DE | FR
 Le Suisse Denis Zakaria (à droite) et l'Italien Domenico Berardi n'ont pas réussi à se départager vendredi soir à Rome.
Le Suisse Denis Zakaria (à droite) et l'Italien Domenico Berardi n'ont pas réussi à se départager vendredi soir à Rome. Image: KEYSTONE
Nati

La Nati fait 1-1 en Italie et garde un espoir de qualif directe

La Suisse n'a rien volé à Rome. La route directe vers le Qatar est toujours ouverte pour la Suisse. Elle a cueilli à Rome le point de l'espoir face à l'Italie (1-1) dans une rencontre qu'elle a su emballer magnifiquement.
12.11.2021, 23:2113.11.2021, 14:45
Team watson
Team watson
Suivez-moi

La Nati est allée faire match nul 1-1 à Rome vendredi soir. Cette «finalissima» a épousé un scénario bien improbable en fin de rencontre. L'arbitre Anthony Taylor a, avec l'aide de la VAR, accordé un penalty à l'Italie pour une faute d'Ulisses Garcia sur Domenico Berardi. Mais comme en septembre dernier, Jorginho ne le transformait pas. A Bâle, Yann Sommer avait deviné les intentions du joueur de Chelsea. A Rome, le malheureux Jorginho a expédié sa frappe de la 90e minute dans les étoiles.

La Suisse sait ce qu'elle doit faire contre la Bulgarie

Pour éviter la case des barrages, la Suisse doit remonter les deux buts de retard qu'elle accuse sur l'Italie lundi lors de la dernière journée. Elle recevra la Bulgarie à Lucerne alors que la Squadra Azzurra se déplacera en Irlande du Nord où l'on ne gagne que très rarement très largement. Privée d'un sixième titulaire en puissance en raison de la suspension de Manuel Akanji, la Suisse devra réussir un véritable festival offensif pour se qualifier directement pour la phase finale de la Coupe du monde 2022. On l'en croit capable si Xherdan Shaqiri et Noah Okafor témoignent à Lucerne du même brio qu'à Rome.

Les deux Bâlois furent les meilleurs atouts d'une équipe qui repart de Rome avec la fierté d'avoir pu regarder les yeux dans les yeux la meilleure équipe d'Europe.

Un but magnifique

La Suisse était vraiment prête pour cette finalissima, comme l'avait promis la veille Murat Yakin. Dans un Olimpico incrédule, Xherdan Shaqiri et ses coéquipiers ont attaqué ce match comme des morts de faim pour ouvrir le score à la 11e minute presque le plus logiquement du monde même si l'adversaire en face était bien le champion d'Europe en titre. Sur une longue ouverture de Shaqiri, Noah Okafor trompait Francesco Acerbi pour offrir un ballon en or à Silvan Widmer dont la frappe de mule ne laissait aucune chance à Gianluigi Donnarumma. Avec ce but, l'Argovien a rappelé à toute l'Italie qu'il fut un très bel acteur du Calcio sous les couleurs de l'Udinese.

La Suisse devait encore se créer trois belles possibilités pour doubler la mise, dont la plus belle à la 18e minute fut pour Shaqiri sur un nouveau service d'Okafor. Seulement, le ballon est venu sur le pied droit du capitaine qui n'a pas été capable de cadrer. Complètement dépassée en ce début de rencontre, la Squadra Azzurra pouvait enfin relever la tête à la 22e minute avec une frappe presque à bout pourtant de Nicolo Barella détournée par Yann Sommer.

Auteur d'un véritable miracle sur cette action, le Bâlois était bien plus malheureux à la 36e minute. Il sortait à vide sur un centre de Lorenzo Insigne pour permettre à Giovanni Di Lorenzo d'égaliser. C'est Fabian Schär qui avait commis la faute qui a amené ce coup-franc fatal. Avec aucun temps de jeu à Newcastle depuis la fin août, le Saint-Gallois fut le maillon faible de cette équipe de Suisse emballante. Comme on pouvait le redouter, l'absence de Nico Elvedi était bien la pesante pour Murat Yakin.

Une solidarité sans faille

A la reprise, Roberto Mancini était le plus prompt à jouer la carte du coaching avec les introductions à la 58e minute de Sandro Tonali et de Domenico Berardi. Murat Yakin, pour sa part, attendait la 69e pour lancer Ulisses Garcia à la place de Ricardo Rodriguez et... Kastriot Imeri pour Renato Steffen. La confiance accordée au Servettien renforce encore ce sentiment que Murat Yakin est un sélectionneur presque atypique et qui, surtout, n'a peur de rien. Comme lancer dans la grande bataille un néophyte dont le club reste sur une série noire de six défaites de rang...

Imeri est entré alors que la Suisse traversait son moment le plus délicat de la soirée. Elle ne parvenait plus vraiment à tenir le ballon. Elle payait aussi le tribut à des erreurs individuelles qui plombaient vraiment son jeu. Mais elle a toujours pu s'appuyer sur une solidarité sans faille pour tenir jusqu'au coup de sifflet final ce résultat nul qui l'aurait laissé en vie dans cette lutte pour la première place du groupe.

Le classement du groupe avant le dernier match lundi

A la 80e minute, Murat Yakin ne faisait plus mystère de ses intentions. Il sortait Okafor et Shaqiri pour fermer encore davantage la boutique avec Fabian Frei et Djibril Sow. Avant, sans doute, de pousser un immense ouf de soulagement après le nouveau penalty raté de Jorginho. (ats/yog)

Les réactions des joueurs 💬

Kastriot Imeri et Yann Sommer au micro de la RTS

«C'était un rêve de gosse, c'est une date qui représente énormément. Je suis très content!»
Kastriot Imeri, milieu de la Nati, sur sa première sélection
«Il fallait bien serrer dans l'axe et défendre au maximum. Je suis renté avec une détermination à 100%. Il fallait d'abord défendre et ensuite attaquer»
Kastriot Imeri
«C'est un bon point, on est heureux avec. Parce qu'il y a eu le pénalty et des occasions pour l'Italie. Même si en première mi-temps, on a eu des occasions pour marquer le deuxième»
Yann Sommer, gardien de la Nati
«Oui (rires). J'ai essayé de rentrer dans sa tête. Il a trop réfléchi. Peut-être qu'il a trop pensé à son échec à Bâle»
Yann Sommer, sur le pénalty raté par Jorginho
«On peut y croire (à la qualification directe). L'Italie n'a pas un match simple en Irlande du Nord. On va faire une belle performance contre la Bulgarie à la maison et après on verra»
Yann Sommer

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Le marathon de New York, en images

1 / 12
Le marathon de New York, en images
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin comme cochon: Les anniversaires

La fiancée de Ronaldo raconte sa vie, attention les vélos!
Dans Je suis Georgina, la mannequin argentine nous emmène dans le monde des nouveaux riches. Mieux: dans la maison de Cristiano, son fiancé, où elle s'est perdue en allant chercher un verre d'eau. Que d'aventures...

En préambule, l'héroïne (il faut le dire vite) de la nouvelle série Netflix nous glisse: «Beaucoup connaissent mon nom, mais très peu savent qui je suis vraiment». Oserons-nous l'avouer? Nous n'avions pas l'honneur de la connaître.

L’article