Suisse
CFF

Les CFF refusent ce système qui pourrait faire baisser les prix

Trains in Arth-Goldau railway station, canton of Schwyz, pictured from a train travelling from Bellinzona to Zurich, via the Gotthard mountain route, Switzerland, on June 27, 2016. (KEYSTONE/Gaetan Ba ...
Un train de Trenitalia croise un des CFF sur la ligne Milan-Zurich.image: KEYSTONE

Ce système pourrait faire baisser les prix du train, mais les CFF refusent

L'Office fédéral des transports plaide pour une ouverture du trafic ferroviaire au marché international. Une initiative à l'image d'autres succès à l'étranger, où le nombre de passagers a augmenté grâce à la concurrence et les prix ont baissé. Il y a déjà des intéressés — mais les CFF campent sur leurs positions.
07.02.2023, 06:0907.02.2023, 18:07
Stefan Ehrbar / ch media
Plus de «Suisse»

Les Italiens font concurrence aux Français dans leur propre pays pour le plus grand bonheur de ces derniers. Depuis un an, Trenitalia, la société nationale de chemins de fer italiens, propose des liaisons ferroviaires entre Paris et Lyon, en concurrence directe avec celles de la SNCF.

La société a déjà franchi la barre du million de passagers transportés. Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF, s'est récemment réjoui de la situation de l'axe Paris-Lyon dans les colonnes du Figaro:

«Nos trafics continuent à augmenter sur cet axe. Les Italiens sont satisfaits de leur fréquentation. Donc le gâteau a augmenté pour tout le monde»
Jean-Pierre Farandoule figaro

La concurrence sur le rail profite à la clientèle. Les prix sur la ligne Milan-Lyon ont baissé de 13 à 20% alors que l'offre a augmenté de 15%. Encouragés par ce succès, les Italiens veulent également relier la France et l'Espagne à partir de fin 2024. Roberto Rinaudo, directeur de Trenitalia, estime également que cette offre attire de nouveaux passagers et favorise la croissance du marché ferroviaire.

Les CFF mènent la danse

Ces succès n'ont pas échappé à Peter Füglistaler, le directeur de l'Office fédéral des transports (OFT). «La Suisse a toujours du mal à s'ouvrir à la circulation internationale des personnes», écrivait-il fin janvier sur le portail Linkedin. Il poursuit:

«Tôt ou tard, nous ne pourrons pas éviter cette étape si la Suisse veut rester une plaque tournante importante»
Peter Füglistaler, directeur de l'OFT

Cette déclaration est surprenante. Jusqu'à présent, la Confédération ne voulait rien savoir de la présence de la concurrence sur le territoire suisse. Elle a toujours préféré défendre un modèle de coopération: quiconque veut faire circuler un train étranger en Suisse ne peut le faire qu'en collaboration avec les CFF. Et si les Chemins de fer fédéraux ne le veulent pas, les concurrents (comme BLS, par exemple) n'ont aucune chance.

En juin 2021, le Conseil fédéral a encore fait savoir que ce système avait fait ses preuves: «Cela permet de regrouper les forces», avait-il déclaré.

La Suisse ne peut plus ignorer ses partenaires

Mais depuis, la situation a «évolué», explique le porte-parole de l'OFT Andreas Windlinger. Les pressions de l'Union européenne (UE) commencent à porter leurs fruits. Avec l'accord sur les transports terrestres conclu en 1999, la Suisse s'est engagée à reprendre les règles de l'UE et à ouvrir son marché à ses voisins. Pendant des années, elle a préféré ignorer l'insistance de ses partenaires contractuels, mais cela va changer.

L'année dernière, la Commission européenne a fait comprendre à la Suisse, explique Andreas Windlinger, que la politique suisse actuelle des transports ne serait poursuivie que si la Suisse se décidait à faire des concessions envers les règles de l'UE en matière de circulation internationale des personnes.

Lors d'une réunion ayant eu lieu en décembre dernier, la Commission européenne, a notamment déclaré une nouvelle prolongation de la coopération avec l'Agence ferroviaire européenne des progrès réalisés dans ce dossier.

Les Allemands et les Autrichiens intéressés

En Suisse, pour les chemins de fer locaux et l'industrie, comme le constructeur Stadler Rail, cette coopération est importante: sans elle, l'entreprise doit demander des autorisations et des certificats de sécurité pour le nouveau matériel roulant destiné au trafic international, aussi bien en Suisse que dans l'UE, ce qui rallonge les procédures et les rend plus coûteuses.

Il y a toutefois des personnes intéressées par une ouverture du marché. Ainsi, la société autrichienne Westbahn, dont le conseil de surveillance a été présidé jusqu'en 2022 par l'ancien patron des CFF Benedikt Weibel, a fait savoir à la NZZ qu'elle souhaitait prolonger sa ligne Vienne-Munich jusqu'à Zurich.

L'opérateur allemand de trains à bas prix Flixtrain est également intéressé par le marché suisse, comme l'a confirmé son porte-parole Sebastian Meyer. Flixtrain salue «expressément» l'ouverture du marché du réseau ferroviaire suisse et a manifesté à plusieurs reprises son intérêt pour des liaisons vers la Suisse. Flixtrain est en contact permanent avec la Commission européenne à ce sujet.

Communication compliquée entre Bruxelles et Berne

Cette démarche semble avoir porté ses fruits: Cette semaine, la Commission a annoncé son intention de soutenir une nouvelle liaison Flixtrain de Zurich à Munich. Flixtrain serait alors en concurrence directe avec les trains Eurocity que les CFF et la Deutsche Bahn (DB) exploitent en commun.

Mais tout cela ne sera possible qu'avec un accord des CFF. Et l'UE ne s'est apparemment pas concertée avec l'OFT: celle-ci a été «surprise» de prendre connaissance du projet, a écrit cette semaine son chef, Peter Füglistaler. Il attend «avec impatience» de pouvoir jeter un œil à la demande de la Commission.

Les CFF résistent, certains cantons haussent le ton

Du côté des CFF, une certaine rigidité a accueilli l'annonce de ce projet. L'ex-régie fédérale ne croit pas à une concurrence renforcée. Rien n'a changé dans l'appréciation des CFF et ceux-ci campent sur leurs positions:

«La stratégie de coopération a fait ses preuves. De plus, le Conseil fédéral a refusé l'ouverture du marché en 2021»
Sabrina Schellenberg, porte-parole des CFF

Dans les cantons, en revanche, la demande de libéralisation bénéficie de certains soutiens, à l'image de Thierry Müller, chef du département des transports publics grisons, qui demande à mettre rapidement à disposition des voies transfrontalières. Il écrit sur LinkedIn:

«Il faut des liaisons toutes les demi-heures vers des villes comme Lyon, Milan ou Mannheim»
Thierry Müller, chef des Transports des Grisons

Il ajoute:

«On peut utiliser ces voies réservées, ce qui permettrait un temps de parcours attractif sans déstabiliser le système national»
Thierry Müller, chef des Transports des Grisons

L'OFT tient à rassurer

Toutefois, une libéralisation soulève des questions pratiques, notamment celle de la disponibilité de voies libres. Sur le réseau ferroviaire suisse, très fréquenté, il n'y a que peu de place pour des trains supplémentaires, d'autant plus que ceux-ci doivent circuler avec des horaires et des périodes attractifs.

Une critique de la libéralisation est que les trains qui circulent selon le système de cadence suisse devraient être supprimés au profit de ceux de prestataires étrangers. L'OFT tient à rassurer:

«Nous estimons que les risques liés à une ouverture du marché sont minimes»
Andreas Windlinger, porte-parole de l'OFT

Le contrôle de la cadence est au cœur du problème. Comme solution, les fournisseurs étrangers pourraient, par exemple, être obligés de demander une autorisation et d'accepter les billets et les abonnements des transports publics locaux tels que l'AG et le demi-tarif. Si deux fournisseurs souhaitent utiliser la même voie, la priorité pourrait être donnée à celui qui propose un train circulant selon le système de cadencement suisse.

Albert Rösti aura le dernier mot

C'est au Parlement et au Conseil fédéral de décider si l'ouverture aura lieu. Andreas Windlinger le reconnaît volontiers:

«Il va de soi que le monde politique a le dernier mot»
Andreas Windlinger, porte-parole de l'OFT

Avec le changement à la tête du département compétent de la conseillère fédérale socialiste Simonetta Sommaruga, qui défendait bec et ongles le monopole des CFF, à l'UDC Albert Rösti, pour qui les principes de l'économie de marché pourraient aussi être plus importants dans les transports publics, un changement de cap au sein du Conseil fédéral pourrait bien avoir lieu.

Voici comment les voleurs des bornes CFF opèrent
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Une voiture s'écrase contre l'entrée principale du Chuv
Une voiture a percuté l'entrée principale du Centre hospitalier universitaire vausois, vendredi matin, à Lausanne, endommageant la porte.

Un accident peu commun a eu lieu vendredi matin à Lausanne: une voiture est venue percuter l'entrée principale du Centre hospitalier universitaire vaudois (Chuv). Le véhicule a, en effet, terminé sa course dans la porte-carrousel, occasionnant des dégâts importants.

L’article