DE | FR
Mattia Croci-Torti et le FC Lugano tenteront de remporter la Coupe de Suisse dimanche face à Saint-Gall.
Mattia Croci-Torti et le FC Lugano tenteront de remporter la Coupe de Suisse dimanche face à Saint-Gall. image: keystone

Croci-Torti, le coach qui a mené Lugano du chaos à la finale de Coupe

Le FC Lugano affronte Saint-Gall dimanche en finale de Coupe de Suisse à Berne (14h00). A sa tête, un technicien de 40 ans originaire de Chiasso, nommé dans la gabegie totale l'été dernier, qui a su redresser l'équipe grâce à ses qualités humaines. Portrait.
14.05.2022, 18:0815.05.2022, 10:15
jonathan amorim

Le FC Lugano défiera le FC Saint-Gall dans le cadre de la finale de la 97ème édition de la Coupe de Suisse, ce dimanche à 14h00. Une compétition que les Tessinois n'ont plus remportée depuis 1993. À leur tête, on retrouve un «Chiassesi» (originaire de la ville rivale de Chiasso), qui a su se faire apprécier par tout un canton grâce à son travail mais également ses qualités humaines. Retour sur le parcours d'un joueur humble et d'un coach passionné.

«C'est fou comme on se sent plus léger sans protège-tibias.»
«C'est fou comme on se sent plus léger sans protège-tibias.» image: keystone

Une grosse blessure et une infidélité

Mattia Croci-Torti voit le jour le 10 avril 1982, à Chiasso, dans l'extrême sud du canton (et du pays). Il rejoint rapidement le club local avant de tenter sa chance du côté de GC, en moins de 21. Une terrible blessure l'éloigne d'une carrière en Suisse alémanique, où il développe néanmoins quelques qualités qui lui seront utiles plus tard, comme la maîtrise de l'allemand.

Il revient alors dans son jardin, le Tessin, pour embrasser une carrière honorable de latéral droit, principalement en Challenge League. Entre 2002 et 2014, il porte les couleurs de Malcantone Agno, de Lugano, de Biasca, de Mendrisio avant de revenir à la maison, à Chiasso. Entre-temps, il commet une petite infidélité au Tessin en évoluant pour Wil. Un parcours qui lui permet d'afficher à son compteur plus de 197 matchs de Challenge League et lui assure une notoriété dans tout le Tessin.

Pas le genre à défendre les mains dans les poches.
Pas le genre à défendre les mains dans les poches. image: keystone

Pour Giacomo Notari, journaliste tessinois de blue Sports et rédacteur en chef de Proxifoot, la célébrité locale de Croci-Torti est l'un des éléments qui expliquent le succès actuel du technicien:

«Mattia Croci-Torti est un homme respecté et apprécié par tout le canton. Il fait l'unanimité à Lugano alors qu'il est originaire de Chiasso. Cela en dit long sur les qualités humaines et sportives du personnage»
Giacomo Notari, journaliste tessinois

Le Tessinois met un terme à sa carrière de joueur en 2014 et passe tout de suite de l'autre côté de la ligne de touche. Il devient assistant à Chiasso puis à Lugano, où il parfait ses gammes jusqu'à en devenir l'entraîneur principal l'été passé. Il se dira alors «heureux d'avoir la chance d'être nommé entraîneur ici et pleinement motivé».

Un gringo, un champion du monde et un ciment local

La nomination de Mattia Croci-Torti à la tête du FC Lugano s'est fait dans un contexte particulier, voire chaotique. L'été passé, le club est racheté par l'Américain Joe Mansueto, propriétaire également du club de MLS Chicago Fire, où joue Xherdan Shaqiri. On craint alors pour l'avenir du club du Cornaredo: deviendra-t-il un énième club ferme de ces multinationales du football, qui investissent de plus en plus ce sport?

Les nouveaux propriétaires se veulent rassurants. Mais après cinq matchs seulement, ils se séparent du coach alors en place, choisi par des Brésiliens – qui s'étaient engagés à reprendre le club juste avant les Américains, mais dont le rachat a capoté: le légendaire Abel Braga, plus de 20 titres à son palmarès avec Flamengo, Fluminense ou encore Porto Alegre, avec qui il a été sacré champion du monde des clubs en 2006.

La situation est rocambolesque, mais elle s'éclaircit quand les dirigeants nomment l'un des assistants de l'Auriverde pour assurer l'intérim, Mattia Croci-Torti, au club depuis de nombreuses années. «C'était l'opportunité de sa vie», explique Giacomo Notari.

«Une opportunité méritée, car il a toujours été dans l'ombre, étant l'assistant de Pierluigi Tami, Fabio Celestini, Guillermo Abascal, Maurizio Jacobacci puis Abel Braga. De plus, il était déjà apprécié et respecté de tous au club.»
Giacomo Notari

Mickaël Facchinetti, latéral du FC Lugano, confirme:

«La transition a été naturelle. Mattia était déjà apprécié par le groupe et il a gagné son respect directement»
Mickaël Facchinetti, joueur du FC Lugano
Un coach proche de ses joueurs.
Un coach proche de ses joueurs. image: keystone

Les résultats suivent également rapidement et Lugano se retrouve à jouer les premiers rôles. Une situation inattendue, tant le début de saison a été troublé par le contexte extra-sportif.

«En début de saison, on ne savait pas trop où allait le club. Avec le rachat, le changement d'entraîneur, on s'attendait plus à une saison dans la lutte pour le maintien. Mais Mattia Croci-Torti a très bien géré son groupe et a travaillé dans la continuité, avec l'humilité nécessaire qui le caractérise. »
Giacomo Notari

Le coach tessinois a aussi permis aux supporters de garder une part d'identification au club, après le rachat américain. Une identification qui ne fait pas tout dans le football, mais qui aide à garder une proximité entre les fans et le club. Le directeur technique du FC Lugano, Georg Heitz, ne disait rien d'autre en décembre dernier quand il affirmait que «la population doit se retrouver dans le projet. Sinon, nous échouerons».

<em>Ticinese smile</em>.
Ticinese smile. image: keystone

Grinta et Stan Smith

Le succès du club tessinois peut également s'expliquer par l'ADN du club. Proche culturellement et géographiquement de l'Italie, le FC Lugano transpire les valeurs du «calcio». Qualifiés de joueurs défensifs par certains, les Tessinois transmettent une image d'équipe combattive, difficile à jouer et qui mise sur sa solidité. Le tout agrémenté d'une certaine passion bien latine que transmet le coach à son groupe, comme en témoigne Mickaël Facchinetti :

«Mattia Croci-Torti nous transmet toute sa grinta. Il a su garder le dialogue avec ses joueurs. C'est une de ses forces. Il est très proche de ses hommes et il n'a pas forcément besoin de mettre des distances»
Mickaël Facchinetti

Des qualités humaines qui collent parfaitement aux valeurs du club. Mattia Croci-Torti n'a par ailleurs pas révolutionné le football du FC Lugano en arrivant à sa tête. Après plusieurs années comme assistant, il a fait le choix de la continuité. Et ça fonctionne: «Mattia Croci-Torti n'a pas vraiment modifié le style de jeu du FC Lugano, valide Giacomo Notari. Au contraire, il a misé sur la continuité en se basant sur les forces de ses hommes. Il a été très fort jusqu'à présent dans la gestion de son groupe et dans ses choix.»

Après sa carrière d'entraîneur, celle de capo des ultras?
Après sa carrière d'entraîneur, celle de capo des ultras? image: keystone

Si la continuité fonctionne, c'est aussi parce que le groupe est soudé. Mickaël Facchinetti, au club depuis 2020, n'en a jamais connu d'aussi solidaire:

«On a un très bon groupe, avec un mélange de cultures mais également de générations. C'est très rare de vivre ça dans le monde professionnel. Dans ma carrière, c'est la première fois que ça m'arrive. C'est en partie grâce à la stratégie de continuité du club et au travail du coach.»
Mickaël Facchinetti
«Prêts pour un p'tit jeu du mouchoir, les gars?»
«Prêts pour un p'tit jeu du mouchoir, les gars?» image: keystone

A la tête de cette joyeuse bande, un chef d'orchestre qui préfère nettement la combo Stan Smith-jeans-casquette aux costumes. On peut voir dans ce choix le reflet de l'humilité du technicien du Cornaredo, où sa simplicité est appréciée:

«C'est un entraîneur qui prend le temps de venir saluer le public à la fin des matchs. Tout le monde le connaît et l'apprécie. Il ne se prend pas pour quelqu'un qu'il n'est pas. Il a les pieds sur terre et son comportement avec la presse est également exemplaire. On a vraiment l'impression qu'il est là pour aider le club et pas uniquement pour sa carrière.»
Giacomo Notari

Un canton entier contre des taureaux

Les bons résultats de l'équipe ces derniers mois nourrissent des grandes ambitions et attentes à Lugano. Ce dimanche, on espère y soulever un trophée, une première depuis 1993. Et Mattia Croci-Torti est le premier à être excité par cette idée. L'homme fort du FC Lugano revient régulièrement en conférence de presse sur cette compétition.

«La Coupe est un objectif qui nous a été présenté dès le début de saison. Le coach est très motivateur et son discours a été entendu»
Mickaël Facchinetti

Le FC Lugano a reçu 12'000 billets au Wankdorf. 10'000 auraient déjà trouvés preneurs. Giacomo Notari a le sien et il espère que cette finale sera celle de la ville de Lugano mais également celle de tout un canton: «Ce serait sympa de voir des gens de Bellinzone ou de Chiasso avec nous. Je pense que Mattia Croci-Torti a le profil pour unifier le canton derrière notre équipe.»

À l'image du FC Sion en Valais, le FC Lugano arrivera-t-il à rassembler tout le Tessin derrière lui?
À l'image du FC Sion en Valais, le FC Lugano arrivera-t-il à rassembler tout le Tessin derrière lui? image: keystone

Réponses dimanche à Berne, en tribunes tout d'abord, où les supporters luganais feront face à l'habituelle nombreuse et bruyante cohorte saint-galloise, elle aussi sevrée de titres depuis très longtemps (2000). Sur le terrain ensuite, où la troupe de Croci-Torti en découdra avec celle de Peter Zeidler, biberonnée à l'«école Red Bull», celle du pressing et du jeu offensif. On se réjouit de voir cette opposition de style, tout comme l'effervescence dans les gradins!

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

26 abominables plats préparés par des criminels culinaires

1 / 29
26 abominables plats préparés par des criminels culinaires
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Faire du catch féminin en Suisse romande? C'est possible!

0 Commentaires
Votre commentaire
YouTube Link
0 / 600
Rafael Nadal souffre d'une maladie rare, d'origine inconnue
L'Espagnol endure de violentes douleurs au pied gauche depuis 18 ans. Après avoir envisagé le surentraînement et l'usure, des experts lui ont trouvé une maladie dégénérative grave.

Rafael Nadal n'a pas mis longtemps à comprendre ce qui lui arrivait. Il a d'abord dissimulé son visage derrière une main couverte de sparadraps, en mode survivor, puis la vérité est apparue au grand jour (même si c'était la nuit, certes), dans tout son être: le regard était terriblement las, la démarche lourde, le rictus triste; très triste.

L’article