DE | FR
Goalkeeper Gregor Kobel of Team Switzerland during a training session prior tomorrow?s friendly soccer match between Switzerland and USA, on Saturday, May 29, 2021, in Bad Ragaz, Switzerland. (KEYSTONE/Gian Ehrenzeller).

Le gardien du Borussia Dortmund Gregor Kobel a remplacé lundi Jonas Omlin dans l'effectif de la Nati à l'Euro, en tant que troisième portier. Image: KEYSTONE

Oui, un troisième gardien sert vraiment à quelque chose

Le jeune Zurichois Gregor Kobel a remplacé lundi Jonas Omlin, blessé, dans l'effectif de la Nati à l'Euro. L'occasion de se pencher sur le rôle de remplaçant du remplaçant dans les buts.



Le malheur des uns fait parfois le bonheur des autres. Jonas Omlin appartient aux premiers, Gregor Kobel aux seconds. Lundi, le jeune Zurichois (23 ans) a remplacé dans l'effectif de la Nati le portier de Montpellier, qui s'est blessé à la cheville samedi pendant l'échauffement avant le match contre le Pays de Galles. Kobel – qui ne compte pas encore de sélection – occupe donc dès maintenant le poste de troisième gardien de l'équipe de Suisse à l'Euro, derrière le titulaire Yann Sommer et sa doublure Yvon Mvogo. Un rôle qui ne fait certainement pas rêver les gamins brûlant d'envie de devenir le nouveau Buffon, mais qui a mis des étoiles dans les yeux à ceux qui l'ont endossé. Et qui a toute son importance au sein de l'équipe.

Le tweet de la Nati annonçant la substitution de dernière minute

«Il est aussi essentiel que les autres», tranche Sébastien Roth, remplaçant de Jörg Stiel et Pascal Zuberbühler à l'Euro 2004. «C'est un rôle très altruiste, tu penses moins à toi et davantage au groupe. A l'entraînement, tu permets au titulaire de respirer un peu en prenant sa place lors de certains exercices, par exemple.» Un repos crucial dans les grands tournois, où les équipes jouent en moyenne un match tous les quatre jours.

Pas un clown

Johnny Leoni a lui aussi fait preuve de dévotion. C'était lors de la Coupe du monde 2010. «En tant que troisième gardien, on doit parfois faire un peu le sale boulot, entre guillemets», se rappelle le Valaisan, doublure de Diego Benaglio et Marco Wölfli en Afrique du Sud. Il précise:

«Tu es un sparring-partner, tu dois être disponible quand les joueurs veulent tirer des coups francs ou des penaltys à la fin des séances»

Johnny Leoni, troisième gardien de la Nati lors de la Coupe du monde 2010

Pour le gardien numéro 3 d'une équipe nationale, les chances de fouler le gazon lors d'un match sont les plus faibles parmi tout le contingent. Logique: il est le seul à n'être que le remplaçant du remplaçant. Et pourtant, hors de question de flâner dans l'équipe en mode touriste ni d'être le chauffeur de salle attitré. «Tu contribues à la bonne ambiance, mais tu dois rester sérieux, recadre Johnny Leoni. Tu ne peux pas faire le clown, parce que si tu es amené à jouer, tu dois pouvoir être crédible. Il faut se tenir prêt. C’est un équilibre subtil.»

Johnny Leoni troisième gardien de la Nati lors de la Coupe du monde 2010

Johnny Leoni, à droite, avec les deux autres portiers de la Nati, Diego Benaglio (au centre) et Marco Wölfli pendant la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. image: keystone

Surprise aux toilettes

Avant l'Euro 2004, Sébastien Roth n'était, lui, pas vraiment dans les starting-blocks au moment de recevoir sa convocation avec la Nati. De piquet, l'ancien portier de Servette avait dû remplacer en urgence Fabrice Borer, qui s'était cassé le bras lors d'un entraînement après le premier match contre la Croatie. «Le même jour, j’étais tranquillement en train de manger avec des amis dans un restaurant de la campagne genevoise, rembobine le Jurassien. Un moment, je vais aux WC, le seul endroit où il y avait du réseau. Et là, je vois que j'ai 25 appels en absence et 30 messages sur mon téléphone, dont l'un du sélectionneur Köbi Kuhn, qui me demande de l'appeler dès que possible. Il fallait que je rejoigne l'équipe nationale sur le champ au Portugal! Quand je suis revenu à table, personne ne me croyait (rires La Romandie entière a été sollicitée pour transmettre son ordre de marche au dernier rempart:

«Même la TSR (ndlr: Télévision suisse romande, aujourd'hui RTS) avait lancé en direct à l'antenne un message désespéré pour que quelqu'un réussisse enfin à me joindre»

Sébastien Roth, troisième gardien de l'équipe de Suisse à l'Euro 2004

Frissons et notoriété

Au Portugal, Sébastien Roth, appelé pour la première fois en équipe nationale A, ne jouera pas une seule minute. Mais il garde de magnifiques souvenirs du tournoi lusitanien, qu'il avait pourtant débuté à 2000 kilomètres de là derrière sa télé: «Tout ce que j'ai vécu durant cet Euro m’a marqué. Surtout l’engouement d'un pays entier derrière nous. On le sentait puisqu'on recevait plein de messages, les journalistes nous racontaient l'enthousiasme en Suisse. Seul le sport m'a procuré ce genre d'émotions.»

Torhueter Nr. 3, Sebastien Roth, links, und Torhueter Nr. 2, Pascal Zuberbuehler, rechts, strahlen sich an im Training in Praia del Rey (Portugal) am Dienstag, 15. Juni 2004. Sebastien Roth ist fuer den verletzten Fabrice Borer ins EM-Kader nachgerueckt. (KEYSTONE/Walter Bieri)

Sébastien Roth (à gauche) et Pascal Zuberbühler lors d'un entraînement de la Nati à l'Euro 2004. Image: KEYSTONE

Johnny Leoni n'a pas davantage usé ses crampons en Afrique du Sud. Mais il a lui aussi pleinement profité de son séjour avec la Nati. «Pendant l’hymne national, on a les frissons, même sur le banc, s'extasie l'ancien gardien du FC Zurich. Mon meilleur souvenir lors de ce Mondial restera notre victoire 1-0 contre l’Espagne, future championne du monde, grâce au but de mon pote valaisan Gelson Fernandes.»

La joie et la fierté de porter le maillot national dans un grand tournoi, donc. Et aussi la reconnaissance du public: «Quand je suis allé au Japon et au Brésil, c'était fou! Les gens me disaient: ‹T’es allé à la Coupe du monde, c'est incroyable!› C’est ce qu'ils retenaient de moi», rigole Johnny Leoni. Gregor Kobel aura donc lui aussi le privilège de vivre ces moments inoubliables grâce à l'équipe de Suisse.

Plus d'articles sur le sport

Pourquoi Belinda Bencic est si spéciale

Link zum Artikel

Jérémy Desplanches: «Je pourrais dormir quinze heures par jour»

Link zum Artikel

Elle sourit comme Boucle d'or et toise comme Catherine Tramell

Link zum Artikel

A Tokyo, des gamines en or qui interrogent

Link zum Artikel

«Certaines arrêtent leur carrière pour ne pas devoir porter le bikini»

Link zum Artikel

Inarrêtable, ce robot entre dans l'histoire du basket

Link zum Artikel

Foirer un rencard à cause d'une balle en pleine face, c'est possible!

Link zum Artikel

Où les footballeurs de la Nati passent-ils leurs vacances?

Link zum Artikel

Mais pourquoi diable les gagnants de la NBA portent des masques de ski?

Link zum Artikel

«Si le mec m'attaque chez moi, je ne pourrai rien faire»

Link zum Artikel

Prochaine étape au FC Sion: La reconnaissance faciale

Link zum Artikel

Même en fin de piste, les stars du foot sont utiles aux clubs suisses

Link zum Artikel

«Eddy Merckx reste le plus grand»

Link zum Artikel

5 initiatives du monde sportif pour sauver la planète

Link zum Artikel

Implorer le pardon, une mode chez les footballeurs

Link zum Artikel

Le sacre de l'Italie suggère l'idée d'un début de règne

Link zum Artikel

Il n'y a jamais eu aussi peu de fautes. Les joueurs sont-ils devenus sages?

Link zum Artikel

Novak Djokovic: «Je suis le meilleur»

Link zum Artikel

L'Euro a puni les égoïstes, sa finale les rendra ringards

présenté parMarkenlogo
Link zum Artikel

«Face à Jordi Alba, Chiellini a été très intelligent»

Link zum Artikel

Pas retenu pour les JO, un Vaudois crie à l'injustice

Link zum Artikel

Antognoni est formel: «L'Italie ne joue pas comme d'habitude»

Link zum Artikel

Le tiki-taka, onomatopée encore au top

Link zum Artikel

«Les foules de supporters sont essentiellement positives»

Link zum Artikel

Est-ce qu’un attaquant qui ne touche aucun ballon a l’impression de faire de la course à pied?

Link zum Artikel

«Sur un match, tout est possible», vraiment?

Link zum Artikel

Pourquoi taille-t-on autant de costards à Vladimir Petkovic?

Link zum Artikel

Carton rouge sur Freuler: «Je trouve la décision très sévère»

Link zum Artikel

François Moubandje après Suisse-Espagne: «J'ai envie de pleurer»

Link zum Artikel

L'Espagne a retrouvé son jeu et sa joie. Elle rappelle quelqu'un

Link zum Artikel

Pourquoi glisse-t-on aussi souvent sur le gazon maudit de Wimbledon?

Link zum Artikel

Quelle image culte de ce France-Suisse garderez-vous en mémoire?

Link zum Artikel

Mbappé le surdoué pourra-t-il se relever de son cuisant échec?

Link zum Artikel

Les Français sont certains de nous mettre une raclée

Link zum Artikel

Quand la France était nulle et se chamaillait en Suisse

Link zum Artikel

5 bonnes raisons de rester sans voix devant les hymnes nationaux

Link zum Artikel

Johan Djourou: «Je me suis presque demandé pourquoi tu vis»

Link zum Artikel

Mais d’où vient cet amour irrationnel des Portugais pour leur équipe?

Link zum Artikel

Le débat s'envenime: Djokovic est-il le plus grand?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Copin comme cochon: les barbecues

Euro 2021

Londres est en ébullition à quelques heures de la finale

La capitale londonienne chante, prie et boit avant d'affronter l'Italie ce dimanche (21h00) à Wembley.

Le stade mythique de Wembley est prêt à rugir pour ses héros anglais, privés de titre majeur depuis 55 ans, face à des Italiens très ambitieux et déterminés à jouer les trouble-fête.

Au «pays du football», l'excitation est à son comble, malgré le rebond de l'épidémie de Covid. La sélection des «Three Lions» a pu s'en rendre compte dès samedi, escortée à la sortie de son camp de base par des fans en liesse, agitant leurs drapeaux et hurlant leurs encouragements.

«Voir les supporters dans la rue et …

Lire l’article
Link zum Artikel