ciel couvert
DE | FR
Suisse
Conseil fédéral

L'UDC mijote un plan secret pour chambouler le Conseil fédéral

Daniel Jositsch (à gauche) a été laissé pour compte dans le groupe parlementaire SP, Jon Pult et Beat Jans (à droite) ont été nommés candidats au Conseil fédéral.
Daniel Jositsch (à gauche) a été laissé pour compte face à Jon Pult et Beat Jans, nommés candidats au Conseil fédéral.

La droite mijote un plan secret pour chambouler le Conseil fédéral

Le 13 décembre, un groupe de parlementaires bourgeois aurait prévu de torpiller l'élection de Jon Pult ou Beat Jans au Conseil fédéral, en faveur de Daniel Jositsch. La manœuvre? Faire porter la responsabilité de cette élection sauvage au Parti socialiste.
04.12.2023, 18:4904.12.2023, 21:27
Francesco Benini / ch media
Plus de «Suisse»

Après une séance de commission, des parlementaires de partis bourgeois, y compris les Vert'libéraux, se sont rendus la semaine passée dans un bistrot de Berne. Le thème de leur discussion?

«Ça ne peut pas continuer comme ça»

Les politiciens faisaient référence au ticket du PS pour l'élection au Conseil fédéral du 13 décembre. Jon Pult et Beat Jans ne seraient pas un bon choix, selon eux. D'un côté, il y a Jon Pult, le Grison, jeune et sans expérience en matière de leadership, de l'autre, Beat Jans, le président du gouvernement bâlois, un écologiste pur et dur et un administrateur. Le scepticisme de Beat Jans envers les subventions généreuses accordées au secteur agricole déplaît en outre aux nombreux agriculteurs du Parlement.

Un plan secret

Le conseiller national UDC Thomas Matter qualifie le ticket du PS d'«ultra-gauche». Sa collègue de parti Barbara Steinemann estime que «ce que le PS nous présente n'est pas enthousiasmant». Le malaise ne se limite pas à l'UDC. Des représentants du Centre et du PLR sont également mécontents de la proposition socialiste à deux, mais ne veulent pas être cités.

Dans le camp bourgeois, un plan a été élaboré. Il prévoit de faire élire au Conseil fédéral un politicien du PS qui n'a pas été nommé par le parti — de préférence Daniel Jositsch — tout en faisant porter au Parti socialiste la responsabilité de cette manœuvre.

Comment cela va-t-il se passer? Dans ce contexte, l'ordre dans lequel les conseillers fédéraux seront élus le 13 décembre est crucial. Il s'agit tout d'abord de confirmer le poste du conseiller fédéral UDC Guy Parmelin, qui devrait se dérouler sans problème. Ce sera alors au tour d'Ignazio Cassis. Les Verts vont certainement tenter de l'attaquer avec le conseiller national Gerhard Andrey. Combien de voix obtiendra-t-il? Le plan de bataille de la droite prévoit qu'il y en aura pas mal.

Cela permettra à la droite de pointer du doigt le PS: vous soutenez les Verts et voulez ainsi rompre le gouvernement actuel? Nous allons répliquer lors de l'élection du remplaçant d'Alain Berset.

Dans le bistrot bernois, un conseiller national suggère de donner un coup de pouce. L'élection est secrète: certains parlementaires bourgeois peuvent donc voter en douce pour le candidat vert et non pour Cassis. Il suffira ensuite de reprocher ce soutien inattendu au PS pour lui faire porter le chapeau. Cette stratégie permettrait de justifier le refus du ticket donné par le PS lors de la septième élection, en mode «Les socialistes ont voulu jouer, il n'y a aucune raison que la droite ne fasse pas pareil».

Tout ça pour faire élire Jositsch

Pour rappel, il y a un an, Daniel Jositsch avait obtenu 58 voix au premier tour, sans avoir été désigné par le PS.

«Je pars du principe que Daniel Jositsch fera beaucoup de voix comme lors de la dernière élection»
Christian Wasserfallen, conseiller national PLR

L'objectif est que le conseiller aux Etats zurichois fasse mieux que l'un des deux nominés du PS, ce qui pourrait ensuite déclencher une dynamique en sa faveur. Celui-ci n'a pas été choisi par son parti pour figurer sur le ticket officiel et se terre dans le silence depuis. On ne sait pas comment il réagirait à une élection sauvage.

Blocher pour une élection sauvage

L'ancien ténor de l'UDC, Christoph Blocher, a qualifié vendredi sur Tele Blocher le ticket du PS de «provocation». Le milliardaire a fait l'éloge de Willi Ritschard et Otto Stich, deux socialistes non retenus par leur parti. Il a aussi présenté plusieurs arguments en faveur d'une élection sauvage le 13 décembre. Il sait que les tickets officiels des partis suscitent de plus en plus de critiques.

Que pense le coprésident du PS Cédric Wermuth du fait qu'un candidat inattendu pourrait se démarquer le 13 décembre? Il se montre serein:

«Une sélection démocratique ne satisfait jamais tout le monde, c'est normal. Avant les élections fédérales, il y a toujours beaucoup de jeux de rôles, c'est habituel»
Cédric Wermuth, coprésident du PS

(Traduit et adapté par Chiara Lecca)

La visite d'Emmanuel Macron en Suisse
1 / 23
La visite d'Emmanuel Macron en Suisse
source: sda / anthony anex
partager sur Facebookpartager sur X
On a essayé de parler suisse allemand
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Ces ex-conseillers fédéraux n'auraient jamais dû parler de la 13ᵉ rente AVS
Plusieurs anciens conseillers fédéraux sont sortis de leur silence pour militer contre la 13ᵉ rente AVS. Une position qui a énervé une partie de la population, surtout que les retraites des ex-Sages ne cessent d'augmenter.

Les rentes versées aux anciens conseillers fédéraux font à nouveau parler d'elles, dans le sillage de la campagne sur la 13e rente AVS. Le 3 mars prochain, le peuple s'exprimera sur cette initiative du Parti socialiste qui vise à rajouter une rente supplémentaire à l'année, sur le modèle du treizième salaire, pour augmenter le soutien aux plus pauvres via l'AVS.

L’article