International
Prince William

Conflit israélo-palestinien: William «joue avec les limites»

L'héritier du trône s'est fendu d'une rare prise de position sur le conflit israélo-palestinien, qui n'a pas manqué de faire sensation.
L'héritier du trône s'est fendu d'une rare prise de position sur le conflit israélo-palestinien, qui n'a pas manqué de faire sensation.watson

William «joue avec les limites» sur le conflit israélo-palestinien

En publiant une vibrante déclaration sur le sujet politique le plus sensible du moment, le prince William, d'ordinaire impénétrable, a pris tout le monde de court. Un plaidoyer audacieux... ou dangereux? Décryptage.
21.02.2024, 19:3122.02.2024, 07:47
Suivez-moi
Plus de «International»

Entre les grognements de notre oncle Bernard et les appels au boycott du top model Gigi Hadid, le monde entier se sent l'obligation de donner son avis sur le conflit israélo-palestinien. Au milieu du brouhaha, il n'y a guère qu'une institution dont on n’attendait rien. A l'exception, peut-être, d'un silence distant. La royauté britannique. C'est dire la surprise générale lorsque William, ce prince qui s'était toujours efforcé de rester le plus discret et le plus consensuel possible, a ajouté sa voix à celles de la mêlée.

LONDON, ENGLAND - FEBRUARY 20: Prince William, The Prince of Wales, listens to Pascal Hundt, Senior Crisis Manager, International Committee of the Red Cross, dialling in from Gaza, during a visits of  ...
William, le 20 février, lors de sa visite du siège de la Croix-Rouge britannique, peu avant la publication de son communiqué appelant à «cesser les combats».Getty Images Europe

Le communiqué est tombé mardi, sur les réseaux sociaux, à l'issue d'une rencontre avec des employés humanitaires de la Croix-Rouge britannique. Les mots sont saillants, le ton vibrant, les propos précis, sans les platitudes polies auxquelles nous ont accoutumé les communicants du palais.

«Je reste profondément préoccupé par le terrible coût humain du conflit au Moyen-Orient depuis l'attaque terroriste du Hamas le 7 octobre. Trop de personnes ont été tuées. Comme tant d'autres, je souhaite que les combats cessent le plus rapidement possible. Gaza a désespérément besoin d'une aide humanitaire accrue. Il est essentiel que l'aide soit acheminée et que les otages soient libérés. Parfois, ce n'est que face à l'ampleur de la souffrance humaine que l'on prend conscience de l'importance d'une paix permanente. Même dans les heures les plus sombres, nous ne devons pas succomber au conseil du désespoir. Je continue à m'accrocher à l'espoir d'un avenir meilleur et je refuse d'y renoncer.»
Le prince de Galles, dans un communiqué publié le 20 février.

Cette déclaration publique, la plus audacieuse et la plus passionnée jamais publiée par le prince de Galles, valait bien une réponse. Quelques heures plus tard, le gouvernement israélien répliquait à la missive de Son Altesse par un sec: «Les Israéliens souhaitent bien entendu que les combats cessent le plus rapidement possible, ce qui sera possible une fois que les 134 otages auront été libérés et que l'armée terroriste du Hamas, qui menace de répéter les atrocités du 7 octobre, aura été démantelée.»

«Nous apprécions l'appel lancé par le prince de Galles au Hamas pour qu'il libère les otages»
Eylon Levy, porte-parole du gouvernement israélien,
dans un communiqué publié le 20 février.

C'était tout. Ne restait que l'énorme surprise suscitée par l'intervention royale du bon prince de Galles, sur l'un des conflits mondiaux les plus polémiques et les plus délicats de mémoire récente. Un coup d'épée tranchant dans des décennies de tradition royale. Celle de se tenir soigneusement à l'écart de la politique et des sujets qui fâchent.

Une tradition de neutralité instaurée bien avant le règne d'Elizabeth II, mais dont la défunte reine avait fait une priorité absolue. Durant 70 ans, Elizabeth s'était appliquée à ne formuler aucun commentaire politique. Encore moins à dispenser des conseils non sollicités sur les affaires internationales. C'était tout particulièrement le cas du Moyen-Orient. «Une patate chaude», résume un ancien assistant du palais au Times, dont la reine n’avait surtout pas voulu s'emparer. Son petit-fils, William, lui, a préféré «enfiler ses gants de cuisine».

La drôle de position du prince de Galles

Si le statut de l'héritier du trône autorise à peine plus de libertés que celui de souverain, même l'ancien tenancier du titre, Charles, pourtant réputé pour «s'exprimer» avec passion sur tous les sujets qui lui tiennent à cœur, avait quelques scrupules à dépasser les limites. Lancé sur l'agriculture biologique ou l'homéopathie, il pouvait s'interrompre brusquement sur sa lancée. Sa parade consistait alors, selon des initiés, à avancer ses poignets comme s'ils étaient liés par des menottes invisibles. Des menottes que William, lui, a arrachées.

A présent que son père s'est retiré de ses fonctions publiques pour suivre son traitement contre le cancer et qu'il s'apprête à le remplacer pour telle ou telle occasion, la prise de parole de William laisse un avant-goût prégnant du jour où il prendra les commandes: celui d'un homme d’Etat impliqué sur la scène mondiale.

Un nouveau style de roi

Un pied dans le plat politique et une preuve supplémentaire que William envisage son rôle de monarque bien différemment de sa défunte grand-mère. A en croire ses proches, le prince n'entend pas s'arrêter en si bon chemin. Sa déclaration sur le conflit israélo-palestinien ne sera pas la dernière - d'autres interventions sur des crises nationales ou mondiales devraient jalonner son mandat.

«Quand il sentira le besoin de dire quelque chose, il le fera»
Une source du palais, au Daily Beast.

Au cours des dernières années, en privé, le prince de Galles n'a jamais fait mystère de sa volonté de «repousser les limites». De signifier quand, où et comment faire avancer les causes qu'il juge importantes - sans pour autant compromettre sa position publique, encore moins celle de la Firme.

La guerre qui déchire le Moyen-Orient constitue pour lui une excellente rampe de lancement. En 2018, William est entré dans l’histoire en devenant le premier membre de la famille royale britannique à se rendre en Cisjordanie occupée, pour visiter un camp de réfugiés palestiniens, auxquels il avait juré lors d'un discours: «Vous n'êtes pas oubliés».

«Il parle beaucoup de ce voyage, des rencontres avec les jeunes des deux côtés. Il est prêt à utiliser sa plateforme pour intervenir sur des sujets auxquels il croit vraiment»
Une source du palais, au Telegraph.

Un risque apparement maîtrisé

Si cette intervention était extrêmement risquée pour la sacro-sainte neutralité royale, le prince de Galles ne s'est pas jeté naïvement dans le bain. Entre une grand-mère et un père qui n'ont cessé toute leur vie de naviguer entre pensées privées et devoir public, il a grandi à bonne école. Sans oublier l'influence de sa mère, Lady Diana, qui a toujours rejeté l'idée selon laquelle un appel à l’aide humanitaire relevait de la dérive politique.

PA NEWS : 15/1/97 : DIANA, PRINCESS OF WALES, WEARS A PROTECTIVE JACKET AS SHE WALKS NEXT TO THE EDGE OF A MINEFIELD IN ANGOLA, DURING HER VISIT TO SEE THE WORK OF THE BRITISH RED CROSS. (PHOTO BY JOH ...
Comme sa mère avant lui, le prince de Galles veut faire de l'aide humanitaire l'une des priorités de son mandat.PA Images

Avant de publier cette déclaration, William a «beaucoup réfléchi», évalué les options, pesé ses mots. Et fini par trancher. Les images d’enfants innocents pris dans un conflit et la catastrophe humanitaire en cours à Gaza valaient bien le risque de susciter une polémique. D'autant que le risque était contrôlé.

Bien qu'on ignore si William a reçu l'approbation du roi avant avant de publier son appel à «cesser les combats», on sait qu'il avait celui du gouvernement britannique. Avant publication, son communiqué a été soumis au ministère des Affaires étrangères, avant d'être transmis à Downing Street et de finir sur le bureau du premier ministre Rishi Sunak, qui l'a validée avec enthousiasme.

«Cette intervention est conforme à la position du gouvernement et nous la saluons. Il est important que nous parlions d’une seule voix en tant que nation»
Un porte-parole de Rishi Sunak, dans un communiqué.

Ce qui n'a pas empêché le prince William de s'attirer son lot de controverses et d'angoisses. Pendant qu'un ancien ministre s'insurgeait auprès du Times de cette intervention «imprudente», voire «troublante», un autre déplorait «une approche hautement risquée de la part du prince de Galles qui, je le crains, pourrait entraîner des conséquences et des complications inattendues».

«Le principe sous-jacent de notre monarchie constitutionnelle, c'est que les membres de la famille royale ne s'engagent pas dans des questions politiques controversées», renchérit un député au Telegraph, «du moment où il existe des convictions divergentes et fermement ancrées dans ce pays»..

«Les membres de la famille royale feraient bien de s’en souvenir»
L'avertissement d'Andrew Percy, député et vice-président du groupe parlementaire multipartite sur l'antisémitisme, au Telegraph.

A ces craintes et critiques, le palais de Kensington réplique que le message de William reste largement apolitique. Son communiqué n'appelle en effet ni à un cessez-le-feu immédiat ni à une solution à deux Etats. «C'est quelque chose dans lequel nous ne nous impliquerions pas», insiste un assistant.

Un constat partagé par l'historien Eugene Rogan, de l'université d'Oxford. Pour lui, le prince a réussi son tour d'équilibriste: «Certains lui reprocheront forcément de ne pas s'attarder sur les Israéliens retenus en otages par le Hamas à Gaza. D’autres auraient pu souhaiter que son langage soit plus énergique, par exemple en appelant à un cessez-le-feu 'immédiat'.»

«A mon avis, William a réussi à éviter tout ce qui aurait pu dépasser les limites d'une déclaration royale»
Eugene Rogan, historien spécialiste du Moyen-Orient de l'université d'Oxford, au Telegraph.

Que cette extraordinaire prise de risque suscite éloges ou critiques, une chose est sûre: mûrement réfléchie, pesée et soupesée, la déclaration de William ne relève pas d'un coup de tête ou d'un caprice. Une autre l'est moins: si ce genre de positionnement deviendra une habitude qui définira son héritage en tant que prince de Galles... Et, un jour, en tant que roi.

Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux
1 / 21
Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux
Le mariage, en 2011.
source: epa / hugo burnand/clarence house / ha
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La situation serait «plus calme et apaisée» en Nouvelle-Calédonie
Vendredi matin, la situation tendue en Nouvelle-Calédonie semblait s'être calmée après l'envoi de renforts de France métropolitaine. Mais une école et deux entreprises ont été incendiées après une quatrième nuit de contestation de la réforme électorale.

Nouméa s'est réveillée vendredi dans «une situation plus calme et apaisée», selon le représentant de l'Etat français en Nouvelle-Calédonie. Le haut-commissariat de la République a indiqué dans un communiqué:

L’article