DE | FR
Bild

Thierry Barnerat est formel: Yann Sommer et ses collègues gardiens ne devraient pas tirer des pénaltys. image: keystone

Nati

Vous voulez faire tirer les pénaltys à Sommer: n'y pensez même pas!

D'après notre sondage, vous souhaitez que Yann Sommer devienne le tireur de pénaltys attitré de la Nati. Mais un expert prévient: c'est une très mauvaise idée.



La Nati a fait match nul 0-0 mercredi soir en Irlande du Nord dans les qualifs pour le Mondial 2022. Mais le score aurait pu être plus favorable pour la Suisse si Haris Seferovic avait transformé son pénalty à la 33e minute.

Murat Yakin, qui ne semble plus faire confiance à Ricardo Rodriguez pour cet exercice, est embêté: il n'a plus de tireur attitré. Alors on vous a demandé quel joueur vous aimeriez voir s'élancer depuis le point des 11 mètres. Et vous avez voté en majorité pour... le gardien Yann Sommer!

Il ne serait pas le premier à ce poste à devenir un spécialiste. Le Colombien René Higuita, le Paraguayen José Luis Chilavert et plus récemment Hans-Jörg Butt étaient de très bons tireurs de pénaltys.

Les résultats du sondage

Bild

Bonnes aptitudes mais...

Et ce n'est pas un hasard: un portier a des aptitudes pour exceller dans cet art. A commencer par une capacité de concentration au-dessus de la moyenne. «Pendant un match, un gardien doit tout le temps rester attentif, y compris quand son équipe est en position offensive», rappelle Thierry Barnerat, instructeur FIFA pour les gardiens. Souvent laissé à lui-même, quand le danger est loin de sa cage, il doit trouver les ressources pour rester focus sur ce qu'il a à faire et ne pas se faire distraire. Tirer un pénalty exige exactement la même attitude.

René Higuita dans ses œuvres

Un gardien a aussi l'habitude de gérer la pression sur ses épaules. «Dans un match, à cause d'une seule erreur, il peut passer de héros à zéro», prévient l'expert.

Et logiquement, comme il joue au même poste, un gardien est aussi celui qui sait le mieux ce qu'il se passe dans la tête du portier qu'il a en face en tirant. «Les pénaltys sont toujours un bras de fer psychologique, constate Thierry Barnerat. C'est en connaissant très bien les règles du jeu qu'on peut jouer avec.» Et donc prendre le dessus sur l'autre pour marquer.

Mais tout ça, c'est de la théorie. Et une seule raison suffit à la rendre inutilisable dans la pratique.

«Aujourd'hui, le football va très vite, alors si le gardien voit son tir bloqué par le portier adverse, les risques de prendre un but en contre sont énormes»

Thierry Barnerat, entraîneur de gardiens de haut niveau

Punkt schluss. A l'époque des Higuita, Chilavert ou Butt, les qualités athlétiques des footballeurs étaient moins développées et les transitions entre les lignes moins dynamiques. «Je ne connais actuellement aucun gardien qui s'exerce à tirer les pénaltys à l'entraînement», nous assure Thierry Barnerat.

Murat Yakin va donc devoir trouver une autre solution que celle proposée par les lecteurs de watson...

Plus d'articles sur le sport

Les footballeurs ne supportent plus d'être remplacés

Link zum Artikel

«Roger Federer pourrait revenir dès l'Open d'Australie»

Link zum Artikel

Le jour où Lionel Messi a refusé de laisser sa place

Link zum Artikel

Petkovic: «La méfiance de l'ASF a été difficile à accepter»

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Rhubarbe, le chien qui adore la moto

1 / 10
Rhubarbe, le chien qui adore la moto
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Pourquoi les stades romands ne se remplissent-ils pas?

Malgré une promotion plus forte que d'habitude, Servette et Lausanne peinent à garnir leurs tribunes pour leur match de ce week-end. Mais ce n'est pas une surprise dans ce coin de pays. Explications.

Dimanche sera un grand jour pour le Lausanne-Sport. Le club vaudois va officiellement inaugurer son nouveau stade de la Tuilière, qui plus est lors du derby contre Sion (16h30). Pour un tel événement, on espérerait une enceinte pleine à craquer, malgré les restrictions sanitaires. Or, le LS n'avait vendu mercredi que 7000 billets, à quatre jours du match. Et pourtant, il a mis les moyens, avec des animations avant la partie (concert des DJ's du MAD, entre autres) et une campagne de pub …

Lire l’article
Link zum Artikel