DE | FR
La Miss France 2022, Clémence Botino.
La Miss France 2022, Clémence Botino. Image: sda

Miss France, c'est plus un «Koh Lanta bis» qu'un concours de beauté

Pour la première fois de l'histoire du concours de Miss France, les participantes de l'édition 2022 ont eu droit à un contrat de travail, et donc à un salaire. Le problème... c'est que c'était un peu des peanuts.
22.01.2022, 17:4124.01.2022, 08:21
Suivez-moi

Comme tout, le concours Miss France a bien été forcé d'évoluer avec son temps. Et cette édition 2022 a marqué une différence de taille: contrairement aux années précédentes, les reines de beauté ont eu le «privilège» d'avoir droit à un contrat de travail, selon une information exclusive du Parisien. Elles ont donc pu prétendre à un salaire.

Un salaire ok, mais lequel?

Autant vous dire qu'il n'est pas mirobolant. Pas du tout. La productrice de l'émission, Alexia Laroche-Joubert, avait déjà précisé que la rémunération n’était pas «celle d’un cadre dirigeant». Aïe. On craint le pire.

D’après les informations du Parisien, la présidente de la société Miss France aurait effectivement plutôt rémunéré ses participantes... comme des figurantes.

Une candidate confie: «On a été payées 84 euros par jour, soit 252 euros net en tout. L’équivalent du smic. C’est vraiment symbolique.» Ce chiffre, confirmé par la production, englobe l’élection et les deux journées de répétitions précédentes au Zénith de Caen (Calvados).

Et si vous souhaitez revivre cette soirée exceptionnelle...

Mobilisées de midi à 00h30, les candidates ont été rétribuées moins de 7 euros de l’heure le jour de la cérémonie, le 11 décembre dernier (show qui, rappelons-le, est visionné par 7,3 millions de téléspectateurs, soit 42,3 % du public). Un spot de pub de 30 secondes diffusé sur ce créneau peut coûter jusqu'à 114 000 euros.

L'envers du décor

Certaines participantes se content largement de cette maigre rétribution, qui n'était pas prévue initialement. Sans compter que les Miss profitent de nombreux cadeaux durant leur préparation à l'élection (voyage dans un endroit «paradisiaque», iPad, robes...).

Mais l'envers de ce décor pailleté est nettement moins glamour. Entre les déplacements, les séances photos et les répétitions de chorégraphies - qui peuvent se prolonger jusqu'à 10 heures par jour -, toutes n’ont pas tenu le rythme effréné imposé par quinze jours de préparation.

«Beaucoup craquent au moment des répétitions»
Une ex-candidate

«On se disait entre filles qu’on devrait être payées du premier au dernier jour parce que sans nous, il n’y aurait pas de show.»

«J’ai très vite compris que c’était un vrai travail quand on m’a dit qu’on n’avait pas le droit à l’erreur, que tout ce qu’on faisait était jugé», raconte une autre.

Mais bon, comme dirait Geneviève, de toute façon...

La pression est une chose, les privations en sont une autre. Certaines prétendantes (déjà bien fluettes, on va pas se mentir) ont même perdu jusqu’à 6 kilos «à cause du manque de nourriture», dénonce cette participante.

«On ne nous donnait clairement pas assez à manger. Parfois, on se faisait livrer des plats en plus. On avait l’impression de faire un Koh-Lanta bis.

Mais bon, au moins: «comme la scène était aussi glissante qu’une patinoire, on était au moins couvertes en cas d’accident », ironise l’une des concurrentes. Sauvées.

En tout cas, pas de changement à l'horizon...

Contactée par le Parisien, la présidente du concours Alexia Laroche-Joubert rappelle que «Miss France est un concours», et que c'est «déjà une grande avancée» que d'offrir un contrat de trois jours.

D'ailleurs, elle ne projette aucunement d’en allonger la durée : «Cela ne correspond pas à nos valeurs et les motivations des candidates ne seraient plus les mêmes. Pour ça, elles peuvent faire Les Marseillais ou Les Ch’tis». Futures prétendantes au titre, vous êtes prévenues.

Pour ma part, je me suis arrêtée à l'étape préliminaire du quizz. C'était déjà assez dur comme ça.

21 fois où les marques ont entubé les consommateurs

1 / 23
21 fois où les marques ont entubé les consommateurs
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

La Russie ne paye plus ses dettes, est-elle ruinée? Explications

Link zum Artikel

Ces stars réagissent à la révocation du droit à l'avortement par la Cour suprême

Link zum Artikel

De plus en plus de pédophiles achètent des viols d'enfants sur Internet

Link zum Artikel

Terrorisme islamiste et mercenaires russes: que se passe-t-il au Mali?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Des fellations pendant 5h»: les victimes de Jacquie et Michel témoignent
En juin, Michel Piron, propriétaire du plus grand site pornographique de France, a été mis en examen. Plusieurs femmes ont déposé plainte et témoigné sur les violences infligées parfois pendant des années.

«Et là, huit hommes sont arrivés, tous cagoulés. Ils me violent et m'injurient. Moi, j’avais mal et je tentais de repousser mes agresseurs. Je pensais que j’allais vivre ma dernière heure». Jessica est l'une des trois victimes qui témoignent dans le Monde. Le journal a eu accès aux témoignages du dossier Jacquie et Michel, le plus grand site pornographique français. Les récits ont été publiés lundi 27 juin et reviennent sur les sévices subis par plusieurs femmes. Michel Piron, le propriétaire de la plateforme, a été récemment mis en examen pour complicité de viol et traite d'êtres humains en bande organisée.

L’article