DE | FR
Karim Benzema a marqué les trois buts du Real Madrid mercredi soir contre le Paris Saint-Germain.
Karim Benzema a marqué les trois buts du Real Madrid mercredi soir contre le Paris Saint-Germain.image: shutterstock / twitter

«Mon fils s'appellera Karim»: Benzema adulé par la presse et Twitter

Avec son triplé, l'attaquant français du Real Madrid a renversé, à lui tout seul, le Paris Saint-Germain jeudi lors du match retour des 1/8e de finale de Champions League (3-1). Les hommages pleuvent.
10.03.2022, 14:3010.03.2022, 17:54
Suivez-moi

Karim Benzema a bluffé tout le monde mercredi soir. A commencer par les défenseurs du Paris Saint-Germain, qui ne comprennent toujours pas aujourd'hui comment ils ont pu être éliminés. Le numéro 9 du Real Madrid a inscrit un triplé qui a qualifié son équipe, alors qu'elle était dans de sales draps (menée 1-0 à la 61e après avoir déjà perdu le match aller 1-0 en France).

Forcément, les experts, journalistes et internautes, se sont enflammés devant la prestation XXL du Français. Florilège.

On commence avec ceux qui ont eu la chance d'assister de très près à l'exploit de Benzema, à savoir ses collègues. «Je crois que c'est l'un des plus grands joueurs du monde, le meilleur 9 peut-être avec Lewandowski en ce moment», s'extasiait le gardien du Real, Thibaut Courtois, au micro de RMC Sport. Le portier belge verrait bien un joli trophée en fin d'année dans l'armoire de son coéquipier:

«Je crois qu'il a montré pourquoi il devait, peut-être, gagner le Ballon d'Or, cette année. C'est un très grand joueur, un vrai capitaine, il a amené l'équipe vers la victoire avec ses buts et avec sa classe»
Thibaut Courtois, gardien du Real Madrid

Forcément, l'entraîneur des Madrilènes, Carlo Ancelotti, a savouré la performance de son capitaine. Lui aussi était dithyrambique après la qualification:

«Karim Benzema est un fantastique leader, fantastique avant-centre, je suis très heureux de ce qu'il fait et de son attitude»
Carlo Ancelotti, entraîneur du Real Madrid, au micro de Canal+

Les journalistes spécialisés dressent les mêmes éloges à Karim Benzema. Le quotidien français, L'Equipe, lui a mis la note extrêmement rare de 9 pour féliciter le «héros du match», qui «a renversé la rencontre à lui tout seul.» Son éditorialiste, Vincent Duluc, se lâche en parlant de «l'immense Karim Benzema», qui «possède peu d'équivalent lorsqu'il est en pleine possession de ses moyens».

C'est logiquement en Espagne que les réactions sont les plus exacerbées. Marca tranche d'entrée:

«Karim Benzema était déjà l'histoire de Madrid. Maintenant c'est une légende»
Marca

C'est simple, le quotidien sportif, basé à Madrid, place même le Français plus haut que Cristiano Ronaldo, véritable icône madrilène. C'est dire!

«Oui, Benzema est plus que Cristiano. Il ne marquera pas autant de buts que lui. Mais il est plus madridista que le Portugais. Il n'a jamais demandé d'augmentation. Il n'a jamais demandé de renouvellement (ndlr: de contrat). On lui a donné plus de fil à retordre que n'importe qui d'autre, en le comparant à Higuaín, et il l'a supporté. Mourinho l'a traité de chat. Et il a continué. Aujourd'hui, il porte le brassard avec fierté et, à 34 ans, il fait la décision dans les qualifications historiques. Don Karim Benzema. Président d'honneur ou ce qu'il veut.»
Marca

L'autre journal de référence ibérique, AS, n'est pas moins élogieux avec Benzema. Il va jusqu'à comparer ce dernier avec le célèbre artiste de la Renaissance Michelangelo:

«Avec le feu pur, avec un stade bouleversé et Benzema peignant sa Chapelle Sixtine, c'est comme si Madrid avait avalé le PSG»
AS

AS tenait aussi à rendre hommage à l'abnégation, la constance et la longévité du numéro 9 des Merengue, au club depuis 2009:

«Il a appris au monde que pour être un leader au Real Madrid, il ne suffit pas d'être très bon. Il faut l'être et le montrer tous les jours, à chaque match et à chaque entraînement. Et Benzema en est là depuis plusieurs saisons maintenant...»
AS

Plusieurs joueurs et anciens joueurs ont aussi manifesté leur admiration sur les réseaux sociaux ou les plateaux de télévision. Iker Casillas, l'ex-portier légendaire du Real Madrid, avait les doigts en feu sur son clavier:

Thierry Henry a également eu des mots forts pour son ancien compère de l'attaque de l'équipe de France:

«Il a 34 ans, je l’ai toujours beaucoup admiré. Il peut tout faire, venir demander au milieu, faire jouer les autres, marquer dans la surface. C’est ce qui fait de lui l’un des meilleurs n° 9 depuis de nombreuses années déjà. Il restera pendant longtemps dans l’histoire du football»
Thierry Henry, sur le plateau de CBS Sports

Quand les compliments sur un joueur du Real Madrid viennent d'un homme – Dani Alves, en l’occurrence – portant le maillot de l'ennemi juré, le FC Barcelone, c'est qu'il s'est vraiment passé quelque chose de très spécial:

Mohamed Bayo, milieu de terrain guinéen de Clermont, en première division française, va encore plus loin👇

Reste à analyser les registres des naissances à Madrid ces prochains mois pour voir si le prénom y a aussi la cote.

On parie que vous pouvez sentir ces photos

1 / 19
On parie que vous pouvez sentir ces photos
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin comme cochon: Megève

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le football suisse a encore inventé une formule hallucinogène
Les représentants des clubs ont voté l'introduction des play-off en Super League dès la saison 2023/2024. Un vieux fantasme pour rendre la compétition excitante; mais elle n’en deviendra que plus grotesque.

Ce n’est pas la première fois que le football suisse tente d’acquérir par des subterfuges ce que les meilleurs championnats obtiennent par la force de l’habitude: l'intérêt du public.

L’article