International
Charles III

Charles et Harry ont manqué une «occasion en or»

Il y a deux semaines, le roi a tenté d'appâter le fils prodigue en faisant ce qu'on appelle plus communément du «chantage affectif».
Il y a deux semaines, le roi a tenté d'appâter le fils prodigue en faisant ce qu'on appelle plus communément du «chantage affectif».montage: watson

Charles et Harry ont manqué une «occasion en or» de se réconcilier

Les drames de la famille royale se suivent mais, surtout, ne ressemblent pas aux nôtres. La preuve avec de nouvelles révélations sur les magouilles immobilières entre Charles et Harry, dévoilées ce week-end par la presse britannique.
25.09.2023, 20:3825.09.2023, 22:38
Suivez-moi
Plus de «International»

En même temps qu'un petit verre de Château Lafite, glissé dans ses valises en guide de souvenir de son passage à Bordeaux, Charles III a sans doute eu pleinement le loisir de savourer le triomphe de sa tournée française. Le roi était de retour en Ecosse ce samedi, pour ses derniers jours de «vacances» au château de Balmoral, avant de reprendre le chemin de Londres et du train-train royal habituel.

Pendant que Charles défaisait ses bagages, les médias britanniques, eux, étaient loin de chômer - et nous ont permis d'en apprendre un paquet sur les derniers tourments immobiliers du prince Harry.

Prince itinérant

Souvenez-vous. Début septembre, à la veille d'entamer sa semaine trépidante à Düsseldorf pour les Jeux Invictus, le prince Harry faisait une brève halte au Royaume-Uni. Ça tombait bien: cette escale tombait pile la veille du premier anniversaire de la mort de la reine Elizabeth. Un évènement marqué sobrement par ses descendants, avec une poignée d'hommages discrets, du post Instagram à la messe en petit comité, en passant par le «recueillement dans l'intimité».

Or, comme on l'apprend ce week-end dans les colonnes du tabloïd The Sun, Harry avait plutôt bien préparé cette incursion londonienne de 24 heures. Au point de formuler une demande auprès de la Couronne pour savoir s'il ne serait pas possible, tout bêtement, d'obtenir un hébergement d'une nuit dans l'une des nombreuses résidences royales de la capitale. Après tout, il y a l'embarras du choix.

Et puis, n'avait-t-on pas garanti au prince, au moment de le priver de sa maison de Frogmore Cottage en janvier dernier, que le prince trouverait toujours refuge dans sa patrie d'origine?

Non, mais...

Enfin, pour ça, il faudrait d'abord prévenir le Palais à l'avance.

Il faut croire qu'Harry s'y est pris un peu trop tard pour les agendas bien remplis des assistants royaux. Après avoir demandé des précisions sur les horaires du duc, ceux-ci ont été bien obligés lui opposer un refus net et poli. En cause? Un délai trop court pour s'organiser. Sans oublier que la plupart des résidences royales sont fermées durant l'été pour être nettoyées, et fonctionnent avec un personnel réduit.

Pour les assistants royaux, il aurait cependant constitué un sacrilège que de laisser le fils de leur souverain sur le trottoir. Selon le Daily Telegraph, on aurait donc suggéré «poliment» à Harry une alternative: une chambre au château de Balmoral, où le duc serait «le bienvenu» pour passer «du temps privé en famille», en compagnie de son père et de la reine Camilla.

Autant dire: une occasion en or de retrouver les siens, après des mois sans rencontre en chair et en os.

BORDEAUX, FRANCE - SEPTEMBER 22: King Charles III looks on during a reception on the flight deck of HMS Iron Duke on day three of the state visit to highlight the defence ties between France and the U ...
Offrir le logis en échange de retrouvailles. En langage familial, c'est aussi ce qu'on appelle du chantage affectif. Pas grave, Charles?Getty Images Europe

On ignore si c'est la confrontation avec sa «méchante» belle-mère ou un véritable problème d'agenda qui aurait découragé le prince. Reste que, selon nos confrères, Harry a préféré décliner l'invitation. Après plusieurs allers-retours, il s'est finalement contenté d'une chambre hôtel, dépourvue de tout service de sécurité royal.

Des dizaines de monarchistes désireux d'une réconciliation se retrouvaient ainsi sur leur faim.

A commencer par la rédactrice en cheffe du magazine Majesty, Ingrid Seward: «Pour Harry, c'était une occasion en or manquée. Il aurait dû braver l’épreuve et aller les voir. Si le roi vous invite à Balmoral, la plupart des gens annuleraient tous leurs projets de voyage», a-t-elle déploré auprès du Sun.

«Toute tentative de rapprochement doit se faire selon les conditions du Roi. Je suis contente qu'il fasse preuve d'un peu de courage et offre ce rameau d'olivier»
L'experte royale Ingrid Seward, au Sun.

Le dilemme épineux du Roi

Des rameaux d'olivier, il y en a eu d'autres. Discrets. L'an dernier, le roi a choisi de ne pas supprimer son fils cadet de la liste «des conseillers à la législation de l’Etat». Une liste courte, réservée à une poignée d'élus de la famille royale, qui permet de le représenter officiellement lorsqu'il est en incapacité.

Cette décision se justifierait, selon le Times, par le souci du roi de ne pas aggraver davantage des relations déjà bien assez tendues comme ça avec Harry. Sympa, merci. Même si du côté des Sussex, on avance que «ne pas avoir de lieu pour eux au Royaume-Uni n'est pas très utile».

«Il y a les amis, les hôtels, mais je sais qu’ils aimeraient avoir un endroit»
Un ami des Sussex, au Sunday Times.

Alors que ses proches disent le roi «frustré» et «préférerait de loin que l'accent soit mis sur son travail, plutôt que sur le feuilleton de la vie privée», ces appels ne tomberont peut-être pas dans l'oreille d'un sourd.

Si Charles souhaite s'élever au-dessus des drames à la sauce Netflix et renouer pour de bon avec sa progéniture, persévérer et soumettre d'autres invitations ou «endroits» à son fils pourrait constituer un sacré rameau d'olivier.

Rendez-vous est pris en janvier prochain, à l'occasion du prochain procès d'Harry au Royaume-Uni, contre l'éditeur du Sun. Et cette fois, pas question de proposer de dormir tous ensemble sous le même toit.

Des vététistes rencontrent le Roi Charles durant une randonnée
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ils ont voulu privatiser un monument en Turquie et ça n'a pas plu
Les touristes qui découvraient la ville antique d'Ephèse n'ont pas apprécié qu'une partie du site soit barricadée lors de leur visite. La situation a dégénéré lorsqu'ils ont compris les raisons de cette fermeture.

Un curieux incident s'est produit le 17 juin dans la ville antique d'Éphèse, en Turquie. On célébrait, ce jour-là, la fête islamique du sacrifice, l'Aïd Al-Adha. A leur arrivée, les visiteurs du site archéologique ont appris que la célèbre bibliothèque de Celsus resterait fermée ce soir-là. Aucune raison ne leur a été donnée.

L’article