DE | FR
image: keystone/shutterstock

A chaque match, YB a une tradition qui fait peur à ses adversaires

Young Boys reçoit Bâle ce mercredi soir en Super League (20h30). Dans ce choc au sommet, les Bernois, champions de Suisse en titre et un peu à la peine ces temps (4èmes du classement), compteront sur le fameux «YB-Viertelstunde» («le quart d'heure d'YB») pour gagner et se relancer. On décortique ce véritable mythe.
15.12.2021, 11:4515.12.2021, 12:02
Suivez-moi

Tous ceux qui sont allés voir un match de Young Boys au Wankdorf (et qui ont un minimum de sens de l'observation) l'ont remarqué. Après 74 minutes de jeu et 50 secondes très précisément, les fans bernois entament un compte à rebours. 10, 9, 8, etc. (en bärndütsch, bien évidemment) jusqu'à 0.

Quand les écrans géants du stade indiquent pile «75:00», ils entonnent en chœur une petite mélodie enjouée. En guise de seules paroles, un simple «YB-Viertelstunde» (prononcé «Ibé Firtèlchtound»). La traduction française? «Le quart d'heure d'YB».

Le «YB-Viertelstunde» célébré par les fans lors d'un match en 2009

Pas besoin d'avoir un doctorat en mathématiques pour comprendre que les supporters des «Jaune et Noir» font référence aux dernières quinze minutes à disputer. Mais pourquoi cette tradition si particulière?

Pour la comprendre, il faut remonter loin. Très loin. En avril 1910, plus précisément. Le 24 avril de cette année-là, Young Boys dispute son dernier match du championnat de Suisse centrale contre Lucerne. C'est simple: si les Bernois l'emportent, ils seront champions et pourront jouer le titre national contre les vainqueurs des autres régions.

Mais les choses ne tournent pas rond pour les footballeurs de la capitale. A 20 minutes du terme, ils sont encore menés 2-1 par de vaillants Lucernois. Et puis... la folie! YB renverse le match en inscrivant trois buts dans le dernier quart d'heure, après avoir même raté un pénalty. Victoire finale 4-2. Quatre jours plus tard, l'Association suisse de football (ASF) mentionne le «YB-Viertelstunde» pour la première fois dans son journal. C'est le début d'un mythe. Les Bernois seront ensuite champions de Suisse en battant Aarau puis Servette, à chaque fois 3-1.

Le légendaire dernier quart d'heure d'YB est redevenu un thème de discussion en 2001 lors du déménagement du club de l'ancien Wankdorf au Neufeld, l'arène de remplacement des Bernois en attendant la nouvelle enceinte. «Au Neufeld, les fans célébraient déjà le YB-Viertelstunde», rembobine Stéphane Chapuisat, attaquant de Young Boys entre 2002 et 2005 et aujourd'hui responsable du scouting. «Ils ont continué dans le nouveau Wankdorf. J'ai quitté Berne juste avant son inauguration, mais j'ai assisté à des matchs où YB y a effectivement renversé la vapeur ou forcé la décision dans ces dernières quinze minutes.»

Stéphane Chapuisat a joué pour YB entre 2002 et 2005. Il est désormais le responsable du <em>scouting </em>dans le club.
Stéphane Chapuisat a joué pour YB entre 2002 et 2005. Il est désormais le responsable du scouting dans le club. image: keystone

Steve von Bergen s'en souvient de deux en particulier. «Il y a d'abord le match qui nous a offert le titre le 28 avril 2018», se remémore l'ancien capitaine bernois. «On bat Lucerne 2-1 en marquant le but décisif lors de ce fameux dernier quart d'heure, 118 ans presque jour pour jour après le début de cette tradition.» Le Neuchâtelois, aujourd'hui en charge des jeunes défenseurs du club, associe un autre moment très fort de sa carrière au mythe: «C'était lors de mon dernier match pro, en 2019. On était déjà assurés du titre, on gagne et je marque pile à la 75e. C'était mon premier but avec Young Boys. Quel clin d'œil incroyable!», s'émeut encore aujourd'hui l'ancien international, joueur dans la capitale de 2013 à 2019.

Avant de poser ses valises à Berne en juillet 2013, Steve von Bergen connaissait déjà le «YB-Viertelstunde». Il l'avait découvert dans la peau de l'adversaire, avec les maillots de Xamax et du FC Zurich. Mais le consultant de la RTS pour les matchs de la Nati n'était pas au courant de sa signification.

«Comme je suis curieux de l'histoire et de la culture des clubs en général, j'avais posé la question à mon arrivée. C'est le chef de presse qui m'a expliqué la raison de cette tradition»
Steve von Bergen, ancien capitaine d'YB

Sur le terrain, le Neuchâtelois a pu expérimenter les effets du «YB-Viertelstunde», sorte de prophétie auto-réalisatrice:

«C'était particulièrement fort lors des années 2015 à 2018, avec Adi Hütter comme coach. On marquait souvent dans le dernier quart d'heure. On sentait les fans qui nous poussaient vraiment à ce moment-là et ça nous motivait. On a vécu des moments forts!»
Steve von Bergen

Et comme par magie, les pensionnaires du Wankdorf ont réussi à soulever le trophée de champion national au printemps 2018, 32 ans après leur dernier sacre.

Steve von Bergen jubilant après son but contre Lucerne en avril 2018, son premier avec YB et son deuxième et dernier en Super League au total.
Steve von Bergen jubilant après son but contre Lucerne en avril 2018, son premier avec YB et son deuxième et dernier en Super League au total. image: keystone

Le mythe perdure cette saison. YB a marqué plusieurs fois dans les quinze dernières minutes de ses matchs, lui permettant soit de les gagner ou, au moins, d'arracher le nul. La partie la plus mémorable à cet égard restera la victoire lors de la première journée de Ligue des champions contre Manchester United (2-1) au Wankdorf. Elle a été acquise grâce à une réussite de Jordan Siebatcheu à la... 95e minute.

«Si on bat Bâle ce mercredi soir grâce à un but dans le dernier quart d'heure, on envoie une boîte de chocolat à watson en guise de remerciements», rigole Steve von Bergen. C'est noté!

Une telle issue ferait du bien à des Bernois à la peine ces temps. Champions nationaux en titre, ils sont quatrièmes de Super League et comptent 9 points de retard sur le leader, le FC Zurich. Bâle, quant à lui, est 2e avec 6 longueurs de retard sur les Zurichois.

À quoi ressemble le casting de Harry Potter, 20 ans après?

1 / 12
À quoi ressemble le casting de Harry Potter, 20 ans après?
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Sauvetage risqué au sommet des chutes du Niagara

La carrière de Djokovic va devenir très compliquée, voire impossible
Interdit d'entrée en Australie, le Serbe est encore passible d'une suspension de trois ans. Dans l'immédiat, son statut vaccinal l'empêche de disputer la plupart des tournois. Il devra renoncer à la place de n°1 mondial et, à 34 ans, souffrira toujours plus du manque de compétition.

Ceux que les tribulations judiciaires de Novak Djokovic commençaient à lasser ne sont pas au bout de leur exaspération. A peine dans l'avion du retour, le Serbe a appris qu'il ne serait pas le bienvenu à Roland-Garros; là encore. Une enquête devra également déterminer, à plus ou moins court terme, si le champion a produit des documents falsifiés; auquel cas sa carrière sera au mieux compromise.

L’article