DE | FR
Bild

Vladimir Petkovic voulait des solutions, il a surtout des problèmes

L'équipe suisse de football a battu les Etats-Unis 2-1 en ne jouant qu'une mi-temps, dimanche soir en amical, ce qui est à moitié réjouissant.

Julien Caloz
Julien Caloz



C'est quoi le réveil musculaire?

La principale actualité de la nuit commentée tous les matins à 7 heures tapantes, avec juste ce qu'il faut de mouvements d'humeur et d'exercices de style.

On dit des matchs amicaux qu'ils apportent des réponses; mais que faire de ceux qui soulèvent des questions? Vladimir Petkovic devra se pencher sur le sujet ces prochains jours en épluchant à la vidéo la rencontre face aux Etats-Unis, remportée 2-1 par l'équipe de Suisse (buts de Rodriguez et de Zuber) dimanche soir à Saint-Gall.

Les reflets du match

Vidéo: RTS

Car ce résultat, trop flatteur pour être satisfaisant, ne dit pas que les coéquipiers de Xhaka ont beaucoup souffert, et que s'ils se sont imposés, c'est parce que tout a changé après la mi-temps.

Jusque-là, les Helvètes évoluaient dans une composition tactique attendue. Akanji aurait pu l'intégrer, Zakaria en sortir, mais rien ne devait bouleverser l'équilibre de ce 3-4-1-2.

Bild

Image: RTS

Rien sauf les Etats-Unis, évidemment. Les joueurs américains (installés dans un 4-3-3 traditionnel et redoutable) ont pressé si haut en première période qu'ils ont éteint les Suisses. Rodriguez a même eu l'élégance de ne pas marquer sur penalty dans ce qui aurait été un avantage si peu mérité à ce moment de la rencontre (41e). Et si tout a changé après la pause, c'est par ce double effet:

La maîtrise a dès lors changé de camp et donné des réponses (à moins que ce ne soit des questions) à Vladimir Petkovic. Il avait choisi de défier la formation américaine pour ses similitudes avec le jeu du pays de Galles, le premier adversaire de la Suisse à l'Euro dans treize jours. Or ce 12 juin, le sélectionneur sait que son équipe ne pourra pas se contenter de ne jouer qu'une mi-temps, au risque de se faire punir par un adversaire qui, lui, ne baissera pas en intensité après la pause.

Switzerland's head coach Vladimir Petkovic, right, gives the ball to Switzerland's Remo Freuler, left, during a friendly soccer match between Switzerland and the USA, at the kybunpark stadium in St. Gallen, Switzerland, Sunday, May 30, 2021. (KEYSTONE/Gian Ehrenzeller).

Image: KEYSTONE

Puisque la Suisse ne peut pas se passer de Xherdan Shaqiri, qui n'est jamais un joueur comme les autres (il a été à l'origine du 1-1 et du penalty), même quand il donne l'impression du contraire comme hier, Petkovic pourrait renouveler son 3-4-1-2 en remplaçant Zakaria par Freuler. Le milieu de l'Atalanta a changé le visage de son équipe en lui offrant la stabilité qui lui manquait en seconde période.

C'est ce qu'on attendra de la défense centrale cet été. Schär et Elvedi ont manqué beaucoup trop de relances contre les Américains pour que la Suisse puisse développer son jeu depuis l'arrière, selon les vœux de son sélectionneur. Le premier paie sans doute son manque de rythme; c'est plus inquiétant pour le second qui a beaucoup joué cette saison. Akanji devrait intégrer la charnière centrale. Remplacera-t-il Benito, ou un autre?

Il reste un match à l'équipe nationale avant l'Euro, jeudi (18 heures) contre le Liechtenstein. On imagine que les défenseurs seront moins sous pression que les attaquants. Embolo et Seferovic ont beaucoup gâché dimanche et le sélectionneur attendra une réaction de leur part, au risque d'avoir de nouveaux problèmes à régler.

D'ici là, Petkovic aura écarté trois joueurs du groupe de 29 qu'il avait convoqué pour ce stage de préparation. Kobel (quatrième gardien), Ndoye et Zeqiri sont les plus menacés.

👉 Ça concerne aussi la Suisse

Le sélectionneur italien Roberto Mancini a annoncé dimanche soir une pré-sélection de 28 joueurs pour disputer l'Euro. Marco Verratti, touché au genou droit, fait bien partie du groupe, au contraire de son coéquipier au Paris Saint-Germain (PSG) Moise Kean. Mancini biffera deux noms d'ici à mardi.

La Squadra azzurra recevra la Suisse le 16 juin à Rome. En observant les joueurs qui la composent, on se dit que ce ne serait pas une mauvaise idée de faire des points quatre jours plus tôt contre les Gallois.

Plus d'articles sur le sport

Elle sourit comme Boucle d'or et toise comme Catherine Tramell

Link zum Artikel

A Tokyo, des gamines en or qui interrogent

Link zum Artikel

«Certaines arrêtent leur carrière pour ne pas devoir porter le bikini»

Link zum Artikel

Inarrêtable, ce robot entre dans l'histoire du basket

Link zum Artikel

Foirer un rencard à cause d'une balle en pleine face, c'est possible!

Link zum Artikel

Où les footballeurs de la Nati passent-ils leurs vacances?

Link zum Artikel

Mais pourquoi diable les gagnants de la NBA portent des masques de ski?

Link zum Artikel

«Si le mec m'attaque chez moi, je ne pourrai rien faire»

Link zum Artikel

Prochaine étape au FC Sion: La reconnaissance faciale

Link zum Artikel

Même en fin de piste, les stars du foot sont utiles aux clubs suisses

Link zum Artikel

«Eddy Merckx reste le plus grand»

Link zum Artikel

5 initiatives du monde sportif pour sauver la planète

Link zum Artikel

Implorer le pardon, une mode chez les footballeurs

Link zum Artikel

Le sacre de l'Italie suggère l'idée d'un début de règne

Link zum Artikel

Il n'y a jamais eu aussi peu de fautes. Les joueurs sont-ils devenus sages?

Link zum Artikel

Novak Djokovic: «Je suis le meilleur»

Link zum Artikel

L'Euro a puni les égoïstes, sa finale les rendra ringards

présenté parMarkenlogo
Link zum Artikel

«Face à Jordi Alba, Chiellini a été très intelligent»

Link zum Artikel

Pas retenu pour les JO, un Vaudois crie à l'injustice

Link zum Artikel

Antognoni est formel: «L'Italie ne joue pas comme d'habitude»

Link zum Artikel

Le tiki-taka, onomatopée encore au top

Link zum Artikel

«Les foules de supporters sont essentiellement positives»

Link zum Artikel

Est-ce qu’un attaquant qui ne touche aucun ballon a l’impression de faire de la course à pied?

Link zum Artikel

«Sur un match, tout est possible», vraiment?

Link zum Artikel

Pourquoi taille-t-on autant de costards à Vladimir Petkovic?

Link zum Artikel

Carton rouge sur Freuler: «Je trouve la décision très sévère»

Link zum Artikel

François Moubandje après Suisse-Espagne: «J'ai envie de pleurer»

Link zum Artikel

L'Espagne a retrouvé son jeu et sa joie. Elle rappelle quelqu'un

Link zum Artikel

Pourquoi glisse-t-on aussi souvent sur le gazon maudit de Wimbledon?

Link zum Artikel

Quelle image culte de ce France-Suisse garderez-vous en mémoire?

Link zum Artikel

Mbappé le surdoué pourra-t-il se relever de son cuisant échec?

Link zum Artikel

Les Français sont certains de nous mettre une raclée

Link zum Artikel

Quand la France était nulle et se chamaillait en Suisse

Link zum Artikel

5 bonnes raisons de rester sans voix devant les hymnes nationaux

Link zum Artikel

Johan Djourou: «Je me suis presque demandé pourquoi tu vis»

Link zum Artikel

Mais d’où vient cet amour irrationnel des Portugais pour leur équipe?

Link zum Artikel

Le débat s'envenime: Djokovic est-il le plus grand?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Réveil musculaire

Genève-Servette soigne sa réputation de gagneur, même quand il perd

Les Grenats ont perdu 1-0 à Zoug mais ils n'en finissent pas de gagner du crédit. Infos watson: McSorley à Lugano, McTavish limogé.

On a coutume de dire qu'à «ce niveau-là, tout se joue sur des détails». Pour une fois, ce ne sont pas des fadaises. Tandis que Ge-Servette et Zoug se tenaient par la barbichette, il a suffit d'une relance hasardeuse, une seule passe malencontreuse (Tömmernes), pour que les Genevois perdent le premier acte de la finale. 1-0, but de Kovar (21e), suite mercredi aux Vernets (19 h).

Encore un «détail»? L'intervention de Genoni face à Simon à Le Coultre (48e), tandis que ce dernier sortait de …

Lire l’article
Link zum Artikel