DE | FR
image: shutterstock

Les coachs des clubs suisses étaient-ils bons au foot? Classement!

L'entraîneur du Bayern Munich Julian Nagelsmann n'a pas joué un seul match professionnel et Thomas Tuchel (Chelsea) n'a pas une grande carrière de joueur. Mais en Suisse, les coachs de Super League et Challenge League sont en immense majorité d'anciens pros. Découvrez le classement des 20 techniciens en fonction de leur niveau de footballeur.
29.10.2021, 06:5829.10.2021, 16:51
Ralf Meile
Ralf Meile
Ralf Meile
Suivez-moi

L'ancien entraîneur italien, Arrigo Sacchi, avait dit un jour:

«Il n'est pas nécessaire de naître cheval pour devenir jockey»
Arrigo Sacchi

C'était sa réponse à ceux qui prétendaient qu'il pouvait difficilement être un bon entraîneur puisqu'il n'avait lui-même jamais été footballeur professionnel.

Aujourd'hui, ça fait très longtemps que Sacchi a atteint le statut de légende comme entraîneur. Avec des idées tactiques révolutionnaires, il a conduit l'AC Milan à de nombreux succès. Et il a prouvé qu'on pouvait devenir un coach exceptionnel même si on était soi-même un footballeur limité.

En Super League et en Challenge League, seuls deux clubs comptent actuellement sur des entraîneurs qui n'ont jamais joué à haut niveau. Ça signifie que beaucoup de techniciens dans les deux premières divisions nationales sont d'anciens très bons footballeurs. Il y en a même un qui a porté le maillot du FC Barcelone.

On a classé ces 20 entraîneurs en fonction du niveau qu'ils ont atteint balle au pied. Du plus faible au plus fort.

Andrea Binotto

Neuchâtel Xamax
50 ans

Image: KEYSTONE

Fils d'un chauffeur de taxi italien à Lausanne, son rêve de devenir pro s'évapore vite: Andrea Binotto est meilleur pour jongler avec les chiffres qu'avec les balles. L'entraîneur de Xamax étudie les mathématiques, se forme ensuite lui-même en coaching et entraîne le FC Concordia Lausanne, qu'il reprend en quatrième ligue. Dès 2012, il mène en sept ans le Stade Lausanne Ouchy de la deuxième ligue inter jusqu'en Challenge League. Son frère aîné Mattia Binotto est le directeur d'équipe de l'écurie Ferrari en Formule 1 depuis 2019.

Peter Zeidler

FC Saint-Gall
59 ans

image: keystone

A l'âge de 22 ans, le professeur rejoint l'équipe junior du VfB Stuttgart en tant qu'entraîneur. Avant ça, il jouait en sixième division mais quand il s'est essayé au poste d'entraîneur-joueur, il a «vite compris que le métier d'entraîneur (lui) convenait mieux», a-t-il raconté au Blick. «Je savais jouer au ballon, et c'est quelque chose que j'apprécie. Mais c'était hors de question de devenir un professionnel. Je manquais surtout de vitesse dans le jeu.»

Ilija Borenovic

Lausanne-Sport
38 ans ​

image: keystone

Le 5 avril 2003, le jeune milieu de terrain de 20 ans offre un point au Lausanne-Sport (LS) en marquant deux buts contre Schaffhouse (2-2) en Ligue nationale B. Ce doublé restera le point culminant de la carrière de joueur d'Ilija Borenovic. Il effectue la majeure partie de sa carrière avec Echallens (VD) en première ligue avant d'enfiler le costume d'entraîneur à l'âge de 27 ans déjà. Après huit ans au sein de la formation du LS, il est promu entraîneur de la première équipe au début de cette saison.

Carlos Bernegger

FC Thoune (BE)
52 ans

Image: KEYSTONE

Ses grands-parents ont émigré de la vallée du Rhin vers l'Argentine, mais Carlos Bernegger a fait le chemin inverse. Un jour, alors qu'il évolue avec Belgrano en deuxième division, son nom de famille suisse fait tilt à un agent de joueur lorsque celui-ci lit la feuille de match. Alors l'étudiant en médecine part retrouver ses racines helvétiques à 22 ans. Il pose ses valises au FC Saint-Gall, où il n'arrive pas à s'imposer. Winterthour (ZH), pensionnaire de Ligue B, en profite pour le récupérer. Mais après quelques apparitions seulement, il se blesse gravement et sa carrière s'achève avant d'avoir vraiment commencé. Bernegger décide quand même de rester en Suisse et de devenir entraîneur.

Uli Forte

Yverdon-Sport (VD)
47 ans

image: keystone

«Il n'était pas un fin technicien, mais plutôt un grand battant sur le terrain.» Cette description d'Uli Forte joueur est celle de son ancien coéquipier Roger Erni, dans le Blick. Ils ont défendu ensemble les couleurs du SC Kriens (LU) en Ligue nationale B. «Uli Forte s'est frayé un chemin dans le cœur des fans grâce à son style de jeu agressif», rembobine-t-il. Ces trois saisons à Kriens (1999-2002) correspondent au deuxième passage de Forte en deuxième division. L'ancien défenseur central y avait déjà joué au début des années 1990 avec son club formateur, le FC Brüttisellen (ZH).

Mattia Croci-Torti

FC Lugano (TI)
39 ans ​

Image: KEYSTONE

Le Tessinois a visité son canton en tant que latéral, en portant les couleurs de Chiasso, Malcantone Agno, Lugano et Biasca. Il compte 197 matchs de Challenge League, avec des parenthèses chez les juniors de GC et au FC Wil. En septembre dernier, Croci-Torti est promu entraîneur principal après le limogeage d'Abel Braga, dont il était l'adjoint.

Patrick Rahmen

FC Bâle
52 ans ​

image: keystone

Le foot, Patrick Rahmen l'a dans le sang dès la naissance. Il est le fils de l'ancien milieu de terrain légendaire du FC Bâle, Bruno Rahmen, cinq fois champion suisse avec le FCB. Comme joueur, Patrick Rahmen n'a pas autant de succès que son père, mais il réussit quand même à faire pro et joue en première division. Il porte successivement les maillots de Bâle, YB, Delémont et Soleure, entre autres.

Michel Renggli

SC Kriens (intérimaire)
41 ans

Image: KEYSTONE

Après quatre saisons à Kriens (LU), le Lucernois s'engage en 2003 avec Wil (SG) en Super League. Il y devient un titulaire et remporte la Coupe de Suisse à la surprise générale. Après la relégation des Saint-Gallois en Challenge League, le milieu de terrain à la frappe de mule passe par Thoune et GC avant de revenir chez lui, au FC Lucerne. Il y finit sa carrière en 2014. Depuis, il fait profiter les juniors du club de Suisse centrale de son expérience de près de 350 matchs de première division. La semaine dernière, il est prêté par le FCL au petit voisin Kriens jusqu'à nouvel avis, en attendant que les pensionnaires du Kleinfeld trouvent le remplaçant de Davide Morandi.

Giorgio Contini

Grasshopper-Club (ZH)
47 ans

image: keystone

Contini n'oubliera sûrement jamais le 28 février 2001. Ce jour-là, l'attaquant dispute son premier et dernier match avec la Nati lors d'une défaite 4-0 contre la Pologne en amical à Chypre. Il vit ses plus belles années au FC Saint-Gall, où il remporte le titre national en 2000, à la surprise de tous. Le natif de Winterthour marque huit buts pour les Brodeurs cette saison-là. Il joue ensuite pour Lucerne et Lausanne, avant de terminer sa carrière à Winterthour en 2005.

Stephan Keller

FC Aarau
42 ans ​

Image: KEYSTONE

Stephan Keller compte lui aussi un titre de champion national, mais très loin de nos frontières: en Australie. On prédisait une grande carrière à cet ancien arrière central, membre de l'équipe suisse des M21, les fameux «Titans » de Bernard Challandes. Formé à GC, il vit sa première expérience dans l'élite avec Xamax. A 23 ans, il porte trois fois le maillot de la Nati. Après des aventures à Zurich, Aarau et Erfurt (Allemagne), il part pour les Pays-Bas en 2005. Cet employé de banque de formation joue une centaine de matchs en Eredivisie pour trois clubs. Son séjour néerlandais est entrecoupé d'une pige au Sydney FC, où il décoche le titre de champion d'Australie en 2010.

Martin Andermatt

FC Schaffhouse
59 ans ​

image: keystone

Le Zougois vit ses plus belles saisons à GC. A la fin des années 1980, il est titulaire en défense et remporte le championnat et la coupe avec les Sauterelles. Pendant cette période, Andermatt est aussi joueur de la Nati. L'instituteur de formation porte onze fois le maillot de l'équipe nationale. Avant et après GC, il joue aussi en Ligue nationale A pour Wettingen (AG) et Bâle.

David Wagner

Young Boys (BE)
50 ans ​

image: keystone

David Wagner est un vainqueur de la Coupe de l'Union des associations européennes de football (Uefa): il la remporte en 1997 avec le FC Schalke 04, comme réserviste. L'avant-centre joue la majorité de ses matchs professionnels en deuxième Bundesliga, où il marque pour Mayence, Gütersloh et Waldhof Mannheim. L'Américano-allemand porte à huit reprises le maillot des Etats-Unis. Mais il ne dispute pas le Mondial 1998, n'étant pas retenu dans le contingent final.

Paolo Tramezzani

FC Sion
51 ans ​

image: keystone

Le défenseur est formé à l'Inter Milan et appartient pendant sept ans au club lombard comme pro. Tramezzani fait 34 apparitions avec les Nerazzurri, mais il est surtout prêté à d'autres clubs. Il dispute environ 300 matchs dans les trois premières divisions italiennes, dont 101 en Serie A. Le point culminant de sa carrière? Une victoire en Coupe de l'Uefa avec l'Inter en 1994, compétition dans laquelle il fait trois apparitions. Quatre ans plus tard, il joue quelques matchs pour Tottenham sous la férule de Christian Gross. Mais le départ de l'entraîneur suisse coïncide avec la fin du parcours de l'Italien chez les Spurs.

André Breitenreiter

FC Zurich
48 ans ​

image: keystone

L'Allemand est le meilleur buteur de la courte histoire du SpVgg Unterhaching en Bundesliga (1999-2001). Breitenreiter marque 15 de ses 28 buts en première division allemande pour le club munichois. Au total, il dispute 144 matchs dans l'élite allemande. L'attaquant fait ses débuts à Hanovre 96, où il remporte la Coupe d'Allemagne en 1992 en tant que joueur de deuxième division. En Bundesliga, il joue d'abord pour Hambourg et Wolfsburg avant donc de rejoindre Unterhaching.

Ralf Loose

FC Winterthour
58 ans

image: keystone

Avec le brassard de capitaine, il mène l'Allemagne au titre lors de la Coupe du monde U20 de 1981. Loose fait partie des plus grands jeunes talents allemands, mais il ne jouera jamais en équipe nationale A. Ralf Loose, libéro, est un fidèle de la Bundesliga, dans laquelle joue 211 matchs. A son compteur, l'Allemand a aussi 131 parties de deuxième division. Il porte les couleurs du Borussia Dortmund, son club formateur, de Rot-Weiss Oberhausen, Fortuna Düsseldorf et Francfort.

Mario Frick

FC Vaduz
47 ans ​

image: keystone

La légende vivante du football liechtensteinois. Avec seize buts en sélection, Frick est le meilleur buteur de l'histoire du Liechtenstein. Qu'il quitte très tôt pour poursuivre une carrière de footballeur professionnel. Il perce au FC Saint-Gall, joue ensuite à Bâle et Zurich avant de signer en Italie. En une décennie, il dispute 111 matchs de Serie A (20 buts) pour l'Hellas Verone et Sienne, et fait 133 apparitions (44 buts) pour Ternana en Serie B.

Fabio Celestini

FC Lucerne
45 ans ​

Image: KEYSTONE

Fabio Celestini a réussi quelque chose que très peu de footballeurs suisses ont fait: être capitaine d'un grand club. Il porte le brassard de l'Olympique de Marseille (OM), où il joue pendant deux saisons (2002-2004). Le milieu de terrain axial attire l'attention des dirigeants phocéens lors de son passage à Troyes, où il avait été transféré depuis Lausanne, après avoir remporté deux Coupes avec les Vaudois. Après l'OM, Celestini part pour l'Espagne. Il joue une année à Levante, puis pendant cinq saisons à Getafe, avec qui il fête des victoires contre le Real Madrid et le FC Barcelone. Le natif de Lausanne compte 35 sélections avec la Nati.

Meho Kodro

Stade Lausanne Ouchy
54 ans ​

image: keystone

Cent-cinq buts en 263 matchs de première division espagnole: l'attaquant était un grand joueur dans les années 1990. Il marque tellement de buts pour la Real Sociedad que le grand Johan Cruyff le fait venir au FC Barcelone en 1995. Fait marquant: un doublé lors de la victoire 3-0 dans le Clasico contre le Real Madrid. Il inscrit quinze buts toutes compétitions confondues cette saison-là (meilleur buteur du Barça de l'exercice), mais le club engage ensuite Ronaldo (l'original). Kodro en fait les frais: il n'y a plus de place pour lui. «Quand je l'ai vu à l'entraînement, j'ai pensé: Madre mia!», s'est souvenu récemment l'ex-attaquant dans le magazine Twelve. L'international aux quinze sélections (2x Yougoslavie, 13x Bosnie-Herzégovine) poursuit ensuite sa carrière à Tenerife et Alavés.

Alain Geiger

Servette FC (GE)
60 ans

Image: KEYSTONE

Seul Heinz Hermann, avec 118 sélections, compte plus de capes avec la Suisse que Geiger, qui a joué 112 fois pour la Nati. En tant que libéro, il fait partie de l'équipe légendaire qualifiée pour la Coupe du monde 1994. Il participe aussi à l'Euro 1996 à la fin de sa carrière, qui a duré 20 ans. Elle l'a conduit de Sion à Saint-Etienne en France, en passant par Servette et Xamax. Geiger range ses crampons à GC, où il fait partie de la première équipe suisse à disputer la Ligue des champions. Au total, le «footballeur valaisan du siècle» (il reçoit ce titre en 2019) est devenu cinq fois champion suisse avec quatre clubs différents (Servette, Xamax, Sion, GC) et a disputé 494 matchs en LNA.

Alex Frei

FC Wil (SG)
42 ans ​

image: keystone

Alex Frei est le meilleur buteur de l'histoire de la Nati avec 42 réussites. Il a aussi été meilleur buteur de Ligue 1 (avec Rennes) et de Super League (deux fois). Avec Dortmund, il plante 34 pions en 74 matchs de Bundesliga. Oui, le Bâlois était une machine à buts. L'une de ses armes sur le terrain: la polyvalence. Il peut faire presque tout très, très bien. Après son retour en Suisse, l'attaquant souvent controversé permet au FC Bâle de remporter quatre titres de champion national d'affilée. Il prend sa retraite en 2013, à 34 ans.

Adaptation en français: Yoann Graber

Le premier café à chats de Suisse a ouvert à Zurich 😍

1 / 9
Le premier café à chats de Suisse a ouvert à Zurich 😍
source: sda / ennio leanza
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Battle: Les pâtes

Comment les grands clubs de foot maquillent leur compte. Mode d'emploi
Inscrire un bénéfice fictif de 282 millions d’euros quand on n’a pas un sou: ce serait l'exploit réalisé par la Juventus. Voici la méthode expliquée comme à un enfant.

La Juventus Turin, propriété de la famille Agnelli (groupe Fiat) et cotée en bourse, est soupçonnée d’avoir falsifié ses comptes entre 2018 et 2021, en y inscrivant des gains fictifs. Le tour de passe-passe concerne des transferts de joueurs, dont de nombreuses transactions inexistantes ou totalement surévaluées pour lesquelles la Juventus aurait produit de fausses factures. La brigade financière a perquisitionné les bureaux du club vendredi dernier.

L’article