International
princesse kate

Kate n'est pas prête à réapparaître: «Son agenda est vide»

La princesse Kate n'est pas prête de réapparaître à la vue du public avant plusieurs mois, selon des initiés.
Selon des initiés, l'agenda de la princesse de Kate est «vide» et ne devrait pas se remplir avant plusieurs mois, alors que son traitement d'un cancer se poursuit. getty/watson

Kate n'est pas prête à réapparaître: «Son agenda est vide»

Selon des sources proches de la famille royale, la princesse de Galles, dont on ne reçoit que des bribes de nouvelles par l'intermédiaire de son mari le prince William, ne devrait pas faire son retour aux affaires publiques «avant la fin de l'année».
24.05.2024, 14:2324.05.2024, 14:26
Suivez-moi
Plus de «International»

On espère que le portrait «intolérablement mauvais» de Kate vous aura apporté un peu de chaleur et réconfort, parce qu'il est peu probable d'obtenir bien davantage d'ici tôt. Selon une source du Daily Beast vendredi, le retour de la princesse de Galles sur le devant de la scène, en chair et en os, n'est pas programmé avant plusieurs mois.

«On me dit que l'agenda de Kate pour cette année est vide. Il n'y a rien de prévu. Elle pourrait ne pas apparaître en public pour le reste de l’année»
Un initié, au Daily Beast.

Même son de cloche du côté du Daily Mail, qui indique qu'on pourrait ne pas revoir la princesse «avant l'automne». Et ça, c'est à la stricte condition que Kate soit «complètement rétablie» d'ici là.

Pour le moment, c'est à son traitement contre le cancer et à sa famille que la princesse de Galles donne l'entière priorité. Ses assistants ont insisté récemment auprès du Daily Telegraph sur le fait qu'elle était «pleinement informée» des avancées de ses projets caritatifs, notamment un important programme pour la petite enfance, Shaping Us, mais se sont bien gardés de préciser si elle passait la journée à télétravailler depuis son lit.

Une autre vidéo?

Cinq mois après son dernier engagement public et l'annonce de sa mystérieuse «opération abdominale», les images de Kate, souvent volées, se comptent sur les doigts d'une main. Face à la perspective d'un nouveau tourbillon médiatique, similaire à celui qu'avait suscité son absence prolongée ce printemps, le palais de Kensington se prépare déjà à la moindre résurgence de théories du complot et de spéculations grotesques.

Toutefois, la source du Daily Beast esquisse une solution:

«Je n'exclurais pas un autre message vidéo informant le pays de son état de santé. Cela s’est avéré être un moyen très efficace de tenir à distance les théoriciens du complot»

En attendant, Kate et sa famille devraient passer la semaine prochaine, période de vacances scolaires pour leurs trois enfants, dans leur maison de campagne de Anmer Hall, sur le domaine de Sandringham, dans le Norfolk. Un lieu à l'abri des regards, conformément au souhait de la princesse de traiter sa maladie dans la plus stricte intimité.

«Le cercle de confiance est minuscule», confirme un ami de Kate et William. «Elle a été entourée de Carole et Michael, Pippa (sœur) et James (frère) ont évidemment également été là pour elle. Ils forment une famille incroyablement unie. Catherine se sent absolument confiante de pouvoir compter sur eux. Ils sont là pour elle depuis des décennies et ne l’ont jamais laissé tomber.»

Cercle rapproché, paix et tranquillité. C'est tout ce qu'on peut souhaiter à la princesse de Galles, aussi longtemps que durera sa convalescence.

Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux
1 / 21
Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux
Le mariage, en 2011.
source: epa / hugo burnand/clarence house / ha
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi le président du PLR est parti faire du déminage en Irak
La Fondation suisse de déminage FSD est la seule œuvre d'entraide suisse qui désamorce les mines dans les régions en crise. Le président du parti PLR Thierry Burkart fait partie du conseil de fondation. Il s'est rendu auprès des démineurs de l'ONG, dans le nord de l'Irak.

Les tentes blanches du camp de réfugiés de Khasir se distinguent de loin. La structure s'étend sur une superficie d'environ un kilomètre carré. Elle borde une rivière de laquelle le camp tient son nom. Depuis 2014, des dizaines de milliers d'Irakiens ont trouvé refuge ici pour échapper aux massacres perpétrés par l'organisation terroriste Etat islamique (EI). Aujourd'hui, l'EI n'est plus actif que dans quelques régions isolées du pays, mais les mines et les pièges explosifs laissés par les terroristes sont toujours là. Et ils représentent toujours un danger considérable, dix ans plus tard.

L’article