larges éclaircies
DE | FR
Sport
Cyclisme

Paris-Roubaix: un favori s'impose, un Suisse monte sur le podium

epa09894672 Ineos Grenadiers team rider Dylan Van Baarle of the Netherlands cycles past the finish line to win the Paris - Roubaix cycling race in Compiegne, France, 17 April 2022. EPA/CHRISTOPHE PETI ...
Image: EPA

Paris-Roubaix: un favori s'impose, un Suisse monte sur le podium

Le Hollandais Dylan van Baarle, souvent cantonné dans un rôle de coéquipier modèle chez Ineos Grenadiers, est arrivé seul dans le vélodrome de Roubaix pour remporter l'Enfer du Nord. Wout van Aert termine 2e, Stefan Küng 3e.
17.04.2022, 16:5017.04.2022, 18:40
Plus de «Sport»

Dylan van Baarle (29 ans) a accéléré dans Camphin-en-Pévèle, à 18km de la ligne d'arrivée, pour s'offrir le premier grand monument de sa carrière. Le rouleur de la formation Ineos Grenadiers avait terminé hors-délai l'an dernier; il a pris une magnifique revanche ce dimanche.

45,79 km/h
En terminant la course (257,2 km) en 5h36'55, Dylan van Baarle a remporté l'édition la plus rapide de l'histoire.

Déjà lauréate sur l'Amstel Gold Race (Kwiatkowski) et la Flèche Brabançonne (Sheffield), la formation britannique Ineos a signé un triplé grâce à l'un de ses deux leaders sur l'Enfer du Nord (Ganna faisait aussi partie des favoris).

«C'est incroyable. Quand je suis entré dans le vélodrome, j'ai regardé de l'autre coté pour voir s'il y avait d'autres gars, mais j'étais seul. A ce moment, j'ai commencé à y croire. C'est fou.»
Dylan van Baarle
Image
Image: Instagram

De son côté, Stefan Küng a fait la course dans le groupe de tête jusqu'à 30 km de l'arrivée. Mais il n'a pu suivre van Baarle quand celui-ci s'est échappé pour rejoindre le trio de tête Matej Mohoric, Yves Lampaert et l'étonnant Belge Tom Devrient. En terminant 3e à 1'47 du vainqueur du jour, le Thurgovien a toutefois fêté son meilleur résultat dans une grande classique. Il est le premier Suisse sur le podium depuis Fabian Cancellara, vainqueur en 2013.

«Je suis battu par deux coureurs qui étaient les plus forts. J'ai essayé de surprendre Van Aert sur l'anneau en me rappelant mes années de pistard, mais je n'ai pas réussi à faire craquer le Belge», a déclaré Küng après être monté sur le podium.

Le Suisse, champion d'Europe du contre-la-montre, sort d'une belle campagne des classiques avec une 3e place au GP E3, une 5e place au Tour des Flandres et une 8e à l'Amstel Gold Race. «Je pense que j'ai passé un cap. Il y a des hauts et des bas dans une course comme Roubaix. Je sais maintenant que les autres souffrent aussi dans les bas. J'ai pris une nouvelle confiance, je sais que je peux suivre les meilleurs sur les accélérations.»

(ats/jcz)

Thèmes
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Aux Strade Bianche, on a l'impression de rouler sur de la neige»
La mythique classique toscane (samedi) confronte les coureurs à un revêtement insolite, 71 km de chemins gravillonneux sur lesquels chaque coup de pédale est une odyssée. Deux Romands témoignent de ce qu'ils y ont enduré.

Il est facile d'imaginer à quoi ressemble la chaussée satinée du Tour de France ou les pavés crotteux de Paris-Roubaix, mais comment se faire une idée des routes blanches de Toscane, ces sentes nappées de gravier que les coureurs des Strade Bianche (215 km au total) vont emprunter sur 71 bornes et dans 15 secteurs samedi?

L’article