DE | FR
Bild

On se souviendra longtemps de Granit Xhaka; ou peut-être pas. Image: Keystone/Shutterstock

Suisse-France est-il entré dans l'histoire? Ce n'est pas si simple

Ce match de fou restera-t-il dans la mémoire collective ou sera-t-il oublié comme tant d'autres? On a posé la question à un historien du sport.

Julien Caloz
Julien Caloz



Suisse-France, ce n’était au début qu’un 8e de finale de plus que la Nati devait perdre; au lieu de quoi le rendez-vous s’est transformé en évènement historique, avec une première qualification pour les quarts de finale depuis 1954 au terme d’une soirée inoubliable, marquée par un doublé de Seferovic, une égalisation tardive de Gavranovic, une masterclass de Xhaka et un penalty repoussé par Sommer. Mais où ranger cet exploit? Dans quel tiroir de notre mémoire collective le protéger du temps qui passe? N’est-il pas déjà menacé par le résultat du quart de finale de vendredi face aux redoutables espagnols?

Switzerland's goalkeeper Yann Sommer saves the penalty shot by France's Kylian Mbappe during the Euro 2020 soccer championship round of 16 match between France and Switzerland at the National Arena stadium in Bucharest, Romania, Tuesday, June 29, 2021. (AP Photo/Vadim Ghirda, Pool)

Légendaire. Image: Pool AP

Pour se faire une idée de la portée de l’évènement, on a passé pile une mi-temps (la troisième 😉) avec Grégory Quin, historien du sport, passionné de football, ancien abonné au RC Strasbourg des belles années.

Le match Suisse-France appartient-il à l'histoire?

Grégory Quin répond en deux temps.

Bild

Notre expert de l'histoire du ballon rond. Image: DR

Le résultat du quart de finale contre l’Espagne pourrait indirectement «ternir la prestation des Suisses face aux champions du monde, redoute l’historien du sport à l’Université de Lausanne. Si la Suisse réalise le même match que face à l’Italie (défaite 3-0), cela signifiera que son niveau n’est pas celui que tout le monde a cru voir au tour précédent, et qu’elle a surtout profité des faiblesses de la France pour se qualifier.»

Des Bleus rongés par les blessures, puis par le doute instillé par son sélectionneur dans ses choix tactiques, et enfin par des querelles entre joueurs apparues sur la pelouse avant les prolongations. «De toute évidence, la place de cette équipe de Suisse dans l’histoire sera déterminée par ses résultats sur l’ensemble du tournoi davantage que sur son seul match contre la France», résume Grégory Quin.

Mais quel match, quand même, et quelle soirée!

Est-ce qu’on ne pourrait pas faire une exception juste cette fois, et hisser cette équipe au panthéon de la gloire nationale, même si elle se prend une «monstre sonnée» face aux Ibères? Après tout, un exploit ne dépend pas seulement d’un résultat; il se mesure aussi dans la façon dont le public a accueilli ce résultat.

Fans of Switzerland celebrate after the Euro 2020 soccer tournament match between France and Switzerland in Zurich, Switzerland, Monday, June 28, 2021. (KEYSTONE/Ennio Leanza).

La folie, partout en Suisse (ici à Zürich) Image: KEYSTONE

Grégory Quin acquiesce. Il sait que toute la Suisse est descendue dans la rue pour cueillir cette victoire savoureuse contre des voisins qui ne l'avaient pas vue venir. Il sait aussi que le scénario du match rend cette folle soirée de Bucarest encore plus inoubliable. «La victoire de la Nati, c’est surtout celle d'une Suisse multikulti, dont la diversité alimente les succès (quand elle ne facilite pas les défaites, sic!).» Il ajoute:

«Les buts ont été marqués par deux attaquants aux origines bosniennes (Seferovic et Gavranovic). Un ancien junior du FC Wülflingen/Wiesendangen (Zuber) a réalisé une performance magistrale en défense, un joueur dont les racines familiales sont en Afrique (Akanji) a assuré derrière, un sélectionneur tessinois a opéré les bons choix et c’est finalement un gardien passé par la Suisse romande (Sommer) qui a qualifié la Suisse.»

Cependant...

Il a peut-être manqué certains éléments pour hisser le rendez-vous au sommet de la pile des exploits du sport helvétique (la RTS classe la victoire parmi les huit plus importantes du football suisse). Mais lesquels? Grégory Quin en voit deux:

Pour ces deux raisons, l’historien du sport souligne que la victoire des Helvètes face à l’Espagne (1-0) au Mondial 2010 est peut-être plus significative. La Nati avait créé la sensation sur un but de rageux, signé Gelson Fernandes, face à une équipe qui est devenue championne du monde un mois plus tard.

Il y a autre chose, encore:

Dans notre monde, où tout se vit en accéléré, où une nouvelle en remplace une autre, selon un système permanent de surenchère, où l’immédiateté prime sur le contenu, ce Suisse-France aura-t-il le temps de vieillir, et si possible pas trop mal?

«Il disparaîtra un jour des mémoires, c’est même le propre de l’histoire», rappelle Grégory Quin, pas forcément optimiste pour le sujet qui nous concerne.

«Je crains que la durée de vie de ce Suisse-France soit plus courte que celle des exploits signés dans les années cinquante, pour les raisons que vous venez de citer, l’immédiateté étant toujours plus puissante, mais aussi parce que le football vit une course au toujours mieux, au toujours plus, vers toujours plus de matches et de compétitions. Avec les créations récentes de la Ligue des nations et de la Ligue Europa conference, les prochains mois risquent de nous maintenir en overdose de ballon rond.»

Pour être certaine de ne pas se faire oublier trop vite, disons jusqu’au Mondial 2022 au Qatar, cette équipe de Suisse doit aller au bout et triompher en finale sur un exploit personnel de Luca Loutenbach, le fan jurassien dont l’UEFA, en le qualifiant pour la suite du tournoi, aura elle aussi construit la fulgurante notoriété!

Plus d'articles sur le sport

Qui pour remplacer Vladimir Petkovic? Portrait du successeur idéal

Link zum Artikel

Lea Sprunger: «Quand je suis stressée, je fais le ménage»

Link zum Artikel

Pourquoi Belinda Bencic est si spéciale

Link zum Artikel

En sport, le trac est devenu officiellement un problème de santé

Link zum Artikel

Elle sourit comme Boucle d'or et toise comme Catherine Tramell

Link zum Artikel

Jérémy Desplanches: «Je pourrais dormir quinze heures par jour»

Link zum Artikel

A Tokyo, des gamines en or qui interrogent

Link zum Artikel

«Certaines arrêtent leur carrière pour ne pas devoir porter le bikini»

Link zum Artikel

Inarrêtable, ce robot entre dans l'histoire du basket

Link zum Artikel

Foirer un rencard à cause d'une balle en pleine face, c'est possible!

Link zum Artikel

Mais pourquoi diable les gagnants de la NBA portent des masques de ski?

Link zum Artikel

«Si le mec m'attaque chez moi, je ne pourrai rien faire»

Link zum Artikel

Prochaine étape au FC Sion: La reconnaissance faciale

Link zum Artikel

Même en fin de piste, les stars du foot sont utiles aux clubs suisses

Link zum Artikel

Implorer le pardon, une mode chez les footballeurs

Link zum Artikel

Il n'y a jamais eu aussi peu de fautes. Les joueurs sont-ils devenus sages?

Link zum Artikel

Novak Djokovic: «Je suis le meilleur»

Link zum Artikel

L'Euro a puni les égoïstes, sa finale les rendra ringards

présenté parMarkenlogo
Link zum Artikel

«Face à Jordi Alba, Chiellini a été très intelligent»

Link zum Artikel

Pas retenu pour les JO, un Vaudois crie à l'injustice

Link zum Artikel

Antognoni est formel: «L'Italie ne joue pas comme d'habitude»

Link zum Artikel

Le tiki-taka, onomatopée encore au top

Link zum Artikel

«Les foules de supporters sont essentiellement positives»

Link zum Artikel

Est-ce qu’un attaquant qui ne touche aucun ballon a l’impression de faire de la course à pied?

Link zum Artikel

«Sur un match, tout est possible», vraiment?

Link zum Artikel

Pourquoi taille-t-on autant de costards à Vladimir Petkovic?

Link zum Artikel

Carton rouge sur Freuler: «Je trouve la décision très sévère»

Link zum Artikel

François Moubandje après Suisse-Espagne: «J'ai envie de pleurer»

Link zum Artikel

L'Espagne a retrouvé son jeu et sa joie. Elle rappelle quelqu'un

Link zum Artikel

Pourquoi glisse-t-on aussi souvent sur le gazon maudit de Wimbledon?

Link zum Artikel

Quelle image culte de ce France-Suisse garderez-vous en mémoire?

Link zum Artikel

Mbappé le surdoué pourra-t-il se relever de son cuisant échec?

Link zum Artikel

Les Français sont certains de nous mettre une raclée

Link zum Artikel

Quand la France était nulle et se chamaillait en Suisse

Link zum Artikel

5 bonnes raisons de rester sans voix devant les hymnes nationaux

Link zum Artikel

Johan Djourou: «Je me suis presque demandé pourquoi tu vis»

Link zum Artikel

Mais d’où vient cet amour irrationnel des Portugais pour leur équipe?

Link zum Artikel

Le débat s'envenime: Djokovic est-il le plus grand?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les Anglais comptent boire 13 millions de pintes pour la finale

Les pubs anglais prévoient d’écouler 13 millions de pintes d’environ un demi-litre durant la finale de l’Euro 2020 dimanche soir. Une manière comme une autre de faire mousser son équipe favorite?

Attention, information hautement sportive: les pubs anglais devraient vendre 13 millions de pintes dimanche pour la finale contre l'Italie. Dont 7,1 millions pendant le match lui-même. C'est une estimation réalisée par la British Beer and Pub Association (BBPA), citée par le Guardian.

Beaucoup de bières d'un seul coup tout ça? Peut-être. Mais les règles strictes concernant le nombre de clients autorisés par établissement font que cette journée de mousse à gogo ne sera quand même pas …

Lire l’article
Link zum Artikel