DE | FR
Le gardien du Borussia Dortmund Gregor Kobel a remplacé lundi Jonas Omlin dans l'effectif de la Nati à l'Euro, en tant que troisième portier.
Le gardien du Borussia Dortmund Gregor Kobel a remplacé lundi Jonas Omlin dans l'effectif de la Nati à l'Euro, en tant que troisième portier. Image: KEYSTONE
Nati

Oui, un troisième gardien sert vraiment à quelque chose

Le jeune Zurichois Gregor Kobel a remplacé lundi Jonas Omlin, blessé, dans l'effectif de la Nati à l'Euro. L'occasion de se pencher sur le rôle de remplaçant du remplaçant dans les buts.
15.06.2021, 06:0315.06.2021, 15:41
Suivez-moi

Le malheur des uns fait parfois le bonheur des autres. Jonas Omlin appartient aux premiers, Gregor Kobel aux seconds. Lundi, le jeune Zurichois (23 ans) a remplacé dans l'effectif de la Nati le portier de Montpellier, qui s'est blessé à la cheville samedi pendant l'échauffement avant le match contre le Pays de Galles. Kobel – qui ne compte pas encore de sélection – occupe donc dès maintenant le poste de troisième gardien de l'équipe de Suisse à l'Euro, derrière le titulaire Yann Sommer et sa doublure Yvon Mvogo. Un rôle qui ne fait certainement pas rêver les gamins brûlant d'envie de devenir le nouveau Buffon, mais qui a mis des étoiles dans les yeux à ceux qui l'ont endossé. Et qui a toute son importance au sein de l'équipe.

«Il est aussi essentiel que les autres», tranche Sébastien Roth, remplaçant de Jörg Stiel et Pascal Zuberbühler à l'Euro 2004. «C'est un rôle très altruiste, tu penses moins à toi et davantage au groupe. A l'entraînement, tu permets au titulaire de respirer un peu en prenant sa place lors de certains exercices, par exemple.» Un repos crucial dans les grands tournois, où les équipes jouent en moyenne un match tous les quatre jours.

Pas un clown

Johnny Leoni a lui aussi fait preuve de dévotion. C'était lors de la Coupe du monde 2010. «En tant que troisième gardien, on doit parfois faire un peu le sale boulot, entre guillemets», se rappelle le Valaisan, doublure de Diego Benaglio et Marco Wölfli en Afrique du Sud. Il précise:

«Tu es un sparring-partner, tu dois être disponible quand les joueurs veulent tirer des coups francs ou des penaltys à la fin des séances»
Johnny Leoni, troisième gardien de la Nati lors de la Coupe du monde 2010

Pour le gardien numéro 3 d'une équipe nationale, les chances de fouler le gazon lors d'un match sont les plus faibles parmi tout le contingent. Logique: il est le seul à n'être que le remplaçant du remplaçant. Et pourtant, hors de question de flâner dans l'équipe en mode touriste ni d'être le chauffeur de salle attitré. «Tu contribues à la bonne ambiance, mais tu dois rester sérieux, recadre Johnny Leoni. Tu ne peux pas faire le clown, parce que si tu es amené à jouer, tu dois pouvoir être crédible. Il faut se tenir prêt. C’est un équilibre subtil.»

Johnny Leoni, à droite, avec les deux autres portiers de la Nati, Diego Benaglio (au centre) et Marco Wölfli pendant la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud.
Johnny Leoni, à droite, avec les deux autres portiers de la Nati, Diego Benaglio (au centre) et Marco Wölfli pendant la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. image: keystone

Surprise aux toilettes

Avant l'Euro 2004, Sébastien Roth n'était, lui, pas vraiment dans les starting-blocks au moment de recevoir sa convocation avec la Nati. De piquet, l'ancien portier de Servette avait dû remplacer en urgence Fabrice Borer, qui s'était cassé le bras lors d'un entraînement après le premier match contre la Croatie. «Le même jour, j’étais tranquillement en train de manger avec des amis dans un restaurant de la campagne genevoise, rembobine le Jurassien. Un moment, je vais aux WC, le seul endroit où il y avait du réseau. Et là, je vois que j'ai 25 appels en absence et 30 messages sur mon téléphone, dont l'un du sélectionneur Köbi Kuhn, qui me demande de l'appeler dès que possible. Il fallait que je rejoigne l'équipe nationale sur le champ au Portugal! Quand je suis revenu à table, personne ne me croyait (rires La Romandie entière a été sollicitée pour transmettre son ordre de marche au dernier rempart:

«Même la TSR (ndlr: Télévision suisse romande, aujourd'hui RTS) avait lancé en direct à l'antenne un message désespéré pour que quelqu'un réussisse enfin à me joindre»
Sébastien Roth, troisième gardien de l'équipe de Suisse à l'Euro 2004

Frissons et notoriété

Au Portugal, Sébastien Roth, appelé pour la première fois en équipe nationale A, ne jouera pas une seule minute. Mais il garde de magnifiques souvenirs du tournoi lusitanien, qu'il avait pourtant débuté à 2000 kilomètres de là derrière sa télé: «Tout ce que j'ai vécu durant cet Euro m’a marqué. Surtout l’engouement d'un pays entier derrière nous. On le sentait puisqu'on recevait plein de messages, les journalistes nous racontaient l'enthousiasme en Suisse. Seul le sport m'a procuré ce genre d'émotions.»

Sébastien Roth (à gauche) et Pascal Zuberbühler lors d'un entraînement de la Nati à l'Euro 2004.
Sébastien Roth (à gauche) et Pascal Zuberbühler lors d'un entraînement de la Nati à l'Euro 2004. Image: KEYSTONE

Johnny Leoni n'a pas davantage usé ses crampons en Afrique du Sud. Mais il a lui aussi pleinement profité de son séjour avec la Nati. «Pendant l’hymne national, on a les frissons, même sur le banc, s'extasie l'ancien gardien du FC Zurich. Mon meilleur souvenir lors de ce Mondial restera notre victoire 1-0 contre l’Espagne, future championne du monde, grâce au but de mon pote valaisan Gelson Fernandes.»

La joie et la fierté de porter le maillot national dans un grand tournoi, donc. Et aussi la reconnaissance du public: «Quand je suis allé au Japon et au Brésil, c'était fou! Les gens me disaient: ‹T’es allé à la Coupe du monde, c'est incroyable!› C’est ce qu'ils retenaient de moi», rigole Johnny Leoni. Gregor Kobel aura donc lui aussi le privilège de vivre ces moments inoubliables grâce à l'équipe de Suisse.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Copin comme cochon: les barbecues

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ancienne star de la RTS, il commente des courses de cochons
Philippe Ducarroz était officiellement le commentateur préféré des ménagères de plus de 50 ans, l'un des meilleurs que la Suisse ait produit. Après de graves ennuis de santé, il a tout perdu et recommencé une nouvelle vie. Rencontre.

Philippe Ducarroz est content: il lance un talk-show sur une webradio qu’il vient de créer, pour le compte d’un site spécialisé qu’il vient de racheter. Il nous a donné rendez-vous au Strap’, un café-théâtre qu’il gère depuis trois ans. Les affaires reprennent: depuis que sa santé l’a lâché et que la profession l’a oublié (et vice-versa), l’ancien commentateur vedette de la Radio télévision suisse (RTS) n’a jamais autant bossé. «Je suis dans le rouge», admet-il sans chichi. «Mais si je m'arrête, je tombe.» Jolie image pour un homme qui n’en finit pas de rebondir.

L’article