Sport
Tennis

Federer après ses adieux: «J'ai eu le trac de parler au micro»

Roger Federer quitte l'O2 Arena après son dernier match.
Roger Federer quitte l'O2 Arena après son dernier match.

Federer après ses adieux: «J'ai eu le trac de parler au micro»

Comment Roger Federer a vécu les jours et les heures qui ont précédé son dernier match, ce qui lui faisait peur, ce qui l'a profondément marqué: il raconte tout.
24.09.2022, 17:5026.09.2022, 07:04
simon häring, londres
Plus de «Sport»

La carrière de Roger Federer est terminée. Après 24 ans, 1750 matchs et 310 semaines au sommet du classement mondial, le Bâlois a répondu aux questions une dernière fois. En anglais, en français, en allemand. Jusqu'à 2 h 25 du matin.

Les derniers jours avant ses adieux

«Les deux derniers jours ont été difficiles. Il y a eu des moments où j'étais terriblement nerveux, comme avant une grande finale. Puis des moments où j'ai complètement oublié parce j'étais avec les autres et qu'on s'amusait bien. Et soudain tu te souviens que tu joues dans quinze minutes... Le mois précédent a été beaucoup plus intense: j'ai traversé beaucoup de choses. Il était difficile de passer des coups de fil pour informer les gens que j'arrêtais. Là, c'était dur. Une vraie douleur. Maintenant, je suis heureux et comblé.»

Ses larmes après le match

«Je redoutais le moment où je devrais dire quelque chose au micro parce que je sais à quel point je suis une «loque» quand je suis émotif. Avant la soirée, j'ai eu le trac. Heureusement, je me suis souvenu sur le court à quel point ce moment est merveilleux. Ce n'est pas la fin, la vie continue. Je suis en bonne santé, je suis heureux. C'est un moment de ma vie. Je suis heureux de ne pas avoir vécu cela seul dans une petite salle, mais dans une arène devant des milliers de spectateurs. Je pouvais en profiter, savourer. Je ne m'attendais pas à ce que ce soit si beau. J'ai pleuré d'un profond bonheur intérieur.»
epaselect epa10202805 Team Europe player Roger Federer (R) of Switzerland is interviewed on court by Jim Courier after his doubles match with Rafael Nadal of Spain against Team World double Jack Sock  ...
Image: EPA

Ses images fortes

«Je savais que ce ne serait pas facile de prendre la parole. Mais j'ai l'impression d'avoir pu dire ce qui est important pour moi. Ce que je retiendrai, ce sont les accolades, les visages. Quand une personne sur deux a les larmes aux yeux, c'est très spécial. Je me souviens aussi des moments de cette soirée où j'ai eu l'occasion de dire merci aux gens et de leur souhaiter le meilleur sur terre.»

Ses pensées avant le match

«J'avais peur de ne pas être au même niveau que les autres. Heureusement que je l'étais et je me suis calmé. Je ne voulais pas trop penser à comment ça allait se passer. J'ai essayé d'en profiter, je voulais jouer un match décent.»
Team Europe's Roger Federer, front, and Rafael Nadal in action during their Laver Cup doubles match against Team World's Jack Sock and Frances Tiafoe at the O2 arena in London, Friday, Sept. ...
Image: AP

Son esprit d'équipe

«J'ai toujours eu l'impression d'être un joueur d'équipe. Je n'ai pas peur de faire des erreurs, ni de prendre des responsabilités, de tomber et de me relever. Je ne me suis jamais vu meilleur que les autres. C'est pourquoi il a toujours été important pour moi d'être bien entouré, d'avoir de bonnes personnes autour de moi, peu importe qu'elles soient nombreuses ou pas, même si finalement j'étais seul sur le court.»
Team Europe's Roger Federer is lifted by fellow players after playing with Rafael Nadal in a Laver Cup doubles match against Team World's Jack Sock and Frances Tiafoe at the O2 arena in Lond ...
Image: AP

L'avenir du tennis suisse

«Il est clair que la Suisse, ce petit pays, n'aura pas toujours autant de succès à ce niveau que nous en avons eu Stan Wawrinka et moi, Belinda Bencic, ou avant nous Martina Hingis. Mais je crois que les Suisses ont appris à aimer le tennis et aussi à connaître les joueurs internationaux. Je pense donc qu'il restera important de continuer de voyager pour suivre ces tournois. Le tennis est un grand sport qui enseigne de merveilleuses valeurs comme le respect. Mon plus grand rival est devenu un ami. C'est bizarre, mais c'est possible. Je reste un ambassadeur de ce sport.»
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une partie de mon âme s'est brisée avec la défaite de Rafa
Rafael Nadal a été bon. Il a même «joué l'acier», comme on disait dans le tennis club de ma jeunesse. Mais ça n'a pas suffi face à Zverev, lundi. Entre deux larmes, retour sur ce match qui restera tristement gravé dans la mémoire des fans du roi de Roland-Garros.

Tristes. Et un peu sonnés. Voilà comment les fans de Rafa se sentent, comment je me sens en regardant Rafa, la tête basse, prendre la direction des vestiaires après sa défaite face à Zverev. Un match au goût de revanche, après la demi-finale entre les deux joueurs, en 2022, lors de laquelle l'Allemand avait quitté le court en chaise roulante, sa cheville à l'angle droit.

L’article