DE | FR
Le club rhénan a fait un recrutement utile et intelligent cet été, sous la houlette de son nouveau boss David Degen.
Le club rhénan a fait un recrutement utile et intelligent cet été, sous la houlette de son nouveau boss David Degen.
Image: Shutterstock
Analyse

Le succès du FC Bâle récompense son parfait mercato

Dauphin du FC Zurich en Super League, engagé en Conference League et en Coupe de Suisse, le FCB brille sur tous les tableaux grâce à un mercato finement orchestré. Décryptage avec le scout professionnel Oliver Zesiger.
17.09.2021, 11:5719.09.2021, 17:10
Jonathan Amorim
Suivez-moi

Avant de devenir propriétaire du FC Bâle en mai dernier, David Degen dirigeait (avec son frère Philipp) une société de management sportif. Cette expérience lui a offert des outils et un réseau qu'il a déjà mis au profit du club durant le dernier mercato rhénan, particulièrement mouvementé et intéressant.

Pour en comprendre les contours et le mécanisme, nous avons sondé Oliver Zesiger, scout professionnel et responsable des recherches et des données en Suisse pour le jeu de simulation «Football Manager».

Zesiger n'est pas toujours en tribune pour observer des joueurs.
Zesiger n'est pas toujours en tribune pour observer des joueurs.

1. La patte des frères Degen et de SBE Management 👔

«Nous ne sommes pas uniquement des consultants, nous sommes des managers professionnels!» Le slogan de SBE Management, une société spécialisée dans la gestion de carrière et donc par définition dans les transferts, permet de mieux saisir la riche expérience de David Degen. Une expérience qu'il met désormais au service du FCB, selon Zesiger.

«En arrivant au club, David Degen a certainement fait une analyse financière et sportive de la situation. Il en est, je pense, arrivé à la conclusion que la meilleure stratégie à court terme pour ce mercato était de travailler sur des prêts de jeunes joueurs talentueux avec option d'achat. Un phénomène courant dans le football et dans les grands clubs qui ne peuvent pas offrir le temps de jeu nécessaire à leurs jeunes joueurs».

Une stratégie qui a notamment abouti aux arrivées en prêt (avec option d'achat) de Sebastiano Esposito (19 ans, Inter Milan), Joelson Fernandes (18 ans, Sporting Portugal) et Tomas Tavares (20 ans, Benfica Lisbonne). Des joueurs qui ont également été recrutés pour compenser un manque à l'interne.

«Le centre de formation de Bâle sera certainement l'un des chantiers à long terme de David Degen. Le club ne fournit plus autant de talents qu'auparavant et il a opté pour la solution des prêts, une stratégie à court terme qui permet de combler les lacunes dans son effectif à moindre coût».

On peut légitimement imaginer qu'à long terme, l'expérience du nouveau dirigeant bâlois placera le club rhénan dans une position de club revendeur, mettant en valeur des jeunes du cru, mais également des talents du monde entier. Avec, certainement, l'aide et l'expertise de son frère et de son ancienne agence, qui ne seront certainement jamais bien loin.

2. La recrue estivale : Sebastiano Esposito 💥

Auteur déjà de cinq buts en quatre matchs de Super League cette saison, l'Italien marche sur le championnat de Suisse. Valorisé à six millions d'euros par Transfermarkt, le joueur qui appartient à l'Inter de Milan entre dans un schéma bien particulier. Oliver Zesiger:

«Sebastiano est à Bâle dans le cadre de ce qu'on appelle la post-formation. Après avoir terminé son cursus au centre de l'Inter et avoir effectué une première saison en prêt en Italie, le fait de rejoindre un club étranger qui joue en première division et les compétitions européennes va lui permettre de franchir un palier supplémentaire».

Franchir un palier et forcément prendre de la valeur. C'est d'ailleurs ce que cherche son employeur, l'Inter Milan, afin de pouvoir le rapatrier ou le vendre. Son profil est par ailleurs très intéressant.

«Esposito est le joueur qui, à seulement 19 ans, peut emmener le FC Bâle très loin cette saison. C'est le joueur du futur, il bouge beaucoup, marque et fait marquer. Il est très complet et dans ce rôle de neuf et demi, il peut faire beaucoup de dégâts, que ce soit en championnat ou en coupe d'Europe».
Esposito est en Suisse depuis seulement un mois et il possède déjà une compil' YouTube de plus de trois minutes. Fort.

3. L'autre recrue phare : Jordi Quintilla ⚽

C'est le transfert qui sort un peu du schéma annoncé précédemment. L'espagnol, âgé de 27 ans, est le seul joueur de plus de 21 ans à avoir rejoint le FC Bâle cet été.

Quintilla a convaincu, sur et en dehors du terrain, les nouveaux dirigeants du club bâlois
Quintilla a convaincu, sur et en dehors du terrain, les nouveaux dirigeants du club bâlois
Image: Keystone

Footballeur confirmé, passé par la Masia du FC Barcelone puis par l'Amérique du Nord, il a explosé ces dernières saisons au FC Saint-Gall. Selon notre scout professionnel, ce sont les qualités sportives, mais également humaines qui ont convaincu le club rhénan.

«Jordi était le capitaine à Saint-Gall, c'est un leader sur le terrain. De plus, il parle très bien allemand. C'est un profil dont avait besoin le FC Bâle. Il est très complémentaire à Taulant Xhaka dans l'entre-jeu, car il relance très vite le ballon vers l'avant. Il anticipe également très bien les passes et c'est un excellent récupérateur. C'est lui aussi qui anime les transitions défense-attaque de manière très dynamique, ce qui est important contre des blocs bas, comme c'est souvent le cas dans notre championnat. D'ailleurs, depuis sa blessure, le jeu bâlois est très lent et ça s'est ressenti à Lugano (match nul 1-1)».

4. Les autres pépites arrivées cet été 👼

Le FC Bâle a fait signer plusieurs autres joueurs bien connus des adeptes du jeu Football Manager. Des jeunes footballeurs très talentueux qu'on a même été surpris de voir débarquer à Bâle cet été. Rapide tour d'horizon avec Oliver:

  • 🇫🇷 Andy Pelmard, 21 ans, OGC Nice: «Il peut jouer dans l'axe ou à gauche. Option d'achat faible à un peu moins de 2 millions d'euros, le risque est donc minime pour un joueur déjà international junior en France».
  • 🇨🇦 Liam Millar, 21 ans, Liverpool: «Le FC Bâle avait besoin de ce type de profil: rapide et qui prend les espaces, car Frei et Stocker n'ont plus le coffre pour le faire».
  • 🇳🇱 Wouter Burger, 20 ans, Feyenoord: «Un milieu de terrain très grand et très technique. Typiquement le genre de joueur qui peut faire la différence dans des matchs contre YB par exemple».
  • 🇵🇹 Tomas Tavares, 20 ans, Benfica: «Il vient pour concurrencer Petretta à gauche. Il est talentueux et pourrait devenir titulaire en cours de saison».
  • 🇵🇹 Joelson Fernandes, 18 ans, Sporting: «Un très très gros talent qui n'avait pas le temps de jeu nécessaire au Sporting. Son club a estimé qu'il était mieux pour son joueur de s'aguerrir avec des adultes au FC Bâle qu'avec les M23 du club».
  • 🇨🇭 Dan Ndoye, 21 ans, OGC Nice: «Bâle le suit depuis longtemps. Il est Suisse et expérimenté, une recrue idéale qui connait notre championnat. De plus, il est également rapide, technique et prend la profondeur».

5. La gestion des départs 👋

Si les arrivées au club ont impressionné les observateurs du football, la gestion des départs a également été saluée. Toutefois, selon notre expert des coulisses du football, cette gestion est à relativiser et relève également de la situation économique actuelle.

«Dans le cas de Cabral, tout le monde était persuadé au club qu'il allait partir. Cependant, le FCB n'a pas reçu d'offres qui correspondaient à ses attentes (15 millions d'euros). Selon les rumeurs, la dernière offre reçue aurait été de 12 millions, de la part du Royal Antwerp en Belgique. Cas de figure similaire pour Kasami, à qui il ne reste qu'un an de contrat. Si le club avait reçu une offre respectable de la part de l'Olympiakos, je pense qu'il serait parti. Dans ces deux exemples, je pense que la crise économique actuelle a joué un rôle. Dans une conjoncture normale, le FCB aurait reçu des offres suffisantes».

Les Bâlois ont pu garder leurs meilleurs éléments et construire un effectif entre anciens et nouveaux, entre expérience et talent. Un effectif uniquement amputé par le départ de Silvan Widmer cet été à Mayence en Bundesliga:

«Dans le cas de Silvan, le club ne pouvait pas le retenir. Il a toujours été exemplaire. De plus, il ne lui restait qu'un an de contrat. Le priver de Bundesliga aurait été terrible. La valeur du transfert, 2,5 millions d'euros, me parait correcte. Surtout pour un club comme Mayence, qui n'est pas connu pour faire des folies».

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Le FC Sion devra porter une certaine idée du «caractère valaisan»

Nonante minutes, voilà ce qu’il reste au FC Sion pour tenter d’attraper les barrages et espérer évoluer en Super League la saison prochaine. Son sort sera connu ce soir.

C'est maintenant au FC Sion de sauver sa place en Super league et de porter une certaine idée du «caractère valaisan». Ce soir, les Sédunois reçoivent Bâle à Tourbillon, tandis que Vaduz défend son petit point d'avance à Zurich (début des matches à 20h30).

Les différents scénarios possibles:

❌ Sion perd => Sion est relégué

❌ Vaduz gagne => Sion est relégué

❌ Sion fait match nul et Vaduz fait match nul ou gagne => Sion est relégué

✅ Sion gagne et Vaduz perd => Sion disputera le barrage

✅ …

Lire l’article
Link zum Artikel