Sport
Sport en direct

Une «première» depuis 2016 pour Golubic ++ Pogacar roi du Giro

epa11372177 Viktorija Golubic of Switzerland in action against Barbora Krejcikova of Czech Republic during their Women's Singles 1st round match during the French Open Grand Slam tennis tournamen ...
Keystone
Sport en direct

Une «première» depuis 2016 pour Golubic ++ Pogacar roi du Giro

Elles sont là, elles sont fraîches! Les infos sportives à ne pas rater.
09.01.2024, 14:2826.05.2024, 22:28
team watson / ats
Plus de «Sport»

Pour Gaëtan Haas, cette défaite fait plus mal que celle de 2018

Désigné meilleur joueur du tournoi, Kevin Fiala félicite les Tchèques
Désigné meilleur joueur du tournoi, Kevin Fiala félicite les TchèquesImage: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

Après avoir perdu la finale face à la Tchéquie, les joueurs sont passés devant la presse. Les mines étaient logiquement défaites après avoir laissé filer le titre pour la troisième fois en onze ans.

"Je n'ai pas de mots, lâche un Gaëtan Haas appuyé sur sa crosse, le regard dans le vide. Ca commence à faire quelques finales perdues. Chaque fois c'est la même chose, les mêmes sensations. Je crois que c'est pire qu'en 2018. On y a tellement cru, on s'est dit qu'on allait le faire. Ca se joue à un engagement et à ne pas avoir réussi à marquer de goal. Pourtant, on les a amenés où on voulait. Il y avait 0-0 après 40 minutes et ça se joue sur un détail."

Le centre biennois a encore mis en avant l'esprit de corps de cette équipe de Suisse version Prague 2024: "Tout le monde y croyait. J'ai rarement vu un groupe soudé comme ça sur la glace à se battre les uns pour les autres. Le match contre le Canada en demi-finale, je n'ai jamais vécu une rencontre où il y a autant de sacrifices. Finalement, tu rates pour un rien et quand tu vois les Tchèques prendre les médailles d'or, ça fait mal."

Kevin Fiala élu MVP

Difficile en pareilles circonstances de trouver de quoi positiver, mais le capitaine du HC Bienne se plie à l'exercice: "Tu as envie d'y croire en te disant qu'on s'est encore une fois rapproché après trois finales, mais avec à chaque fois la mauvaise médaille. Le positif, c'est qu'il y a un groupe de jeunes, des gars qui tirent l'équipe et qui viennent volontiers en équipe de Suisse après de longues saisons. Les gars qui jouent en Suisse, on commence en août et on s'accroche aussi. C'est une belle équipe et on mérite mieux en faisant le job sans se plaindre. Seulement à la fin, il manque le petit truc."

En parlant des joueurs de NHL, il convient de signaler le titre de MVP (meilleur joueur) du tournoi décerné à Kevin Fiala. Le Saint-Gallois a inscrit 13 points (7 buts) en 8 matches. L'attaquant des Los Angeles Kings a aussi reçu le trophée de meilleur attaquant tout en faisant partir du All-Star Team désigné par les médias. Roman Josi a remporté le prix de meilleur défenseur tout en faisant partie du All-Star Team.

Un duel de prestige qui a tourné court

Un succès sans bavure pour Stan Wawrinka.
Un succès sans bavure pour Stan Wawrinka.Image: KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT

Stan Wawrinka (ATP 98) a entrevu un peu de lumière au coeur d’une saison bien sombre. Le Vaudois a aisément enlevé son duel de prestige face à Andy Murray (ATP 75) à Roland-Garros.

Il s’est imposé 6-4 6-4 6-2 devant l’Ecossais dans une rencontre entre deux triples vainqueurs en Grand Chelem, mais bien trop déséquilibrée pour marquer vraiment les esprits. Face à un adversaire émoussé comme il l’avait été six jours plus tôt au Geneva Open, Stan Wawrinka a pris d’entrée de jeu les commandes du match pour ne jamais les lâcher.

Il a, ainsi, réussi le break d’entrée. Au deuxième set, il a ravi à 1-1 l’engagement de l’Ecossais. Enfin, il devait gagner les quatre premiers jeux du troisième set pour enfoncer le clou. Et pour fermer définitivement la porte à un Andy Murray qui savait peut-être dans sa tête qu’il n’avait aucune chance de l’ouvrir.

Stan Wawrinka tentera mercredi de gagner pour la première fois en 2024 deux matches de suite. Le vainqueur 2015 de Roland-Garros affrontera le vainqueur de la rencontre entre le Britannique Cameron Norrie (no 32) et le Russe Pavel Kotov (ATP 56). Le Vaudois le sait parfaitement : sa tâche sera bien plus ardue que celle de cette night session de dimanche contre un Andy Murray à bout de souffle.

La Suisse battue 2-0 par la Tchéquie en finale

Genoni et la Suisse ont été battus 2-0 en finale dimanche
Genoni et la Suisse ont été battus 2-0 en finale dimancheImage: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

Toujours pas de titre mondial pour la Suisse! A Prague dimanche soir, les joueurs de Patrick Fischer se sont inclinés 2-0 en finale du Championnat du monde devant la Tchéquie.

On ne sait pas si l'équipe nationale est maudite, toujours est-il que ce n'est pas le 26 mai 2024 qu'elle a réussi à écrire l'histoire en réussissant le plus grand exploit du sport collectif suisse. Après Stockholm en 2013 et Copenhague en 2018, la sélection à croix blanche a une nouvelle fois craqué lors de l'ultime rencontre de la compétition.

La délivrance pour le peuple tchèque est venue de la canne de David Pastrnak. Muette jusqu'ici, la star des Boston Bruins (61 buts la saison passée en NHL) a ouvert le score à la 50e d'un tir absolument parfait. Dommage que l'engagement en zone de défense helvétique ait été la conséquence d'un mauvais dégagement de Christoph Bertschy, excellent durant tout le tournoi.

Menés, les Suisses ont pressé, ont poussé, ont tiré. Seulement Lukas Dostal s'est montré impeccable. Et à la 60e, dans la cage vide, c'est David Kampf qui a pu valider le succès des locaux. Cruel pour la sélection helvétique.

Les Tchèques remportent ainsi leur septième couronne mondiale, la première depuis 2010 en Allemagne, et la première à domicile depuis 1985 à l'époque où le Championnat du monde se jouait encore sous forme de matches de groupes et où le pays s'appelait encore la Tchécoslovaquie.

Septième titre tchèque

Les deux premières périodes furent assez fermées avec deux formations jaugeant l'adversaire. Leonardo Genoni eut tout de même quelques arrêts à effectuer, notamment à la 10e, mais la meilleure action fut un tir sur le poteau de Christoph Bertschy à la 17e.

Le tiers médian commença directement par la première pénalité suisse pour une obstruction de Bertschy. Le box-play, privé de l'un de ses éléments-clefs, a tenu le choc et les Suisses ont même pu passer plus d'une minute en avantage numérique pour une obstruction tchèque. Il y eut encore deux situations spéciales avec un jeu de puissance de chaque côté, mais gardiens et blocs défensifs se sont montrés à leur affaire. Et tout s'est joué au troisième tiers.

Fischer a su convaincre

Cette nouvelle défaite au stade ultime de la compétition ne doit rien enlever au mérite de Patrick Fischer. Rassembleur, le Zougois a su convaincre depuis plusieurs années les joueurs de NHL de prolonger leur longue saison pour la terminer sous les drapeaux.

Roman Josi a clairement dit être venu pour jouer sous les ordres de Fischer. Tout juste papa et avec le soutien de son épouse, Kevin Fiala a rejoint l'équipe avec un plaisir et une envie de tous les instants.

Critiqué après une saison de matches amicaux difficiles (11 défaites consécutives), Fischer - prolongé jusqu'au Mondial 2026 - a su mettre sur pied une formation de premier plan. Cette troupe soudée n'a raté que la dernière marche. Forcément frustrant, mais tout de même encourageant pour la suite.

Un 7e sacre pour le Panathinaïkos

Kendrick Nunn (à gauche) et le Pana ont dominé le Real en finale de l'Euroleague
Kendrick Nunn (à gauche) et le Pana ont dominé le Real en finale de l'EuroleagueImage: KEYSTONE/EPA/RONALD WITTEK

Le Panathinaïkos a triomphé pour la septième fois en Euroleague dimanche, treize ans après son dernier sacre et sa dernière participation à la finale.

Le club athénien, renforcé à l'intersaison par un recrutement dispendieux, a dominé le Real Madrid, tenant du titre, 95-80 en finale dimanche à Berlin.

Le Real, qui visait un 12e sacre dans la plus prestigieuse compétition interclubs européenne, a pourtant pris un départ de rêve dans cette finale. Les Madrilènes comptaient ainsi 14 longueurs d'avance après 1'50'' de jeu dans le deuxième quart (41-27). Et ils menaient encore 54-49 à la mi-temps.

Mais le Panathinaïkos a fait déjouer le Real au retour des vestiaires, n'encaissant plus que 26 points dont seulement 7 au troisième quart. Et les artificiers grecs ont trouvé leur rythme en deuxième mi-temps: Kostas Sloukas a terminé cette partie avec 24 points (4/4 à 3 points), Kendrick Nunn ajoutant 21 points. Du côté madrilène, le meilleur marqueur fut Dzanan Musa, qui a marqué 13 de 15 points en première mi-temps.

Une "première" depuis 2016 pour Golubic

Golubic a sorti Krejcikova au 1er tour à Paris
Golubic a sorti Krejcikova au 1er tour à ParisImage: KEYSTONE/AP/Thibault Camus

Viktorija Golubic (WTA 76) a mis fin à une longue période de disette dimanche.

La Zurichoise a passé le 1er tour à Roland-Garros pour la première fois depuis 2016, année de sa première apparition dans le tableau final.

Sortie d'entrée dans ses cinq précédentes participations à la deuxième levée du Grand Chelem, Viktorija Golubic s'est même offert un succès de prestige Porte d'Auteuil. Elle a dominé la lauréate de l'édition 2021 Barbora Krejcikova (WTA 26) 7-6 (7/3) 6-4 sur le Court Suzanne-Lenglen.

La vice-championne olympique de double a pleinement profité des "cadeaux" de la Tchèque, qui a commis pas moins de 51 fautes directes dans cette partie. Barbora Krejcikova n'abordait il est vrai pas ce match dans les meilleures dispositions: touchée au dos en février, elle n'a joué que six matches en quatre mois.

Viktorija Golubic a pourtant joué à se faire peur, elle qui a mené 4-0 service à suivre dans la manche initiale avant d'être contrainte de disputer un tie-break. Elle a ensuite mené 4-2 au deuxième set avant de voir Barbora Krejcikova recoller à 4-4. Mais elle a pu signer un nouveau break cette fois-ci décisif à 4-4.

La Zurichoise réussit ainsi le même tour de force qu'à Melbourne, où elle avait passé pour la première fois le 1er tour avant de se hisser jusqu'en 16e de finale. Elle devra vaincre une Russe, Anastasia Potapova (WTA 41) ou Kamilla Rakhimova (WTA 105), pour atteindre également le 3e tour à Paris.

Pogacar remporte son premier Giro, Merlier gagne la dernière étape

Pogacar a paradé avec son maillot rose dimanche à Rome
Pogacar a paradé avec son maillot rose dimanche à RomeImage: KEYSTONE/AP/Fabio Ferrari

Tadej Pogacar a remporté le Tour d'Italie à sa première tentative dimanche. La 21e et dernière étape, courue à Rome sur 125 km, a été gagnée par le Belge Tim Merlier au sprint.

Leader de l'équipe UAE, Tadej Pogacar a survolé l'épreuve avec six victoires d'étape - soit autant qu'Eddy Merckx en 1973 - et un écart inédit depuis 59 ans sur le deuxième au classement général: le Slovène termine avec 9'56 d'avance sur son dauphin, le Colombien Daniel Felipe Martinez.

Pogacar peut désormais se consacrer au second volet de son grand défi: remporter la même année le Giro et le Tour de France, ce qui n'a plus été réalisé depuis Marco Pantani en 1998. Il a en revanche exclu de participer au Tour d'Espagne, préférant cibler les Championnats du monde à Zurich fin septembre, autre grand objectif.

Ce triomphe au Giro ajoute une nouvelle pièce à sa collection de trophées qui s'agrandit de jour en jour: à seulement 25 ans, "Pogi" compte déjà 77 succès dont deux Tours de France, six Monuments et un chapelet d'autres classiques et courses par étapes. Plus que jamais, il marche dans les pas de Merckx, le plus grand coureur de tous les temps avec qui il partage le même appétit glouton.

Un 3e bouquet pour Merlier

Dimanche, tout de rose vêtu, Pogacar a fêté sa victoire pendant une étape-parade à la manière de celle des Champs Elysées sur le Tour de France, où on débouche le prosecco et on fait des photos, avant que les sprinters ne s'expliquent dans les rues de la ville éternelle.

Loin de ces considérations festives, Tim Merlier a remporté sa troisième victoire d'étape dans ce Giro, autant que l'Italien Jonathan Milan. Ce dernier s'est classé deuxième dimanche à Rome, malgré une crevaison et un long dépannage à neuf kilomètres de l'arrivée.

Grasshopper arrache le nul au terme du match aller

Giotto Morandi (au centre) a permis à GC de sortir du match aller à égalité avec Thoune.
Giotto Morandi (au centre) a permis à GC de sortir du match aller à égalité avec Thoune.Image: KEYSTONE/WALTER BIERI

Grasshopper a arraché le match nul 1-1 face à Thoune lors du barrage aller de promotion/relégation. Alors que les Bernois tenaient leur victoire, Morandi a réussi un penalty dans les arrêts de jeu.

Les hommes de Mauro Lustrinelli ont longtemps pensé que l'ouverture du score de Marc Gutbub leur suffirait pour repartir du Letzigrund avec un avantage certain en vue de la promotion en Super League. A la 52e minute, l'attaquant thounois a repris victorieusement un centre de Dominik Franke, auteur d'un beau débordement sur la gauche.

Mais alors qu'ils semblaient incapables de tromper le portier bernois Mateo Matic, ne profitant pas de leurs 19 (!) corners (aucun pour Thoune), les Zurichois ont finalement égalisé au bout du suspense. A la cinquième minute du temps additionnel, une main de Marco Bürki a été sanctionnée par la VAR, et Giotto Morandi s'est chargé de transformer le penalty. Tout se décidera lors du match retour vendredi à Thoune.

Une promenade de santé pour Carlos Alcaraz

Demi-finaliste l'année dernière, Carlos Alcaraz a bien commencé son tournoi de Roland-Garros.
Demi-finaliste l'année dernière, Carlos Alcaraz a bien commencé son tournoi de Roland-Garros.Image: KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT

Carlos Alcaraz, candidat au trophée mais dont l'avant-bras droit a perturbé sa saison sur terre battue, a vécu un premier tour tranquille à Roland-Garros. Il s'est imposé 6-1 6-2 6-1 face à JJ Wolf.

Bras droit enserré dans un manchon protecteur, Alcaraz n'a pas semblé gêné, mais il n'a pas non plus été poussé dans ses retranchements par le lucky-loser américain (ATP 107), renvoyé aux vestiaires en moins de deux heures. "Je suis vraiment content d'être de retour à Paris, ça a été un mois vraiment difficile pour moi. Je suis content de montrer de nouveau du bon tennis", a commenté le no 3 mondial espagnol.

Absent à Monte-Carlo et Barcelone, puis à Rome après une élimination en quart de finale à Madrid, Alcaraz est arrivé à Paris avec seulement trois victoires obtenues au fil de la tournée européenne sur ocre. Il affrontera soit le Britannique Jack Draper (39e), soit le qualifié néerlandais Jesper de Jong (176e) au deuxième tour.

Charles Leclerc s'impose à domicile

Parti en pole position, Charles Leclerc n'a pas tremblé pour s'imposer devant son public.
Parti en pole position, Charles Leclerc n'a pas tremblé pour s'imposer devant son public.Image: KEYSTONE/AP/Luca Bruno

Devant son public, Charles Leclerc (Ferrari) s'est imposé dimanche lors du Grand Prix de Monaco. Il a battu Oscar Piastri et son coéquipier Carlos Sainz pour s'offrir son 6e succès en Formule 1.

Le Néerlandais Max Verstappen, triple champion du monde en titre, a terminé 6e, mais conserve la tête du championnat devant Leclerc, deuxième du classement général. Le Monégasque n'avait plus gagné de Grand Prix depuis celui d'Autriche en 2022.

Le départ de la course a été donné deux fois en raison d'un accident peu après départ initial ayant détruit la monoplace de Sergio Pérez (Red Bull), qui s'en est toutefois sorti indemne. Les deux pilotes de l'écurie Haas, Kevin Magnussen et Nico Hülkenberg, ont aussi été éliminés lors de ce carambolage.

Servette Chênois prend sa revanche et remporte le titre

Cassandra Korhonen (à droite) célèbre le 2-1 genevois.
Cassandra Korhonen (à droite) célèbre le 2-1 genevois.Image: KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE

Le Servette FC Chênois a remporté dimanche le deuxième titre de champion de Suisse de son histoire. A Thoune, les Genevoises ont pris leur revanche sur Zurich (3-1), remportant la finale des play-off.

Battues dans ce match pour le titre lors des deux dernières saisons par ce même FCZ, les Servettiennes n'ont pas laissé passer leur chance une troisième fois. Elles signent même le doublé, quelques semaines après leur triomphe en Coupe de Suisse.

Parfaitement lancées par l'ouverture du score de Sandrine Mauron, bien servie par Joana Marchao sur coup-franc (22e), les joueuses de José Barcala auraient pu tout perdre lorsque Chiara Bücher a égalisé juste avant la mi-temps. Mais elles ont su relever la tête, reprenant les devants au retour des vestiaires grâce son duo de Suédoises, Therese Simonsson (passeuse) et Cassandra Korhonen (buteuse).

La jeune Lituanienne Rimante Jonusaite (20 ans), fraîchement entrée en jeu, est venue sceller avec lucidité le sacre des Genevoises à la fin du match (83e). Après 2021, le Servette FC Chênois est à nouveau sur le toit de la Suisse.

Bagnaia s'impose devant Martin à Montmelo

Francesco Bagnaia a fêté dimanche son 3e succès de la saison
Francesco Bagnaia a fêté dimanche son 3e succès de la saisonImage: KEYSTONE/EPA/ENRIC FONTCUBERTA

Francesco Bagnaia (Ducati) a remporté dimanche le GP de Catalogne, sixième des 21 manches de la saison de MotoGP.

L'Italien s'est imposé avec 1''740 d'avance sur le leader du championnat du monde, l'Espagnol Jorge Martin (Ducati).

Tombé samedi dans le dernier tour de la course sprint alors qu'il était en tête, le double champion du monde en titre a pris sa revanche en devançant le leader du championnat 2024. Troisième à plus de 10'', l'Espagnol Marc Marquez (Ducati) a encore effectué une jolie remontée après s'être élancé en 14e position.

Cette victoire, sa troisième de la saison et la 31e au total, permet à "Pecco" Bagnaia de grimper de la 4e à la 2e place du championnat du monde. Il a dépassé Marc Marquez, désormais 3e, ainsi qu'Enea Bastianini pour revenir à 39 points de Jorge Martin au classement général. Marquez pointe lui à 41 points du leader.

Moto3: Dettwiler 21e

Seul pilote suisse engagé dans le championnat du monde de vitesse, Noah Dettwiler (KTM) a terminé au 21e rang en Moto3 sur le circuit de Barcelona-Catalunya à Montmelo. Le Bâlois a concédé quelque 40 secondes au vainqueur, le Colombien David Alonso, lequel a repris la tête du général en s'imposant pour la quatrième fois de la saison.

Hüberli/Brunner en finale à Espinho

Tanja Hüberli (à gauche) et Nina Brunner sont en finale à Espinho
Tanja Hüberli (à gauche) et Nina Brunner sont en finale à EspinhoImage: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Tanja Hüberli/Nina Brunner sont en finale du tournoi Elite16 d'Espinho. La Schwytzoise et la Zougoise ont dominé la paire Daniela Alvarez Mendoza/Tania Moreno dimanche matin en demi-finale.

Doubles championnes d'Europe (2021 et 2023), Hüberli/Brunner se sont imposées 21-12 21-19 face aux Espagnoles. Si elles ont toujours fait la course en tête dans le premier set, elles ont dû batailler dans la deuxième manche. Menées 16-17, elles ont forcé la décision en s'adjugeant trois points d'affilée.

Victorieuses à Tepic au Mexique il y a un mois, Tanja Hüberli et Nina Brunner visent donc un deuxième titre dans la catégorie Elite16 cette année. En finale à 16h, elles affronteront soit les Américaines Kristen Nuss/Taryn Kloth, tombeuses en 8es de finale d'Anouk Vergé-Dépré/Joana Mäder, soit les Néerlandaises Katja Stam/Raisa Schoon

Shaqiri rejoint l'équipe de Suisse plus tôt que prévu

Shaqiri est
Shaqiri est Image: KEYSTONE/AP/PETER MORRISON

Xherdan Shaqiri sera présent dès le début du camp d'entraînement de l'équipe de Suisse lundi à St-Gall.

Le Bâlois a été libéré plus tôt que prévu par Chicago, son club de MLS, a-t-on appris auprès des médias américains.

Shaqiri (32 ans) n'a pas effectué le déplacement de Washington avec ses coéquipiers, qui ont mis fin à une série de quatre défaites en obtenant un point samedi sur la pelouse de D.C. United (1-1). La décision a été prise vendredi, après que des discussions ont été menées entre les dirigeants du Fire, l'ASF et le joueur.

Capitaine de Chicago, Xherdan Shaqiri n'a pas inscrit le moindre but sur une action de jeu en MLS depuis le début de la saison, sa troisième - et sans doute dernière - en MLS. Il reste indispensable en équipe de Suisse, comme en témoigne son superbe but inscrit en Irlande où la troupe de Murat Yakin s'est imposée 1-0 en mars.

Shaqiri devait initialement rejoindre le camp de l'équipe de Suisse une semaine plus tard, soit juste avant le premier des deux matches amicaux prévus avant l'Euro (4 juin face à l'Estonie). Il est finalement l'un des 22 joueurs - sur les 38 pré-sélectionnés - disponibles dès ce lundi.

Dallas égalise à 1-1 face à Edmonton

La joie des Stars, qui ont égalisé à 1-1 face à Edmonton
La joie des Stars, qui ont égalisé à 1-1 face à EdmontonImage: KEYSTONE/AP/Tony Gutierrez

Battu à domicile dans l'acte II, Dallas a égalisé à 1-1 face à Edmonton en finale de la Conférence Ouest de NHL. Les Stars se sont imposés 3-1 samedi au Texas.

Dallas a forcé la décision dans le troisième tiers-temps, entamé sur un score de 1-1 qui était acquis depuis la 5e minute de jeu. Mason Marchment a inscrit le 2-1 à la 34e en déviant un tir de Ryan Suter, Esa Lindell scellant le score dans une cage vide à 2'03'' de la sirène finale.

Auteur d'un but et d'un assist samedi, Jamie Benn avait ouvert la marque après 3'39''. Connor Brown avait toutefois pu égaliser 44 secondes plus tard pour les Oilers de Connor McDavid, qui auront l'avantage de la glace dans les matches 3 et 4 de cette série.

Sha'Carri Richardson met les choses au point

Sha'Carri Richardson (au centre) s'est imposée en 10''83 samedi à Eugene
Sha'Carri Richardson (au centre) s'est imposée en 10''83 samedi à EugeneImage: KEYSTONE/AP/Thomas Boyd

Après deux 200 m moyens en avril, la reine du 100 m Sha'Carri Richardson a brillé pour sa première ligne droite de la saison samedi à Eugene en Ligue de diamant. Elle s'est imposée en 10''83.

La championne du monde en titre a surmonté un départ perfectible pour se détacher largement d'une opposition relevée et couper la ligne dans un chrono probant, avec un vent favorable d'1,5 m/s mais face aux températures fraîches de l'Oregon (environ 14 degrés),

Cheveux noirs sobrement attachés en queue de cheval, la fantasque sprinteuse a gonflé le buste de fierté après l'arrivée, toisant la tribune pour signifier son retour aux affaires. Elle devra répéter pareille performance dans ce même stade du Hayward Field le mois prochain pour les Trials (21-30 juin), avant d'espérer briller aux Jeux olympiques de Paris dans deux mois.

L'Américaine, qui avait été privée des JO à Tokyo en 2021 à cause d'un contrôle positif au cannabis lors des sélections, a répondu aux interviews des diffuseurs TV avant de choisir ses interlocuteurs en zone mixte. Elle y a passé à peine plus de temps que sur la piste, suites d'une relation conflictuelle avec la presse.

"Stressée"

"Bien sûr j'étais stressée pour ma rentrée (sur 100 m), mais comme mon coach me le demande j'ai utilisé ce stress comme motivation", a-t-elle expliqué, avant de résumer ses prochaines semaines avant les Trials: "m'affûter, me concentrer, progresser pour être prête".

"Je crois que ma performance reflète mon entraînement, mon état d'esprit et ma foi, je continue de comprendre qui je suis et de me développer en tant que personne, en tant qu'athlète et en tant que femme", a conclu Richardson, qui a devancé la championne du monde du 60 m en salle sainte-lucienne Julien Alfred (2e en 10''93) et la Britannique Dina Asher-Smith (3e en 10''98).

Sans blessure apparente, la championne olympique jamaïcaine Elaine Thompson-Herah a pris la dernière place en 11''30. Cette performance est inquiétante à un mois des relevées sélections olympiques (27-30 juin).

Record du 10'000 m féminin

La compétition s'était ouverte par le record du monde de la Kényane Beatrice Chebet sur 10'000 m (28'54''14). Les meilleures performances mondiales de la saison se sont ensuite multipliées avec notamment les Américains Grant Holloway sur 110 m haies (13''03) et Joe Kovacs au poids (23m13) ou la Britannique Keely Hodgkinson sur 800 m (1'55''78). Christian Coleman a, lui, dominé le 100 m en 9''95.

Alisha Lehmann est une super footballeuse
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ce footballeur lausannois est en train de payer très cher son passé
Cameron Puertas réalise une superbe saison avec l’Union Saint-Gilloise. Il intéressait beaucoup Murat Yakin et la Nati pour l'Euro, mais le passé du joueur a refait surface et se dresse désormais sur sa route.

Pour situer la performance d'un sportif de haut niveau, il n'y a parfois pas besoin de beaucoup de mots, tant les chiffres parlent d'eux-mêmes. C'est le cas de Cameron Puertas, le milieu de terrain de Lausanne, qui a quitté sa ville natale pour la Belgique il y a deux ans et demi. Il y réalise aujourd'hui une saison dont on parle encore trop peu dans notre pays.

L’article