Suisse
Interview

Comment les femmes réfugiées sont exploitées en Suisse

Comment les femmes réfugiées sont exploitées en Suisse.
Le nombre de cas déclarés de traite d'êtres humains en Suisse a encore augmenté en 2022.Image: shutterstock/watson
Interview

Pourquoi tous les réfugiés devraient être traités comme des Ukrainiennes

La guerre en Ukraine a poussé un grand nombre de femmes et d'enfants à fuir leur pays. L'expérience montre que ces migrants sont fortement exposés au risque d'être victimes de la traite et de l'exploitation. En Suisse aussi, la détresse est exploitée.
26.11.2023, 06:5826.11.2023, 09:54
Chantal Stäubli
Chantal Stäubli
Chantal Stäubli
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

La guerre en Ukraine a attiré de nombreuses personnes vers l'ouest. L'année dernière, la Suisse a connu une vague de réfugiés comme elle n'en avait pas connu depuis des décennies. Près de 100 000 personnes ont cherché protection en Suisse, dont 75 000 fugitifs en provenance d'Ukraine. Cette année,
10 000 personnes supplémentaires ont déposé une demande de statut de protection S en provenance d'Ukraine.

Des criminels profitent de la détresse des femmes ukrainiennes, en particulier en Allemagne, comme le montrent les recherches de la ZDF. watson s'est entretenu avec Doro Winkler du Centre d'information sur la traite des femmes et la migration des femmes (FIZ) pour savoir comment la situation se présente en Suisse.

Doro Winkler
Doro Winkler.Image: Nina Lanzi (Copyright FIZ)

Que ce soit pour trouver un logement ou un emploi, les femmes ukrainiennes risquent fortement d'être exploitées, selon les recherches de la ZDF. Qu'en est-il en Suisse?
Doro Winkler: Nous faisons plutôt le constat que les femmes ukrainiennes sont moins exploitées que les autres personnes ayant fui leur pays. Nous avons constaté que plus la route de fuite est sûre, plus la migration est légale, moins il y a de risque d'être victime de la traite des êtres humains.

Pouvez-vous expliquer cela plus en détail?
La fuite des femmes et des enfants ukrainiens était très différente des autres fuites: elle était organisée. Des trains et des bus étaient prêts en peu de temps, et il était également possible de quitter le pays avec sa propre voiture. Les gens ont pu partir légalement et ont été accueillis dans les pays.

«Aux frontières ukrainiennes, de nombreuses mesures de prévention ont été mises en place pour avertir les gens des situations d'exploitation»

Les personnes en quête de protection en provenance d'Ukraine peuvent déposer directement une demande de statut de protection S en Suisse – et ont ainsi immédiatement accès au marché du travail. Cela contribue-t-il à la lutte contre l'exploitation du travail?

«Dans le contexte de la guerre en Ukraine, il a été possible de faire exactement ce que nous demandons depuis des années: des routes de fuite sûres ainsi que des titres de séjour rapides»

Si les personnes en fuite deviennent plus rapidement actives, le risque de devenir victime d'exploitation diminue. C'est un exemple de bonne pratique – du moins en comparaison avec la situation de fuite et de séjour d'autres fugitifs qui prennent des routes de fuite incertaines.

La route de l'exode via la Méditerranée?
La route de la Méditerranée et celle des Balkans sont toutes deux dangereuses.

Pourquoi précisément ces deux-là?
Les personnes sont parfois renvoyées de force et en violation des droits de l'homme, et l'Europe se défausse de ses responsabilités.

«Comme il n'existe pratiquement pas de possibilités de migration légale, ils doivent s'endetter pour organiser la suite de leur voyage. Ils tombent ainsi dans la dépendance de personnes qui les exploitent, sexuellement ou comme main-d'œuvre.»

La situation est particulièrement précaire pour les personnes qui atterrissent en Grèce. Trente jours après avoir obtenu un statut de protection, les personnes en fuite n'ont plus droit à un endroit où dormir et/ou à de la nourriture. Pour pouvoir survivre, les personnes en fuite tombent alors rapidement entre les mains d'exploiteurs.

Les fugitifs dont les itinéraires d'exil sont sûrs entrent-ils moins en contact avec les trafiquants d'êtres humains?
L'amélioration des conditions dans le contexte de la guerre en Ukraine a en grande partie empêché les femmes ukrainiennes d'entrer en contact avec les trafiquants d'êtres humains qui exploitent de manière ciblée la situation vulnérable des personnes en fuite. Les chiffres le montrent également: nous n'avons reçu que peu de cas suspects de la part de femmes ukrainiennes.

Concrètement, combien de cas d'exploitation ont été reçus?
L'année dernière, nous avons reçu 13 cas suspects, dont trois ont été confirmés comme étant de la traite d'êtres humains. Pour les autres, soit il ne s'agissait pas de traite d'êtres humains soit nous n'avons pas pu l'établir avec certitude parce que nous n'avions pas assez d'informations.

Quels étaient ces cas?

«Deux de ces personnes avaient fui la guerre et avaient été exploitées comme main-d'œuvre»

Je ne peux pas en dire plus, car il s'agit de procédures pénales en cours. Une personne était déjà venue avant la guerre et a été exploitée. Elle a été menacée de retourner dans la région en guerre si elle ne se soumettait pas et n'effectuait pas les travaux qu'on l'obligeait à faire. Là encore, je ne peux pas en dire plus pour des raisons de protection des victimes.

Ces femmes ont-elles été exploitées en Suisse?
Les trois cas se sont produits en Suisse.

Dans quels domaines professionnels les femmes sont-elles le plus exposées?
L'exploitation est présente dans la prostitution, mais aussi dans les ménages privés (aides ménagères, soins aux personnes âgées), dans les salons de manucure, dans la restauration, dans la production alimentaire ainsi que dans l'agriculture.

Y a-t-il des facteurs qui augmentent les risques d'être exploité?
Il y a un certain nombre de facteurs: une grande vulnérabilité, l'absence de permis de travail, la méconnaissance des droits, l'absence de réseau social, la méconnaissance de la langue. La pression pour gagner de l'argent. La pression pour rembourser les dettes.

En Allemagne, des hommes proposent un hébergement à des femmes ukrainiennes – en échange de sexe. De telles offres existent-elles aussi en Suisse?
Nous en avons entendu parler, mais aucun cas concret jusqu'à présent.

Quels sont les cantons qui enregistrent le plus de cas d'exploitation?
En Suisse alémanique, 45 cas ont été signalés dans le canton de Zurich l'année dernière. C'est le nombre le plus élevé, suivi par Berne avec 14 cas.

Zurich est-elle donc la ville suisse la plus dangereuse pour les femmes réfugiées?
Pas nécessairement. Le nombre élevé ne signifie pas nécessairement qu'il y a plus d'exploitation à Zurich et à Berne que dans d'autres cantons, mais qu'il y a des autorités de poursuite pénale spécialisées. On y regarde de près, on enquête activement et il existe des organisations spécialisées dans la protection des victimes comme la FIZ.

Supposez-vous que le nombre de cas non recensés est élevé?
Oui, la traite des êtres humains est un délit. Si l'on ne regarde pas, on ne trouve pas de cas. Il faut agir de manière proactive.

Y a-t-il un cas qui vous a particulièrement bouleversée?

«J'ai été bouleversée par le cas d'une femme qui m'a parlé de dettes importantes qu'elle devait rembourser à un homme. Cet homme l'a amenée à se prostituer, l'a exploitée et a menacé de dire à sa famille qu'elle se donnait à des hommes étrangers en Suisse.»

Nous soupçonnions qu'elle avait été exploitée et nous voulions la placer en lieu sûr pendant quelques jours. Mais le canton compétent s'est d'abord montré réticent, estimant qu'après ces terribles expériences, cette femme préférait tout de même retourner dans son pays. Le soutien que la personne exploitée reçoit diffère donc beaucoup selon le canton dans lequel elle a été exploitée. Grâce à mes nombreuses années d'expérience, je sais qu'il est très difficile pour les personnes concernées de chercher un soutien, car elles ont peur que les auteurs les recherchent et qu'elles retombent dans l'exploitation.

«De toute façon, il faut beaucoup de courage pour sortir d'une situation d'exploitation et en parler»

Dans la vie quotidienne, les travailleurs du sexe sont souvent confrontés à la répression et au rejet de la part de la police, peut-on lire dans un rapport du FIZ. Cela n'a-t-il pas une influence négative sur la confiance?
Il est important de distinguer le travail du sexe de la traite des êtres humains. De telles expériences réduisent la confiance dans la police et les autres institutions publiques.

«On estime que 90% des travailleurs du sexe en Suisse sont des migrants»

Il serait utile que les autorités se concentrent sur les conditions de travail plutôt que sur le statut de migrant et qu'elles puissent ensuite identifier l'exploitation.

Qu'arrive-t-il aux gens après qu'ils se sont confiés à quelqu'un?
Il est important que ces personnes soient mises en relation avec l'un des services spécialisés. De nombreuses victimes nous sont adressées par la police et par d'autres centres de conseil. Chez nous, les hommes, les femmes et les personnes trans reçoivent une aide professionnelle, notamment des conseils psychosociaux, une aide financière, une médiation et une collaboration avec des avocats et des médecins, ainsi qu'un soutien en cas de demande de cas de rigueur ou de retour souhaité dans le pays d'origine.

«Nous ne pouvons lutter contre la traite des êtres humains que si nous travaillons ensemble. Tous les acteurs»

Qu'est-ce qui donne de l'espoir aux personnes concernées?
Pour les personnes concernées, la condamnation des auteurs est une étape importante. Mais il est tout aussi important qu'elles aient la chance de vivre une vie libre après avoir été exploitées, une vie qu'elles contrôlent elles-mêmes, sans être dépendantes ou contrôlées et opprimées par quelqu'un.

Les victimes sont-elles aussi transformées en agresseurs?
Oui, à plusieurs reprises.

«Dans de nombreux cas, les victimes de la traite des êtres humains sont contraintes de commettre des infractions pénales telles que des vols, des trafics de drogue ou des cambriolages»

Cette forme de traite est appelée «traite des êtres humains à des fins d'activités criminelles». De nombreuses personnes concernées ne sont pas reconnues comme des victimes potentielles, mais sont punies pour un délit et se retrouvent en prison. C'est là que la sensibilisation et la formation sont nécessaires.

Que faut-il pour que les femmes soient mieux protégées contre l'exploitation?
Cette question pourrait faire l'objet d'un article entier. Il commencerait par la base: il faut arrêter de détruire des vies à cause des guerres, de la crise climatique ou de l'extraction de matières premières.

(Traduit et adapté par Chiara Lecca)

La visite d'Emmanuel Macron en Suisse
1 / 23
La visite d'Emmanuel Macron en Suisse
source: sda / anthony anex
partager sur Facebookpartager sur X
Il a filmé l'horreur des migrants: «Je me suis ramassé une claque»
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Netflix augmente ses prix en Suisse: voici de combien
Netflix fête ses 10 ans en Suisse. Et pour célébrer son succès, le géant du streaming a décidé de relever massivement ses tarifs pour ses trois abonnements: jusqu'à 12%, 8% pour le moins cher.

L'abonnement Netflix le plus cher n'est pas assez cher: le leader du marché et déjà le fournisseur de streaming le plus onéreux de Suisse augmentent à nouveau ses tarifs. Jusqu'à 12%, comme l'a rapporté mercredi le service de comparaison en ligne Moneyland.ch.

L’article