DE | FR
Pour l'ancienne présidente de la Société Romande de Relations Publiques l'émergence des réseaux sociaux a totalement changé les pratiques de consommation d'informations.
Pour l'ancienne présidente de la Société Romande de Relations Publiques l'émergence des réseaux sociaux a totalement changé les pratiques de consommation d'informations.Image: Shutterstock / Montage watson
Analyse

Votations sur les médias: d'où vient la méfiance envers les journalistes?

La votation du 13 février sur l'aide aux médias ne convainc pour l'instant que la moitié de la population suisse. La méfiance envers les médias va jouer dans ce scrutin et ses causes sont multiples.
13.02.2022, 09:56
Suivez-moi

Divisée à 50/50. C'était l'état de l'opinion en Suisse sur le paquet d'aide aux médias selon les sondages parus le 7 janvier (SSR et Tamedia), avec une légère avance du «oui» en Suisse romande. Ces mesures de soutien financier sur lesquelles nous voterons le 13 février prochain se montent à 178 millions de francs et ont comme nouveauté l'introduction d'un subside direct à la presse en ligne proposant des abonnements payants. Nous voterons sur le texte du parlement parce qu'un référendum a été déposé.

Derrière ce premier sondage, une réalité, attestée d'année en année par divers instituts: les journalistes, en Suisse et ailleurs, n'ont pas la cote. Plus subtilement, un certain rapport d'amour-haine semble unir la population à ces messieurs dames qui les informent: les gens ont besoin de lire, de regarder, d'écouter les contenus tout autant que de les critiquer. Jusqu'à parfois s'adonner au rejet général.

Les raisons d'un certain scepticisme

«Quand on tend l'oreille au café du commerce, on constate qu'une part significative des gens estiment que l'information n'est pas correctement traitée», estime Marie Deschenaux, experte en relations publiques et chargée de cours à l'Académie du journalisme et des médias (AJM) de l'Université de Neuchâtel. «Ils n'y trouvent pas assez d'objectivité, de pluralité et de recul.»

Pour elle, cette impression est fondée, même si on trouve de tout dans les critiques des médias. «Il y a une responsabilité des éditeurs qui demandent aux journalistes d'aller toujours plus vite en produisant la même qualité, ce qui évidemment n'est pas viable. Les lecteurs s'en rendent très bien compte.» Mais ce ne sont pas seulement les patrons qui sont en cause. Les journalistes eux-mêmes, dans leur pratique de la profession, font partie de l'explication. Avec leurs amis les communicants:

«La frontière entre journalisme et communication est de plus en plus gommée»

Traduction concrète: «Normalement, en tant que spécialiste en relations publiques, on ne doit pas faire un cadeau de plus de 50.- CHF à un journaliste: en gros, cela se limite au restau. Mais beaucoup de communicants, et en retour beaucoup de journalistes, franchissent allègrement la ligne, ce qui réduit forcément les chances que l'article qui résulte de la collaboration soit neutre.»

Une évolution de la société

D'accord, mais le lectorat a-t-il vraiment envie d'un journalisme qui prend du temps, qui met tout en perspective – et est-il prêt à payer pour cela? Concernant le second point, Marie Deschenaux répond que l'information a un intérêt collectif, ce qui justifie des soutiens publics, notamment pour les «petits médias indépendants, qui font de gros efforts pour produire du contenu vérifié, diversifié et original.» Quant au premier point:

«Pour retrouver la confiance dans les médias, il faudra entre autres que la société réapprenne à consommer une information de qualité»

Or, pour l'ancienne présidente de la Société Romande de Relations Publiques, qui connaît bien le monde du numérique, l'émergence des réseaux sociaux a totalement changé les pratiques de consommation d'informations. Un phénomène qui participe aussi selon elle au rapport plus distant qu'entretient le public avec les médias et leurs représentants:

«Nombre de personnes s'informent via les réseaux sociaux. Ces derniers apportent une tribune de choix à tout à chacun. Des informations contradictoires et non étayées ont ainsi une formidable caisse de résonance apportant son lot de fake news zappant et discréditant parfois le travail fouillé des journalistes.»

Un «No Billag» bis

«Comme tout ce qui touche aux médias, il y a une part d'émotionnel», note Marie Deschenaux, commentant le sondage SSR. Mais la méfiance envers les journalistes n'est pas la seule raison de ce clivage politique. Un fort parfum de «No Billag», la votation qui visait la suppression de la redevance publique, entoure ces deux fronts s'opposent fondamentalement autour du rôle de l'Etat. Est-ce à l'instance publique d'arroser un secteur en difficulté économique, en l'occurrence le journalisme?

Non, répond l'UDC et une partie significative du PLR, qui souhaitent limiter les dépenses de l'Etat et contrôler son lien avec les médias. Oui, répondent au contraire les défenseurs de la subvention, notamment à gauche, affirmant que l'information n'est pas un service comme les autres: une pluralité de médias renforce la démocratie en favorisant la formation d'opinions et le contrôle du pouvoir par la population. Cet intérêt public justifie une subvention étatique.

Certains partisans de cette conception sont toutefois sceptiques sur l'aide aux médias telle que proposée par Berne. C'est le cas du professeur d'économie publique à l'Université de Fribourg Mark Schelker. «Je soutiens le principe des subventions, mais il faut les unifier. A l'époque, il y avait du sens à ce que la radio et la télévision soient étatiques, car il était techniquement impossible de les financer sur le seul principe de l'offre et la demande. Les choses ont changé.»

Du coup:

«Il faut rendre les subventions indépendantes des modes de transmission (poste, ondes de radio, etc.)»

Le fait que le paquet d'aides concerne les médias en ligne, mais seulement payants, n'a pas de sens pour l'économiste. Pour lui, il faudrait que la question soit dépolitisée, avec des conseils qui garantissent l'indépendance des rédactions et l'obtention des critères pour toucher un soutien. Vaste chantier. En attendant, la votation du 13 février sera surtout un test pour la confiance des Suisses envers les médias. Envers la RTS, aussi, qui a été au cœur des discussions «No Billag» il y a trois ans et de tourmentes plus récentes. Envers l'Etat enfin.

Pour mieux comprendre l'objet de la votation du 13 février 2022

21 fois où les marques ont entubé les consommateurs

1 / 23
21 fois où les marques ont entubé les consommateurs
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Il se prend un buffle dans le buffet

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

La Russie ne paye plus ses dettes, est-elle ruinée? Explications

Link zum Artikel

Ces stars réagissent à la révocation du droit à l'avortement par la Cour suprême

Link zum Artikel

De plus en plus de pédophiles achètent des viols d'enfants sur Internet

Link zum Artikel

Terrorisme islamiste et mercenaires russes: que se passe-t-il au Mali?

Link zum Artikel
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Schaffhouse: une voiture finit dans le salon
Un jeune automobiliste a fini sa course samedi peu avant minuit dans le salon d'une habitation à Hallau (SH).

Il s'en est sorti avec quelques blessures légères. Tout comme quatre occupants de la maison, qui étaient en train de regarder la télévision.

L’article