Sport
Sport en direct

Finale pour Hüberli et Brunner ++ Shaqiri se blesse

epa10785718 Tanja Hueberli (R) and Nina Brunner (L) of Switzerland in action during the Women's Semi Final match against Laura Ludwig and Louisa Lippmann of Germany at the CEV EuroBeachVolley 202 ...
Image: keystone
Sport en direct

Finale pour Hüberli et Brunner ++ Shaqiri se blesse

Elles sont là, elles sont fraîches! Les infos sportives à ne pas rater.
21.04.2024, 09:02
team watson / ats
Plus de «Sport»

Une finale au Mexique pour Tanja Hüberli et Nina Brunner

Tanja Hüberli (à droite) et Nina Brunner ont sorti le grand jeu au Mexique.
Tanja Hüberli (à droite) et Nina Brunner ont sorti le grand jeu au Mexique.Image: KEYSTONE/EPA/CHRISTIAN BRUNA

Tanja Hüberli et Nina Brunner disputeront la finale du tournoi Pro Tour de Tepic. La Schwytzoise et la Zougoise ont vraiment sorti le grand jeu sur le sable du Mexique.

Opposées en finale aux Néerlandaises Katja Stam et Raïsa Schoon, les Suissesses n'ont pas lâché un set tant en quart de finale qu'en demi-finale devant respectivement les Canadiennes Melissa Humana-Paredes/Brandie Wilkerson (21-15 21-19) et les Brésiliennes Carolina Salgado/Barbara Seixas (21-17 21-17). Ces deux succès probants faisaient suite à leurs trois victoires en phase de poules.

Avec ce parcours à Tepic, Tanja Hüberli et Nina Brunner ont fait un pas de plus vers la qualification pour les Jeux de Paris. On rappellera qu'elles sont à la lutte avec les duos Anouk Vergé-Dépré/Joana Mäder et Esmée Böbner/Zoé Vergé-Dépré pour les deux places attribuées à la Suisse au tournoi olympique. Le verdict tombera le 10 juin prochain.

Auston Matthews: une soirée à oublier

L'occasion en or galvaudée par Auston Matthews (34) face au gardien Jeremy Swayman.
L'occasion en or galvaudée par Auston Matthews (34) face au gardien Jeremy Swayman.Image: KEYSTONE/AP/Michael Dwyer

Meilleur buteur de la saison régulière avec ses 79 réussites, Auston Matthews a failli. L’ancien joueur de Zurich porte une part de responsabilité dans la défaite 5-1 de Toronto à Boston en play-off.

Auston Matthews a, en effet, trouvé le poteau sur une action de rupture qu’il aurait dû conclure mille fois alors que les Maple Leafs n’étaient menés que d’une longueur. Une minute plus tard, Brandon Carlo signait le 2-0 pour les Bruins dans un deuxième tiers temps qui a tourné au cauchemar pour Toronto.

Les chiffres parlent contre les Maple Leafs . Jamais Toronto n’a battu Boston dans les séries finales en six confrontations. Et avant cet acte I, les Bruins avaient gagné leurs quatre rencontres de la saison régulière contre Toronto.

Plus tôt dans la journée Carolina, sur sa glace, avait battu les Islanders 3-1.

Un 9e succès de rang pour les Nuggets face aux Lakers

Nikola Jokic (15) au dunk devant LeBron James l'imag du match en quelque sorte.
Nikola Jokic (15) au dunk devant LeBron James l'imag du match en quelque sorte.Image: KEYSTONE/AP/Jack Dempsey

Champion en titre, Denver a lancé sa campagne des play-off de la meilleure des manières. Sur leur parquet, les Nuggets ont battu les Lakers 114-103.

Porté par les 32 points et les 12 rebonds de Nikola Jokic, Denver a cueilli un neuvième succès de rang devant la franchise de Los Angeles. Cette précision souligne combien la tâche des Lakers s’apparente à une mission impossible dans ce premier tour des play-off.

Les Lakers avaient pourtant viré en tête à la pause (60-57) grâce notamment aux 19 points de LeBron James. Mais les Nuggets ont su neutraliser la star des Lakers en seconde période. James ne devait inscrire que 8 points après le repos. Lors de l’ultime quarter, il a même dû attendre plus de 10 minutes avant de prendre un tir.

Comme Denver, les trois équipes qui ont joué à domicile samedi ont gagné. Cleveland a battu Orlando 97-83, Minnesota s’est imposé 120-95 devant Phoenix alors que les Knicks l’ont emporté 111-104 face à Philadelphia.

Un nouveau coup d'arrêt pour Xherdan Shaqiri

Murat Yakin (au second plan) peut nourrir des inquiétudes: Xherdan Shaqiri est à nouveau blessé.
Murat Yakin (au second plan) peut nourrir des inquiétudes: Xherdan Shaqiri est à nouveau blessé.Image: KEYSTONE/EPA/PETER KLAUNZER

La troisième saison tortueuse de Xherdan Shaqiri à Chicago accuse un nouveau coup d’arrêt. Le Bâlois s’est blessé lors de la défaite 4-0 à domicile du Fire devant Real Salt Lake.

Victime d’un choc avec le Grec Alexandros Katranis, Xherdan Shaqiri a dû quitter le terrain peu avant la demi-heure alors que Chicago était mené 1-0. La nature de sa blessure n’est pas encore connue. Mais à moins de deux moins de l’Euro, l’inquiétude est de mise. Déjà en manque de rythme, celui qui a toujours brillé dans les phases finales depuis 2014 risque bien de se présenter en Allemagne à court de condition.

Le mois dernier à Dublin, Xherdan Shaqiri avait donné la victoire à la Suisse face à l’Irlande (1-0) sur une merveille de coup franc. Il avait rappelé à cette occasion combien il était indispensable à la bonne marche de la sélection malgré ses 32 ans, ses kilos en trop et son exil doré en MLS.

Un doublé pour Lionel Messi

Si les nuages s’amoncellent sur la tête de Xherdan Shaqiri et de Chicago, la vie est toujours belle pour Lionel Messi. L’Argentin a signé un doublé lors du succès 3-1 à domicile de la franchise de Floride face à Nashville. A la faveur de cette victoire, l’Inter partage la tête de la Conférence Est avec New York Red Bull.11e à 6 points des leaders, Chicago se retrouve - presque comme d'habitude - sous la barre.

Un choc qui promet entre Tadej Pogacar et Mathieu van der Poel

Combat des chefs ce dimanche sur les routes de Liège-Bastogne-Liège: il opposera Tadej Pogacar à Mathieu van der Poel qui sont aujourd'hui les deux plus grands coureurs de classiques.

En l'absence de Remco Evenepoel, double vainqueur sortant de la Doyenne, le Slovène s'avance comme favori face au Champion du monde néerlandais qui, après ses succès écrasants au Tour des Flandres et à Paris-Roubaix, peut devenir le premier depuis Eddy Merckx en 1975 à remporter trois Monuments en une saison, mais retrouve un terrain de jeu moins propice à ses qualités.

La course aux Monuments

En remportant son deuxième Paris-Roubaix, Van der Poel est devenu, à 29 ans, le seul coureur en activité à avoir gagné six "Monuments", la dénomination des cinq grandes classiques séculaires. Pogacar, 25 ans, a toutefois l'occasion d'égaliser dimanche en s'imposant une deuxième fois à Liège, après 2021.

Cet enjeu transcende la Doyenne où "Pogi" aura une revanche à prendre après sa violente chute l'an dernier (fracture au poignet) qui avait entravé sa préparation pour le Tour de France.

Les deux coureurs sont également en lice pour un exploit réussi seulement par trois Belges -Merckx, Roger De Vlaeminck, Rik Van Looy- dans l'histoire: remporter les cinq Monuments. Pogacar (Tour des Flandres, Liège-Bastogne-Liège, Tour de Lombardie) et Van der Poel (Milan-Sanremo, Tour des Flandres, Paris-Roubaix) en ont déjà gagné trois. Les deux qui leur manquent sont aussi, pour chacun, les plus difficiles à conquérir vu leur profil.

La lutte pour le titre sera-t-elle relancée ?

Invaincu depuis 12 matches toutes compétitions confondues, le FC Winterthour fera-t-il tomber les Young Boys pour relancer le championnat ? Tel est le souhait du FC Lugano et du Servette FC.

Si les Zurichois s’imposent, les Bernois aborderont le sprint final de la Super League avec 3 points d’avance sur le FC Lugano et 5 sur le Servette FC. Autant dire que tout reviendra possible...

Victorieux 4-2 dimanche dernier au Wankdorf, les Bernois ont toutefois repris des couleurs. Buteur lors des trois derniers matches, Silvère Ganvoula, après des mois bien difficiles, donne enfin sa pleine mesure. Le transfuge de Bochum pourrait s’affirmer comme le facteur X de cette fin de saison.

Théo Rochette: "Pas un mauvais match, mais un manque de constance"

Théo Rochette et Lausanne doivent se reprendre pour le match de mardi à Lausanne
Théo Rochette et Lausanne doivent se reprendre pour le match de mardi à LausanneImage: KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER

Vainqueur jeudi 4-2 sur sa glace, Lausanne a été battu sur le même score samedi soir à Zurich lors de l'acte III de la finale de National League. Ce sont des détails qui ont fait la différence.

Comme lors de la première manche, Lausanne menait au score d'une longueur. Et comme lors de la première manche, Lausanne a connu un passage à vide de quelques minutes dont Zurich a su profiter. Pendant ces instants à la mi-match, les Zurichois ont frappé à deux reprises pour reprendre la main dans le match et dans la série.

"C'est décevant, mais il y a beaucoup de choses à retenir, juge l'attaquant lausannois Théo Rochette. On n'a pas fait un mauvais match, mais on a manqué de constance. On a eu beaucoup de moments forts et des chances de marquer, maintenant il faut trouver des solutions pour aller gagner."

Le visage du jeune homme de 22 ans est logiquement fermé après cette deuxième défaite, mais l'ancien capitaine des Remparts de Québec n'est pas abattu, loin de là: "L'identité de notre équipe, c'est de ne jamais abandonner, peu importe ce qui arrive. Les gars ont bien répondu, ils n'ont jamais lâché et on a joué notre jeu. En deuxième période, il y a ces 3-4 minutes où l'on a été moins bon et pris deux goals. On doit améliorer ça."

On l'a vu au cours de cette finale, il y a des phases de pression et des phases d'attente. Des temps forts et des temps faibles. Et Zurich semble capable de capitaliser de manière clinique. "Ce sont des moments comme ça dans un match de hockey, analyse Rochette. De temps en temps c'est eux, de temps en temps c'est nous. On ne peut pas toujours dominer, il faut juste trouver des solutions lors des instants plus difficiles. On doit jouer plus simple, éviter les pertes de puck et travailler plus fort qu'eux. Lors de ces 3-4 minutes, on a perdu des pucks et on n'a pas pu changer de ligne par exemple. Ce sont des petits détails qui font la différence."

Geoff Ward a pris son temps-mort après le 3-2 de Zurich. Qu'est-ce que le coach a dit sur le banc à ce moment? "Il nous a dit de nous calmer avec le puck et de jouer notre jeu." Les Vaudois ont maintenant deux jours de pause pour préparer l'acte IV mardi à Lausanne.

Encore bien des regrets pour le Lausanne HC

Justin Sigrist (à gauche) célèbre le but du 4-2 qui assure à ses couleurs le gain de cet Acte III de la finale.
Justin Sigrist (à gauche) célèbre le but du 4-2 qui assure à ses couleurs le gain de cet Acte III de la finale.Image: KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER

Lausanne s'est incliné lors du troisième match de la finale des play-off de National League. A Zurich, les Vaudois ont été battus 4-2 pour être menés 2-1 dans la série.

Le hockey peut être un sport cruel. Les Vaudois en ont fait l'amère expérience samedi soir à Zurich. Alors qu'ils menaient 2-1, ils ont connu un trou d'air sous la pression adverse pour voir le score passer de 1-2 à 3-2 en très peu de temps. Et même si derrière, le "Z" n'a pas franchement de quoi bomber le torse, le vainqueur de la saison régulière a mérité son succès en sachant frapper au bon moment.

Zurich marque rapidement

Le début de match fut conforme aux attentes avec des Zurichois vexés d'avoir été dominés lors des deux premiers actes et bien décidés à montrer leurs muscles. L'ouverture du score est logiquement tombée après 128 secondes en jeu de puissance de la canne de Juho Lammikko. Les Alémaniques ont ensuite poussé jusqu'à la 10e minute et auraient pu doubler la mise.

Seulement voilà, les joueurs de Marc Crawford ont eu tendance à chercher le jeu parfait et ne pas mettre autant d'intensité physique. Alors en face, les Lausannois ont sorti la tête de l'eau. Gentiment. Bien dans leur jeu, les Lions de Malley ont mis davantage de pression sur Simon Hrubec. Et à la 19e, c'est un tir assez anodin de Théo Rochette à la ligne bleue qui a pu être dévié par Antti Suomela pour une égalisation venant un peu de nulle part.

Une mi-match à oublier

Mieux pour les hommes de Geoff Ward, ces derniers ont pris l'avantage à la 22e grâce à Pilut d'un tir super précis. Les Vaudois ont même bénéficié d'une supériorité numérique dans la foulée, mais ils n'ont pas su faire douter davantage les Zurichois. Alors les locaux ont fait comme lors de l'acte inaugural, ils ont pressé autour de la mi-match et ont été récompensés par deux buts. Excellent depuis le début des play-off, Yannick Weber a tout d'abord égalisé à la 31e. Puis Denis Malgin a concrétisé une étouffante pression zurichoise 84 secondes plus tard pour permettre à son équipe de repasser en tête.

Ward a alors pris son temps-mort afin de remettre les choses en place et le LHC a retrouvé un peu de cohésion et de cohérence. Cela s'est poursuivi au cours de la troisième période avec toutefois ce sentiment que comme lors de l'acte I, les Lausannois ont laissé passer leur chance. Ils auraient pu niveler la marque à la 51e sur un essai de Fabian Heldner, mais Rudolfs Balcers a eu la bonne idée de mettre sa canne en opposition.

La décision est tombée à la 56e lorsque Justin Sigrist a pu profiter d'un engagement gagné dans sa zone et d'une mauvaise passe d'un défenseur lausannois pour aller inscrire le 4-2 final.

Le quatrième acte de cette finale se tiendra à Lausanne mardi soir et les Vaudois devront sortir la même performance que jeudi pour espérer refaire douter les Zurich Lions.

Une victoire de plus pour le FC Lugano

Milton Valenzuela à la lutte avec deux Lausannois.
Milton Valenzuela à la lutte avec deux Lausannois.Image: KEYSTONE/Samuel Golay

Le FC Lugano n’a pas failli. Les Tessinois ont battu le Lausanne-Sport 2-0 au Cornaredo pour conserver leur deuxième place.

Les Tessinois ont plié l’affaire à la 10e minute déjà grâce à des réussites d’Uran Bislimi (4e) et d’Anto Grgic (10e). Avec une telle entame, le FC Lugano a joué sur du velours pour cueillir un huitième succès sur ses neuf derniers matches.

Avec une telle série, la formation de Mattia Croci-Torti peut envisager sa demi-finale de Coupe de Suisse samedi prochain en pleine confiance. Elle peut aussi nourrir les plus grandes ambitions en championnat, surtout si les Young Boys se prennent les pieds dans le tapis ce dimanche à Winterthour. Les Bernois comptent 3 points d’avance sur les Tessinois avant leur déplacement à la Schützenwiese.

Lausanne a très vite été confronté à une sorte de mission impossible. Le mérite des Vaudois fut de ne pas lâcher prise. L’introduction à la pause du joyau Simone Pafundi leur a permis d’élever leur niveau de jeu. Sans toutefois être dans la situation de pouvoir revenir dans le match.

Le duo Guerdat-Fuchs est resté loin des médailles

Steve Guerdat et Is-Minka ont terminé 9e à Riyad.
Steve Guerdat et Is-Minka ont terminé 9e à Riyad.Image: KEYSTONE-A/GEORGIOS KEFALAS

Pour Steve Guerdat (9e) et Martin Fuchs (20e), la finale de la Coupe du monde de saut d'obstacles à Riyad s'est terminée sur un bilan décevant. Le titre est revenu au Suédois Henrik von Eckermann.

Lors de la troisième et dernière épreuve au programme, Steve Guerdat a réalisé une bonne performance avec sa jeune jument IS-Minka, mais sans se montrer parfait dans une épreuve très exigeante. Dans chacun des deux parcours, le Jurassien a été crédité de quatre points. Il termine ainsi 9e de la compétition.

Même si le champion d'Europe ne s'est pas rendu en Arabie saoudite avec son cheval numéro 1 Dynamix, il visait un meilleur classement, lui qui avait remporté les éditions 2015, 2016 et 2019 de cette grande finale des épreuves indoors.

Fuchs loin du compte

Comme Guerdat, Martin Fuchs a opté pour un cheval encore jeune pour la finale de la Coupe du monde. Commissaire Pezi a toutefois manqué de constance à Riyad. Samedi, il a été crédité d'un seul point de pénalité sur son premier parcours, avant d'en cumuler 26 sur le second. Fuchs a dû se contenter de la 20e place finale.

Le titre officieux de champion du monde en salle a de nouveau été remporté par le Suédois Henrik von Eckermann (42 ans), avec King Edward. Le couple s'est présenté cinq fois sur le parcours en trois jours et a réalisé cinq parcours sans faute.

L'an prochain, Von Eckermann pourra viser la passe de trois et ce dans le pays d'origine de sa femme, Janika Sprunger. La finale de la Coupe du monde 2025 aura lieu en effet en avril à Bâle.

Les Lions de Genève toujours en vie

Le Genevois Noe Anabir déborde le Fribourgeois Killian Martin.
Le Genevois Noe Anabir déborde le Fribourgeois Killian Martin.Image: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Victorieux du Fribourg Olympic 77-68, les Lions de Genève sont toujours en vie. Ils ne sont plus menés que 2-1 dans cette demi-finale au meilleur des cinq matches.

Dans leur antre du Pommier, les Genevois ont présenté un visage bien plus séduisant et efficace que lors de leurs deux précédentes sorties à Fribourg. Le quatrième match de la série se jouera à nouveau au Grand-Saconnex, mardi.

En inscrivant pas moins de 48 points en première mi-temps, les hommes de Dragan Andrejevic ont fait preuve d'une jouerie plus observée depuis de nombreuses rencontres. Supérieurs jusqu'à la 28e minute (56-47), les basketteurs du lieu ont alors concédé un partiel de 11-0 en moins de 4 minutes (56-58).

Soudain mis en difficulté par la défense fribourgeoise (16 points encaissés entre les 21e et 35e minutes), les Genevois ont su réagir en fin de partie, en parvenant à faire la différence dans les trois dernières minutes, notamment via deux tirs à trois points signés Boris Mbala.

La Suisse s'impose en prolongation

Valentin Nussbaumer arme son lancer face au gardien Sebastian Yloenen.
Valentin Nussbaumer arme son lancer face au gardien Sebastian Yloenen.Image: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

Second match de préparation contre la France et seconde victoire en moins de 24 heures pour l'équipe de Suisse. Les hommes de Patrick Fischer l'ont emporté 3-2 après prolongation.

A trois semaines du Mondial de Prague et d'Ostrava, les Helvètes n'ont pas confiné au génie, manquant, notamment, d'efficacité dans le dernier geste. Ils auront toutefois eu le mérite de retourner une situation mal emmanchée après le premier tiers (0-2).

Choisi pour défendre la cage helvétique, Sandro Aeschlimann a trébuché sur un dégagement, permettant à Ritz d'ouvrir le score à la 13e. Moins de 2'15'' plus tard, les Tricolores doublaient la mise sur un 2 contre 1 par Farnier, consécutif à une erreur du Genevois Simon Le Coultre.

Réaction au deuxième tiers

Piqués dans leur amour-propre, les Helvètes ont haussé le ton après la première pause. Calvin Thürkauf (24e) a été le premier à battre Sébastian Ylönen. Déjà buteur vendredi et en Slovaquie une semaine auparavant, Tyler Moy a, lui, égalisé, juste après la mi-match (31e), profitant, au passage, d'une seconde pénalité quasi consécutive contre la France.

Dominatrice sans parvenir à scorer dans la troisième période (15 tirs à 2), la Suisse a fini par l'emporter sur une rupture de Tobias Geisser, le Zougois marquant quelques secondes après un petit miracle d'Aeschlimann.

Le bilan de l'équipe de Suisse est désormais de deux victoires pour onze défaites depuis le début de la saison. Elle poursuivra sa préparation avec deux matches contre la Lettonie, le week-end prochain: vendredi à Lausanne et samedi à Kloten.

Servette FC: la victoire et c'est tout

Miroslav Stevanovic (de dos) félicité par Timothé Cognat après son but.
Miroslav Stevanovic (de dos) félicité par Timothé Cognat après son but.Image: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Sans retrouver la flamme qui l’avait porté pendant de longs mois, le Servette FC a enrayé sa chute. Les Grenat ont battu les Grasshoppers 1-0 au stade de Genève pour enfin relever la tête.

Après quatre défaites de rang et à huit jours de sa demi-finale de Coupe de Suisse à Winterthour, cette victoire tombe au bon moment pour le Servette FC. Elle a été acquise sur une réussite de Miroslav Stevanovic à la... 90e seconde. Le Bosnien a exploité une erreur du gardien Justin Hammel pour ouvrir le score.

Positionné sur le flanc gauche, Stevanovic a, avec ce but, donné raison à son entraîneur qui avait tenté des paris pour relancer son équipe. L’un d’entre eux fut la titularisation de Jérémy Frick dans les buts pour un Joël Mall qui ne fut pas son avantage lors des deux derniers matches. Mais au lendemain de l’annonce de la reconduction de son contrat, l’international chypriote s’attendait à tout sauf à ce retour sur le banc.

Incapables de doubler la mise malgré des situations très favorables, les Grenat sont restés jusqu’au coup de sifflet final sous la menace d’une égalisation adverse. Mais bien trop timorés dans les trente derniers mètres, les joueurs de Marco Schällibaum furent finalement loin du compte.

Le SLO perd le derby de la dernière chance

La chance des Grasshoppers réside dans la faiblesse du Stade Lausanne-Ouchy qui leur permettra sans doute d’échapper à la relégation directe. A Yverdon, le SLO s’est incliné 3-0 dans un derby qui était celui de la dernière chance. Battus sur deux premiers buts improbables – une frappe de Kevin Carlos à la 11e après un renvoi curieux et un... corner direct de Liziero à la 51e -, les Stadistes accusent toujours 7 points de retard sur les Grasshoppers. Et il ne reste plus que cinq matches au calendrier...

Garbine Muguruza met un terme à sa carrière

Garbine Mugutuza: un sourire qui va manquer au tennis.
Garbine Mugutuza: un sourire qui va manquer au tennis.Image: KEYSTONE/EPA/JUANJO MARTIN

Eloignée des courts depuis janvier 2023, Garbiñe Muguruza a dit stop. L'ancienne no 1 mondiale a annoncé mettre un terme à sa carrière à 30 ans.

Titrée à Roland-Garros en 2016 et à Wimbledon en 2017, l'Espagnole explique que "le moment est venu de dire au revoir." "Cela a été une longue et belle carrière, poursuit-elle. Mais je sens que le moment est venu de prendre ma retraite."

La native du Venezuela, dont le dernier titre de gloire est une victoire finale au Masters fin 2021, a effectué cette annonce à l'approche de la cérémonie de remise des prix Laureus du sport, prévue lundi à Madrid, fondation auprès de laquelle elle jouera à l'avenir un rôle d'ambassadrice. "Garbine peut célébrer une carrière que la plupart des joueuses peuvent seulement rêver d'avoir", a réagi l'ancienne championne américaine Martina Navratilova, citée dans un communiqué de Laureus, fondation dont elle est également membre.

Durant ses 10 années au plus haut niveau, Garbine Muguruza, qui a notamment eu pour coach l'ancienne championne Conchita Martinez, a remporté dix titres au total. Sa dernière apparition avant qu'elle ne s'éloigne des courts remontait à janvier 2023, au tournoi WTA 250 de Lyon (défaite au premier tour). Elle avait auparavant connu une saison 2022 difficile pour terminer l'année au-delà de la 50e place (WTA 55) pour la première fois depuis 2012.

En Grand Chelem, outre ses deux titres à Roland-Garros et Wimbledon, l'Espagnole avait atteint la finale de l'Open d'Australie en janvier 2020.

Une deuxième Coupe de Suisse pour Servette FC Chênois

La Servettienne Cassandra Korhonen (à gauche) au duel avec la Bernoise Naomi Luyet.
La Servettienne Cassandra Korhonen (à gauche) au duel avec la Bernoise Naomi Luyet.Image: KEYSTONE/MANUEL GEISSER

Comme l’an dernier le Servette FC Chênois a remporté la Coupe de Suisse des dames. A Zurich devant 4681 spectateurs, les Genevoises se sont imposées 3-2 devant les Young Boys.

Neuf minutes seulement après son introduction, Rimante Jomusaite a inscrit le but de la victoire pour les Servettiennes à la 68e. La Lituanienne a surpris la gardienne Jara Ackermann qui a eu le tort sur cette action de ne pas protéger son premier poteau.

Les Bernoises n’ont pas été en mesure de revenir une troisième fois au score lors de cette finale qui a débuté sous la... grêle. Naomi Luyet, avec le culot de ses 18 ans, avait signé un doublé pour permettre à son équipe de rester à la hauteur du Servette FC Chênois jusqu’à cette fatidique 68e minute.

Même si les faits de jeu leur ont été très favorables – le 2-1 de Therese Simonsson n’aurait pas été validé si la VAR avait été de mise pour cette finale et les Bernoises ont touché la transversale à 2-2 -, les Genevoises n’ont pas volé leur deuxième Coupe de Suisse. Elles ont eu le plus souvent la maîtrise du jeu pour justifier leur statut de favorites. Il leur reste maintenant à remporter le championnat pour réaliser le premier doublé de leur histoire.

Alisha Lehmann est une super footballeuse
Video: watson
0 Commentaires
Votre commentaire
YouTube Link
0 / 600
Ce but a changé le rapport de force entre Lausanne et Zurich
En inscrivant le 3-2 du LHC face aux ZSC Lions pile au bon moment, jeudi soir à la Vaudoise aréna, Damien Riat est entré par effraction dans la tête de ses adversaires.

Combien vaut un but en play-off? Pas grand-chose, s'il est inscrit alors que le score est déjà scellé; beaucoup, quand il pèse sur le résultat final d'une partie; et énormément, lorsqu'il est de nature à faire basculer une série. Or c'est ce genre de réussite, celle qui peut tout changer, qu'a marqué Damien Riat, jeudi soir lors de l'acte II.

L’article