International
prince harry

Le prince Harry a peur pour sa sécurité, la Justice s'en fiche

Le prince Harry a peur pour sa sécurité, la Justice s'en fiche
Très au fait de sa sécurité, le prince Harry voulait s'allouer les services de la police britannique. Le ministère de l'intérieur lui a mis un stop.MONTAGE: WATSON

Harry a peur pour sa sécurité, la Justice s'en fiche

Un coup dur pour le prince obsédé par sa protection policière.
24.05.2023, 16:4130.05.2023, 13:05
Suivez-moi
Plus de «International»

Alors qu'il multiplie les croisades judiciaires, le prince Harry vient de perdre sa première bataille. Mardi soir, un juge de la Haute Cour de Londres a tranché: non, Son Altesse le duc de Sussex ne sera pas autorisé à s'allouer les services de la police métropolitaine, lors de ses déplacements au Royaume-Uni. Pas même s'il les paie de sa propre poche.

Flashback

Pour comprendre les tracas du prince, il faut revenir aux sources du drame: le «Megxit». Souvenez-vous. En janvier 2020, au moment de leur retrait fracassant de la famille royale, Harry et Meghan se retrouvent dépouillés de leur service protection officiel, garanti par les forces de l’ordre, aux frais du contribuable britannique.

Une perspective insupportable pour Harry, habité depuis sa prime jeunesse par un fort sentiment d'insécurité. Lors d'une réunion secrète avec le reste de la clique royale (passée à la postérité sous le nom de «sommet de Sandringham»), le duc se bat bec et ongle pour conserver ses gardes du corps, quitte à sacrifier d'autres avantages royaux.

«J'ai proposé de couvrir le coût de la sécurité de ma propre poche. Je ne savais pas comment je ferais ça, mais je trouverais un moyen»
Le prince Harry dans ses mémoires, Spare.

Son moyen de pression, au cours des négociations? Sans garantie de protection policière suffisante, les Sussex ne sont pas sûrs de vouloir reposer un jour un orteil au Royaume-Uni, cette terre hostiles grouillante de paparazzi.

On accorde donc au couple un statut exceptionnel: une protection policière au cas par cas, limitée aux seuls événements royaux officiels et à un niveau moindre de celui dont ils bénéficiaient comme membres actifs de la royauté. Un service limité dont les Sussex bénéficieront lors du jubilé de platine de la reine Elizabeth II. Ou, plus récemment, lors du passage-éclair d'Harry au couronnement de son père, en mai dernier.

Récit de cette course contre la montre

En Californie et lors de leurs voyages, la sécurité des ex-royals est assurée par leurs propres gardes du corps, autorisés à porter des armes. Un défi particulier lorsqu'ils se rendent au Royaume-Uni, où les agents de sécurité privés ne bénéficient pas d'une telle autorisation.

En 2020, le prince a donc une idée: payer de sa propre proche une protection de haut niveau par des policiers spécialement formés, ayant accès aux renseignements britanniques. Une proposition aussitôt rejetée par le ministère de l'Intérieur. Débouté, Harry intente une action en justice.

Un risque «à vie»

Dans les documents du premier procès, qui se tient en janvier 2022, les avocats d'Harry argumentent que le prince, qui a hérité d'un «risque pour la sécurité à la naissance, à vie», reste «sixième dans la succession au trône», a effectué «deux missions de combat en Afghanistan» et encore, ces dernières années, «sa famille a fait l'objet de menaces néonazies et extrémistes bien documentées».

«Alors que son rôle au sein de l'institution a changé, ce n'est pas le cas de son profil en tant que membre de la famille royale. La menace qui pèse sur lui et sa famille non plus»
Les documents du procès, en janvier 2022.

La police n'est pas à louer

La semaine dernière, les avocats du duc n'ont pas hésité à comparer la présence d'Harry sur sol britannique à un match de foot ou à une manifestation sportive - des évènements durant lesquels la police est autorisée à facturer certains services.

Un argument balayé par la justice britannique et les avocats du ministère de l'Intérieur, qui a fait valoir qu’il n'est «pas approprié» que des personnes fortunées «achètent» une protection pouvant inclure des agents armés, lorsqu’il a été décidé que «l’intérêt public ne le justifie pas».

En bref: riche ou pas, célèbre ou pas, Harry ne peut pas «acheter» les services de la police métropolitaine.

La décision a été confirmée dans un copieux jugement de dix pages, rendu ce mardi. Le juge a réfuté la comparaison entre «les services de police fournis lors d'événements sportifs ou de divertissement» et ceux du prince Harry, qui impliquent «le déploiement d'agents spécialisés hautement qualifiés, dont le nombre est limité, et qui sont tenus de se mettre en danger pour protéger leurs mandants».

D'autres batailles sur le feu

Sacré revers pour Harry, alors que sa sécurité vient justement d'être remise au centre du débat, depuis sa course-poursuite «presque catastrophique» la semaine dernière, à Manhattan. Des évènements qui font toujours l'objet de récits très contradictoires en fonction des sources.

Toutefois, ce désagrément ne marque pas la fin de la lutte ducal pour sa protection policière. Un second volet judiciaire contre le gouvernement britannique concernant la levée «abusive» de sa sécurité est toujours en cours. L'audience n'a pas encore eu lieu.

En plus des affaires de sécurité, le prince poursuit également les éditeurs des trois plus grands tabloïds britanniques – The Mirror, The Daily Mail et The Sun – pour avoir piraté ses téléphones et empiété sur sa vie privée. Le prince devrait comparaître à la barre des témoins au début du mois prochain.

Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux
1 / 21
Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux
Le mariage, en 2011.
source: epa / hugo burnand/clarence house / ha
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le Japon présente ses excuses aux victimes de stérilisation forcée
Fumio Kishida s'est incliné en signe d'excuse devant des victimes de stérilisation forcée qui se sont déroulées entre 1948 et 1996.

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida a présenté ses excuses mercredi aux victimes d'une loi eugéniste aujourd'hui caduque qui a conduit à la stérilisation forcée de milliers de personnes dans l'archipel nippon entre 1948 et 1996.

L’article