DE | FR
Bild

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Ils envahissent le terrain, descendent dans la rue, mettent le feu au centre d’entraînement. Héros de la lutte contre la Super ligue européenne, les fans sont-ils ivres de leur pouvoir? Ou tout bêtement excités?



On ne peut pas exclure que, d'une certaine façon, l’oeuf est devenu aussi gros que la poule: la puissance des supporters dans le football est proportionnelle à la place qu’occupe ce sport dans nos sociétés contemporaines, jusqu’au plus haut niveau des Etats - puisque même des présidents affichent leur soutien à l'OM.

Plus troublant est le fait que cette puissance s’exprime maintenant, après dix-huit mois de confinement, de manière aussi nette et délurée. Comme si la fermeture des stades avait favorisé ces débordements, «un couvercle qui pète», comme l’a expliqué doctement un émeutier niçois sur LCI.

Les émeutes de Nice en images

abspielen

Vidéo: YouTube/FRS19

Crise de nerfs

Pour l’historien Thomas Busset, l’effet saisonnier est bien réel: «Il est frappant de constater que ces problèmes surviennent régulièrement en début de championnat, comme le signe d’une grande impatience», rapporte le collaborateur scientifique du CIES, auteur de plusieurs ouvrages sur le hooliganisme.

Et de citer une anecdote:

«Les supporters de Bâle et de YB ont décrété un boycott tant que les mesures anti-Covid n'étaient pas levées. Leurs résolutions n'ont pas tenu deux matches. Les ultras ont pris prétexte d’un assouplissement pour revenir au stade. Plus fondamentalement, cette longue période d’absence n’a changé ni les comportements, ni le fonctionnement des groupes organisés. Au contraire, elle n’a fait qu’augmenter leur excitation.»

Bestialité pure

On ne peut pas davantage exclure que cette violence ordinaire, âneries, vacheries et autres singeries, soit tout simplement bête, sans véritable origine sociologique. Des supporters de Feyenoord ont vandalisé la fontaine Barcaccia à Rome et toutes les recherches scientifiques du monde n'ont pas permis de comprendre la démarche, sauf à ne pas aimer l’eau ou en avoir très peur.

Bottles and beer cans float in the water as a flare is thrown by Feyenoord's fans in the fountain called

La fontaine Barcaccia après le passage des ultras. Image: AP

«Un jour, on a détruit un arrêt de bus et avec du recul, je serais incapable d’expliquer pourquoi»

Un ancien ultra du LHC

Peut-être est-ce notre erreur de sachants, notre frigidité de bien-pensants, de chercher obstinément des revendications là où il n’y a qu’une guérilla de bac à sable, armée de guenilles et de slogans de supérette, dont l’unique espoir est d’attirer l’attention, petit frisson de gloire pour couillon anar, à faire passer le jet de bouteille pour un mouvement de protestation et le glaviot pour un rejet de la société.

«Tous les ultras ne sont pas d'accord»

«Il faut savoir qu’au sein même de la mouvance ultra, des groupes se démarquent totalement de certains comportements, notamment racistes. En Suisse par exemple, certains virages pratiquent l’auto-contrôle. Je ne sais pas si les auteurs des cris de singe à l'encontre du gardien du FC Sion seront identifiés, mais à St-Gall, beaucoup de gens savent qui ils sont. Et si ces coupables ne seront vraisemblablement pas dénoncés à la police, selon le code des ultras, il y aura des sanctions internes.»

Thomas Busset

Abus de pouvoir

Sauf que désormais, les incivilités sortent largement des limites du terrain. Avec toujours plus d’assurance, l’ultra basique exprime ses doléances jusqu’au domicile des dirigeants dont il réclame la tête (Kita, Puel, Deschamps), envahit le terrain en faisant comme chez lui (GC, Nice), descend dans la rue (Bâle) et boute le feu au centre d’entraînement (Marseille) comme une annexion de l’espace public à son pré carré.

Le siège de l'OM pris d'assaut

abspielen

Vidéo: YouTube/MadeinFOOT.com

On ne peut pas exclure ici que les supporters aient attrapé la grosse tête.

«A force de répéter que le club n’est rien sans eux, qu’ils en sont les vrais propriétaires moraux, ces mêmes clubs sont devenus otages de leurs supporters. La démagogie des dirigeants se retourne contre eux»

Un directeur de club suisse

Et néanmoins: «Ne voir dans les ultras qu’un pouvoir de nuisance revient à ignorer qu’ils sont surtout un contre-pouvoir, écrit le chroniqueur Jérôme Latta dans Le Monde. Le football a besoin de ses ultras pour assurer l’ambiance dans les stades, mais aussi comme force d’opposition.»

C’est une réalité objective, non moins contemporaine, que les supporters sont les héros de la lutte contre la Super ligue européenne, et qu’ils se posent en dernier rempart du prolétariat face à la gentrification du football, celui des affaires et des accointances, des nababs et des hedges funds, «coupé de son ancrage social et régional», selon la salve du président de l’ASF Dominique Blanc au congrès de l’UEFA.

epa09147749 Chelsea fans stage a demonstration against the European Super league before the English Premier League soccer match between Chelsea FC and Brighton & Hove Albion FC in London, Britain, 20 April 2021. In the early hours of 19 April 2021 twelve European soccer clubs, AC Milan, Arsenal FC, Atletico de Madrid, Chelsea FC, FC Barcelona, FC Internazionale Milano, Juventus FC, Liverpool FC, Manchester City, Manchester United, Real Madrid CF and Tottenham Hotspur have announced the creation of a Super League which would rival the excisting UEFA club competitions and has been strongly condemned by the UEFA. EPA/NEIL HALL

Manifestations anti-Super league à Chelsea. Image: EPA

Comme un acte de contrition (à moins que ce ne soit toujours de la démagogie), Chelsea a intégré un représentant des supporters au conseil d’administration. Jamais le mouvement ultra n’a obtenu autant de légitimité que dans sa défense des vieilles valeurs européennes, des valeurs d’unité et de tradition, vraiment. Mais comment interpréter ces mêmes actes lorsque, ailleurs, à d'autres moments, l’échelle de valeurs ressemble à un escabeau?

Le gouvernement ou l'opposition

«Il y a une attitude ambiguë des groupes de supporters qui, d’un côté, veulent être reconnus comme des acteurs du football, des intervenants à part entière, mais qui, d’un autre côté, maintiennent une grande distance avec les dirigeants et les médias, de peur d’être instrumentalisés ou de donner cette impression.»

Thomas Busset

Romantisme rustique

En amont de la mouvance ultra, il y a le hooliganisme lui-même, et l'idée vaguement rassurante que cette violence en apparence gratuite participe à de valeurs plus archaïques, la loyauté, l’affirmation de la virilité, la défense du territoire, avec un romantisme de cap et d’épée - et néanmoins des codes d’honneur très stricts et durs.

Bild

En Russie, les groupes de hooligans sont entraînés à cogner.

«Il existe une tendance chez certains supporters à se considérer comme les derniers garants des traditions anciennes, les derniers représentants des classes populaires, pour justifier des actes intolérables. Mais sans angélisme et sans vouloir défendre les virages, il y a aussi de nombreux ultras que ces actes débectent.»

Thomas Busset

Les plus bêtes sont généralement repérables à leurs instincts grégaires, sinon à leurs cris derrière les grillages, ces singes auxquels ils finissent par ressembler (eux).

Plus d'articles sur le sport

Les footballeurs ne supportent plus d'être remplacés

Link zum Artikel

«Roger Federer pourrait revenir dès l'Open d'Australie»

Link zum Artikel

Le jour où Lionel Messi a refusé de laisser sa place

Link zum Artikel

Petkovic: «La méfiance de l'ASF a été difficile à accepter»

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Euro 2021: La victoire de l'Italie, en images

1 / 12
Euro 2021: La victoire de l'Italie, en images
source: sda / walter bieri
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Malgré un goal de rêve, la Suisse est éliminée du Mondial de Beach soccer

Il n'y aura pas de finale pour l'équipe de Suisse. En demi, elle a perdu aux tirs au but contre la Russie. Mais les Helvètes ont fait le spectacle, en marquant un but somptueux.

Le rêve a pris fin samedi pour l'équipe de Suisse de Beach soccer. Elle a perdu en demi-finale du Championnat du monde face à la Russie, hôte du tournoi.

Une défaite rageante, puisque la Nati a poussé les Russes jusqu'aux tirs au but (5-5 après prolongation). Encore plus frustrant: elle menait toujours d'un but à vingt secondes de la fin du temps réglementaire.

Malgré la défaite, les hommes d'Angelo Schirinzi pourront se consoler un peu en revoyant leur goal du 4-3. Une merveille!

Les cinq …

Lire l’article
Link zum Artikel