Suisse
Espionnage

Bürgenstock: les services de sécurité suisses imaginent le pire

Les espions suisses redoutent le pire ce week-end

Les services de renseignement suisses, le laboratoire de Spiez et la cyberdéfense sont dans les dernières préparations pour la conférence sur l'Ukraine. Ce sommet comporte de nombreux risques. Lors de la réunion à la Centrale nationale d'alarme, les experts expliquent sur quoi ils doivent particulièrement se concentrer.
13.06.2024, 05:57
Othmar von Matt, Stefan Bühler / ch media
Plus de «Suisse»

La Centrale nationale d'alarme, CENAL, située sur la place Guisan à Berne, ressemble à ce que l'on imagine d'un centre d'alerte. Sept personnes sont assises en demi-cercle devant leurs ordinateurs, face à un mur plein d'écrans affichant diverses cartes, chiffres et listes. Elles portent des gilets de différentes couleurs — noir pour l'information sur la situation, rouge pour les opérations, bleu pour la communication. Il règne un silence absolu.

Les dangers actuels sont visibles sur les écrans - des inondations à la peste porcine en passant par les centrales nucléaires d'Ukraine: une vue de la centrale d'alarme nationale.
Les dangers actuels sont visibles sur les écrans: des inondations à la peste porcine en passant par les centrales nucléaires d'Ukraine, tout est scruté par la Centrale nationale d'alarme.Image: Dlovan Shaheri

Depuis le début de la guerre en Ukraine, une horloge affiche l'heure de Kiev, une autre celle de Moscou — elles indiquent la même heure. Sur une carte affichée sur un grand écran, toutes les centrales nucléaires d'Ukraine sont marquées avec le nombre de leurs réacteurs. Zaporijia, avec ses six réacteurs, se trouve sur la ligne de front, également tracée sur la carte. Si elle est endommagée, un nuage nucléaire pourrait se répandre sur l'Europe. Au CENAL, des calculs sont continuellement effectués pour déterminer comment la Suisse serait affectée.

L'activité au CENAL devrait augmenter dans les prochains jours. Ici, les différents risques associés à la conférence sur l'Ukraine des 15 et 16 juin sont également surveillés. Le CENAL, le Service de renseignement de la Confédération, l'Office fédéral de la cybersécurité et le Laboratoire de Spiez jouent un rôle crucial. Ils ont organisé une réunion pour expliquer comment ils se préparent pour le sommet et comment ils évaluent la situation.

Le ton est — dans le domaine de la cybersécurité — prudemment optimiste:

«Nous ne sommes pas au courant d'une augmentation des cyberattaques contre les infrastructures critiques en Suisse, en lien avec la conférence. Toutefois, l'OFCS estime que le niveau de menace dans le domaine de la cybersécurité est élevé.»
Roman Hüssy, co-directeur de l'équipe d'intervention d'urgence de l'Office fédéral de la cybersécurité (OFCS).

Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) est également optimiste. Il ne voit actuellement aucune menace terroriste directe pour la conférence de Bürgenstock. Cependant, la situation de la menace en Suisse reste globalement élevée. Et elle est également liée à la guerre en Ukraine et à la conférence de Bürgenstock.

«La menace pour la Suisse en raison de l'espionnage étranger et des campagnes de désinformation reste élevée»
Julie Noto, directrice adjointe du SRC

De plus, la menace terroriste générale en Suisse reste «élevée». Cela est lié à la guerre à Gaza et au phénomène de la radicalisation des mineurs. Julie Noto, directrice adjointe du SRC continue:

«De plus, il existe des indications concrètes de projets d'attentats terroristes dans plusieurs pays voisins»

Tant le Service de renseignement que l'Office fédéral de la cybersécurité ont pris de nombreuses mesures en prévision de la conférence. «Nous sommes optimistes quant au fait que nous avons pris toutes les mesures possibles pour protéger la conférence», assure Julie Noto, la directrice adjointe du SRC. «Cependant, la sécurité absolue n'existe pas», tempère-t-elle.

A l'Office fédéral de la cybersécurité, un «grand effort de prévention» est en cours, selon Roman Hüssy. Un modèle à trois cercles est utilisé à cet effet. La situation de la menace consolidée est partagée — dans le premier cercle — avec les organisations directement impliquées dans la conférence au sein du réseau de cybersécurité, notamment en temps réel via une plateforme de chat.

Dans le deuxième cercle, 1000 organisations exploitant des infrastructures critiques ont reçu une «évaluation séparée».

«Et dans le troisième cercle, il y a les utilisateurs privés, pour lesquels nous avons mis en ligne une fiche d'information sur notre site web»
Roman Hüssy

L'Office fédéral identifie trois principales menaces dans le cyberespace: premièrement, le cyberspionnage, deuxièmement, les perturbations dans le cyberespace visant à entraver la tenue de la conférence. Roman Hüssy poursuit:

«Et troisièmement, les hacktivistes qui se revendiquent publiquement de la Russie et cherchent à faire passer leur message par des moyens cybernétiques dans les médias.»

Les spécialistes sont préparés à une attaque au Novitchok

Les autorités sont également préparées dans le domaine des armes ABC — armes atomiques, biologiques et chimiques — pour la conférence sur l'Ukraine. C'est ce qu'assure Kurt Münger, chef des tâches de direction au Laboratoire de Spiez. Comme pour le Forum économique mondial à Davos, des stations de mesure mobiles ont été installées autour du Bürgenstock pour détecter une éventuelle contamination radiologique.

Un laboratoire mobile pour l'analyse des risques nucléaires, chimiques et bactériologiques
Un laboratoire mobile pour l'analyse des risques nucléaires, chimiques et bactériologiquesImage: KEYSTONE

La recherche des agents de guerre biologique est également en cours, mais c'est «probablement la menace la plus difficile à détecter à l'avance», explique Kurt Münger. Cependant: «Dans des situations comme celles du Bürgenstock, il est possible de vérifier techniquement à l'avance les salles, les accès et même la nourriture.» L'expert ne divulgue pas en quoi consistera précisément le dispositif lors du sommet. Seule indication:

«Des mesures appropriées sont prises pour garantir autant que possible la sécurité des systèmes d'approvisionnement en eau et de ventilation.»

Une attention particulière est portée à l'agent neurotoxique Novitchok, utilisé lors de l'attentat contre le dissident russe Alexeï Navalny en 2020. Le Novitchok a également été utilisé lors de l'attaque contre l'ancien agent russe Sergueï Skripal et sa fille en 2018 à Londres. Les trois ont survécu aux attaques, qui ont été attribuées au Service des renseignements extérieurs de la Fédération de Russie. La Suisse est-elle préparée à de telles attaques?

«Oui, nous pouvons détecter le Novitchok»
Kurt Münger

Jusqu'à présent, rien n'indique que cela sera nécessaire.

Vladimir Poutine dans tous ses états
1 / 10
Vladimir Poutine dans tous ses états
Poutine en mode chasseur, 2010.
source: ap ria novosti russian governmen / dmitry astakhov
partager sur Facebookpartager sur X
Le Cybertruck, oui, mais pas chez nous
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le temps humide a des répercussions sur la récolte des fraises
Les fraises suisses souffrent du temps humide. La récolte a été réduite de 5% à la mi-juillet, bien que le retour de l'été puisse encore améliorer la situation.

Le temps humide de cette année a également affecté les fraises suisses. Ainsi, à la mi-juillet, leur récolte était inférieure de cinq pour cent à celle du même mois de l'année précédente. Le retour en force de l'été pourrait toutefois compenser une partie de ce déficit.

L’article