DE | FR
Le joueur des Mets de New York Kevin Pillar a pris une balle à 150 km/h en plein visage lundi.
Le joueur des Mets de New York Kevin Pillar a pris une balle à 150 km/h en plein visage lundi. Image: keystone

Il prend une balle de baseball à 150 km/h en pleine poire

En position de frappeur, le joueur des Mets de New York Kevin Pillar a été heurté au visage lundi. Il souffre de nombreuses fractures nasales. La scène fait froid dans le dos.
19.05.2021, 10:5919.05.2021, 16:17
Team watson
Team watson
Suivez-moi

Certains footballeurs – pour ne citer qu'eux – se tordent de douleur à terre de longues secondes après avoir été à peine effleurés par leurs adversaires. Kevin Pillar avait, lui, une bonne raison de le faire lundi soir en Major League Baseball (championnat américain).

En position de frappeur, le voltigeur des Mets de New York a pris le lancer de Jacob Webb (Braves d'Atlanta) en pleine face. Une châtaigne envoyée à 150 km/h!

Dans la vidéo, on voit Kevin Pillar tomber à terre et se tenir ensuite son visage, d'où ruissèle le sang. Son adversaire, qui n'a pas fait exprès, est choqué et semble pris de remords.

Pillar a été transporté à l'hôpital. Il souffre de nombreuses fractures nasales. Mais le New Yorkais a rassuré tout le monde plus tard dans la soirée sur Twitter, écrivant qu'il allait bien.

La durée de son absence est encore indéterminée. Mais l'Américain a pu prendre place sur le banc de son équipe le lendemain déjà pour voir le match suivant de ses coéquipiers. Avec le sourire, mais le visage encore tuméfié.

Kevin Pillar mardi, un jour après l'accident.
Kevin Pillar mardi, un jour après l'accident. Image: keystone

Les manifestations en Colombie

1 / 11
Les manifestations en Colombie
source: sda / esteban felix
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Un jour héros national, un jour évadé fiscal.» Ainsi fut Tsonga
«Le grand Jo» a disputé son dernier match de tennis, mardi, après vingt années à envoyer des pains dans tous les coins et à en recevoir en retour. Il restera une sorte d’exception française, capable (coupable?) d’une ambition démesurée.

Quand Jo-Wilfried Tsonga a tiré sa dernière cartouche, une balle flottante dans le carré de service, la foule, nous semble-t-il, n'a pas versé tant de larmes. Mais il y a eu quelques gouttes de champagne. «A la santé de Jo qui nous a «quand même» donné de bons kiffs», a tonitrué Jean-Julien, invité VRP d’une banque parisienne. Tout est dans le «quand même».

L’article