DE | FR

Un virus foudroyant décime les chevaux de compétition

Concours et entraînements sont à l'arrêt, bêtes et humains ont été confinés. Un cavalier suisse témoigne d'une peur grandissante. Le vaccin est en rupture de stock.
05.03.2021, 10:4106.03.2021, 09:03
Suivez-moi

Un virus transmissible par aérosols, des chevaux confinés, des morts et un vaccin en rupture de stock: la pandémie, qui frappe le milieu équestre, rappelle ce que les humains vivent depuis plus d'un an. Cette crise sanitaire a, certes une appellation moins anxiogène que le Covid-19, mais «l'herpès équin n'a rien à voir avec celui des humains», prévient un vétérinaire.

Chez les chevaux, cette rhinopneumonie (le nom scientifique désignant la forme d'herpès qui frappe les boxes actuellement) peut provoquer de la fièvre et de graves problèmes respiratoires, voire neurologiques. Des chevaux sont morts. «Ca fait peur», avoue le jeune cavalier suisse Alan Allache (Saint-Prex).

«Un risque de faiblesses musculaires»

Un vétérinaire, spécialisé dans les soins aux chevaux, décrypte la maladie
«Il s'agit d'un virus herpétique connu de longue date et spécifique aux chevaux. Il ne se transmet pas à l'humain. Il a en général deux souches: EH1 et EH4. La forme incriminée actuellement est EH1. Elle peut provoquer des troubles d'ataxie, donc des faiblesses musculaires. Or, les chevaux qui restent couchés trop longtemps sont perdus. Le risque de mort est lié à plusieurs facteurs. Le problème, avec les chevaux de compétition (saut d'obstacle, courses), c'est qu'ils ont un statut immunitaire sur le fil du rasoir. Les entraînements, les transports, les compétitions créent un état de stress permanent (...) Les chevaux contaminés doivent être placés en quarantaine jusqu'à 28 jours après les derniers symptômes. C'est le seul moyen théorique de venir à bout de la pandémie. Je ne sais pas comment la situation évoluera, mais ce qui est certain, c'est que plus on aura de rassemblements de chevaux entre guillemets «stressés», et plus on aura de problèmes à l'avenir. Un vaccin existe mais c'est comme le Covid: ce n'est pas parce que vous êtes vaccinés que vous êtes protégés à 100%.»

La pandémie s'est déclarée à Valence, le mois dernier, sans que les spécialistes n'aient encore pu remonter aux origines du premier animal infecté. Il a suffi qu'une bête soit malade dans un concours pour que ce virus foudroyant, qui se transmet par l'air, mais aussi par les objets, progresse à grande échelle. «On pensait au départ qu'il ne s'agissait que d'un simple virus, que certains cavaliers avaient simplement oublié de vacciner leurs chevaux. Mais c'est plus grave que ça», reconnaît Alan Allache, compétiteur au sein de la Suisse Academy.

Notre pays n'avait recensé aucun cas vendredi matin, mais les propriétaires surveillent avec anxiété l'évolution de la pandémie.

«Rien que le fait de croiser d'autres cavaliers dans les champs suscite une inquiétude. On devient vite paranos»
Alan Allache

Les échos de l'étranger ne sont pas faits pour rassurer. «Il paraît que la police surveille les chevaux et leurs cavaliers confinés dans les concours pour éviter qu'ils ne s'échappent durant la nuit, raconte un sauteur helvétique. Certains athlètes ont eu peur que leurs montures ne soient infectées par d'autres durant la quarantaine imposée et ont préféré s'y soustraire.»

Alan Allache sur Uderzo
Alan Allache sur Uderzo

Il n'existe aucun geste barrière que les propriétaires puissent faire pour freiner la pandémie. «On n'a pas vraiment changé nos habitudes, reconnaît d'ailleurs Allache. J'ai simplement pris la précaution de demander à une maman qui est en contact avec d'autres chevaux que les miens de faire attention, de bien se laver les mains.»

Le Vaudois est sur liste d'attente pour faire bénéficier ses protégés du précieux vaccin. L'Europe est en rupture de stock. Un vétérinaire prévient: «Il faudra être très fort pour obtenir des doses d'ici fin mars, début avril». La vaccination, ensuite, ne se fera pas sans une certaine appréhension. «Le produit est super violent, redoute Alan Allache. Des chevaux ont eu jusqu'à 40 de fièvre pendant trois jours et ont vu leur encolure gonfler. Ce n'est pas très rassurant.»

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Thèmes

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Djokovic: «Mon fils m'inspire quand il joue au tennis»
Après son sacre à Rome dimanche, le Serbe a avoué que voir son fils Stefan (7 ans) taper dans la balle lui permet de garder le plaisir de jouer, souvent absent dans les carrières pros.

En battant en finale Stefanos Tsitsipas à Rome dimanche (6-0 7-6), Novak Djokovic s'est adjugé son 87e titre sur le circuit ATP. Au même moment, son fils Stefan, 7 ans, décrochait son premier trophée dans un tournoi junior en Serbie.

L’article