DE | FR
Bild

L'arbitre M. Kuipers et les deux gardiens avant la série fatidique remportée par l'Italie. Image: Keystone

Italie-Angleterre: le sort a encore frappé

Une étude révèle que 60% des équipes qui remportent le tirage au sort avant les tirs au but finissent par s'imposer. C'est encore arrivé avec l'Italie en finale de l'Euro. Faut-il changer de système? Voici trois propositions.

Julien Caloz
Julien Caloz



Quand Giorgio Chiellini a remporté le tirage au sort avant la séance de tirs au but face à l'Angleterre, dimanche en finale de l'Euro, il n'a pas masqué sa satisfaction. Le capitaine savait toute l'importance de pouvoir choisir si l'Italie allait débuter la série ou laisser les Anglais commencer. Selon une étude basée sur 96 séances dans 14 tournois internationaux, l’équipe dont le capitaine a gagné le tirage au sort a remporté environ 60% des tirs au but suivant.

Ça s'est encore vérifié cette fois

Italy's Giorgio Chiellini, center left, and Italy's Leonardo Bonucci hold up the trophy after the final of the Euro 2020 soccer final match between England and Italy at Wembley stadium in London, Sunday, July 11, 2021. (Andy Rain/Pool Photo via AP)

L'Italie a remporté l'Euro 2021 en battant l'Angleterre 3-2 aux tirs au but. Image: AP POOL EPA

Evidemment, le talent ou la résistance au stress des joueurs pèsent sur le résultat final, mais un déséquilibre de 60/40 avant même de débuter peut se lire comme une profonde injustice, surtout dans une période de l'histoire du football où «les matches se jouent sur des détails», et où les staffs optimisent le plus petit de ces détails pour obtenir un avantage sur leurs adversaires. Faudrait-il dès lors trouver un moyen plus équitable de désigner l'ordre des tireurs? Ludovic Gremaud (ancien arbitre de Super League) y est favorable. «Il faudrait enlever le côté aléatoire de la pièce de monnaie». «Mais on le remplacerait par quoi?», interroge Sébastien Pache, ex-sifflet de haut niveau. On a retenu trois pistes de réflexion.

Un tirage au sort, mais en début de match

C'est l'idée de Ludovic Gremaud. «Ainsi, certaines équipes auraient l'occasion, dans le jeu, de prendre plus de risques sachant qu'elles n'auront pas la possibilité de pouvoir choisir l'ordre des tirs au but.» Une sorte de séance de rattrapage par anticipation pour les battus du pile ou face, mais qui ne convainc qu'à moitié Sébastien Pache.

Le Vaudois avait pourtant accueilli la proposition avec bienveillance. «Tout est plus neutre en début de match: il n'y a pas encore eu de tension, ni de mise à l'épreuve. Cette solution neutraliserait l'aspect mental du tirage au sort, sur lequel certains footballeurs jouent, comme Chiellini contre Alba.»

Le problème, pour Sébastien Pache, tient dans la mise en pratique d'une telle innovation. «L'arbitre aurait quatre tirages à faire avant le coup d'envoi: un pour savoir quelle équipe peut choisir le camp ou le ballon dans le temps règlementaire, un autre pour les prolongations, un autre encore pour déterminer dans quel camp les tirs au but seront effectués et un dernier, enfin, pour l'ordre des tireurs. C'est beaucoup trop. Et, surtout, c'est illisible pour les spectateurs

Le fair-play récompensé

L'équipe qui a obtenu le moins de cartons, ou provoqué le moins de fautes, aurait l'avantage du choix lors des tirs au but. C'est simple et objectif, puisque basé sur des statistiques compilées durant la rencontre. «Pourquoi pas? Ça pourrait être intéressant», songe M. Pache, qui y voit l'opportunité de «mettre en exergue la notion de fair-play dans le football».

Mais Ludovic Gremaud, cette fois, a des doutes.

«Le public pourra toujours dire qu'un arbitre a sifflé des fautes qu'un autre n'aurait jamais sanctionnées. Idem pour les cartons. Est-ce qu'un autre que M. Oliver aurait expulsé Freuler?»

Le principal obstacle d'une telle solution tient dans le principe de la double peine: une équipe qui termine la rencontre à dix mérite-t-elle d'être encore pénalisée au moment des tirs au but?

Une alternance rigoureuse

Les équipes ne frapperaient plus à tour de rôle, mais selon une alternance stricte:

  1. Suisse tire - France tire
  2. France tire - Suisse tire
  3. Suisse tire - France tire
  4. etc.

«On pourrait le faire», s'exclame Ludovic Gremaud, tout en précisant qu'il faudrait alors modifier le nombre de tireurs. «Pour que l'égalité soit parfaite, il faudrait que chacune des deux équipes commence autant de fois que l'autre. Il n'y aurait donc pas 5 frappes de chaque côté, mais 4 ou 6.»

Et vous, que feriez-vous?

Cette idée n'a pourtant pas les faveurs de Sébastien Pache, qui s'en remet finalement au destin. «La pratique telle qu'on la connaît aujourd'hui me semble la solution la plus convaincante. Et puis 60%/40% de chances, c'est acceptable, surtout que les aspects du mental et de la technique sont pour moi supérieurs à l'aspect statistique.»

Plus d'articles sur le sport

C'est officiel: Vladimir Petkovic quitte la Nati pour Bordeaux

Link zum Artikel

A Tokyo, des gamines en or qui interrogent

Link zum Artikel

«Certaines arrêtent leur carrière pour ne pas devoir porter le bikini»

Link zum Artikel

Foirer un rencard à cause d'une balle en pleine face, c'est possible!

Link zum Artikel

Où les footballeurs de la Nati passent-ils leurs vacances?

Link zum Artikel

Mais pourquoi diable les gagnants de la NBA portent des masques de ski?

Link zum Artikel

«Si le mec m'attaque chez moi, je ne pourrai rien faire»

Link zum Artikel

Prochaine étape au FC Sion: La reconnaissance faciale

Link zum Artikel

Même en fin de piste, les stars du foot sont utiles aux clubs suisses

Link zum Artikel

«Eddy Merckx reste le plus grand»

Link zum Artikel

5 initiatives du monde sportif pour sauver la planète

Link zum Artikel

Implorer le pardon, une mode chez les footballeurs

Link zum Artikel

Le sacre de l'Italie suggère l'idée d'un début de règne

Link zum Artikel

Il n'y a jamais eu aussi peu de fautes. Les joueurs sont-ils devenus sages?

Link zum Artikel

Novak Djokovic: «Je suis le meilleur»

Link zum Artikel

L'Euro a puni les égoïstes, sa finale les rendra ringards

présenté parMarkenlogo
Link zum Artikel

«Face à Jordi Alba, Chiellini a été très intelligent»

Link zum Artikel

Pas retenu pour les JO, un Vaudois crie à l'injustice

Link zum Artikel

Il a transformé Golubic en championne et raconte

Link zum Artikel

Antognoni est formel: «L'Italie ne joue pas comme d'habitude»

Link zum Artikel

Le tiki-taka, onomatopée encore au top

Link zum Artikel

Alvaro Morata, le besogneux incompris

Link zum Artikel

«Les foules de supporters sont essentiellement positives»

Link zum Artikel

Est-ce qu’un attaquant qui ne touche aucun ballon a l’impression de faire de la course à pied?

Link zum Artikel

«Sur un match, tout est possible», vraiment?

Link zum Artikel

Pourquoi taille-t-on autant de costards à Vladimir Petkovic?

Link zum Artikel

Carton rouge sur Freuler: «Je trouve la décision très sévère»

Link zum Artikel

François Moubandje après Suisse-Espagne: «J'ai envie de pleurer»

Link zum Artikel

L'Espagne a retrouvé son jeu et sa joie. Elle rappelle quelqu'un

Link zum Artikel

Pourquoi glisse-t-on aussi souvent sur le gazon maudit de Wimbledon?

Link zum Artikel

Quelle image culte de ce France-Suisse garderez-vous en mémoire?

Link zum Artikel

Mbappé le surdoué pourra-t-il se relever de son cuisant échec?

Link zum Artikel

Les Français sont certains de nous mettre une raclée

Link zum Artikel

Quand la France était nulle et se chamaillait en Suisse

Link zum Artikel

La France va latter la Suisse

Link zum Artikel

5 bonnes raisons de rester sans voix devant les hymnes nationaux

Link zum Artikel

Johan Djourou: «Je me suis presque demandé pourquoi tu vis»

Link zum Artikel

Mais d’où vient cet amour irrationnel des Portugais pour leur équipe?

Link zum Artikel

Le débat s'envenime: Djokovic est-il le plus grand?

Link zum Artikel

Tous les résultats et classements de l'Euro 2020 en un clin d'œil

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Euro 2021: La victoire de l'Italie, en images

1 / 12
Euro 2021: La victoire de l'Italie, en images
source: sda / walter bieri
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Les supporteurs anglais, c'est des oufs!

Le Pays de Galles doute encore de sa tactique, mais pas de ses hommes

Le premier adversaire de la Suisse à l'Euro (samedi à 15h) est une équipe douée collectivement et menée de main de maître par un sélectionneur «ferme mais juste». Présentation.

Ils vont pénétrer sur la pelouse les veines gonflées d'orgueil et glorifiant leurs ancêtres, ces «braves guerriers, si nobles et si vaillants, qui versèrent leur sang pour la liberté» (hymne gallois). Puis le match va débuter et on saura très vite si ces footballeurs qui ont un dragon sur leur maillot sont aussi redoutables qu'ils en ont l'air.

Ce Suisse-Pays de Galles est, paraît-il, le match le plus facile qui attend les Helvètes dans le tournoi, et c'est vrai; mais uniquement parce que …

Lire l’article
Link zum Artikel