DE | FR
Bild

Un virus foudroyant décime les chevaux de compétition

Concours et entraînements sont à l'arrêt, bêtes et humains ont été confinés. Un cavalier suisse témoigne d'une peur grandissante. Le vaccin est en rupture de stock.

Julien Caloz
Julien Caloz



Un virus transmissible par aérosols, des chevaux confinés, des morts et un vaccin en rupture de stock: la pandémie, qui frappe le milieu équestre, rappelle ce que les humains vivent depuis plus d'un an. Cette crise sanitaire a, certes une appellation moins anxiogène que le Covid-19, mais «l'herpès équin n'a rien à voir avec celui des humains», prévient un vétérinaire.

Chez les chevaux, cette rhinopneumonie (le nom scientifique désignant la forme d'herpès qui frappe les boxes actuellement) peut provoquer de la fièvre et de graves problèmes respiratoires, voire neurologiques. Des chevaux sont morts. «Ca fait peur», avoue le jeune cavalier suisse Alan Allache (Saint-Prex).

«Un risque de faiblesses musculaires»

Un vétérinaire, spécialisé dans les soins aux chevaux, décrypte la maladie

«Il s'agit d'un virus herpétique connu de longue date et spécifique aux chevaux. Il ne se transmet pas à l'humain. Il a en général deux souches: EH1 et EH4. La forme incriminée actuellement est EH1. Elle peut provoquer des troubles d'ataxie, donc des faiblesses musculaires. Or, les chevaux qui restent couchés trop longtemps sont perdus. Le risque de mort est lié à plusieurs facteurs. Le problème, avec les chevaux de compétition (saut d'obstacle, courses), c'est qu'ils ont un statut immunitaire sur le fil du rasoir. Les entraînements, les transports, les compétitions créent un état de stress permanent (...) Les chevaux contaminés doivent être placés en quarantaine jusqu'à 28 jours après les derniers symptômes. C'est le seul moyen théorique de venir à bout de la pandémie. Je ne sais pas comment la situation évoluera, mais ce qui est certain, c'est que plus on aura de rassemblements de chevaux entre guillemets «stressés», et plus on aura de problèmes à l'avenir. Un vaccin existe mais c'est comme le Covid: ce n'est pas parce que vous êtes vaccinés que vous êtes protégés à 100%.»

La pandémie s'est déclarée à Valence, le mois dernier, sans que les spécialistes n'aient encore pu remonter aux origines du premier animal infecté. Il a suffi qu'une bête soit malade dans un concours pour que ce virus foudroyant, qui se transmet par l'air, mais aussi par les objets, progresse à grande échelle. «On pensait au départ qu'il ne s'agissait que d'un simple virus, que certains cavaliers avaient simplement oublié de vacciner leurs chevaux. Mais c'est plus grave que ça», reconnaît Alan Allache, compétiteur au sein de la Suisse Academy.

Notre pays n'avait recensé aucun cas vendredi matin, mais les propriétaires surveillent avec anxiété l'évolution de la pandémie.

«Rien que le fait de croiser d'autres cavaliers dans les champs suscite une inquiétude. On devient vite paranos»

Alan Allache

Les échos de l'étranger ne sont pas faits pour rassurer. «Il paraît que la police surveille les chevaux et leurs cavaliers confinés dans les concours pour éviter qu'ils ne s'échappent durant la nuit, raconte un sauteur helvétique. Certains athlètes ont eu peur que leurs montures ne soient infectées par d'autres durant la quarantaine imposée et ont préféré s'y soustraire.»

Bild

Alan Allache sur Uderzo

Il n'existe aucun geste barrière que les propriétaires puissent faire pour freiner la pandémie. «On n'a pas vraiment changé nos habitudes, reconnaît d'ailleurs Allache. J'ai simplement pris la précaution de demander à une maman qui est en contact avec d'autres chevaux que les miens de faire attention, de bien se laver les mains.»

Le Vaudois est sur liste d'attente pour faire bénéficier ses protégés du précieux vaccin. L'Europe est en rupture de stock. Un vétérinaire prévient: «Il faudra être très fort pour obtenir des doses d'ici fin mars, début avril». La vaccination, ensuite, ne se fera pas sans une certaine appréhension. «Le produit est super violent, redoute Alan Allache. Des chevaux ont eu jusqu'à 40 de fièvre pendant trois jours et ont vu leur encolure gonfler. Ce n'est pas très rassurant.»

Plus d'articles sur le sport

Ils ont été si bons que les fans adverses ont fini par les ovationner

Link zum Artikel

Dominic Stricker, êtes-vous le prochain Roger Federer?

Link zum Artikel

Au FC Sion, un président qui s'éclate et des joueurs qui s'en fichent

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile

Link zum Artikel

Obsédés par le but, les attaquants en deviennent égoïstes et hargneux

Link zum Artikel

Keylor Navas est-il le meilleur gardien du monde?

Link zum Artikel

Le taekwondo fait un carton auprès des petites filles

Link zum Artikel

Ces habitudes que le coureur de Sierre-Zinal se réjouit de reprendre

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs sont-ils nuls quand on les change de poste?

Link zum Artikel

Vers un «surplus» de joueurs étrangers en Swiss League?

Link zum Artikel

Le top 6 des frasques de Lara Gut-Behrami

Link zum Artikel

Le Canadien de Montréal a toujours déchaîné les passions

Link zum Artikel

Les petites combines des cyclistes pour gruger en toute impunité

Link zum Artikel

Les cambriolages, fléau du football français

Link zum Artikel

On pourra rejouer au foot pour de vrai... mais avec un masque

Link zum Artikel

Fayot, salaud ou intello, quel type d’entraîneur pour le FC Sion?

Link zum Artikel

L'argent s'apprête à couler dans la vallée du Rhône

Link zum Artikel

Les gens cool pourront bientôt surfer à Sion beach

Link zum Artikel

Les présidents de club sont toujours plus jeunes

Link zum Artikel

Mathématiquement, Federer est relégué. Mais qui aime les maths?

Link zum Artikel

Pour jouer au foot, ces Romands bravent la police et le Covid

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Thèmes

Le taekwondo fait un carton auprès des petites filles

Devenue moins violente grâce à la technologie, la discipline séduit un paquet de bambines. «C'est mon sport préféré», clame Violette, 7 ans (et toutes ses dents).

Les filles débarquent en force dans les clubs de taekwondo. «Lors de certains cours, elles sont plus nombreuses que les garçons. Et elles cognent!», rapporte Abdenbi, professeur au Taekwondo Riviera. Ce phénomène de masse s'explique notamment par les changements de pratique apparus grâce aux outils électroniques. Auparavant, l'idée consistait à frapper fort son adversaire pour marquer un point. Depuis que casques et plastrons sont équipés de capteurs, une touchette, même bénine, …

Lire l’article
Link zum Artikel