Société
prince harry

Harry risque de perdre son visa américain la semaine prochaine

Cocaïne, marijuana, champignons hallucinogènes... Le turbulent prince Harry n'a jamais fait mystère de sa consommation de drogues.
Cocaïne, marijuana, champignons hallucinogènes... Le turbulent prince Harry n'a jamais fait mystère de sa consommation de drogues.montage: watson

Le visa américain de Harry est en danger

Décidément, les troubles judiciaires du prince se suivent... et ne se ressemblent pas.
02.06.2023, 06:1307.06.2023, 09:13
Suivez-moi
Plus de «Société»

Dure semaine pour le pauvre, pauvre prince Harry! Au milieu des rumeurs sur ses déboires conjugaux, et alors qu'il s'apprête à s'envoler pour trois jours d'audience au Royaume-Uni, les inquiétudes du duc de Sussex vont devoir se porter sur un tout autre terrain: son visa américain.

Coke, champis et tralala

Souvenez-vous. En mars dernier, dans la foulée de la publication de ses mémoires, nous vous faisions déjà part des sérieuses répercussions administratives que pourraient avoir les révélations d'Harry sur ses «bêtises» de jeunesse.

Si vous ne vous êtes pas farci son bouquin de 600 pages, voici ce qu'il vous faut savoir. Pour la faire courte, le prince confessait notamment avoir consommé de la cocaïne à l'âge de 17 ans, «répliqué» l'expérience à plusieurs reprises, goûté à la saveur des champignons hallucinogènes ou fumé du cannabis encore récemment, juste après son premier rendez-vous avec Meghan, en 2017.

Sans oublier son interview récente avec un médecin et fervent partisan de la dépénalisation des drogues, le dr. Maté, dans laquelle Harry clame tout le bien qu'il pense de son expérience de l'ayahuasca, un puissant psychédélique.

Ces confessions n'ont pas manqué de taper dans l’œil de l'«Heritage foundation», un important groupe de réflexion conservateur basé à Washington. Une organisation curieuse de savoir, désormais, si le prince Harry mérite vraiment de gambader joyeusement sur le sol de sa nouvelle patrie.

Une audience à haut risque

Si êtes familier avec les prises de tête administratives qu'implique l'entrée sur le territoire américain, vous n'êtes pas sans savoir qu'une des nombreuses questions de demande de visa concerne la prise de stupéfiants illégaux. En bref, chaque candidat doit confirmer si, «oui» ou «non», il a déjà «abusé» ou «été dépendant» de la drogue par le passé.

Si cocher «oui» n'implique pas forcément une interdiction automatique d'entrée aux Etats-Unis à vie, cela peut entraîner le refus d'un visa américain. Une mésaventure vécue par Amy Winehouse, en 2008, et qui l'a privée de Grammy Awards.

Aujourd'hui, c'est la réponse d'Harry à cette question et son «immense intérêt public» qui intrigue tout particulièrement l'Heritage foundation. A-t-il sciemment menti? Cela pourrait lui coûter très cher.

«Toute malhonnêteté dans sa demande d'immigration équivaudrait à un parjure, une infraction pénale aux Etats-Unis»
Nile Gardiner, membre de The Heritage Foundation, dans une chronique pour le Daily Telegraph.

Pour forcer le gouvernement américain à desceller les dossiers d'immigration du royal de 38 ans, le groupe de réflexion a porté l'affaire devant un juge fédéral. L'audience se tiendra le 6 juin prochain.

Un retour à la maison?

Peut-on donc s'attendre à l'expulsion de Harry des Etats-unis, voire à son retour sur ses terres natales? L'idée a déjà effleuré des proches du roi Charles et du prince William cette semaine, alors que des spéculations sur une crise de couple avec Meghan vont bon train.

C'est peu dire que les royals britanniques ne se réjouissent pas tellement de cette perspective.

«Le retour de Harry au Royaume-Uni et la recherche d'un emploi pour lui seraient un véritable cauchemar»
Un proche du prince William, au Daily beast.

Il en faudrait plus pour décourager Harry. Le prince traversera justement l'Atlantique la semaine prochaine, pour comparaître devant la Haute Cour de Londres, dans le cadre de sa plainte contre l'éditeur du Daily mirror. Cette audience fait de lui, selon le Telegraph, le premier membre de la famille royale britannique à témoigner devant un tribunal depuis le 19e siècle.

Sur le procès qui se joue en ce moment au Royaume-Uni...

Selon toute vraisemblance, Harry fera le voyage seul, comme début mai, pour le couronnement de son père, et fin mars, pour une autre affaire judiciaire en cours. Meghan, quant à elle, devrait profiter des joies et du soleil de la Californie, en compagnie de leurs deux enfants.

Reste à savoir si le duc de Sussex tentera de combler sa solitude en prenant contact avec les autres membres de la famille royale. Une chose est déjà sûre: son père va manquer le passage du fiston prodigue dans le royaume. La semaine prochaine, il est déjà prévu que Charles III prenne du bon en Transylvanie, où il possède moult propriétés.

33 images générées par IA délicieusement bizarres
1 / 37
33 images générées par IA délicieusement bizarres
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Si je te vois, je t'étripe»: elle vit un enfer à cause de Netflix
Miranda Derrick, la star de TikTok au cœur du docu-série Netflix Danse avec le Diable, assure recevoir des messages haineux et des menaces de mort.

Miranda Derrick, l'une des protagonistes au cœur de la série à succès Danse avec le Diable, diffusé sur Netflix depuis le 29 mai, a saisi lundi ses réseaux sociaux.

L’article