus vite. On sauve ainsi de l’énergie pour les fins d’étapes en ligne. Et sur un chrono, un gain de quinze watts de moyenne, ça se chiffre en secondes.»
Fabien Doubey, coureur de Total Direct Energie, cité par RMC

Cette différence de performance s'expliquait par plusieurs facteurs, au premier rang desquels le poids: les vélos pouvaient descendre à 6,8 kg contre un peu moins de 7,5 kg pour le modèle précédent de la marque Wilier Triestina. Or un écart de 700 grammes est précieux en cyclisme.

«Pour vous donner une idée, 1 kg sur un vélo, c’est à peu près 20 à 30 secondes en moyenne de gagnées dans une pente à 7% comme celle de l’Alpe d’Huez»
Fred Grappe, directeur de la performance chez Groupama-FDJ, dans Ouest-France

Le cadre en carbone haut de gamme ou encore l'aérodynamisme permettent aussi d'expliquer les différences de performance entre deux modèles. La chaîne RMC rapportait que le gain de stabilité sur Specialized était accru de 25% par rapport à son concurrent Wilier Triestina «grâce aux roues "Roval" fabriquées par l’équipementier. En conséquence, les coureurs parviendraient plus facilement à garder leur trajectoire lorsque des rafales latérales viennent les titiller, avec là aussi, une certaine économie d’énergie et des gains sur la performance globale».

Peter Sagan n'est pas le seul à avoir déménagé avec son propre équipementier. Quand il a été approché par la formation AG2R, Greg Van Avermaet a accepté de s'engager uniquement s'il pouvait poursuivre sa carrière sur un vélo de la marque BMC, ce qui a été accepté. Tous les coureurs de l'équipe française ont ainsi dû se plier aux exigences de leur nouveau leader et délaisser leur matériel estampillé «Eddy Merckx».

Greg Van Avermaet from Belgium of Bmc Racing Team in action during the prologue, a 6 km race against the clock, with start and finish in Cham, Switzerland, at the 81st Tour de Suisse UCI ProTour cycli ...
Van Avermaet sur les routes du Tour de Suisse en 2017.Image: KEYSTONE

Olivier Naesen n'a pas eu besoin de se forcer. Le coureur, très courtisé sur le marché des transferts, souhaitait savoir sur quelle marque roulerait l'équipe en 2021. Quand il a appris que c'était BMC, il a accepté de prolonger pour trois années supplémentaires.

D'autres n'ont pas eu besoin de poser leurs conditions, puisque leur nouvelle équipe possédait déjà des bicyclettes meilleures que celles qu'ils avaient connues par le passé. C'est le cas de Christophe Laporte, passé cette année de Cofidis à la formation néerlandaise Jumbo Visma, dont les vélos de la firme canadienne Cervélo sont des bijoux de technologie.

La Jumbo Visma lors d'une sortie en équipe.
La Jumbo Visma lors d'une sortie en équipe.

C'est aussi le cas d'Axel Laurance. Le nouveau coureur d'Alpecin a l'impression que sa nouvelle monture «avance toute seule» par rapport à celle qu'il avait chez B&B Hotels.

«Ça roule tellement vite que la moindre différence devient hyper importante. Dans le peloton, tu le vois, le mec qui va à la même vitesse que toi alors qu'il appuie moins sur les pédales»
Axel Laurance à l'AFP

Certains champions, jusque-là très performants, semblent soudain méconnaissables lorsqu'ils changent de vélo. C'est la mésaventure que connaîtrait actuellement Marc Hirschi. Le Bernois, révélé chez Sunweb, n'aurait jamais réussi à apprivoiser complètement le Colnago de sa formation UAE. Un vélo que Tom Boonen a vertement critiqué début mars, estimant carrément que Tadej Pogacar (UAE) roulerait «plus vite et mieux de quelques watts» s’il utilisait un autre modèle. Il y a une différence de 2 km/h entre Colnago et ses concurrents, a même affirmé l'ancien directeur sportif Dirk De Wolf.

Marc Hirschi from Switzerland of team UAE Team Emirates in action during the prologue, a 5,12 km race against the clock at the 75th Tour de Romandie UCI ProTour cycling race in Lausanne, Switzerland,  ...
Hirschi sur le Tour de Romandie 2022.Image: KEYSTONE

En réponse aux attaques, la marque italienne a publié un long communiqué sur les réseaux sociaux, qualifiant les commentaires de Boonen d'infondés et invitant De Wolf à une conversation publique sur les données lui ayant permis d'obtenir ses calculs.

Cette réaction dit toute l'importance de la réputation pour des marques qui pèsent de plus en plus sur le résultat final. C'est d'ailleurs (aussi) parce que les vélos sont devenus tellement performants que les moyennes en course augmentent sans cesse.

Dimanche sur le Tour des Flandres, Pogacar a mis 6h12'7'' pour boucler les 273,4 km de la 107e édition, soit 44,083 km/h de moyenne. Un record

Confrontés aux chiffres et aux ressentis des cadors du peloton, certains observateurs pointent avec inquiétude l'émergence d'un cyclisme à deux vitesses. Les inégalités auraient tendance à se creuser entre les équipes qui bénéficient de vélos ultra-performants et les autres, moins richement dotées, et donc fatalement désavantagées.

Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cet ex-arbitre de Super League se lance dans un défi fou
Ludovic Gremaud, qui a sifflé dans l'élite du foot suisse entre 2009 et 2012, part à l'assaut d'un terrible trail dans les Alpes, la course Crossing Switzerland 390 (20 au 28 juillet). Et le Romand courra pour une belle cause.

Ludovic Gremaud aura à nouveau un sifflet sur lui dès ce samedi. Mais pour cet ancien arbitre de Super League, l'objet a, cette fois, une tout autre fonction: il fait partie de la liste du matériel obligatoire imposé à tous les participants de la course Crossing Switzerland 390. Ceux-ci peuvent l'utiliser en cas de détresse. Parce que, oui, cette épreuve de trail a un côté terrifiant.

L’article