DE | FR
Dépression jeux olympiques post-olympique

De nombreux athlètes vivent très mal les semaines qui suivent les Jeux olympiques. Image: Shutterstock

Tokyo 2020

La dépression post-olympique, vertige des champions

La Suissesse Nina Christen a révélé souffrir d'une dépression «post-olympique» après ses deux médailles (dont une en or) décrochées aux Jeux de Tokyo cet été. Quel est ce mal qui ronge les athlètes et que les experts décrivent comme «quasi systématique»?

Julien Caloz
Julien Caloz



Qui est concerné?

Tous les sportifs qui ont participé aux Jeux olympiques sont exposés. Les médaillés sont les plus menacés car s'il est difficile de monter sur le podium, il est parfois plus ardu encore d'en redescendre.

Olympiasiegerin Nina Christen wird offiziell Empfangen sowie geehrt durch den Schweizer Schiesssportverband und die Gemeinde Wolfenschiessen, am Freitag 13. August 2021 in Wolfenschiessen. Die Sportschuetzin wurde in Tokio Olympiasiegerin im Dreistellungsmatch mit dem Kleinkalibergewehr ueber 50 Meter und Bronzemedaillengewinnerin ueber 10 Meter Luftgewehr.(KEYSTONE /Marcel Bieri)

La tireuse sportive Nina Christen lors de son retour au village après ses deux médailles olympiques. Image: KEYSTONE

Certains vivent ce qu'ils appellent une dépression, d'autres un mal-être, ou un blues. Autant de noms pour décrire un phénomène de grande détresse largement répandu. «Le post-blues olympique est un phénomène classique, quasi systématique», rappelle Meriem Salmi, psychologue et membre de la délégation française aux JO de Tokyo, citée par Ouest-France.

Pourquoi ça arrive?

Parce que durant de nombreuses années, toute la vie de l'athlète a tourné autour du même objectif de gloire olympique, et que soudain cet objectif n'existe plus. Le sportif perd la totalité de ses ancrages et se retrouve face à un vide total. Il est désemparé. Démuni.

«La médaille, on nous apprend à aller la chercher, pas à la gérer»

Daouda Sow, médaillé d'argent français aux JO de Pékin, sur France Info

Même les moins bien classés éprouvent ce que la Fribourgeoise Annick Marguet (25e au tir en 2008) appelle un baby blues. «Brusquement, on perd l'envie de s'entraîner, on cherche un sens à des gestes simples et basiques, relève-t-elle dans Le Temps. Les Jeux polarisent tellement d'attentes, tellement d'émotions, qu'il est difficile de renouer avec une activité normale.»

Quels sont les symptômes?

Ces épisodes dépressifs contextuels apparaissent généralement entre quelques jours et quelques semaines après la compétition, lorsque tout a disparu (les adversaires, la pression et les projecteurs). Certains champions confessent des troubles de l’humeur et du sommeil, un sentiment de tristesse, une impression de perdre ses repères. Des recherches menées à la suite des Jeux olympiques d'hiver de 2010 à Vancouver ont aussi révélé des épisodes de confusion, de colère, de ressentiment et d'abandon.

Bild

La cycliste britannique Victoria Pendleton s'est sentie «perdue» après son titre olympique en 2012.

Nina Christen a également observé des difficultés de concentration et de motivation, ainsi que des migraines et des douleurs à la nuque.

Comment s'en sortir?

Swiss Olympic avait mis un psychologue à disposition de sa délégation lors des Jeux de Tokyo. Mais maintenant que la compétition est terminée, les athlètes suisses désireux de soigner la tête doivent trouver des ressources auprès de leur Fédération. Meriem Salmi prescrit surtout discipline et grand air.

«Les sportifs s’en sortent naturellement, assez rapidement. Le meilleur remède, c’est le repos, la récupération. Je leur dis de s’aérer, d’aller voir leurs proches, mais de le noter dans un programme. Ils ont besoin de ça. Même mettre sur leur agenda: «Aujourd’hui, je ne fais rien.»»

L'instinct de la compétition ramène doucement les athlètes sur le terrain de leurs exploits. Mais pour Nina Christen ce ne sera pas pour tout de suite. «Je ne me sens pas encore capable de reprendre le tir», avoue la Nidwaldienne en marge des Championnats de Suisse auxquels elle ne participe pas. Quand reviendra-t-elle dans un stand? La tireuse de Wolfenschiessen (rebaptisé Ninaschiessen par certains de ses habitants) n'a pas encore la réponse à cette question.

Plus d'articles sur le sport

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Tokyo 2020

Suspendu pour dopage, Kariem Hussein ne disputera pas les JO

L'athlète thurgovien Kariem Hussein n'ira pas aux JO de Tokyo. Il a été suspendu pour neuf mois après avoir été testé positif à un produit interdit. Son ex-coach parle d'une «erreur stupide».

Kariem Hussein ne disputera pas les JO de Tokyo! La Chambre disciplinaire de Swiss Olympic a suspendu le Thurgovien pour neuf mois après que celui-ci a été testé positif à un produit interdit (nicéthamide) lors des championnats de Suisse à Langenthal. La substance provenait de l'ingestion d'un bonbon de Gly-Coramin.

Sur les réseaux sociaux, l'athlète a dit assumer les conséquences de ses actes, tout en se justifiant. D'après Hussein, la substance qui a entraîné sa suspension «est …

Lire l’article
Link zum Artikel