DE | FR
On se souviendra longtemps de Granit Xhaka; ou peut-être pas.
On se souviendra longtemps de Granit Xhaka; ou peut-être pas. Image: Keystone/Shutterstock

Suisse-France est-il entré dans l'histoire? Ce n'est pas si simple

Ce match de fou restera-t-il dans la mémoire collective ou sera-t-il oublié comme tant d'autres? On a posé la question à un historien du sport.
01.07.2021, 18:1302.07.2021, 15:00
Suivez-moi

Suisse-France, ce n’était au début qu’un 8e de finale de plus que la Nati devait perdre; au lieu de quoi le rendez-vous s’est transformé en évènement historique, avec une première qualification pour les quarts de finale depuis 1954 au terme d’une soirée inoubliable, marquée par un doublé de Seferovic, une égalisation tardive de Gavranovic, une masterclass de Xhaka et un penalty repoussé par Sommer. Mais où ranger cet exploit? Dans quel tiroir de notre mémoire collective le protéger du temps qui passe? N’est-il pas déjà menacé par le résultat du quart de finale de vendredi face aux redoutables espagnols?

Légendaire.
Légendaire.Image: Pool AP

Pour se faire une idée de la portée de l’évènement, on a passé pile une mi-temps (la troisième 😉) avec Grégory Quin, historien du sport, passionné de football, ancien abonné au RC Strasbourg des belles années.

Le match Suisse-France appartient-il à l'histoire?

Grégory Quin répond en deux temps.

  • «Objectivement, oui, car c’est la première fois depuis 67 ans que la Suisse atteint ce stade dans un tournoi majeur. Et puis cette qualif récompense tout le travail mis en place par l’Association Suisse de Football (ASF) entre 1995 et 2005. L’entité faîtière a misé sur la formation pour alimenter le réservoir de joueurs helvétiques, et ainsi survivre aux conséquences de l’arrêt Bosman sur son football. La dimension historique tient surtout dans ce processus de 20 ans qui aboutit enfin, mais il est peu connu du grand public, et même des internationaux eux-mêmes.»
  • «Subjectivement, c’est moins évident. Je ne suis pas certain que ce match restera dans toutes les mémoires, mais seul le temps le dira.»
Notre expert de l'histoire du ballon rond.
Notre expert de l'histoire du ballon rond.Image: DR

Le résultat du quart de finale contre l’Espagne pourrait indirectement «ternir la prestation des Suisses face aux champions du monde, redoute l’historien du sport à l’Université de Lausanne. Si la Suisse réalise le même match que face à l’Italie (défaite 3-0), cela signifiera que son niveau n’est pas celui que tout le monde a cru voir au tour précédent, et qu’elle a surtout profité des faiblesses de la France pour se qualifier.»

Des Bleus rongés par les blessures, puis par le doute instillé par son sélectionneur dans ses choix tactiques, et enfin par des querelles entre joueurs apparues sur la pelouse avant les prolongations. «De toute évidence, la place de cette équipe de Suisse dans l’histoire sera déterminée par ses résultats sur l’ensemble du tournoi davantage que sur son seul match contre la France», résume Grégory Quin.

Mais quel match, quand même, et quelle soirée!

Est-ce qu’on ne pourrait pas faire une exception juste cette fois, et hisser cette équipe au panthéon de la gloire nationale, même si elle se prend une «monstre sonnée» face aux Ibères? Après tout, un exploit ne dépend pas seulement d’un résultat; il se mesure aussi dans la façon dont le public a accueilli ce résultat.

La folie, partout en Suisse (ici à Zürich)
La folie, partout en Suisse (ici à Zürich)Image: KEYSTONE

Grégory Quin acquiesce. Il sait que toute la Suisse est descendue dans la rue pour cueillir cette victoire savoureuse contre des voisins qui ne l'avaient pas vue venir. Il sait aussi que le scénario du match rend cette folle soirée de Bucarest encore plus inoubliable. «La victoire de la Nati, c’est surtout celle d'une Suisse multikulti, dont la diversité alimente les succès (quand elle ne facilite pas les défaites, sic!).» Il ajoute:

«Les buts ont été marqués par deux attaquants aux origines bosniennes (Seferovic et Gavranovic). Un ancien junior du FC Wülflingen/Wiesendangen (Zuber) a réalisé une performance magistrale en défense, un joueur dont les racines familiales sont en Afrique (Akanji) a assuré derrière, un sélectionneur tessinois a opéré les bons choix et c’est finalement un gardien passé par la Suisse romande (Sommer) qui a qualifié la Suisse.»

Cependant...

Il a peut-être manqué certains éléments pour hisser le rendez-vous au sommet de la pile des exploits du sport helvétique (la RTS classe la victoire parmi les huit plus importantes du football suisse). Mais lesquels? Grégory Quin en voit deux:

  • «Pour un grand exploit, il faut un grand adversaire. Or, nul ne sait si la France a été cet adversaire.»
  • «La qualification de la Nati s’est décidée sur le raté d’un joueur d’en face (Mbappé), ce qui en fait un évènement fatalement moins mémorable. Certes, Sommer a arrêté le tir au but décisif, mais la frappe de l'attaquant français manquait de précision.»

Pour ces deux raisons, l’historien du sport souligne que la victoire des Helvètes face à l’Espagne (1-0) au Mondial 2010 est peut-être plus significative. La Nati avait créé la sensation sur un but de rageux, signé Gelson Fernandes, face à une équipe qui est devenue championne du monde un mois plus tard.

Il y a autre chose, encore:

Dans notre monde, où tout se vit en accéléré, où une nouvelle en remplace une autre, selon un système permanent de surenchère, où l’immédiateté prime sur le contenu, ce Suisse-France aura-t-il le temps de vieillir, et si possible pas trop mal?

«Il disparaîtra un jour des mémoires, c’est même le propre de l’histoire», rappelle Grégory Quin, pas forcément optimiste pour le sujet qui nous concerne.

«Je crains que la durée de vie de ce Suisse-France soit plus courte que celle des exploits signés dans les années cinquante, pour les raisons que vous venez de citer, l’immédiateté étant toujours plus puissante, mais aussi parce que le football vit une course au toujours mieux, au toujours plus, vers toujours plus de matches et de compétitions. Avec les créations récentes de la Ligue des nations et de la Ligue Europa conference, les prochains mois risquent de nous maintenir en overdose de ballon rond.»

Pour être certaine de ne pas se faire oublier trop vite, disons jusqu’au Mondial 2022 au Qatar, cette équipe de Suisse doit aller au bout et triompher en finale sur un exploit personnel de Luca Loutenbach, le fan jurassien dont l’UEFA, en le qualifiant pour la suite du tournoi, aura elle aussi construit la fulgurante notoriété!

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
GE-Servette possède plus de talent et d'expérience que jamais
Selon nos informations, Teemu Hartikainen débarque à Genève pour un an. Jamais un club suisse n'avait compté autant de bons étrangers depuis Gottéron avec Bykov et Khomutov.

Personne à Genève-Servette ne souhaite confirmer le transfert. Mais des informations absolument fiables en provenance de Finlande nous confirment que l'affaire est bouclée: le géant Teemu Hartikainen, champion olympique et champion du monde, s'installe à Genève pour un an et devient le sixième étranger des Grenats. Dans le hockey suisse, jamais un club n'avait réuni autant de talent et d'expérience dans sa délégation étrangère.

L’article