DE | FR
Christian Constantin estime que l'appréciation des risques ne permet plus d'organiser des matchs amicaux.
Christian Constantin estime que l'appréciation des risques ne permet plus d'organiser des matchs amicaux.Image: KEYSTONE

Constantin: «Organiser un amical en Suisse, ça devient abominable»

Le FC Sion n'a disputé aucune rencontre de préparation devant ses fans à l'intersaison. «La police ne te donne plus l'autorisation, craignant les débordements des supporters. Ça devient ridicule», fustige le président valaisan.
26.01.2022, 06:1326.01.2022, 14:43
Suivez-moi

Sion et Servette se sont rencontrés en match amical le 15 janvier dernier, mais sans le moindre spectateur et à l'étranger. «On a été à Evian», raconte Christian Constantin, avant d'expliquer pourquoi la tenue d'une simple rencontre de préparation n'est plus possible en Suisse.

«Il est devenu trop compliqué d'obtenir les autorisations nécessaires pour organiser un match amical. Les polices refusent de donner leur feu vert à cause des fans. Ils craignent des débordements. Ça devient ridicule quand même, et je parle aussi du comportement des gens. Si on a été en France, c'est parce qu'on n'emmerdait personne. Là-bas, un Sion-Servette, ils savent même pas ce que c'est!»

La tenue d'un match dépend toujours des communes, qui approchent ensuite la Police cantonale «afin de pouvoir réaliser notre appréciation de la situation, respectivement l’appréciation des risques», nous renseigne Stève Léger, porte-parole. Or, «CC» estime que cette appréciation ne permet plus d'organiser des matchs amicaux.

Le président sédunois annonce qu'il ne pourra plus envoyer son équipe sur des terrains de village, l'été, pour participer aux célébrations d'un club amateur. «Tu ne peux plus faire pareil. Cette année, il y a les 50 ans de l'inauguration du stade d'Ayent. Les dirigeants m'ont contacté pour organiser un match entre Sion et Servette. Mais c'est peine perdue. T'as meilleur temps d'envoyer les filles! Ça devient abominable.»

Constantin lors d'un match amical du FC Sion contre Xamax, en 2019 à Châtel-Saint-Denis.
Constantin lors d'un match amical du FC Sion contre Xamax, en 2019 à Châtel-Saint-Denis. Image: KEYSTONE

Souvent, ce ne sont pas seulement les autorisations qui découragent les organisateurs. La facture, adressée à la commune qui accueille l'évènement, a aussi de quoi refroidir.

«On parle de 15 000 francs de frais de sécurité, déplore le président de l'US Ayent Arbaz, Patrick Francey. On a un peu abandonné l'idée d'un Sion-Servette l'été prochain à cause de ça. On ne peut pas faire une fête pour espérer apporter un peu d'argent au club, et dépenser dix fois le montant des recettes pour la sécurité.»

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Un jour héros national, un jour évadé fiscal.» Ainsi fut Tsonga
«Le grand Jo» a disputé son dernier match de tennis, mardi, après vingt années à envoyer des pains dans tous les coins et à en recevoir en retour. Il restera une sorte d’exception française, capable (coupable?) d’une ambition démesurée.

Quand Jo-Wilfried Tsonga a tiré sa dernière cartouche, une balle flottante dans le carré de service, la foule, nous semble-t-il, n'a pas versé tant de larmes. Mais il y a eu quelques gouttes de champagne. «A la santé de Jo qui nous a «quand même» donné de bons kiffs», a tonitrué Jean-Julien, invité VRP d’une banque parisienne. Tout est dans le «quand même».

L’article