Société
famille royale britannique

Omid Scobie réagit aux critiques sur son livre Fin de règne

Le nouveau livre d'Omid Scobie consacré à la monarchie, Fin de règne, a provoqué un véritable tollé et des réactions très virulentes.
Le nouveau livre d'Omid Scobie consacré à la monarchie, Fin de règne, a provoqué un véritable tollé et des réactions très virulentes. montage: watson

Un «pépin» de traduction révèle le nom des «racistes royaux»

Après avoir provoqué un tollé pour son ouvrage controversé, Fin de règne, qui étrille la monarchie britannique, le turbulent chroniqueur royal Omid Scobie s'est fendu d'une poignée d'interviews pour clarifier ses intentions éditoriales. Problèmes de traduction, identité des «racistes» royaux, soupçons d'amitié avec Harry et Meghan... On fait le point.
29.11.2023, 18:4927.12.2023, 17:01
Suivez-moi
Plus de «Société»

Il s'en est passé des trucs dans la galaxie monarchie, depuis 24 heures! Reprenons nos protagonistes là où nous les avions laissés. A commencer par Omid Scobie, spécialiste de royauté connu pour son parti pris en faveur d'Harry et Meghan, qui vient de dévoiler son nouveau livre incendiaire, Fin de règne. 400 pages de critiques acerbes et d'attaques acides comme les Windsor, parues ce mardi dans leur version anglophone. Un affront qui a notamment valu le sobriquet peu reluisant de «petite fouine au visage étrangement pâle et aux sourcils épais».

On vous laisse juger de la pertinence de cette critique.

Et puis, comme un livre royal n'arrive jamais seul, est venu se glisser un léger «pépin» dans les traductions... Sitôt sur les rayons des librairies aux Pays-Bas, la version néerlandaise du bouquin a été immédiatement retirée des ventes. La faute, selon la presse britannique, à un «problème de nom».

Il semblerait en effet que la version transmise aux journalistes néerlandais pour la critique mentionne en toutes lettres l'identité des deux membres de la famille royale ayant exprimé leurs «inquiétudes» quant à la couleur de peau d'Archie, le bébé à naître d'Harry et Meghan, en 2019. Vous savez, les fameux «racistes» royaux, ceux dont on cherche à connaître l'identité depuis plus de deux ans.

Une erreur ou une différence volontaire?

Omid Scobie, lui, a toujours affirmé savoir de qu'il s'agit. Cependant, dans la version originale de son livre, il assume d'emblée ne pas révéler le nom du «haut responsable royal». La faute à la loi britannique sur la diffamation. Ce serait bête de finir au tribunal pour son propre livre.

Les éditions Xander, chargées de la diffusion aux Pays-Bas, ont confirmé au Daily Mail qu'elles avaient reçu une demande de dernière minute de la part des Etats-Unis de suspendre les ventes de la version problématique. Sans en dire beaucoup plus sur le pourquoi du comment.

«Vous avez raison, mais je ne peux pas parler des détails. Nous avons cependant reçu une demande de suspension du titre et c'est ce que nous avons fait»
Un porte-parole de l'éditeur néerlandais
Xander, au Daily Mail.

Alors autant dire que personne ne sait pourquoi une version en langue étrangère du livre nommerait un individu, quand d'autres éditions ne le font pas. Erreur de publication majeure ou différence intentionnelle, comme certains suspicieux l'affirment déjà? Tous les doutes sont permis, selon Rick Evers, mercredi, sur l'émission «Good Morning Britain».

Comme le rappelle le journaliste néerlandais, qui a eu accès à la version retirée du marché: «Ils disent que c'était un problème de traduction (...). J'ai envie de dire: comment peut-on mal traduire un nom? Je ne peux pas croire que ce soit une erreur de traduction. J'ai lu le livre et j'ai vu que certains passages manquaient dans la version anglaise.»

«Donc quelque chose a été effacé lors des travaux qui ont été effectués sur le livre néerlandais»
Le journaliste Rick Evers, sur l'émission «Good Morning Britain».

Interrogé mardi soir sur une chaîne de télé, Omid Scobie, lui, se lave les mains de ces problèmes de version. «Le livre est en plusieurs langues et malheureusement, je ne parle pas néerlandais», se dédouane-t-il avec un sourire candide et les épais sourcils innocemment arqués.

«Mais s'il y a des erreurs de traduction, je suis sûr que les éditeurs s'en occuperont. J'ai écrit et édité la version anglaise. Aucune version que j’ai produite ne contient de noms»
Omid Scobie, au média néerlandais RTL Boulevard.
Peut-être que vous, en revanche, vous parlez le néerlandais.
Peut-être que vous, en revanche, vous parlez le néerlandais.image: rtl boulevard

Harry et Meghan, les informateurs?

Les médias néerlandais ne sont pas les seuls à avoir discuté du brûlot royal avec Omid Scobie. Comme tout écrivain qui se respecte, le Britannique s'est lancé dans une intense tournée de relations publiques pour la promo de Fin de règne. Une tournée qui l'a conduit jusque sur la côte ouest des Etats-Unis.

Omid Scobie a fait un saut aux Etats-Unis pour quelques interviews et une tournée de lecture.
Omid Scobie a fait un saut aux Etats-Unis pour quelques interviews et une tournée de lecture.image: instagram

Le magazine Vanity Fair a notamment publié ce mercredi un entretien où l'écrivain de 42 ans éclaircit sa position par rapport à la famille royale. Malgré ses critiques au vitriol contre les Windsor, le correspondant se défend de toute volonté abolitionniste. Son projet est autrement plus noble:

«Ce livre est un regard très important sur l'état actuel de la famille royale britannique. Il est écrit d'une manière que personne n'a jamais fait auparavant, à un moment que je considère comme plus important que jamais»
Omid Scobie, dans Vanity Fair.

Et encore une fois, il insiste: «J'espère que les gens comprendront que malgré toute cette couverture médiatique, ce n'est pas un livre sur Harry et Meghan.»

Justement, en parlant des Sussex... Alors que son récit fourmille de détails sur les coulisses royales, ses «copains» n'auraient-ils pas profité de lui souffler quelques secrets? «Non», insiste Omid Scobie auprès du Evening Standard, ajoutant qu'«il y a suffisamment de gens autour d'eux et dans leur orbite qui connaissent les tenants et les aboutissants des choses».

Cela dit, l'auteur ne cache pas avoir déjà rencontré Meghan. La duchesse lui aurait notamment téléphoné pour savoir s'il se portait bien, après une série d'attaques sur le web. Combien de fois l'a-t-il rencontrée? Pas beaucoup, affirme Scobie au Evening Standard, non sans se dire «fatigué» par ces histoires de copinage.

«Peu importe le nombre de fois où j'explique que je ne suis pas son ami... il y aura toujours un million de personnes qui m'appelleront 'le pote de Meg'»
Omid Scobie, au Evening Standard.

Et en guise de preuve de sa bonne foi, le journaliste a même osé les critiquer un peu. Il décrit ses chouchous comme «impatients» et «emportés», ce qui n'a pas aidé les négociations au moment de leur départ de la famille royale, en 2020. Eh beh. Cerise sur le gâteau, l'impertinent formule également un conseil de relations publiques à Harry: arrêter de voyager en jet privé alors qu'il défend une initiative de voyage durable.

Mouais... Peut mieux faire, comme preuve de neutralité journalistique. Même Meghan, connue pour ne pas posséder un sens de l'autodérision surdéveloppé, devrait se remettre de cet affront.

En attendant, nous, il nous faut toujours attendre vendredi pour découvrir la version française de Fin de règne. Cette fois, pas sûre que le nom des «racistes» royaux traîne quelque part entre les pages. Mais allez savoir. Avec Omid Scobie, nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

Meghan Markle et son fashion show en Allemagne
1 / 10
Meghan Markle et son fashion show en Allemagne
La duchesse a fait une véritable déclaration de mode cette semaine en Allemagne.
source: wireimage / samir hussein
partager sur Facebookpartager sur X
Les gardes de Charles III ont du mal avec la chaleur
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
La marque de Federer a une stratégie «géniale» et elle implique Zendaya
La marque de Roger Federer vient de réaliser un gros coup: Zendaya est devenue l'ambassadrice de la griffe zurichoise, connue pour ses chaussures de sport. On s'ouvre de nouveaux horizons.

On (la marque) met les petits plats dans les grands: Zendaya a été choisie comme ambassadrice. Un gros coup pour la marque fondée à Zurich en 2010 par Caspar Coppetti, Olivier Bernhard, David Allemann, qui compte comme principal actionnaire Roger Federer. L'actrice se montre enchantée de faire partie de la famille.

L’article